E-Love

Livres
145 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Avoir 50 ans dans quelques semaines, se faire plaquer par son mari qui a rencontré une Capucine de 28 ans, refuser une fois de plus les avances d’un collègue prof en pantalon de velours côtelé, s’inscrire sur un site de rencontres, faire l’amour avec de parfaits inconnus, tomber enfin sur un homme qui vous plaît vraiment et vous emmène dans une boîte à partouze, s’évanouir dans le métro, oublier la date de son propre anniversaire, cauchemarder un plongeon dans une piscine vide, pleurer devant « La Peau Douce » de François Truffaut, ne plus avoir de Kleenex… Ce sont des choses qui arrivent.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 18
EAN13 9791022000178
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

1. MÉTRO. INT-SOIR
Le passage rapide d'une rame de métro.
Un couple, à l'intérieur du compartiment, dans la chaleur d'un soir d'été. Pressés l'un
contre l'autre, ils s'embrassent. Ils ont tous deux entre quarante et cinquante ans, plus
tout à fait de jeunes amoureux.
L'homme est large d'épaules, séduisant, des cheveux encore bruns.
La femme a le visage fin, les cheveux tirés, elle a l'air heureuse.
Ils sont bien assortis, comme un couple de longue date.
Les baisers se font plus langoureux. Ils se désirent, et ils se le montrent.
Le métro arrive à quai. Les portes s'ouvrent.
Une bousculade, quelques cris : la femme au visage fin s'est évanouie.2. MÉTRO QUAI STATION. INT-NUIT
Elle ouvre les yeux. Combien de temps a-t-elle perdu connaissance ? Sa jupe est relevée
très haut sur ses cuisses. Elle a froid.
Devant elle, le visage d'un jeune homme, cheveux coupés très courts, qui lui sourit. Il
rabat la jupe sur ses jambes, pose une veste sur elle pour la réchauffer.
Lui
Ça va mieux, non ?
Elle
Oui… Tu fais une drôle de tête. Tu dois me trouver ridicule.
Elle le regarde fixement. Il sourit toujours, calme et rassurant.
Elle
Excuse-moi, hein. Tu m'en veux pas, au moins ?
Elle essaye de se redresser mais l'homme la maintient gentiment allongée.
Lui
Restez allongée, restez allongée…
Elle regarde autour d'elle, la station, les voyageurs qui passent ou s'arrêtent un instant
devant elle.
Elle
Mais ce n'est pas ma station là.
Lui
C'est possible, en effet.
Elle
Oh… ça tourne. On est où ? Et vous êtes qui ?
Lui
Tout va bien, restez tranquille. Je suis le pompier, Madame.
Elle
(De plus en plus perdue)
Je comprends, je comprends…
Le pompier prend son poignet pour vérifier son pouls. Elle se laisse faire passivement.
Lui
Vous avez pris de la drogue ? Des médicaments ?
Elle
De la drogue ? Quelle drogue ?
Il a pris le sac à main de la femme.
Le pompier
Vous permettez ?
Le pompier fouille dans le sac de la femme, en sort un portefeuille, des kleenex, et uneboîte de pastilles.
Le pompier
(Il agite la boîte de pastilles)
C'est quoi, ça ?
Elle
Où est Alex ? Des nicorettes.
Le pompier
Qui ça ?
Elle
Ben Alex, mon mari.
Le pompier
(Rassurant)
Ne vous en faites pas. Il va revenir.3. QUAI MÉTRO. INT-NUIT
Plus loin, dans un recoin du quai invisible aux yeux de la femme, un autre pompier
interroge l'homme séduisant qui accompagnait la femme évanouie.
L'homme séduisant
Je ne sais pas.
Le second pompier
Son prénom, au moins.
L'homme séduisant
Je ne sais pas.
Le second pompier
Vous étiez avec elle, quand même.
L'homme séduisant
Je la raccompagnais chez elle, voilà.
Le second pompier
Chez elle où ?
L'homme séduisant
Je ne sais pas.
Le second pompier
Vous ne savez pas grand-chose.
L'homme séduisant
Non c'est vrai.
Le second pompier
Bon… Pensez-vous qu'elle soit droguée ? Diabétique ?
L'homme séduisant
Diabétique ? Heu, non, non.
Le second pompier
Vous ne connaissez pas son prénom mais vous savez qu'elle n'est pas
diabétique ?
L'homme séduisant
(Qui soupire)
Je n'ai pas dit ça exactement. Je voulais dire… Non, pas que je sache.4. MÉTRO QUAI STATION. INT-NUIT
La femme est maintenant assise sur un banc de la station, la veste du pompier sur ses
épaules. Elle paraît frêle et fragile mais est nettement requinquée.
Le pompier détaille scrupuleusement sa carte d'identité.
Le pompier
Paule. Paule Zachmann.
Paule
Oui, avec un Z.
Le pompier
Et vous habitez toujours à cette adresse ?
Paule
Oui. Je suis mariée et j'ai une fille de quinze ans. Je peux y aller s'il vous plaît.
Je vous assure que ça va. J'ai dû faire un peu d'hypoglycémie, c'est tout.
Le pompier
(Imperturbable)
Ce n'est pas la question.
Elle enlève la veste du pompier.
Il la prend et l'enfile.
Paule fouille dans son sac et en ressort une photo de petit format un peu écornée.
Paule
Tenez, c'est lui, c'est Alex.
Le pompier regarde la photo et fait signe que non, désolé, mais non, il ne voit vraiment
pas.
Il lui signifie de rester là, il revient de suite.
Paule reste seule sur le quai, sa photo à la main.
La photo tombe à terre sans qu'elle paraisse s'en apercevoir.5. SALLE DE BAIN. INT-JOUR
Un écran flou où l'on devine plus qu'on ne voit des fragments de visage de femme, sous
un flot de lumière blanche, neigeuse.
Des yeux, une bouche, des mèches de cheveux.
Paule
(Voix off)
Je m'appelle Paule, Paule Zachmann, et je suis professeur de philosophie.
Pour être plus exacte, je suis spécialiste de ce mouvement de pensée, fin
XVIIIème, qu'on appelle si joliment « Les Lumières ». J'aime les Lumières et
pourtant je n'ai jamais vu très clair. À douze ans, je portais déjà des lunettes
èmeaffreuses, avec des verres très épais. En 5 , nous avons disséqué une
grenouille et un crétin a fait une blague sur Paule la grenouille. Alors j'ai décidé
que plus personne ne me verrait comme ça. Le matin, je me lève toujours la
première et je mets tout de suite mes lentilles de contact. Et le soir, je me
couche la dernière. Jamais un homme ne m'a vue avec mes lunettes.
L'image redevient nette. On voit le visage de Paule, son regard derrière une grosse paire
de lunettes. Elle est face à un miroir de la salle de bain, épaules nues, et se regarde
fixement.
Un homme
(Off)
Paule ?
Paule enlève ses lunettes précipitamment.6. STATION MÉTRO. INT-NUIT
Paule se lève de son banc, elle vient de remarquer la photo tombée à terre. Quelqu'un
marche dessus en passant.
Paule se jette sur la photo pour la récupérer.
La photo est abîmée, comme une photo qu'on a beaucoup manipulée. On y voit le visage
d'un homme encore jeune, très brun, au visage ouvert et souriant.
Paule
(Elle appelle, en off)
Alex…7. CHAMBRE D'UNE MAISON DE CAMPAGNE. INT-JOUR
Un homme au corps élancé – l'homme de la photo – se rhabille à la hâte dans une
chambre aux fenêtres ouvertes sur un paysage verdoyant et ensoleillé.
Paule
(Elle répète, toujours en off)
Alex !
Elle est encore pelotonnée dans le lit. Manifestement, ils viennent de faire l'amour.
Paule
(Qui sourit)
C'est quoi ce short ?
Alex
Mon short de tennis. Il me va pas ?
Paule
Viens te rallonger un peu… Tu ne vas pas faire un tennis maintenant.
Alex
J'ai promis au voisin.
Il se penche et l'embrasse.
Paule
Celui que tu trouves si bourge, si coincé, et dont tu ne supportes pas qu'il dise
« tu vois ce que je veux dire » toutes les deux secondes ?
Alex
En fait, il est plutôt moins con que ce que je pensais. Et puis ça fait toujours du
bien de faire un peu de sport.
(Un temps)
Tu vois ce que je veux dire ? !
Paule lui balance son oreiller.8. SENTIER À TRAVERS CHAMPS. EXT-FIN D'APRÈS-MIDI
Un groupe de personnes marche le long d'un sentier à travers champs, sous la lumière
chaude et brillante d'un après-midi de juin. Ils sont tous chargés de sacs et de paniers.
On reconnaît Alex dans son short de tennis, et Paule, en robe légère.
Devant eux, Fanny et Gilles, les parents, encore très alertes, de Paule.
Plus loin derrière, Rachel, la jeune sœur de Paule.
Et puis, fermant la marche, Nina, tout juste quinze ans, qui tient deux garçons jumeaux de
cinq ou six ans par la main, un jumeau de chaque côté, et les aide dans les passages plus
étroits ou difficiles du chemin.
Alex rayonne. Il est beau, léger. Paule le regarde, un peu mélancolique.9. PLAGE DE GALETS. EXT-SOIR
Le pique-nique est installé sur la plage. Il y a des bouteilles de vin, des verres à pied, une
grande nappe chargée de victuailles.
La soirée est magnifique, la mer, calme.
Alex commence à se déshabiller.
Paule
(À Alex)
Qu'est-ce que tu fais ? !
Alex
Je vais me baigner. Quelqu'un vient se baigneravec moi ?
Paule
Tu as pris ton maillot ?
Il se déshabille entièrement.
Paule ne sait pas où se mettre alors que personne ne semble tiquer spécialement.
Paule
Enfin Alex ! Ça va pas, non ? ! T'es pas bien ?
Alex
Ben quoi ? Tu m'as jamais vu à poil ?
Paule lui tend une serviette qu'il bouchonne et jette sur la plage, pas déstabilisé.
Nina
C'est vrai maman, quoi. Tu l'as déjà vu tout nu, non ?
Rachel
Y'a pas de honte. Il est plutôt pas mal, autant qu'on en profite tous.
Paule est un peu éberluée. Mais s'offusque carrément quand elle voit sa mère baisser les
bretelles de son maillot sur sa poitrine et entreprendre de découper le poulet, seins nus.
Paule
Maman ! Je rêve.
Fanny
Je n'ai pas envie de me tacher avec le poulet.
Depuis le rivage où il s'avance prudemment, Alex regarde sa belle-mère, amusé.
Paule
(À Alex)
Bon ben si tu y vas, tu y vas.
(Elle s'énerve)
Vas-y, là !
Alex se décide à entrer dans l'eau.Les jumeaux, chaussés de méduses, lui emboîtent le pas.
Rachel se lève et les suit au bord de l'eau.
Ils forment un drôle de groupe.
Nina
Tu mets pas de soutien-gorge, Fanny ?
Fanny
Un peu de liberté de temps en temps, ça fait du bien, ma chérie… Surtout à
mon âge.
Paule
Et c'est quoi cette façon d'appeler sa grand-mère par son prénom,
maintenant ?
Fanny
Allez ! On est à la plage, on se détend. On profite du soleil, du calme…
Paule
Oui, mais quand même !
Fanny
Tu deviendrais pas un peu prude, non ?
Le père, Gilles, lève un instant les yeux de son journal et semble ne s'apercevoir de rien.
Il ne se formalise pas en tout cas des seins nus de sa femme.
Gilles
Qu'est-ce qui se passe ? Tu me gardes les ailes hein, Fanny ?
Nina
Moi le croupion, Fanny.
Paule s'éloigne, excédée, et manque de se tordre la cheville sur les galets.
Les jumeaux jouent au bord.
Paule rejoint Rachel qui les surveille tout en regardant Alex qui s'éloigne du rivage à la
nage.
Rachel
(Enthousiaste)
Ça fait envie.
Elles restent toutes les deux le regard tourné vers le large, l'une admirative et l'autre
légèrement nerveuse.
Il est déjà à une centaine de mètres de la plage.
Paule
(Inquiète)
La marée descend.
Rachel
Oui, ça commence.