Bergson

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Bergson (fiche - Terminale S - Terminale ES - Terminale L - Terminale STMG)
Henri Bergson(1859-1941) est un philosophe français dont la pen sée est habituellement associée au "spiritualisme" : il va en effet critiquer ces sciences objectives que sont les mathématiques, la physique ou la biologie. L'Essai sur les données immédiates de la conscienceconstitue sa thèse de doctorat de philosophie ; à sa parution, en 1889,Bergson, ancien élève de l'École normale supérieure, a tre nte ans. Il y expose l'un des thèmes fondamentaux de so n œuvre :le monde extérieur de la sciencetanéïté et de la quantité,, monde de l'espace, du temps objectif, de la simul diffère du monde intérieur de la conscience, qu'il se propose d'examiner. D'une manière similaire, il opposera les idées d'intelligenceet d'intuition,intuition dont il fera, avec l'idée dedurée, le concept central de sa philosophie. En 1907, la parution de L'évolution créatricele rend célèbre. Souvent accusé d'être obscur,Bergsonn'en connaitra pas moins une certaine notoriété, et fut même considéré comme un philosoph e mondain, puisque "les femmes du monde" venaient assister à ses cours. Il demeure l'une des figures majeures de la ème philosophie du début du 20 siècle. Il recevra, en 1927, le prix Nobel de littérature. 1. La durée et l'intuition sont relatives à la libe rté a. La durée
Bergsonoppose un temps scientifique, chronologique à un temps intérieur, abstrait, qu'il nomme "durée". La durée témoigne de l'activité authentique de la conscience : elle est perception du temps véritable, et se distingue du temps des horloges, c'est-à-dire du temps scientifique ou objectif. C'est pourquoiBergsonqualifie la durée de "donnée immédiate", qui est simultanément donnée pure : la durée n'est pas une juxtaposition d'instants mesurables, qui peuvent s'exprimer en te rmes de quantité. Elle est au contraire "le prolongement ininterrompu du passé da ns un présent qui empiète sur l'avenir". L'opposition de la durée au temps objectif rejoint l'opposition entrele moi superficiel, celui du monde extérieur, qui représente le moi de la vie pratique ou de la vie sociale, etle moi "fondamental obscur et profond".Parallèlement à cette opposition en surgit une autre, entre lamémoire pureet lamémoire habitude. L’une est durée, et se rapporte à l’intuition ; l’autre est réglée sur le temps des horloges. La pensée intuitive est elle-même relative à la durée. La durée exprime elle-même ce temps par lequel nous sommes directement en contact avec les choses. Le temps scientifique, lui, ne dure pas.
b. L'intuition Dans la mesure oùBergsonmet également en opposition, d'une part, l'intuiti on mais aussi l'instinct, sorte d'intuition inachevée, et d 'autre part l'intelligence, on a pu l'accuser d'anti-intellectualiste. PourBergson, l'authenticité, la vérité auxquelles nous pouvons avoir accès ne dépendent pas directement de l'intelligence. Grâce à l'intuition, l'homme est capable d'expériences pures. Même si l'intutition reste liée à l'immédiateté et à la simplicité, elle s'apparente néanmoins à un effort spirituel intense, puisqu'il faut nous arracher à nos habitudes, au quotidien et en m ême temps écarter les notions familières. L'usage de l'intuition fait que nous ce ssons alors d'être des "automates