Méthodologies de la sécurité urbaine
278 pages
Français

Méthodologies de la sécurité urbaine

-

278 pages
Français

Description

Quelles sont les méthodologies de la sécurité urbaine ? Comment réaliser un diagnostic local de sécurité ? Quelles sont les précautions à prendre avec les chiffres de la délinquance ? Comment mesurer le sentiment d'insécurité et la victimisation ? Quelles sont les modalités de diffusion de l'information au sein des dispositifs de prévention ? Comment mettre en place un observatoire local de la délinquance ? En bref, comment impulser une réflexion objective et un partenariat dynamique pour une politique de sécurité efficace ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 octobre 2018
Nombre de lectures 9
EAN13 9782140102295
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

François Dieu et Bruno Domingo
MÉTHODOLOGIES DE LA SÉCURITÉ URBAINE
République et Sécurité
MÉTHODOLOGIES DE LA SÉCURITÉ URBAINE
République et sécurité Collection dirigée par François Dieu République et sécurité entretiennent depuis toujours un lien aussi étroit que complexe. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 – emblématique s’il en est des valeurs républicaines – élève la sécurité, à travers la notion de « force publique », au rang de droit naturel et imprescriptible. C’est donc faire œuvre républicaine que de garantir, pour nos concitoyens, une sécurité, condition première de la liberté que d’aucuns considèrent même comme un droit. Il s’agit surtout d’un bien commun qui se nourrit des valeurs de la République tout autant qu’elle entend les protéger. S’il est nécessaire de défendre une République contre les multiples atteintes auxquelles elle fait face délinquance, violences, criminalité organisée, terrorisme – il s’agit tout autant de garantir le respect des libertés individuelles naturellement menacées par les instruments de la répression et de la prévention. Dès lors, les visages multiples de la sécurité rassurent tout autant qu’ils font peur. Cette ambivalence permet de saisir le caractère profondément polémique de ce terme « sécurité » – et surtout de son épithète « sécuri-taire » – dont les contours varient au gré des évolutions historiques, sociales et politiques. La sécurité doit être un facteur de cohésion, mais elle engendre controverses et débats. Sans sécurité, diffuse et quoti-dienne, l’idée même de République ne semble pouvoir se concrétiser voire subsister, au moins en tant que système politique promouvant les valeurs humanistes. C’est tout l’objet de cette collection que d’interroger sans détour ni polémique le lien entre République et sécurité et d’en explorer sans concession ni préjugé les dimensions. Dernières parutions : Jean-Louis Loubet del Bayle,Sociologie de la police, 2016 François Dieu,Réponses à la délinquance, 2016
François Dieu et Bruno Domingo MÉTHODOLOGIES DE LA SÉCURITÉ URBAINE
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15718-4 EAN : 9782343157184
Sommaire Introduction 1. Une expérience d’expertise universitaire 2. L’essoufflement des politiques publiques de sécurité 3. Expertises et méthodologies de la sécurité urbaine Chapitre 1 : L’analyse statistique de la délinquance 1. La difficulté d’expliquer les variations de la délinquance : le reflux spectaculaire de la criminalité à New York (1993-2000) 2. Les sources policières de la délinquance 3. Performance policière et « politique du chiffre » Chapitre 2 : L’analyse spatiale de la délinquance 1. Les fondements théoriques de l’analyse spatiale 2. Quelques concepts de l’analyse spatiale 3. Eléments de méthodologie pour la production de cartes de la délin-quance Chapitre 3 : La population, source de données sur l’insécurité 1. Les enquêtes de victimation et de délinquance auto-rapportée 2. La mesure du sentiment d’insécurité 3. La consultation de la population Chapitre 4 : L’ingénierie des politiques de sécurité 1. Le tableau de bord de la délinquance constatée 2. Le diagnostic local de sécurité 3. L’audit de sécurité Chapitre 5 : L’évaluation des politiques de prévention de la délinquance 1. Les apports de la recherche évaluative 2. La persistance d’une évaluation administrative 3. L’injonction étatique à l’évaluation locale Chapitre 6 : L’expertise de la sécurité urbaine 1. Le recours aux cabinets privés d’audits et de conseils 2. L’observatoire local de la délinquance 3. La coordination en matière de sécurité et de prévention de la délin-quance En guise de conclusion : prospective et anticipation
Introduction Des territoires aussi animés et complexes que ceux d’un quartier, d’une ville ou d’une agglomération, et qui concentrent un éventail de politiques destinées à assurer leur développement, nécessitent, à l’évidence, que des activités d’étude et d’évaluation soient engagées pour la conduite de l’action publique. En effet, ces activités permettent aux acteurs politiques et administratifs, mais aussi à ceux de la société civile, d’asseoir leurs opinions et leurs décisions sur des données factuelles consolidées et actualisées, afin de mieux saisir comment évoluent les phénomènes sociaux et d’appréhender les effets des politiques menées. La question des délinquances et des réponses construites pour y faire face (Dieu, 2016) est également concernée par cette exigence de rationalité. En effet, ces problèmes peuvent être considérés comme des phénomènes sociaux « comme les autres », susceptibles d’être analysés et pris en charge par des mesures inscrites dans la continuité, en dépit de l’instrumentalisation politique dont ils font généralement l’objet. Il ne s’agit pas pour autant de prétendre dépolitiser le couple délin-quance/insécurité. En effet, toute politique publique se construit et se met en œuvre à partir d’une anthropologie particulière et de valeurs fonda-trices. Prendre en compte la politisation est indispensable pour comprendre pourquoi et comment la thématique des insécurités liées au crime devient, à un moment précis, objet de politiques publiques. Dans ce cadre, les acteurs du champ politique peuvent s’accorder ou, au contraire, s’affronter sur les causes supposées du crime, sur les réponses à mobili-ser, ainsi que sur les moyens humains et financiers à y consacrer. Cette politisation ne se cantonne cependant pas à un simple combat idéologique et/ou politique. Les confrontations comme les consensus se fondent sur la mobilisation d’un certain nombre de connaissances, discutées et vérifiées, extérieures au champ politique. Faut-il pour autant s’en remettre uniquement aux « experts » ? Cette question qui concerne aujourd’hui de multiples domaines de l’action publique se pose également pour l’analyse des problèmes de délinquance. Le développement d’un champ de l’expertise sur les questions de sécurité et de prévention, contribuant à alimenter la décision et l’action publiques, demeure, en France, un phénomène relativement nouveau et inabouti. De
8 METHODOLOGIES DE LA SECURITE URBAINEmême, le développement de savoirs universitaires institués sur le crime, c’est-à-dire d’une « criminologie » reconnue dans le champ intellectuel et académique, apparait encore loin de faire consensus, contrairement au monde anglo-saxon où coexistent explicitement plusieurs traditions de recherche. Pour cet ensemble de raisons, et sans doute pour quelques autres, le champ français de l’expertise sur la délinquance apparait aujourd’hui particulièrement diversifié, voire balkanisé. On peut interpréter cet état de fait comme un signe positif si l’on considère que la pluralité des points de vue constitue une source d’enrichissement pour le débat public. Néanmoins, cette diversité rend souvent inaudibles, pour le corps social et les acteurs administratifs et politiques, les différents discours construits sur la délinquance. 1. Une expérience d’expertise universitaire Les éléments présentés dans cet ouvrage s’appuient sur l’expérience d’une équipe universitaire en matière de méthodologies appliquées à l’analyse de la délinquance et des politiques publiques de sécurité. De sa création en 1977 jusqu’à son intégration en 2010 dans une structure fédérative, le Centre d’études et de recherches sur la police (CERP) de l’Université Toulouse 1 Capitole a contribué au développement de la recherche sur ces thématiques, en accueillant, pendant longtemps, la seule équipe universitaire française spécialisée dans l’étude socio-politique de la police et des questions de sécurité. Son développement s’est notamment traduit par la constitution d’une équipe d’enseignants et de chercheurs associant universitaires, doctorants et professionnels, la constitution d’un centre de documentation, la publication de recherches et la participation aux principales revues scientifiques, la direction des collections « Sécurité et Société » et « République et Sécurité » aux éditions L’Harmattan ayant accueilli une trentaine d’ouvrages, ainsi que la parution d’une quinzaine de livres chez d’autres éditeurs. A côté de cette activité somme toute classique pour un centre de re-cherches, le CERP s’est engagé dans la mise en place d’une expertise universitaire. Ce livre a bénéficié des savoirs capitalisés à la suite d’interventions réalisées auprès des services de l’Etat et des collectivités territoriales, pour les assister dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de leurs politiques locales de sécurité et de prévention. Cette
METHODOLOGIES DE LA SECURITE URBAINE9inscription dans le domaine de l’expertise a permis à la fois de valoriser auprès des acteurs institutionnels les activités purement universitaires d’enseignement et de recherche, de disposer de terrains d’enquête et de stage pour les doctorants et les étudiants, de favoriser l’insertion profes-sionnelle de ces derniers au niveau des emplois de chargés de mission/coordonnateurs des politiques de sécurité et de prévention, mais aussi d’accéder à des ressources financières pour pallier l’insuffisance endémique des crédits alloués à la recherche universitaire. Cette activité d’ingénierie locale a été initiée à la fin des années 1990, à la faveur du lancement des contrats locaux de sécurité (CLS). Ce dispositif partenarial avait vocation à rassembler les acteurs de la sécurité et de la prévention d’un territoire – un quartier, une commune, une agglomération, un réseau de transport – dans un plan d’actions. Pour conclure un tel contrat, les responsables du dispositif (le préfet, le maire et le procureur de la République) avaient pour obligation de réaliser, ou de faire réaliser, un diagnostic local de sécurité (DLS). En 1999, la ville de Toulouse, suite à la vague de violences urbaines de décembre 1998, décide dans l’urgence de mettre en place un CLS et fait établir le DLS par un service du ministère de l’Intérieur, l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure (IHESI), qui associe alors le CERP pour mobiliser les ressources d’une équipe universitaire locale, déjà partenaire de l’Institut depuis sa création dans le cadre de son programme de recherches commanditées. Le CLS de Toulouse est finalement signé en octobre 1999. En décembre 2000, une trentaine de communes de l’agglomération toulousaine – formant alors avec Toulouse le territoire ème d’intervention du 3 contrat de ville – ont souhaité à leur tour mettre en œuvre ce dispositif. Un appel d’offres est lancé, aboutissant à confier au CERP la réalisation du diagnostic. Le DLS périurbain de l’agglomération toulousaine (hors ville de Toulouse) a été réalisé au premier semestre 2001, par une équipe de chercheurs, de doctorants et d’étudiants. Ce fut un diagnostic «original», notamment parce qu’il a constitué une première expérience en la matière pour ce laboratoire universitaire toulousain (Dieu et Domingo, 2003). Le contexte de moindre pression politique et sociale pour la réalisation de ce DLS, ainsi que le nombre important d’enquêteurs mobilisés a permis d’améliorer sensiblement la qualité générale de ce diagnostic, remarqué d’ailleurs par le Centre international de prévention de la criminalité (CIPC) dans le cadre de son bilan international sur les diagnostics locaux de sécurité (CIPC, 2005).
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Livres Livres
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents