Le cinéma à l'heure du numérique

-

Livres
220 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Avec le film Avatar de James Cameron, le train du numérique s’est mis en marche dans les salles obscures. Les nouvelles technologies sont désormais omniprésentes. Un processus global de dématérialisation des supports s est imposé en salle comme à la maison. On enregistre une montée accrue des films pouvant être téléchargés, visionnés en streaming ou consultés sur des supports mobiles aussi divers que des ordinateurs portables, des tablettes ou des smartphones. Ces nouveaux modes de transmission et de réception du cinéma, la démultiplication des supports et des formats ainsi que le nomadisme des écrans viennent bousculer les pratiques des spectateurs et des professionnels de l’image. Révolution ou évolution de l’histoire des techniques, il apparait incontournable de faire un état des lieux des changements technologiques et de leur impact sur les pratiques et les publics du cinéma. Par le prisme du Public et de pratiques cinématographiques, ce livre propose une lecture transversale des apports, des limites et des perspectives offerts par les nouvelles technologies à l’heure du numérique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 19
EAN13 9791092305326
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE CINÉMA À LHEURE DU NUMÉRIQUE PRATIQUES&PUBLICS
ISBN : 978-2-919071-13-5 / EAN : 9782919071135
© MkF éditions, 2012
Couverture : Laura Giangrande Relectures : Jérémy Victor Robert
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayant cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
W W W.M K F E D I T I O N S.C O M
LE CINÉMA À LHEURE DU NUMÉRIQUE PRATIQUES&PUBLICS
sous la direction de Michaël Bourgatte et Vincent Thabourey
LE CINÉMA À LHEURE DU NUMÉRIQUE-PRATIQUES ET PUBLICS
4
LE MOT DE LÉDITEUR
Chaque pan de notre vie est aujourd’hui concerné par un pro-cessus global de dématérialisation des supports, de démultiplication des manières de communiquer et d’accélération des modes de circulation de l’information. Ce processus touche désormais de façon intime notre quotidien.
Il s’avère essentiel de poser la question des nouveaux rapports que chaque individu développe avec ces nouvelles technologies qui viennent bousculer, modifier, compléter et prolonger nos pra-tiques à l’heure des humanités numériques.
Ces pratiques émergentes nous conduisent-elles pour autant à tirer un trait sur nos anciennes pratiques ? Comment réinter-prète-t-on nos savoirs, nos pratiques traditionnelles à l'aune de ces mutations numériques
Pour répondre à ces questionnements, nous souhaitons privi-légier une réflexion pluridisciplinaire et transversale. Aussi, des approches anthropologiques, communicationnelles, écono-miques, ethnologiques, historiques, philosophiques ou encore sociologiques vont-elles se croiser, se côtoyer. Dans le même temps, des chercheurs vont se confronter aux professionnels des secteurs concernés par les mutations numériques pour conduire une réflexion globale, tout à la fois théorique et empirique.
5
LE CINÉMA À LHEURE DU NUMÉRIQUE-PRATIQUES ET PUBLICS
6
PRÉFACE
Emmanuel Ethis
PRÉFACE
Lors de la sortie sur les écrans d’Avatarde James Cameron en décembre 2009, chacun s’est projeté dans un cinéma futuriste où la 3D devenait la norme. Écrans géants, sonsurround, effets spéciaux : autant de technologies qui entraient dans les salles de cinéma et allaient s’inviter de plus en plus dans les salons. Le train du nu-mérique était en marche. Aujourd’hui, la projection digitale, cheval de Troie d’une nou-velle économie, est partout démocratisée. Un horizon d’attente technologique s’est formé. Pour autant, l’un des fondamentaux de la consommation filmique perdure : la sociabilité. Celle-là même qui est en jeu dans les prises de parole, de position ou de « rendez-vous ». Néanmoins, cette sociabilité se transforme et s’enrichit. Il nous faut donc consi-dérer avec attention les modes de réception cinématographique émergents (que ce soit en salle, à domicile ou de manière nomade) puisqu’ils engendrent de nouvelles modalités de consommation et de partage du cinéma. En effet, les technologies numériques façonnent de manière nouvelle le regard du spectateur : elles lui permet-tent de démultiplier ses façons de consommer du cinéma ; elles lui permettent éga-lement d’élargir sa vision du monde. La pratique cinématographique devient totale, ubiquitaire : les films sont visionnés dans les transports en commun ; les smartphones connectés à Internet donnent accès à de l’information ; les extraits et bandes-annonces de films sont partagés sur Facebook, pendant que de nouveauxtweetssont sans cesse publiés par ceux que nous « followons ». Révolution ou évolution de l’histoire des techniques, il apparaissait incontournable de faire un état des lieux des changements technologiques et de leur impact sur les pratiques et les publics du cinéma afin de repenser la manière dont l’industrie ciné-matographique continue de s’inscrire dans son époque. C’est l’objectif que se sont fixé collectivement les auteurs de cet ouvrage, à la fois issus du monde de la recherche et du secteur professionnel, en proposant une lecture transversale des perspectives, des limites et des apports offerts par les nouvelles technologies sur les pratiques et les publics du cinéma, sans jamais négliger une réflexion théorique de fond en sociologie du cinéma.
7
8
INTRODUCTION
INTRODUCTION
L es salles de cinéma viennent de vivre une véritable révolution technologique avec la généralisation de la projection des films au format numérique. Mais il ne s’agit pas d’un événement technologique isolé : en effet, l’instauration du numé-rique en salles s’inscrit dans un processus global de dématérialisation des sup-ports. Ainsi, il s’avère essentiel de poser la question des nouveaux rapports que les publics entretiennent avec les images et en particulier avec les images ciné-matographiques. Car face au modèle de la pratique cinématographique en salles et de ses rituels plus que centenaires, d’autres modes de réception s’imposent durablement. Démultiplication des supports, nomadisme des écrans et nouvelles technologies de transmission bousculent les pratiques des spectateurs et des professionnels de l’image. On constate une forte augmentation des films pouvant être loués sur des plateformes dédiées (Vidéo à la demande ou VoD), téléchargés (flux enregistrés depuis l’internet), regardés enstreaming(lecture de flux en ligne) ou visionnés en différé (services de télévision de rattrapage) sur des supports aussi divers que des ordinateurs portables, desnetbooks(petits ordinateurs por-tatifs), des tablettes numériques ou des smartphones. C’est dans ce contexte de mutations que nous avons choisi de faire paraître ce volume.
S’il nous est impossible d’asseoir, ici, une approche ou un constat, il n’est pas non plus dans notre intention de tenir un discours prophétique. Il nous importe, avant tout, de mettre en discussion un phénomène complexe et de souhaiter que ce livre rencontre un écho, tant par sa capacité à poser des ques-tions que par son intention de se présenter comme un témoignage lucide pour des lecteurs critiques. Ce livre n’est donc pas une lubie. Il n’est pas non plus le produit de réflexions isolées. Il s’inscrit dans un processus de réflexion global
9