Les musées sont-ils condamnés à séduire ?

-

Livres
288 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis 40 ans, la France connaît un boom des musées et des expositions blockbusters qui va de pair avec un accroissement continu de la fréquentation des publics. Les défis et les enjeux sont grands pour les musées aujourd'hui, dans un contexte où les logiques marchandes sont toujours plus poussées.


Or, les musées restent avant tout des lieux de diffusion de la connaissance qui réinventent continuellement leurs formes et leurs supports de médiation. Multimédias, cartels, audioguides ou fascicules d'aide à la visite peuplent l’espace muséal et façonnent le discours muséographique, qui n’est au fond que l’expression d’un point de vue sur une question (d’art, de société, scientifique) et une manière d’accompagner les visiteurs dans leur exploration des collections.


Les musées sont-ils condamnés à séduire ? Et autres écrits muséologiques est un recueil de textes de Daniel Jacobi faisant l’inventaire de 40 ans de recherche. Spécialiste de la question muséale, il est le fondateur d’un des laboratoires français les plus importants sur la question et qui a largement fait école et essaimé à travers le monde.


Cet ouvrage, qui pense le musée comme un média, propose d’investiguer les grandes problématiques muséologiques actuelles. Chacun des chapitres contribue à l’élaboration progressive d’une véritable théorie muséologique sur laquelle il faudra compter dans les années à venir pour comprendre le futur des musées.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 19
EAN13 9791092305401
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Daniel JACOBI
LES MUSÉES SONT-ILS CONDAMNÉS À SÉDUIRE ? Et autres écrits muséologiques
[LES ESSAIS MÉDIATIQUES]
[COLLECTION LES ESSAIS MÉDIATIQUES] dirigée par Michaël Bourgatte
Daniel JACOBIest professeur des universités et chercheur dans le laboratoire Culture et Communication du centre Norbert Elias (UMR 8562 – EHESS-UAPV-CNRS). Ses recherches portent sur la diffusion de la culture scientique et technique, la muséo-logie et la sociolinguistique. Il a conduit de multiples enquêtes sur l'évaluation des projets et des dispositifs d'éducation non formelle dans les équipements culturels et s’est intéressé aux pratiques de fréquentation des lieux de la culture.
Mise en page : MkF studio
Corrections et relectures : Jérôme Sich
WWW.MKF ED I T I O N S.CO M
© MkF éditions, 2017 Isbn 979-10-92305-39-5 / Ean-9791092305395 Droits de reproduction réservés aux organismes agréés ou ayants droit.
[2]
Daniel JACOBI
LES MUSÉES SONT-ILS CONDAMNÉS À SÉDUIRE ? [et autres écrits muséologiques]
[3]
[LA COLLECTION]
Les Essais médiatiquesdonnent aux lecteurs les clefs d’un débat sur les enjeux culturels, économiques, politiques et sociologiques liés aux médias et à la médiation. L’objectif est de permettre à chacun de se forger une opinion et d’appréhender ce qui se joue actuellement dans notre société, dans le cadre d’une réexion ouverte et critique. Chaque pan de notre vie est aujourd’hui concerné par les médias et les systèmes médiatiques. Ils nous entourent et sont omniprésents dans notre quotidien : la presse, la radio ou la télévision, bien évidemment, mais également tout un ensemble de formes média-tiques telles que les rassemblement citoyens, les festivals, les expositions… Par ces biais, nous nous distrayons, nous nous informons, nous nous cultivons, nous façonnons nos représentations et nos idéologies. Il s’avère aujourd’hui essentiel de s’interroger sur la relation que chaque individu entretient avec ces formes médiatiques. Il importe également de se pencher sur les mutations de notre société façonnée par des médias et des médiations qu’elle a elle-même fabriquées.
[4]
Pourquoi une importance toujours plus grande est-elle donnée aux systèmes médiatiques dans notre société ? De quelle manière impactent-ils notre relation au monde ? Quel portrait dressent-ils des événements qui ponctuent notre quotidien ? La collection souhaite mettre l’ensemble de ces questions en débat. Pour y répondre, nous souhaitons privilégier une réexion pluridisciplinaire et transversale. Ainsi, des approches anthropologiques, communicationnelles, économiques, ethnologiques, historiques, philoso-phiques ou encore sociologiques vont se croiser et se côtoyer. Il importe à la collection de mettre en discussion un phénomène complexe an queLes Essais média-tiquesrencontrent un écho tant par leur capacité à poser des questions que par leur intention de réunir une somme d’exposés lucides et éclairés sur le sujet.
[5]
Les musées sont-il condamnés à séduire ?
[SOMMAIRE]
[6]
INTRODUCTION
LES MUSÉES SONT-ILS CONDAMNÉS À SÉDUIRE TOUJOURS PLUS DE VISITEURS ?
LES FORMES DU SAVOIR DANS LES PANNEAUX DES EXPOSITIONS SCIENTIFIQUES
LES ÉTIQUETTES DANS LES MUSÉES
LES MAQUETTES DANS LES EXPOSITIONS ARCHÉOLOGIQUES : ENTRE REPRÉSENTATION ET IMAGINAIRE
DISCOURS D’EXPOSITION ET POINT DE VUE
ECRIRE SUR L’ART CONTEMPORAIN
UN PARCOURS D’INTERPRÉTATION ET SES PUBLICS
LA FRÉQUENTATION DU PATRIMOINE ANTIQUE : PUBLIC TOURISTIQUE, VISITEURS DE MONUMENT ET VISITEURS DE MUSÉE
[7]
P.8
P.14
P.36
P.72
P.106
P.138
P.167
P.198
P.252
Les musées sont-ils condamnés à séduire ?
[INTRODUCTION]
[8]
introduction
Au milieu des années 1980, alors que s’achève pour moi un cycle de recherche sur la vulgarisation scientique, je suis sollicité par la nouvelleCité des Sciencesde La Villette (qu’on a délibérément décidé de ne pas appelermusée) comme spécialiste de culture 1 scientique et des sciences du langage , notamment pour travailler sur la mise en place d’un programme d’expositions. Sociolinguiste, amateur d’art et visiteur dilettante de musées, je m’engage alors dans une collaboration qui va me conduire à travailler sur les panneaux d’expositions. En dehors de quelques travaux sociologiques et de recherches en didactique des sciences, la recherche française sur les musées est encore balbutiante.
Plus tard, je serai également amené à piloter des enquêtes de publics, m’intéressant à la fois aux contenus d’expositions, aux visiteurs et à la relation que l’un et l’autre entretiennent. En dehors de laCité des Sciences, je travaillerai avec de nombreuses institutions : Le Louvre, Le Muséum d’histoire naturelle de Marseille, le conservatoire des Ocres et de la couleur à Roussillon, le musée départemental de l’Arles Antique…
1 En 1984, sous la direction stimulante de Jean Peytard†, j’avais soutenu un doctorat d’État de linguistique sur la popularisation des sciences :Recherches sociolinguistiques et interdiscursives sur la diffusion et vulgarisation des connaissances scientiques. èse soutenue à Besançon, le 30 novembre 1984 (université de Franche-Comté).
[9]
Les musées sont-ils condamnés à séduire ?
Parallèlement,Expo-médiaavait été créée au sein de l’associationPeuple et Cultureet j’avais été sollicité pour écrire un premier exposé pour un colloque au milieu des années 1980. J’ai, depuis, dirigé de nombreuses études, publié plusieurs dizaines d’articles et numéros de revues, ainsi que deux ouvrages de muséologie.
Puis sont venues : la création du premier DEA de muséologie qui marque les premiers pas de la recherche et de la formation sur les expositions, le patrimoine et les musées à l’université ; la naissance de la revuePublics & Musées; le lancement du premier programme de recherche en muséologie par le ministère de la Recherche. Rejoignant l’université de Bourgogne comme professeur, je crée en 1993 un laboratoire de recherche, une formation pour les pro-fessionnels et rejoins le DEA de muséologie piloté par l’université de Saint-Étienne tout en travaillant en étroite relation avec l’OCIM. Plus tard, j’installerai à l’université d’Avignon le plus important laboratoire français sur la question et qui a largement fait école et essaimé depuis : le laboratoireCulture et Communicationmaintenant intégré à l’UMR Norbert Elias.
[10]