Beaumarchais (1732-1799)

Beaumarchais (1732-1799)

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Ajouté le 30 mars 2018
Nombre de lectures 3
Langue Français
Signaler un abus
re Beaumarchais (1732-1799) (fiche - 1 L -re re re 1 S - 1 STMG - Français - 1 ES)
Une vie pleine de rebondissements et d’intrigues, a venturière et rocambolesque. A la fois homme de lettres et homme d’affaires, idéaliste et pragmatique, Beaumarchais illustre parfaitement le siècle des Lumières.
1. De la gloire au blâme, de la fortune à la faillite La biographie de Beaumarchais est en elle-même un roman : à l’image de Figaro, il a tout vu, tout fait, tout usé. Loin d’être un long fleuve tranquille, sa vie fut parsemée d’embûches et d’épreuves qui n’ont cependant jamais entamé sa faculté à rebondir.
a. Une ascension fulgurante mais non sans heurts Fils d’horloger, Pierre Augustin Caron, né le 24 ja nvier 1732, se fait remarquer grâce à son invention d’une montre miniature, même si l’horloger du roi s’attribue l’invention… (s’ensuit un procès, le premier d’une longue série).
A 23 ans, il séduit une belle et riche dame, achète la charge du mari, qui lui permet de contrôler les repas du roi, puis épouse la dame, de venue veuve l’année suivante ! Sa fortune semble alors acquise mais sa nouvelle épous e meurt et les héritiers contestent le testament. Pierre Augustin Caron prend toutefois le nom d’une terre appartenant à sa femme, « le Bos Marchais » et achète un peu plus tard une charge qui l’anoblit.
En 1759, il se fait nommer horloger du roi, en offrant à Mme de Pompadour une montre insérée dans une bague. Louis XV confie également à Beaumarchais le soin de donner des leçons de harpe à ses filles.
Devenu l’ami du banquier Pâris-Duverney, Beaumarcha is lui emprunte de l’argent et s’achète une grande maison. Mais cette amitié, qui lui permet d’asseoir sa fortune, le conduira bientôt, après un très long procès, à la ruine. Pour l’heure, il mène un train de vie élevé en compagnie d’une jeune créole, Pauline Le Breton.
A trente ans le roturier est devenu noble, le séduc teur est aimé et l’homme d’affaires a déjà affronté plusieurs fois la justice.
b. Un homme ruiné devenu agent secret du Roi En 1768, Beaumarchais, à nouveau célibataire depuis que Pauline Le Breton l’a quittée, épouse une riche veuve (Germaine L’évêque), mais tout comme sa première épouse, elle meurt brutalement, à peine deux ans pl us tard, sans rien léguer à son mari… (ces deux morts éveillent les soupçons et Bea umarchais sera accusé d’avoir assassiné ses deux premières femmes).
En 1770, Pâris-Duverney meurt lui aussi et son héritier conteste les droits de Beaumarchais, s’ensuit un très long procès qui cond amne Beaumarchais au blâme : à 41 ans, Beaumarchais est privé de tous ses droits c ivils, il doit payer une somme considérable, ses biens sont saisis : il est ruiné. Il décrit cette affaire dansMémoires