Risque environnemental et action collective (collection SRD)

-

Livres
163 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La gestion des problèmes environnementaux a connu ces dernières années de profondes mutations. En effet, la prise de conscience des conséquences des activités humaines sur l'environnement a conduit à un renouvellement de l'évaluation des risques selon les parties prenantes (usagers, acteurs publics...) et à une remise en cause des procédures de décision.
Comment les risques environnementaux sont-ils appréhendés par les individus et les sociétés ? Ouels sont les mesures de prévention et les plans de gestion qui en découlent ? Pour répondre à ces questions, l'ouvrage "Risque environnemental et action collective" analyse le concept d'action collective à travers l'examen des différentes formes de mobilisation des acteurs engagés.
Fruit d'une recherche interdisciplinaire, il étudie les fondements théoriques liant les risques environnementaux aux dynamiques d'action collective et propose une approche empirique de ces théories à travers l'exemple de la gestion de deux types de risques environnementaux : pollution et érosion côtière dans le Pas-de-Calais.
Risque environnemental et action collective s'adresse aux professionnels de la gestion des risques, aux personnes travaillant dans les collectivités locales et territoriales, mais aussi aux étudiants, enseignants et chercheurs dans le domaine de la gestion des risques environnementaux. Tous y trouveront un examen rigoureux des travaux existants sur les risques environnementaux et l'action collective ainsi qu'une approche méthodologique originale combinant les apports de l'économie, de la géographie et de la sociologie, appliquée à différents types de risques environnementaux.
Préface. Avant-propos (Olivier Petit et Vincent Herbert). Introduction générale (Olivier Petit). Les risques environnementaux : lectures disciplinaires et champs de recherches interdisciplinaires (Valérie Morel, Philippe Deboudt, Valérie Deldrève, Jérôme Longuépée, Muriel Maillefert, Éric Masson, Catherine Meur-Férec, Olivier Petit et Bertrand Zuindeau). Introduction. Un cadrage sémantique disciplinaire. Approches théoriques et méthodologiques disciplinaires. Le risque environnemental : une notion difficile à circonscrire. Conclusion. Références bibliographiques. Les théories de l'action collective. Expression du rapport entre l'individu et la collectivité (Christophe Beaurain, Muriel Maillefert et Olivier Petit). Introduction. L'action collective en économie et sociologie : individualisme ou holisme méthodologique ? L'action collective selon J.R. Commons : une perspective à mi-cheminentre individualisme et holisme ? Futurité, pragmatisme et action collective chez Commons. Conclusion. Références bibliographiques. Approches analytiques des mécanismes d'action collective appliquées aux risques environnementaux (Muriel Maillefert et Bertrand Zuindeau). Introduction. Approche exit et voice d'Hirschman : une application au domaine des risques environnementaux. Une analyse institutionnaliste en termes de politiques publiques. Conclusion. Références bibliographiques. Risques de pollution et action collective dans le bassin minier (cas de Metaleurop) : défection ou prise de parole ? (Bertrand Zuindeau, Gwénaël Letombe et Éric Masson). Introduction. Les formes de prise de parole face au risque. Prix hédoniques et risques environnementaux. Conclusion. Références bibliographiques. Risques d'érosion et dynamiques d'action collective sur la Côte d'Opale (de Wissant à Wimereux) (Vincent Herbert, Muriel Maillefert et Catherine Meur-Férec). Introduction. Les grandes options de l'action publique en matière de gestion du risque d'érosion. La perception du risque côtier sur la Côte d'Opale : le regard des habitants et des usagers. La montée des contraintes. Conclusion. Références bibliographiques. Conclusion générale (Éric Masson et Olivier Petit). Références bibliographiques. Annexe : Questionnaire de l'enquête "Perception des risques d'érosion sur le littoral". Index des auteurs. Index des notions et des noms de lieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 avril 2010
Nombre de visites sur la page 18
EAN13 9782743018238
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0382 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Risque environnemental et action collective
Application aux risques industriels et d’érosion côtière dans le Pas-de-Calais
directeur du Centre de recherche sur les Risques et les Crises (CRC), Mines ParisTech / ARMINES
Risque environnemental et action collective
Application aux risques industriels et d’érosion côtière dans le Pas-de-Calais
Olivier Petit Économiste Université d’Artois
Vincent Herbert Géographe Université du Littoral-Côte d’Opale
Coordonnateurs
11, rue Lavoisier 75008 Paris
Dans la même collection
série « Notes de synthèse et de recherche » Introduction à la sécurité économique La défense en profondeur – Contribution de la sûreté G. Pardini, 2009nucléaire à la sécurité industrielle E. Garbonlino, 2008 Retour d’expérience et maîtrise des risques – Pratiques et méthodes de mise en œuvre Le cadre juridique de la gestion des risques naturels J.-L. Wybo, W. Van Wassenhove, 2009 V. Sansévérino-Godfrin, 2008 Cadre juridique de la prévention et de la réparation Les plans de prévention des risques : la prévention des risques professionnels des risques majeurs par la maîtrise de l’usage des sols P. Malingrey, 2009 G. Rasse, 2008 Pratiques de prévention des risques professionnels Risques et enjeux de l’interaction sociale dans les PMEJ.-M. Stébé, 2008 C. Martin, F. Guarnieri, 2008 Retour d’expérience et prévention des risques – Maîtriser les défaillances des organisations en santé Principes et méthodes et sécurité du travail – La méthode TRIPODW. Van Wassenhove, E. Garbolino, 2008 J. Cambon, F. Guarnieri, 2008 Maîtrise des risques et sûreté de fonctionnement : repères historiques et méthodologiques A. Lannoy, 2008
série « Références » Le droit de la Politique européenne de sécurité Le syndrome de vulnérabilité et de défense dans le cadre du traité de LisbonneJ. Bouisson, 2008 A. Cammilleri-Subrenat, 2010 Les fondements des approches fréquentielle Risques et territoires — Interroger et comprendre et bayésienne. Applications à la maîtrise du risque la dimension locale de quelques risques contemporains industriel T. Coanus, J. Comby, F. Duchêne, E. Martinais, coord., H. Procaccia, 2008 2010 La politique de sécurité routière – Derrière L’expertise : enjeux et pratiques les chiffres, des vies K. Favro, coord., 2009 J. Chapelon, 2008 Introduction à l’analyse probabiliste des risques La catastrophe AZF – L’apport des sciences humaines industriels et sociales H. Procaccia, 2009 G. de Terssac, I. Gaillard, coord., 2008
série « Innovations » Les paradigmes de la perception du risque Sociologie d’une crise alimentaire : les consommateurs C. Kermisch, 2010à l’épreuve de la maladie de la vache folle J. Raude, 2008 Réduire la vulnérabilité des infrastructures essentielles – Guide méthodologique La réduction de la vulnérabilité des PME-PMI B. Robert, L. Morabito, 2009aux inondations P.-G. Mengual, 2008 Climat et risques : changements d’approches D. Lamarre, 2008 série « Débats »
Le débat public, un risque démocratique ? L’exemple de la mobilisation autour d’une ligne à très haute tension D. Boy, M. Brugidou, coord., 2009
DAN GER LE PHOTOCOPILLAGE TUE LE LIVRE
Violences routières – Des mensonges qui tuent C. Got, 2008
© LAVOISIER, 2010 ISBN : 978-2-7430-1246-5 ISSN : 1962-6045
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation de l'éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie (20, rue des-Grands-Augustins - 75006 Paris), est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et, d’autre part, les analyses et courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre er dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 1 -juillet 1992 - art. L 122-4 et L 122-5 et Code pénal art. 425).
Préface
Les travaux présentés dans cet ouvrage témoignent d’une double volonté : d’abord d’une volonté de collaboration entre disciplines dont on cherche les complémentarités plutôt qu’une unification arbitraire ; ensuite d’un souci d’aller de la théorie à l’étude empirique pour mettre à l’épreuve des catégories et des typologies. C’est ainsi un travail doublement collectif.
Cette approche plurielle, entre trois disciplines, terrains et constructions théo-riques, se justifie du fait que la notion de risque environnemental est loin d’être stabilisée et de constituer un objet aux contours précis. Ni le concept de risque ni celui d’environnement ne sont construits de la même manière par les disci-plines géographiques, économiques et sociologiques. Cette indétermination de l’objet d’étude tient aussi, au décalage entre la nature desnouveaux risqueset les outillages cognitifs qui sont ceux des disciplines et qui restent orientés par une vision de prévision et de maîtrise. La géographie est plus accoutumée à un monde spatialement circonscrit dans lequel l’aléa confronte les sociétés humaines à leur propre capacité à réagir à des perturbations externes pour maintenir son existence ou s’adapter. La sociologie n’a que récemment considéré le risque comme une réalité autre que socialement construite, comme un effet et une composante de la culture propre aux sociétés ou aux groupes sociaux, comme une sorte de prétexte à l’organisation sociale. Quant à l’économie, elle fait certes du risque (ou de la prise de risque) un des moteurs de son dynamisme, mais c’est en le réduisant au risque probabilisable et donc gérable, à travers des outils et des procédures.
Or, le risque environnemental échappe, en quelque sorte, à ces constructions théoriques. Les auteurs mettent bien en évidence que ce qui le caractérise, c’est bien plus des situations d’incertitude. Il s’est opéré ici un certain glissement sémantique qui nous pousse à revenir sur les définitions originelles, par exemple celle de F. Knight qui distinguait le risque, susceptible d’évaluations de probabi-lités, de l’incertitude, caractérisée par l’ignorance. Mais ce qui définit sans doute le risque environnemental, et qui donne un sens à cette recherche, c’est qu’il n’est pas exogène. Il n’est ni une invention culturelle ni une fatalité naturelle. Ce qui donne son sens à cette expression, et contribue sûrement à son flou sémantique, © Lavoisier – La photocopie non autorisée est un délit
VI
Risque environnemental et action collective
c’est que les risques environnementaux sont finalement le produit d’interdépen-dances multiples, larges et cachées mais d’interdépendances qui forment la trame de nos sociétés et, sans doute, de nos natures. Interdépendances multiples d’abord parce qu’elles mettent simultanément en jeu des processus naturels (comme l’éro-sion ou la diffusion des polluants) et des processus socio-économiques, comme la valorisation touristique des côtes ou encore l’habituation des habitants de certaines régions à des pollutions historiques. Mais alors qu’il vient des pratiques sociales, le risque environnemental nous échappe pourtant. L’incertitude, par conséquent, découle d’une complexité, au sens où est complexe un phénomène sur lequel aucun point de vue (et ils sont nécessairement plusieurs) ne réussit à saisir l’ensemble des conséquences d’une action. L’étude de cas sur l’érosion côtière illustre le mieux cette problématique qui conduit aussi à la difficulté de constituer une perspective de gestion qui s’appuierait sur une stratégie faisant consensus. Il apparaît difficile de stabiliser un cadre d’action à partir duquel la coordination serait possible. Et cette complexité relève en bonne partie de ce que l’incertitude est à la fois sociale et naturelle.
La vertu des travaux pluridisciplinaires est alors moins de constituer un postulat unique que de laisser se déployer différentes analyses d’un même exemple et d’une même problématique. Ils permettent de donner plusieurs angles de lecture d’une même réalité. On verra bien, avec Metaleurop, qu’une lecture sociologique est pertinente pour rendre compte de l’acceptation silencieuse d’une pollution avérée, mais inscrite dans un espace social ; ainsi d’ailleurs que pour rendre compte des mécanismes de protestation qui s’enclenchent progressive-ment à partir d’une série d’expertises dont la dynamique est largement exogène au milieu. Mais l’analyse économique, centrée sur les valeurs immobilières, rend aussi compte d’une sensibilité cachée à cette pollution et témoigne, enfin, d’un rapide revirement des comportements quand l’action publique se met en route. C’est donc aussi que le territoire est important et qu’une géographie politique des sensibilités à la pollution a un sens.
Cette diversité d’approches met en évidence le fait qu’une spécificité de ces nouveaux risquesest leur caractère multiscalaire. Selon les aspects qui sont privi-légiés, selon les horizons de sens des acteurs, selon les évolutions possibles des phénomènes naturels, ce sont bien des échelles différentes de temps et d’espace qui sont en jeu. Le risque environnemental trouverait sûrement là une sorte de particularité et justifierait toujours une approche multidisciplinaire : les échelles de temps et d’espace ne sont pas stables, elles sont sans cesse bousculées à la fois par les processus biophysiques, par les interdépendances économiques et aussi, c’est important de le souligner, par les formes de mobilisation et d’action que leur prise en compte suscite.
Ce caractère multi-échelles du risque environnemental rend tout à fait perti-nente une approche par l’action collective. Les auteurs font un bilan de ces appro-ches dans les sciences sociales et économiques. Ils détaillent les problèmes des approches individualistes et des approches holistes, de même que les différentes tentatives de dépasser cette opposition récurrente dans les sciences humaines. Ici, le retour à l’institutionnalisme de J.R. Commons paraît tout à fait adéquat. Ce
© Lavoisier – La photocopie non autorisée est un délit
Préface
VII
n’est pas tellement la mise en avant de l’institution — dont la définition n’est pas totalement claire — qui importe, qu’une approche qui insiste sur deux aspects importants pour l’étude des risques environnementaux. En effet, tant l’approche individualiste (à travers l’intérêt des agents individuels) que l’approche holiste (à travers celui d’un bien commun constitué) ont pour défaut de supposer un monde déjà là, stabilisé par un état des choses au moins partiellement connu. Pour les individualistes, tout le problème est de composer de l’ordre à partir de la multi-plicité d’ordres individuels stabilisés mais dont l’interaction est incertaine. Pour les holistes, tout le problème est, à partir d’un ordre connu comme bien commun, de stabiliser des transactions dans des ordres ou des cadres multiples d’interac-tions et d’actions individuelles. Commons inverse en quelque sorte l’argument en ne supposant pas de point de départ stable, puisqu’il pose le caractère créateur, tourné vers l’avenir, de l’action tant individuelle que collective. C’est alors une autre dimension de l’action collective qui est mise en jeu, préalable, en quelque sorte, à la coordination, c’est-à-dire à cette capacité de l’action collective à consti-tuer des espaces d’anticipation.
Cette capacité à créer des cadres qui rendent possibles des anticipations constitue une clé à partir de laquelle pourraient peut-être se reformuler les programmes des différentes disciplines impliquées, mais c’est une discussion qui va au-delà du propos de cette préface. En revanche, quand, en conclusion, les auteurs se posent les questions de la place du chercheur et de sa posture devant les risques environnementaux, peut-être est-il permis de souligner que toute recherche, précisément, est toujours intervention, dans la mesure où elle peut affecter l’action collective par les éclairages qu’elle jette sur les anticipations des acteurs.
© Lavoisier – La photocopie non autorisée est un délit
Marc Mormont