L
498 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'Europe Pour les Nuls

-

Description


L'Europe, l'Europe, l'Europe !



" L'Europe ? Trop compliqué ! ", " C'est la faute à Bruxelles ! ", "L'Europe, ce sont des technocrates qui décident pour nous"... Voici quelques uns des jugements que l'on entend fréquemment au sujet de l'Europe. Idées reçues ou idées fixes, ces idées finissent par ternir l'image de l'Europe, et par éloigner les citoyens de l'Union d'un sujet qui les concerne au plus haut point. Certes, l'Union européenne n'est pas parfaite - mais quel gouvernement peut prétendre l'être ? - mais à force de ne parler que de ses supposés défauts, on en oublie ses bienfaits : la paix entre les peuples, l'abondance alimentaire, l'euro, une politique environnementale exigeante. Et surtout, un apprentissage mutuel permanent. L'Europe, c'est un travail d'équipe, une école de respect et d'ouverture. Dans bien des domaines, il faudrait davantage d'Europe : pour éviter que les Russes coupent le gaz ou que les mafias prolifèrent au sein de cette zone économique. Autant de bonnes raisons de réviser votre opinion sur le sujet. Histoire, institutions, politiques, lacunes et espoirs... Ce livre fait le pari qu'il est possible de parler clairement de l'Europe. Dans l'espoir de donner un nouvel élan à cette aventure extraordinaire.






Pour découvrir toute la collection Pour les Nuls, cliquez ici !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mai 2014
Nombre de lectures 26
EAN13 9782754066853
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

cover.jpg
i0001.jpg

« Pour les Nuls » est une marque déposée de Wiley Publishing, Inc.

« For Dummies » est une marque déposée de Wiley Publishing, Inc.

 

© Éditions First, un département d’Édi8, 2014. Publié en accord avec Wiley Publishing, Inc.

12, avenue d’Italie
75013 Paris
Tél : 01 44 16 09 00
Fax : 01 44 16 09 01
Courriel : firstinfo@efirst.com

Internet : www.editionsfirst.fr

 

ISBN : 978-2-7540-5568-0

ISBN numérique : 9782754066853

Dépôt légal : avril 2014

 

Direction éditoriale : Laurent Boudin
Édition : Capucine Panissal
Correction : Christine Cameau
Dessins humoristiques : Marc Chalvin
Couverture et mise en page : Catherine kédémos
Fabrication : Antoine Paolucci
Production : Emmanuelle Clément

 

Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.

À propos de l’auteur

Sylvie Goulard, ancienne conseillère du président de la Commission Romano Prodi, est députée européenne depuis 2009. Enseignante au Collège d’Europe, à Bruges, elle a été présidente du Mouvement européen-France de 2006 à 2010.

 

Coauteur de l’ouvrage De la démocratie en Europe.Voir plus loin (Flammarion, 2012) avec l’ancien président du Conseil italien Mario Monti, elle est également l’auteur d’un essai sur l’élargissement, Le Grand Turc et la République de Venise (Fayard, 2004), couronné par le prix du Livre pour l’Europe. Parmi ses autres publications, on compte Le Coq et la Perle, cinquante ans d’Europe (Éd. du Seuil, 2007), une réflexion sur les rapports de la France et de l’Union européenne, ainsi que Il faut cultiver notre jardin européen (Éd. du Seuil, 2008), qui traite de l’Union pour la Méditerranée. En 2013, elle a écrit un pamphlet appelant au sursaut, Europe : amour ou chambre à part ? aux éditions Flammarion, dans la collection « Café Voltaire ».

 

En 2009, la deuxième édition de L’Europe pour les Nuls a reçu le prix du Livre européen.

Remerciements

Au terme de cette aventure, mes remerciements vont d’abord à mes proches qui, des mois durant, ont eu la patience de supporter mes longues séances d’écriture, diurnes et nocturnes, ainsi que mes obsessions européennes. Mais que fait « Bruxelles » contre ces traitements inhumains et dégradants ?

 

Je tiens aussi à dire ma reconnaissance à Vincent Barbare, P-DG des éditions First, qui m’a fait confiance, acceptant d’emblée que ce volume soit une Europe pour les Nuls engagée, « au lait cru », et non un texte pasteurisé. Même si « Bruxelles » n’a jamais réglementé la teneur en microbes des manuscrits !

 

Sans le travail effectué par Appolonia Benoist et Isabelle Daussun, la parution de cette mise à jour n’aurait pas été possible.

 

Merci encore à Benjamin Arranger et Laurent Boudin, éditeurs successifs de ce projet, qui ont accueilli mes exigences de corrections (nombreuses) et mes doutes (répétés) avec une patience inébranlable.

 

Merci enfin à tous ceux qui, en France ou dans la capitale de l’Union, se sont mobilisés pour relire, en entier ou par bribes, cet énorme manuscrit, me prodiguant conseils et encouragements avec constance.

 

À tous, merci pour cette complicité et cette collaboration transfrontalières. C’est exactement ce que, dans l’Europe, j’apprécie par-dessus tout.

Avertissement

Cet ouvrage n’est pas une somme académique, c’est un défi : il tente d’aborder, de manière vivante, une matière considérée le plus souvent comme extrêmement complexe et rébarbative. Afin de mettre à la portée des lecteurs un certain nombre de notions, afin de privilégier la clarté et la simplicité, des choix ont donc été opérés. Engagé, cet ouvrage donne aussi volontairement matière à réfléchir. Car l’Europe, pour ceux qui l’ont créée, était avant tout un idéal. À charge pour chacun de se forger ensuite une opinion.

 

J’ai écrit ce livre seule. Il n’engage donc aucune des institutions auxquelles j’ai appartenu.

Préface

Par Dany Cohn-Bendit

 

Sylvie Goulard a raison. La plupart des citoyens ne connaissent rien à l’Europe. Et en fait, « l’Europe pour les Nuls » peut se traduire par « l’Europe pour tout le monde ».

 

Sylvie Goulard est sûrement la personne la plus apte et qualifiée pour nous éclairer, avec pédagogie, dans le labyrinthe européen.

 

Son expérience du Quai d’Orsay, sa connaissance unique de l’histoire du couple franco-allemand et son passage au Parlement européen lui permettent avec facilité, lucidité et humour de retracer l’histoire de ce magnifique projet européen en construction, donc en permanence inachevé.

 

Tous les eurosceptiques les plus convaincus, tous les pro-européens les plus illuminés peuvent, en puisant dans L’Europe pour les Nuls, trouver des arguments qui renforcent leurs préjugés ou leurs convictions. Car Sylvie Goulard réussit une chose extraordinaire, sans être idéologique ni simplificatrice : elle raconte avec passion une histoire qui mérite d’être connue. Pour ma part, je tiens à remercier Sylvie pour cet ouvrage qui m’a appris des tas de choses. Je conseille à tout le monde de prendre un peu de temps à consulter cette Europe pour les Nuls.

L’Europe du charbon et de l’acier
La déclaration Schuman
Le traité CECA
La Communauté européenne de défense : le rêve avorté
Un projet ambitieux
La défaillance française
Le sursaut réussi : la Communauté économique européenne
La fascination de l’Amérique et la persévérance des « petits »
Une méthode juste : le rapport Spaak
Quand l’Europe pensait déjà global
Le miracle de la participation française
Les Britanniques, acte II
Chapitre 3 - De la lune de miel aux affrontements : l’ère gaulliste (1958-1969)
Le général, le beurre et l’argent du beurre
Pas vu, pas pris
Deux conceptions opposées de l’Europe
L’échec du plan Fouchet
De Gaulle s’oppose à l’adhésion britannique (1963)
Les obstacles officiels
Le « cheval de Troie » américain
De l’importance de la forme
Le traité de l’Élysée
La chaise de la France reste vide (1965)
La Commission passe en force
Un beau prétexte pour se dérober au traité de Rome
Faux compromis, vrai désaccord, mauvais bilan
La vie continue, on recolle les morceaux (1966-1969)
L’Europe plie mais ne rompt pas
Les Britanniques, acte III
Chapitre 4 - Sortir de l’ornière (1969-1983)
De Gaulle en moins, les Britanniques en plus
L’ouverture par Pompidou
Le premier élargissement
Les limites de la coopération informelle
La coopération politique : une belle théorie…
… une pratique décevante
La tentation du serpent (monétaire)
Des divergences de fond
L’égoïsme américain
Le moteur franco-allemand redémarre
Le Comité d’action ou l’art du complot chic
Le Conseil européen : refaire le monde au coin du feu
Le seul Parlement supranational au monde
Le rapport Tindemans, toujours d’actualité
Les juges plus efficaces que les politiques
Un petit coup de cassis ?
La très timide déclaration de Stuttgart
Chapitre 5 - Le rebond (1984-1989)
Mitterrand et Kohl, une complicité inattendue
Le discours au Bundestag
De Verdun à la brigade franco-allemande
Un peu de soleil
Le paradoxe grec
Espagne et Portugal, divines surprises
Spinelli, ou l’impulsion d’un grand crocodile

Le Parlement, assemblée constituante ?
Un vain combat ?
Delors, ou le renouveau de la Commission
Une désignation heureuse
Le tour des capitales
Un livre blanc pour sortir du trou noir
L’Acte unique passe en force
Coup de théâtre à Milan
Un traité monolithique
Avantages immédiats et inconvénients à long terme
L’argent, nerf de la paix
Flash-back sur Fontainebleau
Le « paquet Delors »
En route vers la monnaie unique
Chapitre 6 - L’Europe au pied du mur (1989-1997)
L’Allemagne enfin unie
La chute du mur de Berlin
Mitterrand, plus sphinx que jamais
La victoire de la Communauté
En route vers Maastricht
Conférences sur l’union monétaire et politique
Des négociations tutti frutti
Les nouveautés du traité de Maastricht
Une ratification plus compliquée que prévue
Pendant ce temps- là…
La crise monétaire
L’accord financier
Le livre blanc pour la croissance, la compétitivité et l’emploi
Vers le grand élargissement
Pour en finir avec Yalta
Acte manqué à Copenhague
De mauvaises habitudes
L’Europe marche sur la tête
Alerte à la vache folle
Chapitre 7 - La fièvre et la tortue (1997-2008)
D’Amsterdam à Nice : l’UE médiocre (1997-2000)
Le traité d’Amsterdam ou le syndrome « demain, j’arrête de fumer »
L’union économique et monétaire : « On ne rit pas ! »
Le traité de Nice : quinze mariés et un enterrement
L’affrontement entre grands et petits s’exacerbe
Le franco-allemand explose en vol
Le plus long Conseil européen de l’histoire
Un compromis tordu
De la déclaration de Laeken à une Constitution pour la « grande Europe » (2001-2004)
Une Convention qui tient du miracle
Une ambiguïté sur le sexe du bébé : fille ou garçon ?
Petite histoire de la Convention
Une Constitution rabotée
Et pourtant, l’Europe tourne…
La concurrence : bras de fer avec l’Amérique…
Le commerce : l’Europe en première ligne
L’euro : brillant comme un sou neuf
La grande Europe devient une réalité
L’UE dans la tourmente : la ratification avortée du traité constitutionnel (2005-2009)

Un référendum hasardeux
Un manque criant de leadership
La France aux abonnés absents
Les Allemands, champions du recyclage
Le relais germano-portugais
L’Irlande refuse le traité de Lisbonne
Une ratification à l’arrachée
Chapitre 8 - L’Europe en crise (2008-2014)
Des changements institutionnels qui passent quasiment inaperçus
Une certaine simplification
Plus de démocratie
Plus d’efficacité
Quelques bémols ou fausses notes
La zone euro tangue dangereusement
Bref rappel des faits
Le rôle-clé de l’Allemagne
Et la démocratie dans tout ça ?
Le déficit démocratique ne se cache pas où l’on croit
À qui la faute ?
L’euroscepticisme a le vent en poupe
Malgré tout, la famille s’agrandit…
Prochaine étape : les élections européennes de 2014 !
Deuxième partie - Les principes de l’Europe : une révolution douce
Chapitre 9 - Une nouvelle méthode de coopération internationale
L’intérêt général européen
Donner la priorité à l’intérêt commun sur les intérêts particuliers
Ne pas se comporter en marchands de tapis
Se comprendre et se faire confiance
Aux politiques de prendre leurs responsabilités
Progresser par étapes ?
Le rejet du nationalisme
« Le nationalisme, c’est la guerre »
Nos pays sont trop petits
Un nouveau patriotisme
Chassé par la porte, le nationalisme revient par la fenêtre
Grands et petits ensemble
Le traumatisme des petits
L’équilibre du début
Qui veut jouer au Rubik’s Cube ?
Chapitre 10 - Le droit supplante la force
Une création du droit : la paix voulue
Une source de droit
Le juge garantit les libertés fondamentales
La Charte des droits fondamentaux : l’Europe achevée depuis peu
Des règles de droit aux noms bizarres
Un ordre de droit
Un droit d’application directe, supérieur aux règles nationales
La Commission veille au grain
La Cour de justice a le dernier mot
L’Europe, une union libre qui a tardé à régulariser…
De sacrés polissons
Un pas de géant à la Convention
Le droit a un côté tordu
L’insoutenable légèreté du droit
Une plume alourdie
Un rêve d’immortalité
Chapitre 11 - Les compétences attribuées par les États
Le principe d’attribution de compétences
Un sérieux garde-fou
Une complexité croissante
La fin justifie les moyens
Plus qu’hier et moins que demain
Des délégations limitées et orientées vers un but
La trappe à compétences
Des mots exagérés ou inappropriés
La subsidiarité : une bonne idée ?
Une indispensable décentralisation
Maastricht et Amsterdam, ou les gousses d’ail dans le traité
La Convention européenne : des progrès sensibles, une faille persistante
Le traité de Lisbonne : l’aboutissement
Et maintenant ?
Troisième partie - Les institutions : une autre logique que la séparation des pouvoirs
Chapitre 12 - Du côté des peuples, le Parlement européen
De l’Assemblée parlementaire à l’élection directe
La démocratie embryonnaire (1950-1979)
L’élection au suffrage universel direct (1979)
Des élections encore trop nationales
L’absence de procédure uniforme
Des partis qui s’internationalisent doucement
Des pouvoirs croissants
Un pouvoir législatif partagé équitablement avec le Conseil
Un pouvoir budgétaire incomplet
Des pouvoirs de contrôle étendus
Ce qui va changer en 2014…
La vie du Parlement
Des députés indépendants
La transhumance entre Strasbourg et Bruxelles
L’élection de la présidence : stratégie ou courtoisie ?
Le travail des commissions parlementaires
La physionomie du Parlement
L’eurodéputé, ce soldat inconnu
Parlements nationaux et européen : en progrès… mais peuvent mieux faire
France : nouveau mode de scrutin et intérêt accru
Les Parlements nationaux se rapprochent de l’Europe
Une inquiétude
Chapitre 13 - Le Conseil dans tous ses États
Le Conseil européen
Des grands chefs au coin du feu
Des impulsions décisives
Le Conseil de l’Union européenne : attention on tourne !
Avantage certain : l’égalité
Inconvénient : une certaine confusion
Le Conseil, vu de l’intérieur

Quand les ministres font de la prose européenne
Il y a plusieurs demeures dans la maison du Père
Des attributions tous azimuts
Coreper et faux-semblants
Le vote au Conseil : mythe et réalité
Chapitre 14 - La Commission, une chauve-souris
Comprendre sa raison d’être
Ce qu’elle est
Ce qu’elle n’est pas
Un caractère indépendant
L’indépendance comme garantie d’efficacité
La collégialité
Une désignation exigeante, une composition lâche
Le choix du président
La désignation du collège
Une équipe de plus en plus nombreuse
Un monopole d’initiative jalousé
Présentation d’une innovation
Nuances
Évolution
L’institution qui pourrait mal tourner
Faisons un rêve
Les questions que pose la politisation
Les difficultés d’un ménage à trois
Chapitre 15 - Pouvoirs et contre-pouvoirs
La représentation des intérêts
Les lobbies économiques
Des syndicats puissants
La société qu’on dit civile
Les médias : communication, information ou raclée ?
Un si petit bocal…
… devenu grand
Au royaume du off et de la débrouille
Les vicissitudes de la communication officielle
L’insondable mystère des Églises
La foi discrète des fondateurs
César et Dieu apaisés
La laïcité à la française, un concept pour l’UE ?
Les régions entre globalisation et culotte de cuir
La diplomatie régionale
Le Comité des régions
Le Comité économique et social européen
Quatrième partie - Les politiques : que fait l’Europe ?
Chapitre 16 - Marché et solidarité
Place du marché : quatre libertés, plus de 500 millions d’Européens
Les quatre libertés (panorama)
La libre circulation des marchandises
La libre circulation des personnes
La libre circulation des services
La libre circulation des capitaux
Quand la crise est passée par là…
La concurrence libre et non faussée
Les sornettes et le poids de l’histoire