Pour une réhabilitation de l'habitat créole à Cayenne

-

Français
293 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A Cayenne, environ six cents maisons traditionnelles sont recensées en plus ou moins bon état de conservation. Cette démarche de recherche constitue le préalable nécessaire d'une véritable politique de réhabilitation de l'habitat créole traditionnel à Cayenne, souvent laissé à l'abandon au fil du temps, car jugé hâtivement inadapté aux exigences de la vie moderne. L'ouvrage se termine par un ensemble de recommandations et propositions pour une réhabilitation de cet habitat traditionnel qui corresponde aux objectifs énoncés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2010
Nombre de lectures 130
EAN13 9782296702752
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Introduction



A Cayenne, environ six cents maisons traditionnelles sont
recensées en plus ou moins bon état de conservation. Ces
ème ème
maisons construites au XIXet au début du XXsiècle, à
RVVDWXUH ERLV QpFHVVLWHQW DXMRXUG¶KXL G¶LPSRUWDQWV WUDYDX[ GH
rénovation. La question qui se pose est de savoir comment
réhabiliter ce patrimoine, comment adapter les techniques et
XVDJHV G¶DXMRXUG¶KXL j FHW KDELWDW SRXU OH SUpVHUYHU HW OXL
garantir une survie durable.
En effet, le mode de vie de la population locale a changé. On
ème
QH YLW SOXV DXMRXUG¶KXL FRPPH DX ;,;siècle et au début du
ème
XX siècle.La société, les rapports de sociabilité, la vie
relationnelle au sein de la famille ont changé. La relation à
O¶HVSDFH H[WpULHXU DX ORJHPHQW Q¶HVW SOXV OD PrPH &HFL D ELHQ
VU XQH UpSHUFXVVLRQ VXU OH UDSSRUW j O¶KDELWDW Ht sur les
H[LJHQFHV IDFH j O¶KDELWDW &H TXL HVW SULPRUGLDO DXMRXUG¶KXL QH
O¶pWDLW SHXW-rWUH SDV GDQV OH SDVVp HW O¶RUJDQLVDWLRQ GX ORJHPHQW
en plan, la proportion et le dimensionnement des pièces,
O¶HQFKDvQHPHQW OD GLVSRVLWLRQ GHV SLqFHV QH VRQW SOXV
identiques.
Parallèlement, les exigences de confort sont devenues
LPSRUWDQWHV 6¶LO HVW WRXW j IDLW LQGLVFXWDEOH TXH WRXV OHV
ORJHPHQWV GRLYHQW GLVSRVHU DXMRXUG¶KXL G¶XQH FXLVLQH G¶XQH
VDOOH GH EDLQV HW GH VDQLWDLUHV j O¶LQWpULHXU GH OD PDLVRQ OD
question est de savoir comment et où intégrer les pièces
humides dans le logement.
Les pouvoirs publics locaux nous ont demandé de mener une
UHFKHUFKH VXU FHV TXHVWLRQV O¶REMHFWLI pWDQW GH GRQQHU DX[
GLIIpUHQWV SDUWHQDLUHV FRQFHUQpV SDU OD UpKDELOLWDWLRQ GH O¶KDELtat
WUDGLWLRQQHO OHV FOpV G¶XQH LQWHUYHQWLRQ DGDSWpH DX[ H[LJHQFHV
actuelles en termes de mode de vie de la population.

5

Cette démarche de recherche constitue le préalable
QpFHVVDLUH G¶XQH YpULWDEOH SROLWLTXH GH UpKDELOLWDWLRQ GH O¶KDELWDW
créole traditionnHO VRXYHQW ODLVVp j O¶DEDQGRQ DX ILO GX WHPSV
'H QRPEUHXVHV PDLVRQV WUDGLWLRQQHOOHV RQW G¶RUHV HW GpMj
disparu :délabrées, parfois jugées hâtivement inadaptées aux
H[LJHQFHV GH OD YLH PRGHUQH HOOHV RQW pWp UDVpHV '¶DXWUHV
maisons en mauvais état sont squattérisées et peu de
UpKDELOLWDWLRQV RQW VX UHVSHFWHU O¶LQWpJULWp GH OD FRQVWUXFWLRQ WRXW
HQ O¶DGDSWDQW DX[ QRXYHOOHV H[LJHQFHV
/H SUpVHQW RXYUDJH IDLW pWDW GH O¶HQVHPEOH GH FHWWH
recherche. La première phase du travail a consisté à faire une
collecte aussi exhaustive que possible des ouvrages et travaux
réalisés en relation avec le sujet et disponibles en 2003. Ainsi,
nous avons pu faire une synthèse des connaissances existantes
et compléter les analyses déjà faites. Certaines questions ont
émergé.
En fonction de cette première appréhension du contexte,
nous avons pu définir le profil des personnes avec lesquelles
QRXV DOOLRQV PHQHU XQH FHQWDLQH G¶HQTXrWHV HW GpILQLU OH FRQWHQX
du questionnaire que nous allions leur soumettre.
$ O¶LVVXH GH O¶DQDO\VH GHs enquêtes, nous avons défini le
SURILO GH O¶pFKDQWLOORQ GH SHUVRQQHV DYHF OHVTXHOOHV QRXV DOOLRQV
PHQHU GHV HQWUHWLHQV QRQ GLUHFWLIV DILQ G¶DOOHU SOXV ORLQ GDQV OD
compréhension du sens de ce que nous avions déjà observé.
/¶DSSURFKH WKpRULTXH SUpDODEOH DX WUDYDLO GH WHUUDLQ O¶DQDO\VH
GHV HQTXrWHV HW GHV HQWUHWLHQV QRXV RQW SHUPLV G¶DSSURFKHU
O¶pYROXWLRQ UpFHQWH GHV EHVRLQV HW H[LJHQFHV IDFH j O¶KDELWDW $
OD ILQ GH O¶RXYUDJH OH OHFWHXU WURXYHUD XQ HQVHPEOH GH
recommandations et propositions pour une réhabilitation de
O¶KDELWDW FUpROH WUDGLWLRQQHO j &D\HQQH FRUUHVSRQGDQW DX
FRQWH[WH DFWXHO DLQVL TX¶XQH YLVXDOLVDWLRQ GH O¶DSSOLFDWLRQ GHV
UpVXOWDWV GH OD UHFKHUFKH j GHX[ FDV G¶HVSqFH
/¶REMHFWLI GX SUpVHQW RXYUDJH HQ GHKRUV GH OD WUDQVPLVVLRQ
de connaissances, est de mettre en évidence une démarche de
travail ainsi que les résultats obtenus qui peuvent être
DSSOLFDEOHV GDQV GH PXOWLSOHV FRQWH[WHV R O¶RQ V¶LQWpUHVVH j OD

6

SULVH HQ FRPSWH GHV LGHQWLWpV FXOWXUHOOHV GDQV O¶KDELWDW HW
O¶DPpQDJHPHQW
'¶DXWUHVtravaux du même type ont été réalisés à la Réunion.
Nous avons mené une réflexion dans le même esprit et avec la
même méthodologie sur un habitat adapté au contexte de la
Réunion vers le milieu des années 1990. Une cinquantaine de
logements sociaux ont été construits sur la base des résultats de
O¶pWXGH LOV VRQW KDELWpV GHSXLV HW O¶RSpUDWLRQ D REWHQX XQ
SUL[ ORFDO G¶DUFKLWHFWXUH OD PrPH DQQpH
A la suite de cette étude, nous avons réalisé une deuxième
recherche toujours à la Réunion, cette fois-ci à l¶pFKHOOH GX
quartier. Comment se définit le quartier traditionnel à la
Réunion ?Comment a t-LO pYROXp DYHF O¶LUUXSWLRQ GH OD
modernité et quelles recommandations donner aux différents
LQWHUYHQDQWV GH O¶DPpQDJHPHQW TXDQW j XQ GpYHORSSHPHQW
spatial adapté au contexte actuel de la Réunion ? Cette étude a
IDLW O¶REMHW G¶XQH SXEOLFDWLRQ GH O¶81(6&2 GDQV OH FDGUH GX
SURJUDPPH 0267 TXL V¶LQWpUHVVH j OD JHVWLRQ GHV
1
transformations sociales .
En 2000, les pouvoirs publics nous ont demandé de faire un
travail dans le même esprit à Mayotte où la société mahoraise
semblait avoir évolué très rapidement ces trente dernières
DQQpHV ,O V¶DJLVVDLW GH IDLUH OH SRLQW VXU FHWWH pYROXWLRQ 3DU
DLOOHXUV j 0D\RWWH O¶DFFqV DX IRQFLHU GHYHQDLW GH SOXV HQ SOXV
difficile du faitGX PDQTXH GH WHUUDLQV HW GH OHXU FRW G¶DFKDW
pOHYp /¶XUEDQLVDWLRQ DPRUFpH GHSXLV SHX SRVDLW OD TXHVWLRQ GHV
modèles de développement urbain, en particulier en termes
G¶KDELWDW &RPPHQW GHQVLILHU WRXW HQ WHQDQW FRPSWH GX PRGH GH
vie de la population locale ? Un ouvrage est sorti sur ce travail
2
en 2005et la démarche a été qualifiée de prometteuse par le
jury du programme des Nations unies « meilleures pratiques »,
GDQV O¶DWWHQWH GH OD UpDOLVDWLRQ G¶XQ SURMHW H[SpULPHQWDO


1
MoniqueRichter,/H TXDUWLHU HW O¶XQLWp GH YRLVLQDJH j O¶vOH GH OD 5pXQLRQ
Pour une prise en compte des LGHQWLWpV FXOWXUHOOHV GDQV O¶KDELWDW HW
O¶DPpQDJHPHQW, programme MOST, UNESCO, 2003.
2
Monique Richter,Quel habitat pour Mayotte ? Architecture et mode de vie,
(GLWLRQV GH /¶+DUPDWWDQ

7

1.
Le contexte



ELEMENTS HISTORIQUES
Les débuts de la colonisation
Le peuplement de la Guyane est relativement ancien et
3
remonterait à la dernière période sèche du pléistocène .
/HV )UDQoDLV QH V¶pWDEOLVVHQW HQ *X\DQH TX¶DX PLOLHX GX
ème
XVIIVLqFOH HW Q¶\ WURXYHQW TX¶XQH IDLEOH SRSXODWLon
FRPSRVpH G¶HWKQLHV DPpULQGLHQQHV WHOV OHV *DOLEL
A la veille de la colonisation française, le territoire guyanais
HVW FRQWU{Op SDU OHV VWUXFWXUHV SROLWLTXHV DPpULQGLHQQHV ,O Q¶\ D
SDV G¶(WDW DPpULQGLHQ PDLV XQ V\VWqPH SROLWLTXH IRQGp VXU OD
chefferie. Le chef amérindien exerce son autorité sur une
communauté villageoise qui est le principal niveau de cohésion.
/¶DGPLQLVWUDWLRQ GX YLOODJH UHOqYH pJDOHPHQW GH OD FRPSpWHQFH
du chaman dont les fonctions politiques et magiques se
FRQIRQGHQW /¶HVSDFH JX\Dnais est avant tout organisé autour du
village qui est le centre de la vie politique.
ème
A partir du XVVLqFOH O¶(XURSH VH ODQFH GDQV OD FRQTXrWH
ème
GH O¶$PpULTXH PDLV FH Q¶HVW TX¶DX ;9,, siècleque les
)UDQoDLV V¶pWDEOLVVHQW HQ *X\DQH DORUV TXH OHV DXWres
puissances européennes se sont appropriées depuis déjà plus
G¶XQ VLqFOH OHV HVSDFHV OHV SOXV FRQYRLWpV GH O¶$PpULTXH GX 6XG
Les Français ne se sont intéressés à la région des Guyanes que
par défaut F¶pWDLW OD UpJLRQ OD PRLQV FRQWU{OpH SDU OHV HPSLUHs
espagnol et portugais LOV QH V¶\ VRQW LQWpUHVVpV TXH SDU
moments, en fonction des aléas de la colonisation française en
Amérique du Nord, aux Antilles, en Afrique et en Asie.


3
3UHPLqUH SpULRGH GH O¶qUH TXDWHUQDLUH FRUUHVSRQGDQW j O¶kJH GH OD SLHUUH
taillée ou paléolithique.

9

/RUVTX¶LO V¶DJLW GH GpYHORSSHU VRQ HPSULVH VXU OD *X\DQH OD
France se heurte à un obstacle de taille O¶RUJDQLVDWLRQ G¶XQ IOX[
UpJXOLHU G¶LPPLJUDQWV QpFHVVDLUH j XQH FRORQLVDWLRQ UpXVVLH /D
*X\DQH Q¶HVW TX¶XQH ORLQWDLQH FRORQLH TXL OD IDLW SDVVHU DX
second rang derrière les intérêts majeurs de colonisation des
$QWLOOHV HW GH O¶$frique.
Les deux premiers siècles de la colonisation sont marqués
SDU OD UHODWLYH SDXYUHWp GX SD\V TXL Q¶DEULWH TX¶XQ SHWLW QRPEUH
GH FRORQV G¶HVFODYHV HW G¶DIIUDQFKLV (Q GHKRUV GH OD YLOOH GH
&D\HQQH O¶HVSDFH FRORQLDO V¶H[SULPH DX WUDYHUV GHV KDELWDWLRns
ème
qui se cantonnent sur le littoral. Au XVIIIsiècle, les
habitations ne gagnent pas de nouveaux espaces pour étendre
O¶HVSDFH FRORQLDO PDLV GHQVLILHQW OHXU LPSODQWDWLRQ
ème
/¶HVSDFH FRORQLDO SURJUHVVH YHUV O¶RXHVW DX GpEXW GX ;,;
ème
siècle. Au milieu du XIXVLqFOH O¶HVSDFH FRORQLDO HVW WURLV
IRLV SOXV SHXSOp TX¶DX PLOLHX GX VLqFOH SUpFpGHQW PDLV OD
*X\DQH Q¶DWWHLQW SDV OH QLYHDX pFRQRPLTXH GHV FRORQLHV
YRLVLQHV /¶KDELWDW HVW GLVSHUVp HW OHV KDELWDWLRQV VRQW LVROpHV
séparées parfois par plusieurs dizaines de kilomètres.

ème ème
Du milieu du XIXsiècle au milieu du XXsiècle
7URLV pYpQHPHQWV PDMHXUV YRQW PDUTXHU O¶HVSDFH HW OD
ème
société guyanais vers le milieu du XIXsiècle O¶DEROLWLRQ GH
O¶HVFODYDJH OD GpFRXYHUWH GH O¶RU HW O¶LQVWDOODWLRQ GX EDJQe.
/¶HVSDFH FRORQLDO VHUD IRUWHPHQW pEUDQOp SDU O¶DEROLWLRQ GH
O¶HVFODYDJH HQ /¶DFWLYLWp pFRQRPLTXH HVW TXDVLPHQW
paralysée. Pour remplacer la main-G¶°XYUH RQ LQWURGXLW GHV
travailleurs sous contrat, des Africains, des Chinois, mais ils
arrivent trop tard et leur nombre est insuffisant. Seuls quelques
planteurs survivent au désastre économique. Aux alentours de
1880, les dernières habitations disparaissent. Parallèlement, un
FHUWDLQ QRPEUH G¶HVFODYHV OLEpUpV FUpHQW OHXUV SURSUHV XQLWpV GH
production agricole consacrées essentiellement aux cultures
vivrières OHV DEDWWLV TXL PRGqOHQW GpVRUPDLV O¶HVSDFH UXUDO
/¶RU HVW GpFRXYHUW GDQV O¶LQWpULHXU GH OD FRORQLH HQ
PDLV OD SUHPLqUH UXpH YHUV O¶RU DXUD OLHX DX[ DOHQWRXUV GHV

1 0

années 1870. Elle concerne surtout les Créoles guyanais,
presque exclusivement des hommes, qui travaillent en très
petites équipes.
'XUDQW OH F\FOH GH O¶RU GH j O¶HVSDFH FRORQLDO
V¶pWHQG YHUV OH VXG 3DU PLOOLHUV OHV FKHUFKHXUV G¶RU HQYDKLVVHQW
le sud, au plus fortGH OD UXpH YHUV O¶RU RQ OHV HVWLPH j HQYLURQ
20 000personnes. Ils finissent par occuper la quasi-totalité du
WHUULWRLUH JX\DQDLV KRUPLV O¶H[WUrPH VXG 4XHOTXHV IRUWXQHV VH
FRQVWLWXHQW VXLWH j O¶H[SORLWDWLRQ DXULIqUH PDLV O¶HVVRU
économique concerne surtout les activités commerciales liées à
O¶RUSDLOODJH HW j OD GpFLVLRQ G¶LQVWDOODWLRQ GX EDJQH HQ *X\DQH
en 1852. Une bourgeoise créole voit le jour.
'¶DQFLHQV ERXUJV VRQW UHYLWDOLVpV G¶DXWUHV VH FUpHQW JUkFH j
O¶DUULYpH GH SD\VDQV FUpROHV HW DX[ GLYHUVHV Dctivités
commerciales.
ème
&¶HVW GRQF GDQV OD GHX[LqPH PRLWLp GX ;,;siècle que les
premiers immigrants arrivent en Guyane: 500 Chinois entre
4
1870 et 1880, 5000 à 8000 cooliesentre 1860 et 1889, puis
GHV $QWLOODLV DWWLUpV SDU O¶H[SORLWDWLRQ DXULIqUH Yenus
essentiellement de la Martinique, de la Guadeloupe, de la
Dominique et de Sainte-/XFLH 2Q SDVVH G¶XQH VRFLpWp ELSRODLUH
constituée de Blancs et de Noirs à un type de société
polyethnique.
En 1853, le pénitencier de Saint-*HRUJHV GH O¶2\DSRFN HVW
construit ;il est rapidement abandonné au profit de celui de
0RQWDJQH G¶$UJHQW j O¶HPERXFKXUH GX IOHXYH 7RXV OHV DXWUHV
FHQWUHV GH GpWHQWLRQ VRQW LQVWDOOpV j O¶RXHVW: à Cayenne, à
Crique Anguille sur le Tonnégrande, à Kourou et aux Iles du
6DOXW /¶HQVHPEOe du dispositif pénitentiaire est géré par
Saint/DXUHQW R VH WURXYH OD GLUHFWLRQ GH O¶DGPLQLVWUDWLRQ
pénitentiaire.
En 1867, « la Guyane et principalement Cayenne, vivent sur
OD WUDQVSRUWDWLRQ &¶HVW OH QRPEUHX[ SHUVRQQHO OLEUH TX¶HOOH
entraîne avec elle F¶HVW O¶DUJHQW TXH FH SHUVRQQHO GpSHQVH GDQV
la ville, ce sont les fournitures considérables nécessaires au

4
Travailleur asiatique.

1 1

service pénitentiaire et à la marine coloniale, qui font aller le
commerce et donnent au pays un peu de bien-être et de
PRXYHPHQW 4XH O¶RQ HQOqYHtransportation de la Guyane la
5
SRXU OD SODFHU DLOOHXUV FH VHUD O¶DUUrW GH PRUW GH OD FRORQLH ª.
De plus, les villes de la colonie vivent du travail des
EDJQDUGV TXL DVVXUHQW O¶HQWUHWLHQ GHV HVSDFHV SXEOLFV HW UHQGHQW
des services aux particuliers. La disparition du bagne à la fin de
OD GHX[LqPH JXHUUH PRQGLDOH PDUTXH SRXU &D\HQQH OD ILQ G¶XQH
période heureuse où la ville était entretenue à peu de frais.

ème
Du milieu du XXsiècle à nos jours
De nouveaux bouleversements touchent la Guyane vers le
ème
milieu du XXVLqFOH &¶HVW OD ILQ GH O¶RUSDLOODJH HW GX EDJQH
et la Guyane devient département français en 1946.
3RXU O¶(WDW IUDQoDLV OD GpSDUWHPHQWDOLVDWLRQ VLJQLILH UXSWXUH
avec le statut colonial antérieur, sans remettre néanmoins en
question la relation privilégiée avec la métropole. Elle va
QpFHVVDLUHPHQW GDQV OH VHQV G¶XQH LQWpJUDWLRQ SOXV SRXVVpH TXL
sera placée sous le signe du progrès et du développement. Une
réorganisation administrative se fait sous forme de lois et de
GpFUHWV 8QH SROLWLTXH G¶DVVLVtance se met en place qui à
O¶RULJLQH D SRXU EXW G¶HQWUDvQHU OH GpFROODJH pFRQRPLTXH HW j
WHUPH YLVH O¶DOLJQHPHQW GH OD *X\DQH HQ WDQW TXH GpSDUWHPHQW
IUDQoDLV VXU OHV GpSDUWHPHQWV PpWURSROLWDLQV 0DLV O¶pFKHF GHV
SUHPLqUHV WHQWDWLYHV FRQGXLW O¶(WDW j FKDQger sa politique
G¶DVVLVWDQFH $ SDUWLU GH OD SULRULWp HVW GRQQpH DX[
mesures destinées à améliorer les conditions et le niveau de vie
des Guyanais: à défaut de développement économique, la
départementalisation sociale offre désormais la preuve du
pURJUqV DFFRPSOL SDU OH SD\V TXL VHORQ OH Y°X GX JpQpUDO GH
Gaulle, pourra alors devenir «une vitrine française» en
$PpULTXH &HWWH QRXYHOOH SROLWLTXH G¶DVVLVWDQFH HQWUDvQH OD
WRWDOH SULVH HQ FKDUJH GX GpSDUWHPHQW SDU O¶DGPLQLVWUDWLRQ HW
renforce donc laGpSHQGDQFH GH OD *X\DQH j O¶pJDUG GH OD
métropole.

5
Bouyer, 1867.

1 2

$YHF O¶pOpYDWLRQ GX QLYHDX GH YLH OLpH j OD
départementalisation, la Guyane devient une région attractive
vers laquelle convergent des mouvements migratoires en
SURYHQDQFH GH O¶$PpULTXH GX 6XG GH OD &DUDïbe, de la France
HW GH FHUWDLQV SD\V G¶$VLH
En 1964, le gouvernement de Georges Pompidou prend la
GpFLVLRQ GH FRQVWUXLUH OD EDVH VSDWLDOH GH .RXURX /¶H[SDQVLRQ
du centre spatial et le poids des activités spatiales dans
O¶pFRQRPLH JX\DQDLVH FKDQJHQW OHVdonnées géographiques et
économiques du territoire. Le Centre Spatial Guyanais (CSG)
représente en effet la plus grande entreprise que le pays ait
MDPDLV DFFXHLOOLH /¶HVSDFH R V¶HVW LQVWDOOp OH &6* V¶pWHQG VXU
trente kilomètres à partir de la rive gauche du Kourou et
V¶HQIRQFH GH GL[ NLORPqWUHV GDQV O¶LQWpULHXU (Q .RXURX
accueille 13873 personnes, alors que Cayenne en compte
41 067et Saint-Laurent 13 /¶H[SDQVLRQ pFRQRPLTXH
guyanaise dépend largement du développement des activités
spatiales.
Les nouvelles activités lancées dans le département, à partir
de la création de la base spatiale, nécessitent des travailleurs
WUqV TXDOLILpV YHQDQW GHV DXWUHV '20 GH OD )UDQFH G¶DXWUHV
SD\V HXURSpHQV HW G¶$PpULTXH GX 1RUG DLQVL TXH GHV RXYULHUV
et desPDQ°XYUHV TXL YLHQQHQW GHV SD\V VXG-américains et de la
Caraïbe.
8QH SUHPLqUH YDJXH G¶LPPLJUDWLRQ DUULYH HQ *X\DQH GH
1965 à 1970 HOOH HVW FRPSRVpH G¶(XURSpHQV G¶$QWLOODLV GH
Surinamais, de Brésiliens et de Colombiens. Seuls les
Colombiens vont regagner leur pays à la fin des grands travaux
de Kourou.
En général, les immigrants arrivent en Guyane
LQGLYLGXHOOHPHQW DYHF RX VDQV FRQWUDW GH WUDYDLO HW V¶\ IL[HQW
/HV LPPLJUpV HQ SURYHQDQFH GH O¶$PpULTXH GX 6XG HW GH +DwWL
constituent le groupe le plus important : ils représentent près de
60 % de la population immigrée totale.
Les Brésiliens arrivent dans la plupart des cas
clandestinement et la régularisation de leur situation se fait
progressivement par le biais de contrats de travail ou par

1 3

mariage avecGHV )UDQoDLV &HUWDLQV G¶HQWUH HX[ VRQW DXVVL
H[SXOVpV ORUV G¶RSpUDWLRQV GH UHFRQGXLWH j OD IURQWLqUH
Les Haïtiens composent la communauté immigrée la plus
QRPEUHXVH ,OV VRQW G¶DERUG DUULYpV FRPPH WRXULVWHV SDU DYLRQ
puis sont restés clandestinement leWHPSV G¶DUUDQJHU OHXU
VLWXDWLRQ /D IHUPHWXUH GHV IURQWLqUHV j O¶LPPLJUDWLRQ KDwWLHQQH
permet à des filières clandestines de se mettre en place à partir
du Surinam. Des mesures policières freinent finalement le flux
des Haïtiens en 1985.
/¶LPPLJUDWLRQ FKLQRLVH TXDQW j HOOH V¶HVW LQWHQVLILpH GDQV OD
ème
seconde moitié du XXVLqFOH j OD VXLWH GH O¶LQVWDOODWLRQ GX
régime communiste à Pékin.
8QH DXWUH FRPPXQDXWp DVLDWLTXH V¶LPSODQWH HQ : les
Hmong, originaires du Laos, fuyant la guerre qui ravage la
péninsule indochinoise au cours des années 1970.
Les effectifs de la petite communauté métropolitaine
augmentent également après-guerre. Les nouvelles activités
créées en 1965 attirent des cadres métropolitains, mais aussi des
artisans, des commerçants et des employés subalternes.
)LQDOHPHQW HQ XQH WUHQWDLQH G¶DQQpHV OD GHUQLqUH JUDQGH
YDJXH G¶LPPLJUDQWV FRQWULEXH DX TXDGUXSOHPHQW GH OD
population :en 1961, la Guyane ne compte que 33295
ème
habitants, en 1999 elle en compte 157213. A la fin du XX
siècle, la Guyane est débordée par la puissance des flux des
immigrants brésiliens, haïtiens et surinamais dont elle réclame
le contrôle. Au recensement de 1990, il apparaît que 49,6 % des
KDELWDQWV GX GpSDUWHPHQW Q¶\ VRQW SDV QpV
ème
Vers le milieu du XXsiècle, la départementalisation qui
modifie le contexte sanitaire et économique de la Guyane lève
donc les obstacles qui ont gêné son peuplement depuis les
débuts de la colonisation. Le contexte économique et
démographique des pays environnants, ainsi que les nouvelles
activités économiques générées, amènent un afflux
G¶LPPLJUDQWV
De ce bref aperçu historique, nous retiendrons que la
*X\DQH HQ WDQW TXH FRORQLH QH SUpVHQWH TXH SHX G¶LQWpUrW SRXU

1 4

OD )UDQFH G¶DXWDQW SOXV TX¶LO V¶DYqUH GLIILFLOH GH SHXSOHU OH
territoire /H V\VWqPH FRORQLDO EDVp VXU O¶H[SORLWDWLRQ GHV WHUUHV
GDQV OH FDGUH GHV KDELWDWLRQV Q¶D GRQF SDV SX VH GpYHORSSHU
SOHLQHPHQW HW Q¶D SUREDEOHPHQW SDV PDUTXp OD VRFLpWp JX\DQDLVH
FRPPH HOOH D SX OH IDLUH GDQV G¶DXWUHV FRORQLHV DX[ $QWLOOHV RX
en Afrique, qui répondaient pleinement aux exigences de
production fixées par la métropole. Les dernières habitations
disparaissent dans les années 1880 et avec elles la classe
GRPLQDQWH GHV FRORQV EODQFV TXL V¶pWDLHQW G¶DLOOHXUV GpMj
majoritairement fondus par métisVDJH GDQV O¶HQVHPEOH GH OD
population.
$YHF O¶H[SORLWDWLRQ DXULIqUH O¶DUULYpH GX EDJQH HQ *X\DQH HW
les activités commerciales induites, une nouvelle classe se
ème
développe dans la deuxième moitié du XIXsiècle :la
bourgeoisie créole, formée essentiellePHQW GH PpWLV G¶RULJLQHV
variées. La classe dominante est dès lors une classe de
FRPPHUoDQWV HW G¶DIIDLULVWHV
/¶DUULYpH GHV EDJQDUGV HQ *X\DQH O¶DIIHFWDWLRQ GH FHV
GHUQLHUV DX[ WUDYDX[ G¶HQWUHWLHQ GHV YLOOHV OHXU PLVH j
disposition de particuliers créoles a probablement eu une
influence sur la hiérarchie socio- raciale, le Blanc étant au
service du « Noir ».
0rPH VL OD *X\DQH pWDLW SHXSOpH G¶XQH SRSXODWLRQ
DXWRFKWRQH OHV $PpULQGLHQV LO Q¶\ DYDLW JXqUH GH FRQWDFW HQWUH
la société coloniale et ces derniers. La première expérience de
poly-ethnicité dans la société guyanaise a lieu dans la deuxième
ème
moitié du XIXVLqFOH DYHF O¶DUULYpH GHV WUDYDLOOHXUV OLEUHV
GHVWLQpV DX[ KDELWDWLRQV HW GHV FKHUFKHXUV G¶RU GH GLYHUVHV
nationalités.
Avec la départementalisation en 1946, un effort important
G¶DVVLPLODWLRQ HVW GHPDQGp j OD VRFLpWp JX\DQDLVH OH
GpSDUWHPHQW GRLW j WHUPH V¶DOLJQHU VXU OHV GpSDUWHPHQWV
métropolitains et, devant la difficulté de réalisation de ces
ambitions initiales, la Guyane doit au moins constituer une
vitrine de la France en Amérique.
/¶pFRQRPLH JX\DQDLVH FRQQDvW XQ QRXYHO HVVRU DYHF
O¶LQVWDOODWLRQ GX &HQWUH 6SDWLDO j .RXURX /¶DPpOLRUDWLRQ GX

1 5

niveau de vie liée à la départementalisation, ainsi que le besoin
GH PDLQ G¶°XYUH JpQpUp SDU OHV DFWivités spatiales amènent de
QRXYHOOHV YDJXHV G¶LPPLJUDQWV HQ JUDQGH SDUWLH RULJLQDLUHV GH
+DwWL GX %UpVLO HW GX 6XULQDP DX SRLQW TXH O¶HQVHPEOH GHV
FRPPXQDXWpV LPPLJUpHV D DXMRXUG¶KXL XQ SRLGV
démographique équivalent à celui de la communauté créole
localH &HWWH LPPLJUDWLRQ VRXYHQW FODQGHVWLQH Q¶HVW SDV VDQV
poser de problèmes.

LA VILLE DECAYENNE
/D YLOOH GH &D\HQQH HVW IRQGpH HQ SDU O¶HWKQLH
amérindienne des Galibi. Vers la fin de 1643, Poncet de
Brétigny achète au chef Caîenne les terres qui entourent la
colline de Cépérou.
Durant un siècle, la colonie stagne en raison de sa faiblesse
GpPRJUDSKLTXH HW GX GpVLQWpUrW GHV PLOLHX[ G¶DIIDLUHV
ème
métropolitains. Durant tout le XVIIIsiècle, la ville se
développe autour du Fort Saint-0LFKHO j O¶LQWpULHXUmurs des
G¶HQFHLQWH
(Q OH FKHYDOLHU 7XUJRW SURSRVH XQ SODQ G¶H[WHQVLRQ
VXU OD EDVH G¶XQH WUDPH RUWKRJRQDOH GH YRLHV TXL VRQW RULHQWpHV
est/nord-est et ouest/sud-ouest.
Les fortifications sont démolies entre 1821 et 1842. Le
développement de la ville au-delà du canal Laussat et du
ème
boulevard Jubelin date du début du XXsiècle.
Jusque vers 1860-1870, la ville connaît une période
transitoire entre un mode de vie urbain à dominante
« aristocratique »et un mode de vie urbain à dominante
« bourgeoiseª HW FH MXVTX¶DX[ HQYLURQV GH

/D YLH j &D\HQQH VRXV O¶$QFLHQ 5pJLPH -1789)
ème
Au XVIIIsiècle, la société guyanaise est une société
colonialiste reposant sur des rapports de classes entre maîtres et
esclaves à base ethnique.

1 6

Les concessions à Cayenne sont accordées à des colons qui
ne les utilisent que comme résidences secondaires, comme
piedà-terre.
Dans Cayenne, on trouve beaucoup de marginaux, des gens
GH FRXOHXU OLEUHV TXL Q¶RQW SDV WURXYp GH VLWXDWLRQ VWDEOH DLQVL
que des Blancs tout aussi misérables qui vivent de la charité des
religieux.
Les «petits Blancsª VDQV SURSULpWpV IRQFLqUHV RX Q¶D\DQW
SDV RX SHX G¶HVFODYHV OHV DUWLVDQV OHV SHWLWV IRQFWLRQQDLUHV OHV
petits commerçants, les économes des habitations constituent
une classe intHUPpGLDLUH R O¶RQ WURXYH pJDOHPHQW GHV JHQV GH
couleur libres. Les petits Blancs intègrent la même catégorie
sociale que les affranchis de couleur qui pratiquent une petite
agriculture familiale.
La population de couleur est elle-même subdivisée en
catégories ordonnées selon la primauté du Blanc.
ème
Au XVIIIsiècle, les rues de Cayenne sont en grande
partie appropriées par les esclaves. Les Créoles et surtout leurs
femmes sortent rarement. Le Créole blanc constitue un exemple
à imiter pour les classes intermédiaires et un exemple tout court
pour la population servile.
Au début de son histoire, la ville de Cayenne ne semble donc
SDV DYRLU G¶LPSRUWDQFH HVVHQWLHOOH GDQV OH V\VWqPH FRORQLDO 2Q
Q¶\ WURXYH TXDVLPHQW TXH OHV UpVLGHQFHV VHFRQGDLUHV GH &UpROHV
blanFV HW OD FODVVH LQWHUPpGLDLUH SHXW V¶\ GpYHORSSHU OLEUHPHQW
elle regroupe gens de couleur et Blancs. Ce mélange racial se
UHWURXYHUD DX[ PDUJHV GH OD VRFLpWp FLWDGLQH &D\HQQH Q¶HVW
donc pas le haut lieu, la vitrine du système colonial, mais
quelque part un espace en marge où la pression sociale est
PRLQGUH /¶HVSDFH H[WpULHXU GH OD YLOOH Q¶HVW G¶DLOOHXUV SDV
fréquenté par les Créoles blancs. Mais bien sûr la référence au
Blanc restera la référence.
6
Bernard Chérubininous dit que les Africains importés
établissent très tôt un mode de vie afro-américain spécifique qui

6
Bernard Chérubini,Cayenne, ville créole et polyethnique,Editions Karthala
et CENADDOM, 1988.

1 7

ème
peut se définir de la façon suivante au XVIIIsiècle :la
IHPPH HVFODYH D EHDXFRXS G¶HQIDQWV HW EHDXFRXS GH
SDUWHQDLUHV O¶HQIDQW RFFXSH XQH SODFH SUpSRQGpUDQWH GDQV
O¶HQYLURQQHPHQW LPPpGLDW GH O¶HVFODYH QRLU OHV DQFLHQV RQW XQH
autorité importante sur le groupe. La structure familiale aurait
WHQGDQFH j rWUH SDWULDUFDOH HW SODFpH VRXV O¶DXWRULWp GX SOXV kJp
du groupe. Dans cette structure les relations les plus
importantes lient les grands-parents aux petits-enfants, puis les
SDUHQWV DX[ HQIDQWV HW O¶RQFOH PDWHUQHO DX QHYHX (OOH VH
caractérise également par la polygamie. La primauté des liens
grands-parents/petits-HQIDQWV HVW SHUSpWXpH MXVTX¶j QRV MRXUV
avec un second axe fondamental
parrain-marraine/petitsHQIDQWV /¶KRPPH HVFODYH HW VD RX VHV FRPSDJQHV VRQW
dispersés sur différentes plantations et dans des quartiers
différents de la ville.
Nous retiendrons donc le peu de stabilité que présente le
couple, les éléments stables de la famille étant constitués par les
grands-parents, ainsi que par le parrain et la marraine de
O¶HQIDQW &H j TXRL V¶DMRXWH XQ LPSRUWDQW PpWLVVDJH OLp DX[
relations extra-conjugales du maître avec ses esclaves.
Par ailleurs, Bernard Chérubini nous dit: «Il est clair que
O¶RPEUH GH '\RQLVRV SODQH VXU OD VRFLpWp JX\DQDLVH TXH OH
festif, la luxure et la dépravation menacent en permanence la
rationalité du système économique et social. »

ème
Cayenne au XIXsiècle
$ SDUWLU GH OH YLVDJH GH &D\HQQH FKDQJH DYHF O¶DUUivée
au poste de gouverneur de Pierre Clément, baron de Laussat.
Cayenne est désormais une ville très animée. Le dimanche,
les Créoles blancs se rendent au théâtre de la ville, ils
fréquentent les salons, les réceptions officielles, le cercle
guyanais où l¶RQ MRXH OHV FDELQHWV GH OHFWXUH GHV OLEUDLULHV RX
des loges maçonniques.
Une vie sociale se développe donc en vase clos dans la
société créole blanche.

1 8

Parallèlement, la ville est toujours dans un état déplorable :
les vastes espaces non bâtis sont investis par les herbes, les rues
sont sales, abandonnées aux esclaves.
/¶HVSDFH GH OD YLOOH HVW WRXMRXUV DXVVL SHX LQYHVWL SDU
O¶HQVHPEOH GH OD FRPPXQDXWp
&RPPH FHOD D pWp pYRTXp SUpFpGHPPHQW O¶DFWLYLWp
pFRQRPLTXH HVW SDUDO\VpH DYHF O¶DEROLWLRQ GH O¶HVFODYDge en
1848. Très peu de planteurs survivent à ce désastre. A la
deuxième ou troisième génération, les enfants des planteurs
V¶XQLVVHQW j GHV HQIDQWV G¶DQFLHQV HVFODYHV RX DIIUDQFKLV HW
IRUPHQW XQH SDUWLH GH FH TXH O¶RQ DSSHOOH« les grandes familles
guyanaises »,qui ne sont donc pas des familles blanches
FRPPH FHOD SHXW rWUH OH FDV GDQV G¶DXWUHV VRFLpWpV LVVXHV GX
système colonial.
$YHF OD GpFRXYHUWH GH O¶RU HW OH GpYHORSSHPHQW pFRQRPLTXH
qui résulte de son exploitation, Cayenne change très
rapidement. DeJURVVHV PDLVRQV GH FRPPHUFH V¶RXYUHQW HQWUH
HW DLQVL TXH OHV SUHPLqUHV ERXWLTXHV &¶HVW j FHWWH
pSRTXH TX¶DUULYHQW OHV SUHPLHUV LPPLJUDQWV: Chinois, puis
Antillais.
De grosses fortunes se constituent. A la fin du siècle, la
population guyanaise voit émerger en son sein une nouvelle
FODVVH ERXUJHRLVH TXL V¶HVW HQULFKLH GH IDoRQ VSHFWDFXODLUH HW TXL
occupe le devant de la scène publique.
Les lieux de sociabilité sont constitués par la place des
3DOPLVWHV OHV VDOOHV GH EDO HW OH PDUFKp R O¶RQ SHut croiser les
plus riches faisant eux-mêmes leurs courses quand ils
organisent une réception importante.
/H UDSSRUW j O¶HVSDFH GH OD YLOOH FKDQJH GRQF OD FODVVH
bourgeoise pratique désormais les espaces publics où elle est en
contact avec le restant de la population.
Parallèlement, comme cela a déjà été évoqué, les bagnards
HQWUHWLHQQHQW OHV HVSDFHV SXEOLFV GH OD YLOOH /¶HVSDFH SXEOLF
accède donc pleinement à une fonction et à une valeur.

1 9

De la Belle Epoque aux années cinquante
-XVTX¶DX[ DQQpHV WUHQWHon vit bien à Cayenne.
Aux bals qui sont donnés par les gouverneurs dans les salons
et les hôtels particuliers succèdent les matinées, les bals et les
soirées organisées par les associations, les cercles et sociétés
bourgeoises.
Corrélativement au développement de la vie associative,
O¶KRPPH HVW GH SOXV HQ SOXV DEVHQW GX IR\HU ,O SDVVH VRQ WHPSV
j O¶H[WpULHXU GDQV OHV GLYHUVHV DVVRFLDWLRQV HW FHUFOHV H[LVWDQWV
Une bonne partie de la vie sociale traditionnelle guyanaise se
SDVVH GDQV OD UXH j O¶H[WpULHXr du logement.
La société créole développe une forte attraction pour le
paraîtreHW FH PrPH GDQV O¶RUJDQLVDWLRQ GH IHVWLYLWpV
/¶LGHQWLILFDWLRQ VRFLDOH FD\HQQDLVH V¶DSSXLH HQ SUHPLHU OLHX
VXU O¶DLVDQFH GHV IDPLOOHV TXH O¶RQ SHXW PHVXUHU DX QRPEUH HW j
la qualité de la domesticité, à la renommée et au prestige du
maître.
Dans ces grandes maisonnées, la générosité est de rigueur.
4XDQG RQ FXLVLQH XQ SODW TXL VRUW GH O¶RUGLQDLUH OH YRLVLQDJH
les parents, les amis en profitent, mais aussi les personnes
nécessiteuses.
7
Bernard Chérubininous dit que des principes de générosité,
de bonté et de charité sont érigés en éléments constitutifs de
O¶LGHQWLWp JX\DQDLVH
/D GLIIpUHQFLDWLRQ VRFLDOH V¶RSqUH VXU OD EDVH GH GpSHQVHV
ostentatoires.
ème
Au début du XXsiècle coexistent plusieurs ethnies, des
8
Amérindiens, des Chinois, des Noirs «marrons » ,mais aussi
GHV IRUoDWV EODQFV %HUQDUG &KpUXELQL QRXV GLW TXH O¶LGHQWLWp HW
la respectabilité du citoyen créole guyanais peuvent être
construites et valorisées avec plus de facilité que dans le cas
G¶XQH KLpUDUFKLH VRFLDOH FODVVLTXH R OHV ©petits Blancs»

7
Ibidem.
8
Esclave enfui.

2 0

constituent un groupe intermédiaire, rejetant au plus bas niveau
de la hiérarchie socio-raciale la masse autochtone.
/H FHQWUH YLOOH V\PEROLVH O¶KDELWDW G¶XQH ERXUJHRLVLH Ht
G¶XQH SRSXODWLRQ LQWHUPpGLDLUH GH SHWLWV IRQFWLRQQDLUHV HW GH
cadres moyens qui vivent plutôt bien. Les groupes ethniques
fortement infériorisés vivent en dehors des limites du centre
ville.
,O Q¶H[LVWH SDV GH WUqV JURVVH ERXUJHRLVLH SRVVpGDQWH HQ
GuyanH FH TXL V¶H[SOLTXH SUREDEOHPHQW HQ SDUWLH SDU OH UDSSRUW
DX IRQFLHU /H *X\DQDLV Q¶DFKHWDLW SDV OD WHUUH HW WUqV SHX GH
Guyanais sont propriétaires à Cayenne.
Au sein de la communauté créole constituée, la mobilité
sociale se traduira presque toujours par une mobilité
UpVLGHQWLHOOH VRLW j O¶LQWpULHXU GH O¶HVSDFH UpVLGHQWLHO GpMj
produit, soit en dehors des limites du centre-ville.
La promiscuité socio-spatiale est rejetée au fur et à mesure
au centre- ville et de nouveaux quartiers résidentiels se créent à
la périphérie de la ville. Les résidences secondaires de la fin du
ème ème
XIX siècleet du début du XXsiècle, les «villas »,
deviennent les résidences principales de la bourgeoisie
cayennaise avec un transfert de son souci de gigantisme et de
différenciation sociale du centre-ville à la périphérie.
La société bourgeoise créole métisse qui a vu son avènement
ème
durant la deuxième moitié du XIXVLqFOH V¶LQVFULW GDQV XQ
contexte spécifique, en particulier de rapport au Blanc, ce qui
lui permet de construire aisément son identité. Cette bourgeoisie
QH VH GpYHORSSHUD SDV GDQV OH VHQV GH FH TXH O¶RQ SHXW DSSHOHU
une grande bourgeoisie. Elle exprimera pleinement son identité
DX WUDYHUV GH O¶RFFXSDWLRQ GX FHQWUH-ville de Cayenne et de la
YLH VRFLDOH TX¶HOOH YD \générer. Des interactions avec les autres
groupes sociaux vont exister en particulier au travers de la
notion de charité vis-à-vis des nécessiteux. Les groupes
ethniques infériorisés restent quant à eux à la marge de la
société créole et de la ville.
DansOD VRFLpWp FUpROH ELHQ SOXV TXH O¶DFTXLVLWLRQ G¶XQ
SDWULPRLQH FH VHUD O¶LPSRUWDQFH GHV GpSHQVHV RVWHQWDWRLUHV TXH

2 1

FH VRLW DX QLYHDX GH O¶RUJDQLVDWLRQ GH OD PDLVRQQpH RX GH
O¶LQYHVWLVVHPHQW GDQV O¶KDELWDW TXL H[SULPHUD FODLUHPHQW OD
situation sociale de la famille. Le paraîtrea une fonction
IRQGDPHQWDOH DLQVL TXH O¶LQYHVWLVVHPHQW GDQV GHV DFWLYLWpV
festives.
/¶KRPPH WURXYH VRQ OLHX G¶pSDQRXLVVHPHQW j O¶H[WpULHXU GX
logement, dans la vie sociale.
Mais peu à peu, face à de nouvelles exigences dans le
rappRUW j O¶KDELWDW O¶LQWpUrW GH OD FODVVH ERXUJHRLVH SDU UDSSRUW j
O¶KDELWDW VH GpSODFH RQ YHXW GRUpQDYDQW KDELWHU GDQV OHV
TXDUWLHUV SpULSKpULTXHV R O¶RQ YLW JOREDOHPHQW PLHX[
/D QDLVVDQFH HW O¶DSRJpH GH O¶DUFKLWHFWXUH FUpROH
traditionnelle cayennaise couvrent donc à peu près une centaine
ème
G¶DQQpHV GX PLOLHX GX ;,; sièclejusque vers le milieu du
ème
XX siècle.Elle reflète et exprime dans toute sa splendeur la
société bourgeoise créole qui elle aussi est à son apogée et qui
V¶LQYHVWLW GDQV O¶HVSDFH XUEain.

/¶ORGANISATION DE L¶HABITAT CREOLE TRADITIONNEL
USAGE DE L¶ESPACE
/¶LPSRUWDQFH GH O¶HVSDFH H[WpULHXU GDQV O¶KDELWDW HW OD
vie familiale
/HV vORWV GDQV OHVTXHOV V¶LQVFULW O¶KDELWDW VRQW LVVXV GH OD
WUDPH RUWKRJRQDOH PLVH HQ SODFH SDU OH SODQ G¶H[WHQVLon de
1764 du chevalier de Turgot.
&HV vORWV FRUUHVSRQGHQW j GHV FDUUpV G¶HQYLURQ FHQW WUHQWH
mètres de côté, divisibles en six à douze parcelles et qui par la
suite seront subdivisés dans le sens est-ouest, créant ainsi une
voirie intermédiaire.
$XMRXUG¶KXL OHV SDUFHOOHV RQW XQH SURIRQGHXU G¶HQYLURQ
trente mètres. Elles sont prévues initialement pour une largeur
de façade de vingt à vingt-cinq mètres.
Les maisons étant en alignement sur rue, il se dégage donc à
O¶DUULqUH GH OD PDLVRQ XQ HVSDFH H[WpULHXU FRQVpTXHQW GH O¶RUGUH

2 2

de vingt mètres de profondeur qui permet la mise en place de
EHDX[ MDUGLQV G¶vORWV GH YHUGXUH GDQV OD WUDPH XUEDLQH
'DQV FHV HVSDFHV j O¶DUULqUH GHV FRQVWUXFWLRQV OHV DJUXPHV
côtoient souvent des arbres à hautes tiges tels que les palmiers
royaux et des manguiers centenaires. On y trouve aussi de
nombreux parterres fleuris et des plantes médicinales.
/¶HVSDFH H[WpULHXU YpJpWDOLVp UHPSOLW GRQF j OD IRLV XQH
fonction de détente et fournit par ailleurs les agrumes et la
pharmacopée nécessaires à la famille.
La cour est le centre de la vie familiale et intime qui se passe
dans les espaces extérieurs.
La cour accueille les dépendances principales de
O¶KDELWDWLRQ OD FXLVLQH pTXLSpH G¶XQ pYLHU G¶XQ IRXU GH IR\HUV
le tout pris dans la masse; la salle de bains, généralement
pTXLSpH G¶XQH EDLJQRLUH HQ EULTXH OH OLHX G¶DLVDQFH OD
buanderie, la remise à charbon et la salle pratique pour le
repassage et les rangements divers.
/D FRXU FRQWLHQW pJDOHPHQW XQ SXLWV TXL IRXUQLW O¶HDX /H
réservRLU G¶HDX pWDLW RXYHUW WRXV OHV PDWLQV j VHSW KHXUHV HW
UpFXSpUDLW O¶HDX DUULYpH SDU OHV FDQDOLVDWLRQV
Il y a également une basse-cour.
La vie intime de la famille est protégée de la vue des voisins
par une palissade.

Vie familiale et usage du logement
La vie familiale et intime se passe dans les espaces qui ne
VRQW SDV HQ FRQWDFW GLUHFW DYHF O¶H[WpULHXU: dans la cour, le
MDUGLQ HW OHV GpSHQGDQFHV VXU OD JDOHULH DLQVL TX¶j O¶pWDJH R VH
localisent les chambres à coucher. Les maisons traditionnelles
ont souvent un étage, voire deux et un vaste comble qui sert de
grenier, de salle de jeux et de séchoir pour le linge. Ce comble
assure par ailleurs une bonne ventilation de la maison.
Dans la mesure du possible, il y a donc un espace tampon
HQWUH O¶HVSDFH SULYDWLI HW O¶HVSDFH SXEOLF H[WpULHXU

2 3

La fonction de représentation
Le salon et la salle à manger situés en rez-de-chaussée sont
DX FRQWDFW GLUHFW GH OD UXH &HV SLqFHV V¶RXYUHQW VXU OH WURWWRLU
par des portes fenêtres.
Le salon et la salle à manger restent généralement inutilisés
en dehors des jours de fête et du dimanche. Ces pièces sont
fortement chargées de meubles et de bibelots qui ont comme
fonction première de représenter et de donner une image de la
IDPLOOH j O¶H[WpULHXU GDQV OD VRFLpWp /D GHQVLWé des meubles les
UHQG SDUIRLV LPSUDWLFDEOHV HW PRQWUH TXH O¶HVVHQWLHO GH OD YLH VH
passe ailleurs.
/D PDLVRQ GLVSRVH G¶DXWUHV OLHX[ GH UHSUpVHQWDWLRQ FRPPH
OH GHYDQW GH OD SRUWH TXL HVW VRXPLV j XQ U\WKPH G¶XWLOLVDWLRQ
fractionné selon les heures de la journée, avec des temps forts
qui correspondent aux moments les plus intenses de la
sociabilité. Le soir venu, on sort un banc sur le trottoir pour
discuter avec les voisins et les passants.
$ O¶pWDJH F¶HVW OH EDOFRQ TXL DVVXPH OD IRQFWLRQ GH
représentatiRQ 6HORQ O¶LPSRUWDQFH VRFLDOH GH OD IDPLOOH LO VHUD
SOXV RX PRLQV RXYUDJp 6XU OH EDOFRQ O¶LQGLYLGX SHXW VH
PRQWUHU WRXW HQ GRPLQDQW OD UXH &¶HVW VRXYHQW Oj TXH OHV
&D\HQQDLV V¶LQVWDOOHQW OH VRLU YHQX SRXU SUHQGUH OH IUDLV HW ERLUH
le traditionnel punch, tout en saluant les passants.
'DQV O¶KDELWDW WUDGLWLRQQHO FUpROH RQ GLVSRVH GRQF GH GHX[
W\SHV G¶HVSDFHV GH UHSUpVHQWDWLRQ /H VDORQ HW OD VDOOH j PDQJHU
R O¶RQ UHoRLW FKH] VRL OH SDV GH SRUWH HW OH EDOFRQ R O¶RQ HQWUH
en contact avec les passants et voisins.
On remarquera que le salon et la salle à manger sont au
9
contact direct et immédiat de la rue. Bernard Chérubininous
GLW TXH OD UXH HVW SOXV RX PRLQV SHUoXH HW XWLOLVpH FRPPH V¶LO
V¶DJLVVDLW G¶XQ SURORQJHPHQW GH OD PDLVRQ


9
Bernard Chérubini,op.cit.

2 4

La galerie, un espace particulier
La galerie est un espace de distribution horizontal et vertical,
ORUVTX¶HOOH LQWqJUH O¶HVFDOLHU; elle est en général largement
dimensionnée. Elle donne accès à la salle à manger et au salon
qui sont reliés par une petite porte ; elle donne également sur la
cour.
&¶HVW XQ HVSDFH TXL HVW DVVRFLp j OD YLH IDPLOLDOH FDU HQ
dehors des dimanches et des jours de fêtes, les repas sont pris
dans la galerie.
La galerie constitue un espace de réception privilégié, car la
UpFHSWLRQ GHV YLVLWHXUV V¶HIIHFtue assez souvent dans la galerie
qui permet le contact direct avec la rue.
La galerie donne de préférence sur la cour, mais elle peut
aussi donner sur la rue. Dans ce cas de figure, elle est pourvue
de persiennes sur toute sa hauteur pour lui conserver au
maximum le caractère privé de son usage.
La galerie est donc un espace de transition qui remplit une
fonction importante dans la vie familiale F¶HVW Oj TXH O¶RQ
prend habituellement les repas. Elle est déjà marquée par
O¶RXYHUWXUH YHUV O¶H[WpULHXU F¶HVW Oj TXH O¶RQ UHoRLW SDUIRLV OHV
visiteurs, probablement des visiteurs qui ont déjà une relative
intimité avec la famille.

LANGAGE ARCHITECTURAL
/HV YXHV HW ILOWUHV O¶LQWHUSpQpWUDWLRQ HQWUH LQWpULHXU HW
extérieur, la continuité
Les maisons sont en général construites à une distance
supérieure à soixante centimètres de la maison mitoyenne, ce
TXL SHUPHW G¶DFFpGHU GLUHFWHPHQW j O¶HVSDFH j O¶DUULqUH GH OD
PDLVRQ HW GRQF j O¶HVSDFH H[WpULHXU WRXW HQ DXWRULVDQW XQH
YHQWLODWLRQ PLQLPXP GH OD FRXU DLQVL TX¶XQpour exutoire
O¶pJRXW TXH OHV HDX[ GpYHUVpHV SDU OHV DXYHQWV RX OH WRLW
viennent à nettoyer. La discontinuité dans le bâti, marquée le
plus souvent en premier étage, ménage des percées visuelles
vers le jardin intérieur.

2 5

Au rez-de-chaussée, les fermetures sont constituées de volets
j EDVFXOH GRXEOpV GH YROHWV GH MRXU VRXV IRUPH G¶XQH SRUWH j
deux battants ayant une partie basse pleine, une partie haute
ajourée par des lames fixes horizontales ou croisées en
diagonale. Elles peuvent aussi être mobiles et permettent de
doser la lumière et la ventilation. Un petit rideau translucide
IORWWH DX YHQW HW FRXYUH OH KDXW GH O¶HPEUDVXUH GH OD SRUWH /H
V\VWqPH HVW OH PrPH V¶LO V¶DJLW GH IHQrWUHV
$ O¶pWDJH OHV YROHWV VRQW V\VWpPDWLTXHPHQW SRXUYXV GH
lames horizontaOHV TXL ODLVVHQW SDVVHU OD OXPLqUH HW O¶DLU
La galerie, en particulier si elle donne sur rue, est pourvue de
persiennes à lames orientables ; elle ne doit pas être perceptible
à partir de la rue. Dans certains cas de figure, cette galerie est
fermée en paUWLH EDVVH PDLV GLVSRVH G¶RXYUDQWV VRXV IRUPHV GH
SDQQHDX[ j ODPHV KRUL]RQWDOHV TXH O¶RQ SHXW IDLUH SLYRWHU 7RXW
HQ D\DQW O¶LPSUHVVLRQ G¶rWUH j O¶LQWpULHXU RQ D XQ FRQWDFW
SULYLOpJLp DYHF O¶H[WpULHXU
Les impostes au-dessus des ouvertures, qui font partie
intégrante du système de ventilation, participent à cette
interpénétration entre intérieur et extérieur. La symétrie des
ouvertures qui certes contribue également au système de
ventilation crée tout un ensemble de transparences et de
prolongements dansO¶KDELWDW
&HWWH SURIRQGHXU FHWWH pSDLVVHXU GH O¶KDELWDW HVW
SDUWLFXOLqUHPHQW SHUFHSWLEOH TXDQG RQ HVW j O¶LQWpULHXU
/¶RFFXSDQW GH OD PDLVRQ D XQH OHFWXUH YLVXHOOH G¶HVSDFHV HW
G¶DPELDQFHV YDULpV GH MHX[ GH OXPLqUH HW G¶RPEUH /¶LQWpULHXU
HW O¶H[WpULHXU V¶LQWHUSpQqWUHQW VRXV GHV IDoRQV PXOWLSOHV HW
ILQDOHPHQW GRQQHQW XQH ULFKHVVH GH SHUFHSWLRQ j O¶KDELWDW WRXW
en finesse des ambiances.
8QH FRQWLQXLWp QDWXUHOOH XQ SDVVDJH KDUPRQLHX[ V¶pWDEOLW
entre la construction qui dialogue et son environnement
immédLDW TX¶LO VRLW QDWXUHO RX G¶RUGUH VRFLDO *UkFH j WRXW XQ
ensemble de vues, de transparences et de filtres, le passant peut
lui aussi avoir une lecture de la profondeur de cet habitat, sans
SpQpWUHU GDQV O¶LQWLPLWp GHV DFWLYLWpV TXL VH GpURXOHQW GDQV OD
mDLVRQ ,QYHUVHPHQW O¶RFFXSDQW GH OD PDLVRQ WRXW HQ pWDQW

2 6

protégé de la vue, a une perception de ce qui se passe à
O¶H[WpULHXU
Par ailleurs, grâce aux auvents et aux balcons accrochés aux
façades sur rue, le passant est protégé du soleil et de la pluie.
4XDQG LO SOHXW O¶RQ SHXW FRQWLQXHU VRQ FKHPLQ G¶XQH PDLVRQ j
O¶DXWUH RX O¶RQ SHXW GX PRLQV V¶DEULWHU GH OD SOXLH &H V\VWqPH
LQJpQLHX[ SHUPHW GH JDUGHU VD OpJqUHWp j O¶DUFKLWHFWXUH WRXW HQ
assumant une fonction essentielle de protection dans la vie
quotidienne.
/¶HQYHORSSH PrPH GH OD IDoDGH SULQFLSDOH RIIUH GRQF GHV
SRLQWV GH GLDORJXH PXOWLSOHV DYHF O¶H[WpULHXU: par la vue sur le
jardin, par la perception auditive de ce qui se passe dans la
PDLVRQ SDU O¶XWLOLVDWLRQ GX EDOFRQ HW GX SDV GH SRUWH OH VRLU
venu, par la fonction de protection des auvents et du balcon.

Le vocabulaire esthétique
Le volume de la maison en lui-PrPH HVW VLPSOH ,O V¶DJLW
G¶XQ SDUDOOpOpSLSqGH TXL HVW VRLW j UH]-de-chaussée ou qui a un
ou deux étages surmontés de combles. La hauteurGH O¶pWDJH
GLPLQXH DX IXU HW j PHVXUH TXH O¶RQ PRQWH GDQV OHV pWDJHV HW FH
pour des problèmes de ventilation. La hauteur du
rez-deFKDXVVpH SHXW rWUH GH O¶RUGUH GH WURLV PqWUHV /D GLIIpUHQFH GH
SURSRUWLRQV G¶XQ pWDJH j O¶DXWUH FUpH XQH WUqV OpJqUH GLYHUVité
dans la façade.
La qualité esthétique de cet habitat est en fait surtout due à tous les
accessoires rajoutés sur le volume de base qui là encore lui donnent
une grande finesse de lecture, grâce en particulier au travail subtil de
décoration.
Si les constructions ont un ou deux niveaux, chaque niveau
est protégé par un auvent, ce qui crée une coupure dans ces
volumes, qui parfois peuvent être imposants. Des chiens assis
contribuant à la ventilation donnent une animation à la toiture.
Le balcon au premier étage, situé en partie médiane,
contribue à donner du relief à la façade. Un soin tout particulier
est généralement accordé à la réalisation des balcons. On trouve
des consoles et rambardes en fer forgé plus ou moins ouvragées,

2 7

en fonte ou en bois. Les rambardes en bois peuvent être en bois
précieux, parfois tourné.
Les portes fenêtres ou volets de fenêtres en bois agrémentent
les multiples ouvertures de la façade. Les portes de jour à deux
YDQWDX[ IRQW VRXYHQW O¶REMHW G¶XQ WUDYDLO GH GpFRXSH HQ
arabesque de la partie haute.
Si les portes au rez-de-FKDXVVpH VRQW SOHLQHV FHOOHV j O¶pWDJH
sont pourvues de lames horizontales et présentent donc une
GLIIpUHQFH G¶DVSHFW
Les impostes au-GHVVXV GHV RXYHUWXUHV VRQW G¶XQH JUDQGH
diversité dans les formes: treillis, soleil, lames horizontales et
verticales....
/D FRXOHXU VXLW HW V¶DGDSWH DX[ pOpPHQWV GH GpFRUDWLRQ SRXU
OHV PHWWUH HQ YDOHXU GDQV O¶LPDJH JOREDOH

/¶IMPORTANCE DE LA FAMILLE ET DE L¶ESPACE QUI
L¶ABRITE:LA MAISON
La maison traditionnelle est prévue pour accueillir une seule
famille, mais dans certains cas on remarque une forte tendance
j O¶H[WHQVLRQ GX IR\HU SDU DGMRQFWLRQ GH FROODWpUDX[ FRQMRLQWV
des enfants, petits-enfants ou personnes non apparentées.
/D PDLVRQ GHYLHQW DORUV OH FHQWUH G¶XQH IDPLOle étendue qui
se scinderait progressivement ou se reformerait différemment,
WRXW QRXYHDX FRXSOH D\DQW WHQGDQFH j V¶LQVWDOOHU GDQV VRQ
propre logement.
/D SDUHQWp RFFXSH XQH SODFH LPSRUWDQWH GDQV O¶HVSDFH VRFLDO
ème
cayennais. A partir de la fin du XIXsiècle et du début du
ème
XX siècle,les liens de parenté sont très solides. La parenté
ULWXHOOH SDU O¶LQWHUPpGLDLUH GX SDUUDLQDJH HW GX PDUUDLQDJH
FDWKROLTXHV FRQVWLWXH OH SLOLHU GH O¶RUJDQLVDWLRQ IDPLOLDOH
La parenté rituelle vient théoriquement contrebalancer
O¶LQVWDELOLWp GHV XQLRQV HW JDUDQWLU XQH FRQWLQXLWp DIIHFWLYH HW
GLVFLSOLQDLUH j O¶HQIDQW 1pDQPRLQV GDQV OD SOXSDUW GHV FDV
quand la mère pour diverses raisons doit se séparer de son
HQIDQW HQ EDV kJH HOOH OH FRQILHUD G¶DERUG j VD PqUH RX j VD

2 8

grand-mère. Chaque individu entretient donc le plus souvent
des liens permanents et quasi quotidiens avec un certain nombre
de membres de sa famille. Beaucoup de Cayennais ont vécu
chez un oncle, une tante, une marraine ou une grand-mère.
La maison constitue à la fois le support des rencontres
quotidiennes de la famille élargie, mais permet aussi
G¶DFFXHLOOLU SRXU XQH SOXV RX PRLQV ORQJXH GXUpH FHUWDLQV DXWUHV
membres de la famille.
Par ailleurs, la famille constitue le pivot des relations
sociales. On sort entre cousins, cousines, on organise des
UpXQLRQV IDPLOLDOHV j OD PDLVRQ SRXU V¶DPXVHU HQWUH VRL

/¶HABITAT DOMAINE DE LA FEMME
La maîtresse de maison règne sur les espaces domestiques.
/¶KRPPH Q¶\ RFFXSH TX¶XQH SODFH PDUJLQDOH
/D YLH TXRWLGLHQQH GH O¶KRPme est centrée sur les espaces
H[WpULHXUV OHV FOXEV FHUFOHV DVVRFLDWLRQV VSRUWLYHV /¶KRPPH
retrouve ses amis pour manger, boire avec eux, jouer aux
dominos et aux cartes.
/¶KRPPH LQWHUYLHQW WUqV SHX GDQV OD YLH GRPHVWLTXH F¶HVW OD
IHPPH TXL D O¶HQWLère responsabilité de la maisonnée. En
FRQWUHSDUWLH OD IHPPH Q¶D SDV j LQWHUYHQLU GDQV OD YLH GH
O¶KRPPH j O¶H[WpULHXU GH OD PDLVRQ
La femme ne sort pas beaucoup de chez elle.
/D IHPPH FRQVWLWXH HQ IDLW OH SLYRW O¶pOpPHQW VWDEOH GH OD
IDPLOOH G¶DXWDQWplus que les rapports au sein du couple sont
10
souvent difficiles. Bernard Chérubininous dit que le
comportement de la femme guyanaise est marqué par une
mentalité forgée par trois siècles de soumission, forcée, puis
entretenue vis-à-YLV GH O¶KRPPH ,O QRXs dit que ces structures
mentales ont eu de graves conséquences sur la vie quotidienne
des femmes guyanaises. La femme répète indéfiniment les
mêmes comportements en particulier vis-à-vis de ses propres
enfants. Elle reconnaît tacitement la supériorité du mari, qui,

10
Ibid.

2 9