Les théories de l'art dans la pensée traditionnelle

-

Livres
834 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage offre un panorama critique complet des théories traditionnelles de l'art, des thèses de René Guénon aux métaphysiciens de l'art islamique, d'Ananda K. Coomaraswamy, pionnier reconnu des études indiennes, aux peintures et poèmes de Frithjof Schuon.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de visites sur la page 499
EAN13 9782296464452
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LES THÉORIES DE LART DANS LA PENSÉE TRADITIONNELLE
Guénon – Coomaraswamy – Schuon – Burckhardt
COLLECTIONTHÉÔRIA DIRIGÉE PARPIERRE-MARIESIGAUD AVEC LA COLLABORATION DEBRUNOBÉRARD
OUVRAGES PARUS:
Jean BORELLA,Problèmes de gnose, 2007. Wolfgang SMITH,Sagesse de la cosmologie ancienne : les cosmologies traditionnelles faceàla science contemporaine, 2008. Françoise BONARDEL,Bouddhisme et philosophie : en quête dune sagesse commune, 2008. Jean BORELLA,La crise du symbolisme religieux,2009. Jean BIÈS,Vie spirituelle et modernité : comment concilier linconciliable, 2009. David LUCAS,Crise des valeurs éducatives et postmodernité, 2009. e Koskas MAVRAKIS,De quoi Badiou est-il le nom ? Pour en finir avec le (XX) siècle, 2009. Marco PALLIS,La Voie et la Montagne, 2010. Reza SHAH-KAZEMI,Shankara, Ibn ‘Arabî et Maître Eckhart : les voies de la transcendance, 2010. Jean HANI,La Royauté sacrée : du pharaon au roi très chrétien, 2010. Frithjof SCHUON,Avoir un centre, 2010. Patrick RINGGENBERG,Diversité et unité des religions chez René Guénon et Frithjof Schuon, 2010. Kenryo KANAMATSU,Le Naturel. Un classique du bouddhisme Shin, 2011. Frithjof SCHUON,Les stations de la sagesse, 2011.
ILLUSTRATIONS DE COUVERTURE: DE GAUCHE À DROITE ET DE BAS EN HAUT e Shiva Natarâja. Bronze. Tamil Nadu, XI siècle. Musée Guimet. Photographie : P. Ringgenberg. e Shaka Nyorai. Peinture sur rouleau. Kyoto, XII siècle. Kyoto National Museum. Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Shaka_Nyorai.jpg Guo Xi,Début de printemps. Peinture sur soie, 1072. Musée National du Palais, Taipei. Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Guo_Xi_-_Early_Spring_(large).jpg e Christ en mosaïque. Basilique Sainte-Sophie, Istanbul, XII siècle. Photographie : P. Ringgenberg. Cathédrale de Bourges, 1195-1324. Photographie : P. Ringgenberg. e e Mosquée Qarawiyyin, Fèsis, XII -XVII ècle. Photographie : P. Ringgenberg.
Patrick RINGGENBERG
LES THÉORIES DE LART DANS LA PENSÉE TRADITIONNELLE
GuénonCoomaraswamySchuonBurckhardt
CollectionThéôria ____________________
RE ESSAIS1PÉRIODE
DU MÊME AUTEUR
Lunion du Ciel et de la Terre. La peinture de paysage en Chine et au Japon, Paris, Les Deux Océans, 2004. Lart chrétien de limage. La ressemblance de Dieu, Paris, Les Deux Océans, 2005. La peinture persane ou La vision paradisiaque, Paris, Les Deux Océans, 2006. Miroirs du Moyen Âge, Paris, Les Deux Océans, 2006.
E ESSAIS2PÉRIODE Guide culturel de lIran, Téhéran, Rowzaneh, 2006 [édition revue et corrigée, 2009]. La gloire des rois et la sagesse de lépopée. Une introduction auLivre des rois(Shâhnâmeh) de Ferdowsi, Paris, LHarmattan, 2009. Lunivers symbolique des arts islamiques, Paris, LHarmattan, 2009.
TRAVAUX UNIVERSITAIRES Diversité et unité des religions chez René Guénon etFrithjof Schuon, Paris, LHarmattan, 2010.
EN PRÉPARATION Lornement dans les arts dIslam
Ouvrage publié avec le soutien de la Faculté des lettres de líUniversité de Genève
© LÈHarmattan, 2011 5-7, rue de lÈEcole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-54969-2 EAN : 9782296549692
À mes parents
Remerciements
Un livre est une traversée, et si lon navigue seul, on noserait quitter un port sansétoiles et sans souffle. Cest ainsi une joie de pouvoir remerciermon directeur de recherche, le Professeur Dario Gamboni, pour ses conseils et son aide ; mes parents et mon épouse, dont les sourires ont été lhorizon etlinspiration de ces années ; le Professeur Jean Wirth, le Professeur Jean-Pierre Brach, Harald de Meyenburg, Jean-Paul Schneuwly, Stefano Bianca, qui mont éclairé de leurs remarques et de leurs informations ; Pierre-Marie Sigaud, qui a bien voulu accepter ce livre dans sa collection, et Bruno Bérard pour ses aides multiples ; les contributeurs de Wikimedia Commons, anonymesou non, dont les images ont permis au dossier iconographique d’être ce quil est; la Faculté des lettres de lUniversité de Genève pourson soutien financier.
INTRODUCTION
« Si Guénon a raison, eh bien! toute mon œuvre tombe…»
1 André Gide, Rabat, octobre 1943
Gide avait certainement tort de dire celaet sonJournalde cette année montre une opinion plus nuancée–, mais elle révèle en tous les cas l’impact dun courant intellectuel et spirituel, né dans les années 1920, longtemps peu étudié et peu connu, bien que son influence, plus souterraine que publique, ait été considérable et tôt reconnue. Initié par René Guénon, ce courant sest présentélui-même commele rappel ou la revification dune métaphysique invariable, enracinée dans une Tradition universelle etsolidaire dune connaissance de nature spirituelle. Situé en dehors dune démarche universitaire, des courants politiques et des institutions nationales,il sest également vouludistinct du traditionalisme religieux, et sestopposé au positivisme et au rationalisme contemporains comme aux e nombreux courants occultistes qui fleurissaient depuis le XIX siècle. Ses idées, assez aisément identifiables mais irréductibles à des analyses schématiques ou de partis pris, ont reçudiverses appellations, bien quaucune ne se soit imposée de manière satisfaisante :«»,pensée traditionnelle «traditionalisme »,«néo-traditionalisme » (J. A. Cuttat),«(Pierre A. Riffard) ettraditionnisme » dans le monde anglo-saxon surtout«pérennialisme » («perennialism»). Ce courant a exercé une influence très diversifiée, parfois indirecte, sur plusieurs générations de savants, dintellectuels, dartistes, de Mircea EliadeàSchuyler Cammann, de René Daumal et André Breton à Raymond Queneau, dAlbert GleizesàMaurice Béjart. Né à Blois et mort au Caire, René Guénon (1886-1951) a fondé sonœuvre sur plusieurs thè: la notion de civilisation traditionnelle et uneses fondamentales critique corrélative de la modernité, le rôle central du symbolisme, le caractère initiatique et spirituel de la connaissance métaphysique, les principes universels communs des traditions, des religions et des sagesses de lhumanité.Il na guère écrit surlart, mais ses idées ont influencé plusieurs auteurs, qui ont élaboré la conception dun«art traditionnel», cest-à-dire fondé sur une tradition dordre spirituel et exprimant par lentremise du symbolisme une doctrine cosmologique ou métaphysique. Les ouvrages de Guénon influencèrent tôt un historien de lart
1 Parole rapportée par Henri Bosco, citéinPierre-Marie Sigaud (éd.),René Guénon, Lausanne, LÂge dHomme,«Les dossiers H », 1984, p. 270. 9
français, Luc Benoist (1893-1980), auteur de plusieurs études aux idées « traditionnelles » dans les années 1930 et 1940. Toutefois,cest surtout le Cinghalais Ananda K. Coomaraswamy (1877-1 947), érudit polyglotte qui, dans les années1930-1940,alorsconservateurauMuséedesBeaux-ArtsdeBoston, développa les thèses de Guénon, en les appliquant aux domaines de lart et des religions surtout indiennes, et en les étayant par un appareil de références de caractère universitaire. Appartenantàune autre génération, deux autres auteurs ont poursuivi, étendu ou refondé une«pensée traditionnelle» sur lart, inspirée par le cadre idéologique posé parGuénon et par les apports documentaires de Coomaraswamy. Héritier intellectuel deGuénon, fondateur dune confrérie soufie en France et en Suisse, Frithjof Schuon (1907-1998) a publiéuneœuvre importante de spiritualité et de métaphysique, et se consacra également à la poésie et à la peinture, dans laquelle il a surtout illustré des thèmes relatifs aux Indiens dAmérique du Nord etàlidée dune Féminité céleste et universelle. Ami denfance de Schuon,Titus Burckhardt (1908-1984) fut le directeur artistique de la maison dédition suisse Urs Graf, et, initié au soufisme et bon connaisseur du Maroc, écrivit notamment plusieurs livres et articlessur lart islamique et une théorie « traditionnelle» de lart. Le présent ouvrage aimerait retraçerle déploiement dune vision méta-physique et contemplative des arts chez ces auteurs fondateurs : la naissance dune conception traditionnelle des civilisations chez Guénon, son exemplification et son développement chez Coomaraswamy, le renouvellement de la problématique de lart chez Schuon, et enfin les développements et la forme de synthèse effectués par Burckhardt.Mais dabord, il convient defaire plus ample connaissance avec ces auteurs et de préciser le champ et les enjeux de cette étude.
René Guénon La biographie deGuénon est partiellement mal connue, en dépit de la multiplication des études universitaires depuis les années 1970. La raison tient, notamment, à la nature même de sa personnalité : menant une vie discrète, Guénonne sest jamais voulu linventeur dune pensée originale, mais comme le transmetteur dune métaphysique quil estimait impersonnelle et universelle. Il a ainsi volontairement et presque systématiquement tendu, dans sa correspondance privée comme dans ses textes publiés, à effacer sa personnalité au profit de son message,àtaire ses sources dinformation,àrefuser toute indication biographique. 2 Ila pu soffusquer quon lui attribue uneWeltanschauung, et en 1931, il pouvait répondre aux attaques dun polémisteen écrivant dans une revue « que, si étrange que cela puisse lui sembler,la personnalité de René Guénonnous importe peut-être encore moins quàlui, attendu que les personnalités, ou plutôt les individualités, ne comptent pas dans lordre des choses dont nous nous
2 Dans un compte rendu de 1932 (Comptes rendus, p. 123). 10