Parcours d
265 pages
Français

Parcours d'un Sénégalais à Saint-Cyr

-

265 pages
Français

Description

Cet ouvrage est une plaidoirie pro domo d'un amour intarissable ressenti pour un étendard. De cet amour a jailli le désir, de l'auteur, de s'engager, au coeur de sa jeunesse, dans l'armée. Ses écrits relatent les points marquants de sa vie, depuis son enfance jusqu'à son admission à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il raconte son vécu à travers ses impressions et ses expériences, bonnes ou mauvaises, dans cet antre de maîtres d'armes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 février 2021
Nombre de lectures 1
EAN13 9782140172878
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La Tempête
Mouhamadou Bachir KOUYATÉ
Parcours d’un sénégalais à SaintCyr
Préface du Chef de Bataillon Tafsir Dame NDIAYE
Parcours d’un Sénégalais à Saint-Cyr
Mouhamadou Bachir K OUY AT É
Parcours d’un Sénégalais
à Saint-Cyr
Préface du Chef de Bataillon T afsir Dame N DIAY E
© LHARMATTAN-SÉ NÉ G AL, 2021 10 V DN, Sicap Amitié3, L otissement CitéPolice, DA K AR http:/ / www.harmattansenegal.com senharmattan@gmail.com senlibrairie@gmail.com ISBN :978-2-343-22468-8 E AN :9782343224688
D édicaces
ámonparrain,leGénéraldecorpsdArmée(2S)L amine CISSÉdeSaint-Cyrdela promotion Bir hakeim(1961-1963) quimaénormémentsoutenudansceprojetdécriture.Ilestarrachédenotreaffectionle19Avril2019.Mercidemavoirinspiréet suggérédécrirecelivre. QuA llahvousaccueilleauplushaut desparadis.
E n hommage à feu leL ieutenantMawedo DAN SOK H OduBataillondescommandos,tombéauchampdhonneur(Casamance) en2010, lesarmesà la main: Toi,dontlenomtradideSaint-Cyràsavoir«M.OForcetranquille»révélaittoutelagrandeurdâme.Toi pour qui, lesacrificeémanait dunechosenaturelledont tu nepouvaisnullement tepriver. Toi pour qui, les V alkyries, déesses guerrières emportant les âmesdesguerriers,vontuserdeleurscors,pourtejouerunintermezzoafindesaluer limmensitédeta bravoure.
7
á toi, je dédie cet ouvrage ainsi que pour commencer, ce beau poèmedulieutenant CharlesPÉ GUY : H eureux ceux qui sont morts Heureux ceux qui sont mortspour la terrecharnelle, Maispourvuquecefût dansunejusteguerre, Heureux ceux qui sont mortspour quatrecoinsdeterre, Heureuxceuxquisontmortsdunemortsolennelle.
Heureux ceux qui sont mortsdanslesgrandesbatailles, Couchésdessuslesol à la facedeDieu Heureux ceux qui sont mortsdansundernier haut lieu, Parmi tout lappareil desgrandesfunérailles.
HeureuxceuxquisontmortscarilssontretournésDansla premièreargileet la premièreterre, Heureux ceux qui sont mortsdansunejusteguerre, Heureux lesépismûrset lesblésmoissonnés.
8
Préface
«Lhommeestpressé,etletempsestlong,maischaquechoseasontemps.»,disaitDjibrilTamsirNianedansSoundjata,oulépopéemandingue.Quoi de mieux qu’une référence à l’épopée de Soundj ata Keïta, pour introduire l’œuvre d’un jeune Sénégalais fier de ses racines familiales et ses origines mandingues. Le sens de cette assertion de Djibril Tamsir Niane traduit davantage chez Mouhamadou Bachir K ouyaté l’importance de la foi en Dieu et l’acceptation de son propre destin, comme leçons de vie.
Parcours d’un sénégalais à Saint-Cyr est le récit autobiographique d’un jeune officier sénégalais, féru de littérature, épris de philosophie et surtout enthousiaste de son métier de soldat. La lecture de ses mémoires d’élè ve-officier et officier-élè ve à l’É cole spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM), nous révè le son amour du métier des armes, de sa patrie et de l’école qui a su forger en lui cette âme de leader, le sens de la responsabilité, l’esprit de sacrifice et l’engagement en tout temps.
É tant saint-cyrien, l’ouvrage me replonge dans les souvenirs encore béants de trois années de formation à la Spéciale. Et j’aurais pu prétentieusement dire nous, tant j’ai la certitude que tous les saint-cyriens, vénérables grands anciens, chers petits camarades et jeunes, appelés bazars dans le jargon cyrard, se retrouveront dans ce récit de la scolari téà l’ESM et des différentes étapes qui ponctuent avec vitalitéle séjour à Coë tquidan.
Pour revenir à l’auteur, nos premiers échanges ont été rendus possibles par son camarade de promotion Lamine Ndiaye, personnage incontournable de ce journal, que j’ai rencontré à Saumur en 2014, alors qu’il faisait son cours d’application dans l’Arme blindée cavalerie, dans la mê me période que mon cours d’état-major dans l’enceinte des É coles militaires de la ville
9
éponyme. J ’ai été d’emblée marqué par leur engagement, leur abnégation et leur sens du devoir.
Mais au-delà du récit détaillé et passionnant de la formation à l’ESM sur lequel je reviendrai, l’ouvrage nous plonge dans l’enfance de son auteur, marquée par l’amour des siens dans une famille afri caine où la solidarité, l’entraide et le sacrifice constituent des ressources de grande valeur. Mouhamadou Bachir a su puiser dans ce cocon familial et l’amour de parents aimants, tout le courage, l’abnégation, la foi et l ’exemplariténécessaires pour réussir avec brio aussi bien son cycle primaire, ses années de lycée à Limamou Laye que ses belles années à l’université G aston Berger. Il arrive, en effet, un moment de la vie intérieure des famill es, où les enfants deviennent les juges de leurs parents, comme le rappelle Balzac dans Pierrette. Et le verdict du jeune Mouhamadou Bachir est sans conteste favorable à ses chers parents, à l’aune de l’amour et de toute l’attention qu’ils lui ont donnés et dont l’ouvrage s’est beaucoup fait l’écho.
Pur produit de l’école publique sénégalaise, l’exemple de Mouhamadou Bachir Kouyaté doit susciter l’admiration, tant son parcours a été remarquable et qu’il a su garder à l’esprit qu’il ne peut compter que sur sa détermination, sa persévérance et ses talents propr es pour réussir. Trè s jeune, il sait déjà quelle sera sa voie, et il n’en a jamais dévié.
L’É cole spéciale militaire de Saint-Cyr, dont il est question et qui nous est tous si chè re est avant tout un creuset de formation de l’élite militaire, où de jeunes volontaires acquiè rent une formation pluridi sciplinaire conjuguant formations humaine, militaire et académique. Ils s’y forgent leur aptitude opérationnelle, la raison d’ê tre originelle des armées, pour devenir des officiers combattants, hommes d’action courageux et dévoués. Dans ce cadre, Mouhamadou Bachir a décrit avec justesse le contenu des modules dispensés de mê me que la diversité et la richesse des enseignements, dans la visée de l’épreuve suprê me, le combat.
L’ouvrage m’offre opportunément un prétexte pour pr ésenter briè vement un saint-cyrien émérite, à qui Mouhamadou Bachir a bien voulu dédier son ouvrage. J e veux nommer le lieutenant Mawedo Dansokho (promotion Général Simon 2003 – 2006) qui m’était trè s proche. Natif de Kédougou, le lieutenant Mawedo Dansokho, comme l’auteur de ce li vre, était fier de ses origines et racines familiales. D’ailleurs, il arborait fiè rement ses 1 scarifications, symbole de son appartenance à la tr ibu des Diakhanké . D’une grandeur d’âme, d’une culture et d’une intelligence exceptionnelles, il
1 L es Diakhankés (ou Diakankés, Diakhankes ou J aaxank e) sont un groupe ethnique établi au Sénégal, en Guinée, au Mali, en Gambie. I ls appartiennent au groupe des Mandingues.
10