Recherche agronomique et politique agricole

-

Français
171 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Figure fondatrice de la génétique animale en France et père de la loi sur l’élevage de 1966, Jacques Poly signe en 1978 le rapport « Pour une agriculture plus économe et plus autonome » alors qu’il accède à la direction générale de l’Inra. Fondé sur la confrontation des souvenirs d’acteurs de l’époque et des travaux des historiens, cet ouvrage est une exploration de sa trajectoire hors norme.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 10
EAN13 9782759229925
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Table des matières Couverture Recherche agronomique et politique agricole
Préface Introduction
Chapitre 1 - La vision scientifique et les stratégies politiques de Jacques Poly
Les années de formation d’un agronome avide de connaissances (1946-1949)
À l’Institut national agronomique de Paris : le choix d’une recherche agronomique renaissante
Une passion scientifique « hasardeuse » : la recherche en génétique animale
Une ambition scientifique « révolutionnaire » : construire la génétique animale française (1950-1965)
Mettre les savoirs et les règles de l’ancien monde rural de la sélection animale à l’épreuve de la science internationale
Engager l’Inra sur la voie de l’amélioration génétique des animaux d’élevage : le CNRZ de Jouy-en-Josas
La recherche agronomique au service d’une vision productiviste (1966-1969)
Un leadership scientifique au service du productivisme animal : la loi sur l’élevage de 1966
Les cabinets ministériels, l’apprentissage de la gestion politique des affaires agricoles
Des ambitions contrariées. Réformer en contexte d’adversité (1970-1978)
Direction scientifique de l’Inra : à défaut de diriger l’institut, préparer l’avenir en rénovant une fonction ancienne
Le bras de fer autour d’un « plan protéines » : l’échec à réformer la politique agricole
De la réforme de la politique agricole à la rénovation de la
recherche agronomique (1979-1980)
Le nouveau directeur général de l’Inra à l’épreuve de l’EPIC : la duplicité du stratège
Un nouvel horizon stratégique, sécurité alimentaire mondiale et agriculture de conquête
L’horizon politico-scientifique des biotechnologies
Élargir l’horizon politique et scientifique de l’Inra (1981-1985)
L’adhésion de l’homme de progrès au nouveau paradigme modernisateur de l’innovation technologique
Une science « ni de droite ni de gauche », mais au service de la politique industrielle
Préparer l’Inra à l’entrée dans l’économie de la connaissance
Épilogue : le legs du bâtisseur (1986-1989)
Tourner la page d’une histoire glorieuse
Un visionnaire honoré, un stratège inquiet
Chapitre 2 - Changer la politique agricole dans les années 1970 : « Pour une agriculture plus autonome et plus économe »
Changer de politique agricole. Trois écrits stratégiques de Jacques Poly
1977, « Recherche agronomique. Réalités et perspectives »
1977, « L’approvisionnement de la France en aliments riches en protéines destinés aux animaux domestiques »
1978, « Pour une agriculture plus économe et plus autonome »
Le ministre de l’Agriculture et la recherche agronomique dans les années 1970
La conception et la rédaction du « rapport Poly »
Tracer les voies d’une agriculture devenue vulnérable et contestable
Une nouvelle loi-cadre pour adapter l’agriculture au contexte national et international
La vulnérabilité des « systèmes agricoles » et les recommandations pour y remédier
L’émergence de la question environnementale
La réception du « rapport Poly » dans le contexte de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981
Refonder la politique agricole
Chapitre 3 - Adapter la recherche agronomique à l’économie de l’innovation
Faire entrer l’Inra dans l’économie de la connaissance. Deux écrits stratégiques de Jacques Poly
1981, « Industries agro-alimentaires et innovation », avec Christian Herrault
1988, « Inra, 1988… an 2000. Une nouvelle charte de développement »
Rompre avec « l’air du temps » : les Assises de la recherche et la réforme de la recherche en 1982
« Monsieur Poly »
« L’air du temps » avant 1981 : la recherche en souffrance
Le volontarisme de la gauche au pouvoir
Un fort soutien aux organismes de recherche
L’Inra : le tandem Poly-Paillotin Conclusion
Les années charnières : 1970-1980
Réorienter la recherche agronomique : la lente percolation des idées de Jacques Poly dans l’Inra
Les vingt propositions de Jacques Poly pour réorienter l’Inra
La longue percolation du rapport de Jacques Poly dans l’organisation et les orientations de l’Inra Conclusion
Hubert Curien et Jacques Poly, une vision partagée de la recherche
Du CNRS à la DGRST des années 1970 : les débuts du compagnonnage
Développer les biotechnologies dans le secteur agroalimentaire
Promouvoir la qualité alimentaire et l’alimentation de l’homme sain
Une vision partagée au long cours
Penser l’ingénierie des sciences, d’un Inra à l’autre
De Jacques Poly à l’Inra des années 2000 : gouverner collégialement la recherche
Repenser l’agriculture et réformer l’Inra autour de l’alimentation et de l’environnement
Valoriser et formaliser l’expertise collective de l’Inra
Requalifier les métiers de la recherche finalisée
Développer une connaissance systémique par une biologie e intégrative du xxi siècle
La science et le politique : mettre la recherche au service du bien public Conclusion
Conclusion - Les lendemains paradoxaux du rapport Poly
Le « rapport Poly », une archive inclassable, en tension entre deux époques de l’économie de la connaissance
Le détour biotechnologique de l’ambition politique de l’Inra de Jacques Poly
L’historien face au défi d’un texte prospectif en perpétuelle requalification
Annexe 1
La carrière de Jacques Poly à l’Inra
Ses autres engagements
Annexe 2
Bibliographie de Jacques Poly
Liste des publications
Index des noms cités
RECHERCHE AGRONOMIQUE ET POLITIQUE AGRICOLE Jacques Poly, un stratège
Egizio Valceschini, Odile Maeght-Bournay, Pierre Cornu, coord.
En couverture : J uin 1967 à l’I nra de J ouy-en-J osas, le ministre de l’Agriculture, Edgar Faure, entouré au premier plan de Raymond Février, directeur général de l’I nra, et de J acques Poly. En arrière-plan la hiérarchie de l’Inra. © Inra/Jean-Joseph Weber. © éditions Quæ, 2019. ISBN papier : 978-2-7592-2991-8 ISBN PDF : 978-2-7592-2992-5 ISBN ePub : 978-2-7592-2993-2 Éditions Quæ RD 10 78026 Versailles Cedex
www.quae.com/Cet ouvrage a bénéficié du soutien financier de l’I nstitut national de la recherche agronomique. Les versions numériques sont diffusées en accès libre sous licence CC-by-NC-ND et disponibles surwww.quae-open.com/ .
Pour toutes questions, numerique@quae.fr
remarques
ou
suggestions
:quae-
Préface
Philippe Mauguin, président-directeur général de l’Inra
P ionnier de la génétique anim ale, père de la loi su r l’élevage de 1966, stratège et bâtisseur de l’I nra durant son long m andat à la tête de l’instit ut entre 1978 et 1988, voix respectée et écoutée par toutes les m ajorités politiques successives, J a cques P oly est sans conteste une figure historique m ajeure de l’histoire de l’institut et, plus largem ent, de l’accom pagnem ent des transform ations de l’agriculture par les politiques publiques de la recherche et du développem ent. D isparu depuis plus de vingt ans, sa m ém oire reste vivace chez tous ceux qui, com m e m oi, ont eu la chance de le connaître. M ais e lle est aussi encore très présente dans l’organisation et dans la culture partagée d’un éta blissem ent de recherche qu’il a m arqué de son volontarism e exigeant et de son souci constant d’an ticiper les besoins des m ondes de la production agricole et alim entaire et, plus largem e nt, de la nation à l’heure de l’intégration européenne. L ointain successeur, m ais aussi tém oin direct du contexte de la succession de J acques P oly en tant que chargé de m ission au m inis tère de la R echerche auprès d’H ubert Curien, au tournant des années 1980-1990, j’ai pu a pprécier l’em preinte durable de la personnalité et de l’action de J acques P oly sur l’I nra. S on rapport de 1978 « P our une agriculture plus économ e et plus autonom e » notam m ent est une s ource d’inspiration intacte pour quiconque ne veut pas renoncer à donner un avenir à l’agriculture française. A près le décès de J acques P oly à l’âge de 70 ans en 1997, le m inistre de l’A griculture et de la Pêche, L ouis L e Pensec, louait dans le journalL e M ondee, ses intuitions« sa vision à long term percutantes, ainsi que sa passion pour le développe m ent scientifique et pour la m odernisation de l’agriculture française »[1]nra,édition, G uy Paillotin, alors prés ident de l’I ans ce;e m êm e . D et Paul V ialle, directeur général, exprim aient, au nom de tous les personnels de l’institut, leur ém otion et leur gratitude. « D urant de longues anné es, J acques P oly a présidé aux destinées de l’I nra, devenu sous son autorité l’un des prem iers organism es de recherche agronom ique au m onde, et lui a fait jouer un rôle décisif au servi ce de l’agriculture et des industries agroalim entaires françaises. S a disparition laisse auprès de tous le souvenir d’un chercheur passionné, d’un responsable visionnaire, et d’un président à l’écoute de chacun. » P ourtant, si l’on excepte ces hom m ages et quelques tém oignages, en prem ier lieu celui de son « vieux com parse » Bertrand Vissac[2], ainsi qu’un bel entretien que J acques P oly avait accordé à D enise G rail en 1995[3]on et ses réalisationse », sa pensée, son acti , ce personnage « hors norm n’ont fait l’objet d’aucun travail biographique ou historique un tant soit peu docum enté. S ans doute, pour les historiens, la période em brassée pa r la carrière de J acques P oly est-elle toute récente encore, et ont-ils besoin de tem ps pour en rassem bler les archives. M ais pour que celles-ci ne se perdent pas, et surtout pour que les tém oi gnages nécessaires soient produits, il fallait une initiative forte, et je ne peux que saluer cell e de l’A cadém ie d’agriculture de France et du Com ité d’histoire de l’Inra, qui ont joint leurs fo rces pour organiser une journée d’étude dans les m urs du m inistère de l’A griculture le 14 février 20 18, puis pour m ener à bon term e la belle réalisation éditoriale que voici.
Philippe Mauguin sur le stand Inra du Salon international de l’agriculture en 2018. © Inra/Christophe Maitre. L e lecteur, qu’il soit ou non m em bre de l’I nra, qu’ il ait connu ou non le verbe haut en couleur du J urassien, trouvera am plem ent m atière à réflexion dans les chapitres qui suivent, à la croisée du tém oignage et de l’analyse historique. D es perso nnalités, et non des m oindres, livrent des réflexions particulièrem ent éclairantes sur l’insert ion de l’action de J acques P oly dans le contexte scientifique, économ ique et politique de a nnées 1970 et 1980. Les contributions de deux anciens m inistres de l’A griculture, P ierre M éhaigne rie et H enri N allet, sont révélatrices du rôle central joué par J acques P oly dans l’appui aux poli tiques agricoles nationales et européennes. Toutautant,lacontributiondeJean-PierreChevènement,etcellequejaieuleplaisirde proposer à la m ém oire d’H ubert C urien, traduisent d e m anière éclatante le rayonnem ent scientifique que J acques P oly avait su donner à son institut, fer de lance de la politique am bitieuse de relance de l’économ ie nationale par l a recherche et l’innovation, portée dans l’élan de 1981. J acques P oly s’est fait, avec obstination et clairv oyance, le chantre et le concepteur d’une recherche agronom ique publique dévolue à un intérêt com m un pensé dans toutes ses com posantes et sur le long term e. C ertains peuvent voir dans sa conception du rapport entre percées scientifiques et développem ent agricole et i ndustriel une représentation dépassée de l’action publique et une am bition obsolète pour la recherche. D ’autres, dont je fais partie avec tous les hauts responsables de l’I nra qui s’exprim e nt dans cet ouvrage, y voient au contraire une source d’inspiration toujours vive non pour m ainten ir l’I nra dans une conception intangible de la recherche, m ais pour en m aintenir l’exigence d’a daptation et de pertinence au regard du contexte. G uy Paillotin, qui n’est plus avec nous a ujourd’hui et dont je salue la m ém oire, aurait pu faire une contribution dans le m êm e esprit. L a perspective historique esquissée dans cet ouvrage donne ainsi am plem ent m atière à penser et ne peut que nous encourager, responsables des po litiques publiques, chercheurs, citoyens, à rester a;entifs à la com plexité de l’inscription da ns le tem ps de la recherche scientifique, des dynam iques sociales, m ais égalem ent des évolutions écologiques qui constituent aujourd’hui notre plus grand défi, et qui rendent plus actuels q ue jam ais les m ots d’ordre d’économie et d’autonomiechers à Jacques Poly.
1Le Monde, édition du 25 novembre 1997. 2Vissac B., 1997. À la mémoire de J acques Poly.Le Sadoscope, octobre-novembre 1997, supplément
n° 89, 6 p. 3Consultable sur notre site internet :http://www.inra.fr/media/detail/187914/private .