Origine des langues africaines

-

Livres
631 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'Afrique, qui a vu naître l'homme moderne, pourrait bien être également le berceau du premier langage articulé. Ce livre restitue à travers la linguistique le passé le plus reculé de l'Afrique en confirmant les résultats obtenus en archéologie et en génétique des populations, et constitue une contribution majeure à l'égyptologie, à la linguistique générale et aux études cognitives portant sur l'émergence de la pensée humaine.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de visites sur la page 990
EAN13 9782296452664
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème







Origine des langues africaines Études Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa


Dernières parutions

Ngimbi KALUMVUEZIKO, Sur les traces d’Ota Benga,
2011.
Lambert NICITIRETSE, Charge pastorale du curé et
coresponsabilité dans l’église du Burundi, 2010.
Jean Maurice NOAH, Le makossa. Une musique africaine
moderne, 2010.
Brice Armand DAVAKAN, Repenser les nations
africaines, 2010.
René N’Guettia KOUASSI, Comment développer
autrement la Côte d’Ivoire ?, Des suggestions concrètes
pour soutenir la dynamique du développement de ce pays,
2010.
Jean-Pierre BODJOKO Lilembu, Développement de la radio
catholique en RDC, 2010.
Auguste ILOKI, Le droit des parcelles de terrain au Congo.
Tome 1 : Droits fonciers coutumiers. Acquisition des
parcelles de terrain, 2010.
Abdoulay MFEWOU, Migrations, dynamiques agricoles et
problèmes fonciers, 2010.
Maurice ABADIE, Afrique centrale. La colonie du Niger,
2010 (reprint de l’édition de 1927).
Michèle CROS et Julien BONDAZ (dir.), Sur la piste du
lion. Safaris ethnographiques entre images locales et
imaginaire global, 2010.
Apollinaire NTAMABYALIRO, RWANDA, Pour une
réconciliation, la miséricorde chrétienne. Une analyse
historico-théologique du magistère épiscopal rwandais
(1952-1962), 2010.
Élieth P. ÉYÉBIYI, Gérer les déchets ménagers en Afrique.
Le Bénin entre local et global, 2010.
Zygmunt L. Ostrowski, Soudan. Conflits autour des
richesses, 2010. Jean-Claude Mboli



Origine des langues africaines


Essai d’application de la méthode comparative
aux langues africaines anciennes et modernes





















L’HARMATTAN











































© L'HARMATTAN, 2010
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54086-6
EAN : 9782296540866

Table des matières

Avant-propos....................................................................................... 13


PREMIÈRE PARTIE : 17


Chapitre premier. Introduction générale ......................................... 19


Chapitre II. Présentation et critique des documents antérieurs .... 25

II.1 La période pré-greenbergienne ...................................................... 19

II.2 Greenberg et la comparaison de masse .......................................... 28
II.2.1 La famille Niger-Kordofan...................................... 33
II.2.2 La famille afro-asiatique................................................ 35
II.2.3 La famille khoi-san.................................................. 37
II.2.4 La famille nilo-saharien................................................. 39

II.3 Le serpent de mer chamito-sémitique ............................................ 40
II.3.1 De Marcel Cohen à David Cohen .............. 41
II.3.3 Les causes historico-linguistiques de l'illusion chamito-
sémitique……………………………………………………... 65
II.4 La période post-greenbergienne ou l'impasse africaniste............... 68

II.5 L'entrée en scène des Africains……….......................................... 78


Chapitre III. Méthode comparative et langues africaines………... 87

III.1 La méthode comparative et son emploi........................................ 88

III.2 Caractéristiques générales des langues africaines ........................ 92

III.3 Conditions d'application de la méthode comparative en
Afrique.......................................................................................... 94
III.3.1 Emploi exclusif des seuls faits réellement attestés................... 95
III.3.2 Exclusion de tout élément dont l'étymologie ne peut être



5 établie à partir de la langue à laquelle il appartient................. 95
III.3.3 Étude approfondie de toutes les formes d'une racine............... 98

DEUXIÈME PARTIE : 101


Chapitre IV. Les langues de la comparaison.................................... 103

IV.1 Le moyen égyptien........................................................................ 104

IV.2 Le copte......................................................................................... 109
IV.2.1 Le système consonantique.......................... 111
IV.2.2 Le système vocalique............................................................... 113
IV.2.3 La syllabe et l'accent tonique................................. 114

IV.3 Le sango........................................................................................ 115
IV.3.1 Le système consonantique...................................... 116
IV.3.2 Le système vocalique............................................................... 120
IV.3.3 Les 121
tons........................................................................................................
IV.3.4 La syllabe..................... 122

IV.4 Le zandé........................................................................................ 123
IV.4.1 Le système consonantique......................... 124
IV.4.2 Le système vocalique............................................................... 125
IV.4.3 Les tons et l'accent..................................... 126
IV.4.4 La syllabe................................................... 126

IV.5 Le hausa........................................................................................ 127
IV.5.1 Le système consonantique..................................... 128
IV.5.2 Le système vocalique et les tons.............................................. 130
IV.5.3 Les syllabes............................................................ 130

IV.6 Le somali....................................................................................... 130
IV.6.1 Le système consonantique..................................... 132
IV.6.2 Le système vocalique et la syllabe........................................... 134
IV.6.3 Le ton et l'accent.................................................... 135

IV.7 Comparaison préliminaire des systèmes phonologiques............... 135
IV.7.1 Introduction.............................................................................. 135
IV.7.2 Comparaison des systèmes consonantiques…………………. 136
IV.7.3 Comparaison des systèmes vocaliques..................................... 138



6 IV.7.4 Comparaison des systèmes tonals............................................ 139
IV.7.5 Comparaison des systèmes d'accent....................... 140


Chapitre V. Correspondances phonétiques...................................... 141

V.1 Liste des correspondances lexicales............................................... 142

V.2 Lois de correspondances phonétiques et reconstruction
phonologique................................................................................ 218
V.2.1 L'occlusive bilabiale sourde labiovélarisée……………........... 219
V.2.2 L've labiovélaire sourde................................................. 220
V.2.3 L'occlusive vélaire sourde....................................... 225
V.2.4 La fricative glottale sourde........................................................ 227
V.2.5 La fricative vélaire sourde................ 228
V.2.6 La fricative labiovélaire sourde................................................. 230
V.2.7 L'occlusive alvéolaire sourde.................................. 232
V.2.8 L've labioalvéolaire sourde............................................ 233
V.2.9 La fricative alvéolaire sourde.................................. 235
V.2.10 La fricative labioalvéolaire sourde.......................................... 236 1 La vibrante uvulaire nasalisée............................... 238
V.2.12 La vibrante labio-uvulaire nasalisée........................................ 241 3 La vibrante apico-alvéolaire nasalisée.................. 242
V.2.14 La nasale apico-alvéolaire....................................................... 245 5 La nasale labioalvéolaire........................... 247
V.2.16 La nasale vélaire...................................................................... 248 7 La nasale labiovélaire............................................ 249
V.2.18 L'occlusive bilabiale sonore.................................................... 251
V.2.19 L'ive bilabiale sonore labiovélarisée ………………… 252
V.2.20 L'occlusive vélaire sourde aspirée........................................... 253 1 L'ive labiovélaire sourde aspirée................. 255
V.2.22 L'occlusive alvéolaire sourde aspirée...................................... 256 3 L'ive labioalvéolaire sourde aspirée………………….. 256
V.2.24 L'occlusive bilabiale sourde aspirée........................................ 257

V.3 Phonologie négro-égyptienne........................................................ 258
V.3.1 Le système consonantique....................................... 258
V.3.2stème vocalique................................................................ 261
V.3.3 Les formes reconstruites de quelques racines négro-
égyptiennes............................................................................... 262
V.3.4 Le système phonologique du moyen égyptien ….…………… 267
V.3.5 Les tons du sango...................................................................... 272



7 V.3.6 Classification provisoire des 6 langues..................................... 273


Chapitre VI. Correspondances morphologiques …………………. 277

VI.1 Formation des noms des parties du corps..................................... 277

VI.2 Formation des noms de lieu et d'abstraits………...…………….. 281
VI.2.1 Formation suffixale.................................................................. 281
VI.2.2 Formation préfixale................................................ 282

VI.3 Formation des noms de liquides et d'objets non-
dénombrables............................................................................... 286

VI.4 Formation des noms d'agents........................................................ 287
VI.4.1 Préfixe d'agent........................................................ 287
VI.4.2 Suffixe d'agent............................................................. 291

VI.5 Le genre......................................................................................... 293
VI.5.1 Le féminin.................................................. 294
VI.5.2 Le masculin....................................................... 299

VI.6 Le nombre..................................................................................... 302
VI.6.1 Le pluriel........................................ 302
VI.6.2 Le duel...................................................................................... 309

VI.7 Le système de numération............................................................. 312
VI.7.1 Les nombres cardinaux.......................................... 312
VI.7.2 Les nombres ordinaux................................................. 318

VI.8 Les particules de liaison................................................................ 319
VI.8.1 Particule exprimant la notion de « en direction de »................ 319
VI.8.2 Particule tion de « sur, au-dessus »................. 320
VI.8.3 Particule exprimant la notion de « autour, proche de, contre » 320
VI.8.4 Particule ant la noti derrière, après »................. 320
VI.8.5 Particule exprimant la notion de « à l'intérieur de »................ 321
VI.8.6 Particule exprimant la notion de « en compagnie de, avec »... 322
VI.8.7 Morphologie des prépositions en négro-égyptien.................... 322
VI.8.8 Constructions du génitif en négro-égyptien............................. 323

VI.9 Les pronoms démonstratifs........................................................... 326




8 VI.10 Les particules interrogatives....................................................... 327

VI.11 Les pronoms personnels.............................................................. 328
VI.11.1 Pronoms personnels M-E..................................... 329
VI.11.2 Pronoms personnels coptes.................................................... 331
VI.11.3 Pronoms personnels sango................................... 331
VI.11.4 Pronoms personnels zandé..................................................... 332
VI.11.5 Pronoms personnels hausa....................... 334
VI.11.6 Pronoms personnels somali.................................................... 335
VI.11.7 Reconstruction du paradigme des pronoms personnels
négro-égyptiens.................................................................... 336

VI.12 Le verbe et la conjugaison........................................................... 342
VI.12.1 Forme supplétive du verbe « donner, prendre »..................... 342
VI.12.2 Formation du causatif............................................................. 344
VI.12.3 Formation de l'infinitif......................................... 347
VI.12.4 Formation du nom verbal....................................................... 350
VI.12.5 Formation de l'accompli....................................... 352
VI.12.6 Formation du participe........................................................... 353
VI.12.7 Formation du fréquentatif........................ 358

VI.13 Les morphèmes de la négation.................................................... 360

VI.14 Évolution grammaticale du négro-égyptien…………………… 361
VI.14.1 Grammaire du négro-égyptien archaïque ………………….. 362
VI.14.2 Grammairégro-égyptien pré-classique………………. 365
VI.14.3 Grammaire du négro-égyptien classique………… 367
VI.14.4 Grammairégro-égyptien post-classique........................ 370


Chapitre VII. Correspondances lexicologiques…………………… 373

VII.1 Reconstruction du vocabulaire de base du négro-égyptien......... 373
VII.1.1 Parties du corps, liquides et sécrétions corporelles................. 374
VII.1.2 Actions, concepts et objets liés aux parties du corps.............. 375
VII.1.3 Reconstruction interne des racines des noms des parties du
corps...................................................................................... 377
VII.1.4 Environnement et éléments physiques, et actions associées... 383
VII.1.5 Faune....................................................................................... 388
VII.1.6 Famille et société........ 394
VII.1.7 Économie................................................................................ 399
VII.1.8 Temps......................... 400



9 VII.1.9 Morale et spiritualité............................................................... 402

VII.2 Reconstruction de la culture négro-égyptienne archaïque........... 407
VII.2.1 Première phase........................................................................ 408
VII.2.2 Deuxième phase.......... 409
VII.2.3 Troisième phase...................................................................... 412

VII.3 Variétés linguistiques négro-égyptiennes.................................... 417
VII.3.1 Phonologie de la phase II...................................... 419
VII.3.2 Langues kweke et langues kekwe........................................... 423
VII.3.3 Langues cwike et langues cikwe............................................. 428
VII.3.4 Classification finale du négro-égyptien.................................. 439

VII.4 Conclusion................................................................................... 445


TROISIÈME PARTIE : 449


Chapitre VIII. Nouvelles langues négro-égyptiennes....................... 451

VIII.1 Correspondances phonétiques.................................................... 453
VIII.1.1 Les données de la comparaison……………………………. 453
VIII.1.2 Analyse et reconstruction...................................................... 459
VIII.1.3 Reconstruction lexicologique des éléments de la liste.......... 461

VIII.2 Correspondances morphologiques.............................................. 463
VIII.2.1 Affixe des noms des parties du corps……………………… 463
VIII.2.2 Affixe d'agent (animé)........................................................... 464
VIII.2.3 Suffixe du féminin............................................... 466
VIII.2.4 Suffixe du masculin................................................... 466
VIII.2.5 Suffixe du pluriel................................................. 467
VIII.2.6 Préfixe d'abstraits...................................................... 474
VIII.2.7 Morphèmes de l'infinitif...................................... 474
VIII.2.8 Suffixe de l'accompli............................................................. 475
VIII.2.9 Suffixe du causatif............................................... 475

VIII.3 Classification généalogique des 13 langues comparées............. 476

VIII.4 Détermination du foyer d'origine du négro-égyptien post-
classique.................................................................................... 480




10 VIII.5 Conséquences linguistiques et historique……………………... 481
VIII.5.1 Ce que dit la linguistique sur l'origine ethnique des
Égyptiens anciens................................................................. 481
VIII.5.2 Phonologie et grammaire du proto-bantu………………..… 482

VIII.6 Conclusion.................................................................................. 497


Chapitre IX. Problèmes de contacts.................................................. 517

IX.1 Le sémitique.................................................................................. 518
IX.1.1 Méthodologie........................... 518
IX.1.2 Phonétique
comparée............................................................................................... 519
IX.1.3 Grammaire comparée............................................. 523
IX.1.4 Vocabulaire comparé.................................................. 530

IX.2 L'indo-européen............................................................................ 540
IX.2.1 Méthodologie........................... 540
IX.2.2 Phonétique comparée................................................... 540
IX.2.3 Grammaire comp...................... 569
IX.2.4 Lexique PIE d'origine négro-égyptienne…………………….. 588
IX.2.5 Foyer d'origine du PIE............................................................. 598


Chapitre X. Conclusion générale....................................................... 607

X.1 Non-arbitrarité du signe linguistique.............................................. 609

X.2 Sémantaxe, preuve ultime de parenté génétique............................ 611

X.3 Lien entre langue et pensée............................................................ 613

X.4 Possibilité de déchiffrement du méroïtique.................................... 614


Bibliographie........................................................................................ 623























« Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre »
ePlaton, philosophe grec du V siècle avant J-C.




AVANT-PROPOS



Nous avons commencé à nous intéresser à la linguistique dans le sillage
de la problématique de l'origine négro-africaine de la civilisation
pharaonique, alors que nous poursuivions nos études d'ingénieur en
électronique à Grenoble. Au-delà des impressionnantes et évidentes affinités
culturelles et anthropologiques que feignent d'ignorer la plupart des
égyptologues occidentaux, nous nous sommes très vite concentré sur les
aspects linguistiques. C'est alors que nous avons découvert ce qui allait
devenir notre bible en cette matière : l'ouvrage du Pr. Théophile Obenga
intitulé « Origine commune de l'égyptien ancien, du copte et des langues
négro-africaines modernes : Introduction à la linguistique historique
africaine », Paris, L'Harmattan, 1993. C'est un ouvrage que nous avons dû
lire, parce qu'il est rigoureux et exigeant, une bonne dizaine de fois du début
à la fin, et à chaque lecture nous nous familiarisions davantage avec cette
science rigoureuse et difficile qu'est la méthode comparative jusqu'à la
maîtriser complètement.
Pour un scientifique comme nous, habitué à manier des équations et
soucieux de toujours prouver toute affirmation, la rencontre avec la méthode
comparative a été le passage naturel vers le monde de la linguistique en
raison du souci tout mathématique d'établir la preuve formelle de la parenté
généalogique entre deux langues. C'est alors que nous avons constaté que cet
outil quasiment mathématique était à peine connu de nos amis étudiants en
linguistique africaine et que de toutes façons l'essentiel des sujets de thèses
en linguistique africaine portaient uniquement sur des études purement
synchroniques. Pire, les travaux de Th. Obenga et de ses prédécesseurs et qui
portaient sur la comparaison systématique de l'égyptien ancien et d'une
langue négro-africaine donnée selon la méthode comparative n'étaient jamais
évoqués, pas même pour être critiqués. La raison en est que ces étudiants
sont encadrés par des professeurs héritiers d'une longue tradition où les
langues africaines ne sauraient être soumises à la méthode comparative à
moins d'être manifestement très proches et où l'Égypte ancienne ne fait pas
partie du monde négro-africain. Cette école africaniste, capable d'affirmer
avec autorité que le bambara (langue d'Afrique occidentale) et le zoulou



13
(langue d'Afrique australe) sont génétiquement apparentés mais refuse
catégoriquement de le prouver par la méthode comparative, voit forcément
d'un mauvais œil les travaux d'Obenga et de Diop. Ceci est extrêmement
grave car c'est cette école qui a formé et continue de former des générations
de linguistes africains.
Nous avons donc pensé que le fait d'être autodidacte et de ne pas chercher
à obtenir un quelconque diplôme en linguistique dans quelque académie que
ce soit, constitue pour nous un atout plutôt qu'un handicap si jamais nous
devions nous lancer dans ce type de recherches. Le seul obstacle qui se
dressait alors devant nous était notre défaut de maîtrise de l'écriture
hiéroglyphique et de l'égyptien ancien. Cet obstacle a été levé en 2000
lorsque nous nous sommes inscrit dans un institut qui dispensait cet
enseignement à des débutants, ce qui nous a donné les bases et les références
bibliographiques pour poursuivre, seul, notre apprentissage.
Très rapidement, alors que nous ne décelions jusqu'ici absolument aucun
signe de rapprochement, nous avons pu nous rendre compte que notre propre
langue, le sango, était beaucoup plus proche de l'égyptien ancien que nous ne
l'aurions jamais imaginé, aussi bien sur le plan lexicologique que
grammatical. C'est véritablement cette découverte qui a emporté notre
décision d'écrire ce livre.

Cet ouvrage n'avait donc au départ pour unique but que de prouver la
parenté généalogique du sango et de l'égyptien ancien, et rien de plus. Mais,
alors que les travaux des Prs. Diop et Obenga portaient uniquement sur la
comparaison systématique entre l'égyptien ancien et la langue maternelle de
chacun de ces deux auteurs, nous décidâmes d'adjoindre le zandé, la langue
de nos parents dont nous avons quelques notions, afin non seulement de
prouver sa parenté avec l'égyptien ancien, mais également de rendre encore
plus probante la démonstration de la parenté égyptien-sango. Devant le
rapide succès de l'entreprise, nous décidâmes d'ajouter une langue que
l'africanisme occidentaliste considère absolument étrangère au sango et au
zandé : le somali. Les nombreux faits de parenté pourtant manifestes que
nous y avons trouvés nous ont alors définitivement convaincus que les
africanistes eurocentristes procédaient uniquement par idéologie.
Finalement, la démonstration de la parenté du sango et de l'égyptien ancien
ainsi que la reconstruction de leur ancêtre prédialectal auront été faites en
comparant minutieusement six langues bien distinctes qui toutes se sont
révélées génétiquement apparentées à l'égyptien ancien.
La mission que nous nous étions assigné étant complètement
remplie, nous aurions pu nous arrêter là, mais nous avons voulu montrer
qu'une fois la grammaire et la phonétique de la proto-langue reconstruites, il
était désormais beaucoup plus facile de prouver l'appartenance de toute



14
nouvelle langue africaine à cette ancienne famille linguistique. C'est ainsi
que huit nouvelles langues ont été introduites dans le tableau de
comparaison, leur parenté génétique avec l'égyptien et le sango ayant été
prouvée sur la base de la comparaison simultanée des quatorze langues
disponibles !
Lorsque nous avons voulu en savoir plus sur cette proto-langue, nous
avons découvert à notre grande surprise qu'on pouvait en remonter l'histoire
pratiquement jusqu'à sa genèse même, et qu'elle a eu une influence décisive
sur le proto-sémitique et le proto-indo-européen ; les preuves apportées dans
cet ouvrage ne laissent aucun doute à ce sujet, surtout que notre intention de
départ était de démontrer par l'absurde que ces deux familles linguistiques
n'avaient aucun lien avec celle que nous venons d'établir.

Parce que nous pensons que ce livre peut apporter des réponses aux
interrogations sur les origines du sémitique et de l'indo-européen, nous
invitons les spécialistes de ces deux disciplines exigeantes à y prêter une
attention particulière ; ils le ferons d'autant plus facilement qu'ils sont depuis
longtemps habitués à une application rigoureuse de la méthode comparative,
au contraire des linguistes africanistes. Ces derniers sont complètement
disqualifiés dans le domaine de la linguistique historique en raison des
méthodes laxistes et inadmissibles qu'ils utilisent, méthodes que nous avons
minutieusement décrites dans l'ouvrage, souvent sur un ton pamphlétaire tant
les écarts avec la rigueur sont nombreux et à peine croyables.

Ce livre se veut un essai d'application de la méthode comparative aux
langues africaines et confirme qu'il n'y a pas d'autres méthodes pour restituer
le passé des langues quelles qu'elles soient. Nous espérons qu'il aidera la
linguistique africaine à sortir du carcan où l'a enfermée la pensée africaniste
eurocentriste. Le lecteur est donc invité à ne tenir compte que de la rigueur
du raisonnement et de la précision des arguments en comparaison pleine et
entière de ce qui a été écrit jusqu'ici sur le sujet.

























PREMIÈRE PARTIE























CHAPITRE PREMIER



INTRODUCTION GÉNÉRALE



L’Afrique est le continent où existent le plus de langues – plus de 1500
selon certaines estimations. Cette extrême diversité linguistique a amené très
tôt les chercheurs dès le milieu du dix-neuvième siècle à rechercher des liens
de type génétique entre ces divers idiomes afin de les ramener à un nombre
comparable à ce que l’on observe dans le reste du monde. Cette attitude fut
encouragée par la découverte de l’immense famille bantu aux
caractéristiques si singulières.
Cependant, tandis qu’en Europe la démonstration de l’existence de la
1famille indo-européenne s’est faite en utilisant la méthode comparative –
discipline qui s’est développée tout au long du dix-neuvième siècle pour
atteindre sa pleine maturité au début du vingtième siècle avec Ferdinand de
Saussure (1857-1913) et Antoine Meillet (1866-1936), les études
comparatives africaines ont pâti dès le début de nombreuses considérations
extra-linguistiques à caractères idéologiques d’une part, et d’un manque total
de rigueur dans l’analyse des faits linguistiques d’autre part. Ces deux
défauts majeurs ont persisté jusqu’à nos jours, où les spécialistes de
linguistique historique en Afrique se comptent sur les doigts d’une seule
main (mis à part les spécialistes des langues bantu), même si les linguistes
2africanistes ont mieux réussi dans le domaine de la description linguistique
et les études à caractère typologique. La plupart des études présentées par
eux comme relevant de la linguistique comparative sont en fait uniquement
des études de typologie linguistique qui ne permettent en aucun cas de tirer
des conclusions diachroniques. C’est ce que nous allons démontrer dans le

1 Cette méthode qui est la seule qui permette de prouver de façon certaine – lorsqu’elle est
bien appliquée – la parenté génétique de langues sera décrite de façon plus exhaustive au
chapitre 3.
2 « Africaniste » est le nom que se donnent les chercheurs non-africains – généralement
des européens qui travaillent sur les langues et les cultures africaines avec plus ou moins de
fortune.



19
prochain chapitre avant de montrer l’immense intérêt de l’application stricte
et totale de la méthode comparative à l’étude des langues africaines.
Pourtant la linguistique historique a commencé très tôt en Afrique.
Malheureusement elle ne portait que sur des langues étroitement apparentées
comme les langues bantu ou les langues mandé d’Afrique occidentale ; son
rôle dans l’étude des faits diachroniques africains dans leur ensemble est
donc assez mince sinon nul. En effet si l’on prend l’exemple des langues
européennes, afin de mieux connaître le proto-germanique par exemple, il
est utile de comparer l’allemand non seulement avec une autre langue
germanique mais aussi et surtout avec le latin ou le grec plutôt qu’avec le
néerlandais, cela va de soi. Pour avoir négligé cela les bantouistes sont
toujours à la recherche de l’origine des classes nominales et des autres
affixes bantu.
Ce rôle marginal accordé à la méthode comparative a perduré jusqu’à
aujourd’hui : chaque fois qu’un africaniste affirme que deux langues sont
« plus étroitement apparentées » il sous-entend que leur parenté génétique
est sinon prouvée du moins facilement démontrable. Il réserve en général le
terme, pourtant fort, de « génétiquement apparentées » à des langues comme
le Hausa et le Somali dont il est incapable de démontrer la parenté génétique
sur la base de la méthode comparative. Dès lors, il ne faut pas s’étonner de
voir surgir en Afrique d’immenses familles linguistiques qui ne cessent
d’évoluer au gré des critères propres à chaque linguiste. Comment pourrait-il
en être autrement puisque la seule méthode qui permet de mettre tout le
monde d’accord – la méthode comparative – est régulièrement écartée par
les africanistes ? En effet les parentés établies grâce à une application
rigoureuse de la méthode comparative ne souffrent aucune contestation : qui
peut douter de l’existence de la famille bantu ou de celle de la famille
indoeuropéenne ? Tout se passe comme si les africanistes ont une peur bleue de
ce travail, se contentant de l’utiliser uniquement si la parenté génétique est
patente comme c’est le cas avec les langues mandé. Même dans ces cas
assez faciles, force est de constater que ses règles ne sont pas toujours
respectées.

La linguistique historique en Afrique a véritablement commencé dans les
années 1990 avec la parution de l’ouvrage du professeur Théophile Obenga
« Origine commune de l’égyptien ancien, du copte et des langues
négro3africaines modernes » où les bases de la méthode comparative appliquée
aux langues africaines dans leur ensemble ont pour la première fois été
jetées. Il a pour précurseurs Mlle Lilias Homburger et Cheikh Anta Diop.

3 Th. Obenga, « Origine Commune de l'Égyptien ancien, du Copte et des Langues
Africaines Modernes, Introduction à la linguistique historique africaine », L’Harmattan 1993.



20
Ces deux auteurs ont, les premiers, compris la nécessité absolue d’inclure
l’égyptien ancien –la langue la plus vieille du contient africain – dans toute
étude diachronique en Afrique.
Th. Obenga a ainsi créé une véritable école africaine de linguistique dont
le souci majeur est l’exploration du passé africain par la voie de la
linguistique, les documents écrits étant dans la plupart des cas inexistants.
Cette école, qui s’appuie uniquement et totalement sur la méthode
comparative, a déjà prouvé de façon indiscutable la parenté génétique de
l’égyptien ancien et de plusieurs langues négro-africaines, ce qu’avait
entrevu Mlle Homburger sans cependant apporter une preuve définitive. Il
est à peine nécessaire de mentionner que les résultats ainsi obtenus sont en
parfait accord avec les faits archéologiques et culturels disponibles
4actuellement .
Cette école que vient de créer Obenga se situe donc à l’opposé de l’école
africaniste eurocentriste qui traîne encore comme un boulet les deux défauts
susmentionnés : 1) Absence quasi-totale de rigueur méthodologique et 2)
Confusion entre langages et races, même si sur ce dernier point elle affirme
le contraire. Tout ce qui sera dit au chapitre 2 montre clairement que de
façon consciente ou non, la plupart des africanistes « comparatistes »
5utilisent encore le vieux cliché chamitique des périodes coloniales révolues.
Leurs collègues d’autres disciplines de la linguistique africaine les suivent
aveuglément, faute de compétence et contribuent ainsi à propager de si
grossières erreurs ; tandis que les comparatistes d’autres langues et les
spécialistes de linguistique générale font de bonne foi confiance aux
mégaclassifications africanistes sans se douter le moins du monde qu’elles ne
reposent sur rien. Mais dès qu’ils sont un peu plus curieux, c’est avec
horreur qu’ils découvrent la vérité (cf. R. M. W. Dixon, « The rise and fall of
languages », Cambridge, 1997).

D’où l’impasse actuelle où, faute d’études diachroniques sérieuses et
rigoureuses, aucune explication historique des faits linguistiques n’est
possible : quelle est l’origine des tons, des voyelles nasales, des classes
nominales, des alternances consonantiques ; quelle est la vraie nature des

4 Cf. Le peuplement de l'Égypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique,
Actes du colloque du Caire en 1974, Paris, UNESCO, 1978 ; ou plus récemment :
E.CRUBEZY , T. JANIN, B. MIDANT REYNES Adaïma II - La nécropole prédynastique IF
887, FIFAO 47, 2002).
5 Ce curieux terme a été inventé par les africanistes racistes des deux derniers siècles dans
l’unique but de détacher la civilisation égyptienne de sa souche négro-africaine afin de lui
attribuer une origine blanche. Il a été repris pour les mêmes raisons par les linguistes
africanistes dans une version édulcorée appelée chamito-sémitique ou afro-asiatique et dont il
sera longuement question au chapitre suivant. Cf. C.A. Diop(1955) pour une analyse sans
complaisance de ce mythe.



21
« semi-voyelles » de l’ancien égyptien ? Toutes ces questions si
fondamentales ne peuvent avoir de réponse que dans le cadre strict de la
linguistique historique rigoureusement menée et il n’est pas étonnant
qu’elles n’aient toujours pas trouvé de réponse.

Ainsi, une inversion des tendances s’impose, inversion qui ne peut
s’inscrire que dans le cadre du travail amorcé par Th. Obenga. C’est
pourquoi le présent ouvrage, qui s’appuie exclusivement sur la méthode
comparative, se propose de :

1. prouver la non-validité des classifications actuelles ;
2. comparer simultanément et de façon exhaustive plusieurs langues
africaines appartenant à différentes « familles » linguistiques ;
3. reconstruire l’ancêtre prédialectal des langues comparées au niveau de sa
phonologie, de sa grammaire et de son lexique ;
4. expliquer à partir de cet ancêtre prédialectal les états intermédiaires et
actuels des langues comparées ;
5. illustrer par deux ou trois langues comment d’autres langues africaines
peuvent s’insérer dans l’ensemble ainsi défini ;
6. prouver une fois pour toutes la non-existence de la « famille »
afroasiatique.

Une telle entreprise, jamais tentée auparavant, nécessite une rigueur
absolue à tous les niveaux. Cela veut dire qu’aucune question essentielle
touchant au sujet ne doit être laissée sans réponse. C’est pourquoi le lecteur
pourrait trouver – à juste titre – longues et fastidieuses certaines
démonstrations. Ce choix a été fait d’une part parce que l’expérience montre
qu’en linguistique historique aucun détail n’est de trop, d’autre part afin de
répondre d’avance à certaines critiques sans intérêt que les africanistes
« comparatistes » ou non ont l’habitude de soulever et qui ne font d’ailleurs
que confirmer leur ignorance totale de la méthode comparative (Cf. Th.
Obenga, « Le sens de la lutte contre l'africanisme eurocentriste »,
L'Harmattan, 2001).

Ce livre s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la linguistique, l’histoire
et la culture africaines ; il est également destiné aux comparatistes ayant peu
de connaissances en linguistique africaine et aux égyptologues qui pourront
y trouver des réponses à certaines de leurs interrogations.
Puisse-t-il permettre l’émergence d’une nouvelle génération de
chercheurs africains désireux d’interroger leur passé par ce moyen, et un
changement radical de comportement de la part des africanistes européens
afin qu’eux aussi puissent positivement contribuer à cet effort comme ils



22
l’ont fait avec succès dans d’autres domaines linguistiques comme la
typologie ou la phonétique.














CHAPITRE II



PRÉSENTATION ET CRITIQUE DES DOCUMENTS ANTÉRIEURS



L’étude scientifique des langues africaines a commencé dès le milieu du
dix-neuvième siècle avec les études bantu et a connu des fortunes diverses
suivant les écoles et les régions étudiées. Il est facile de s’apercevoir – et
nous allons voir pourquoi – que sa seule réussite dans le domaine comparatif
est et demeure l’établissement de la famille bantu.

Dans l’axe temporel on peut distinguer une première période qui s’achève
au début des années 1960 lorsque le linguiste américain Joseph H.
Greenberg publia une classification « génétique » de toutes les langues
africaines en quatre familles, classification qui est encore largement admise
aujourd’hui par les africanistes, faute de mieux. Une deuxième période
s’échelonne jusqu’en 1993, date de la parution du livre de Th. Obenga sur
l’unité génétique de toutes les langues négro-africaines depuis l’égyptien
ancien jusqu’aux langues actuelles. C’est donc avec cet ouvrage que nous
entrons dans la période actuelle où de plus en plus de linguistes – africains
pour la plupart – commencent enfin à comprendre le caractère arbitraire des
classifications opérées jusqu’ici et la nécessité de donner aux langues
africaines une dimension temporelle ; ce qui passe forcément par une
application stricte de la méthode comparative afin de mettre tout le monde
d’accord.

II.1 La période pré-greenbergienne

Cette période commence avec la publication par Wilhelm H. I. Bleek
(1827-1875) des premières études comparatives sur les langues bantu,
langues dont l’unité avait été pressentie dès le seizième siècle. Appliquant la
méthode récemment découverte dans le cadre du rapprochement entre les
langues européennes et indo-iraniennes, ce jeune savant allemand est
parvenu, au terme d’une comparaison rigoureuse de quelques langues bantu
australes, à dresser la physionomie générale du proto-bantu, reconstruisant la



25
plus grande partie de sa phonologie. Il créa ainsi un courant rigoriste qui
occupera une place à part dans les études africanistes en donnant au bantu
son statut particulier actuel. En effet toutes les études comparatives bantu se
sont toujours appuyées sur la méthode comparative.
En dehors du domaine bantu, ce courant est représenté par Gabriel
6
Manessy (langues voltaïques) et quelques rares linguistes comme Yves
7Moñino qui a réussi à reconstruire le proto-gbaya. Il convient ici de rendre
un vibrant hommage à ces courageux linguistes qui ont prouvé par leur
ténacité que la méthode comparative peut et doit s’appliquer partout où des
études diachroniques sont à faire.
Au moment même où Bleek publiait ses résultats, un autre africaniste du
nom de Sigismund Koelle (1823-1903) sortit sa Polyglotta qui, non
seulement contrastait drastiquement avec la méthodologie suivie par Bleek et
ses successeurs, mais allait définitivement marquer les études africanistes
jusqu’à nos jours. De D. Westermann à J. Greenberg en passant par M.
Delafosse, la plupart des africanistes optent désormais pour des
comparaisons à grande échelle de langues insuffisamment décrites. Les
classifications effectuées par eux à l’époque coloniale sont toutes marquées
par des préjugés raciaux. Leur chef de file s’appelle Carl Meinhof. Ce
linguiste allemand est un personnage atypique. Continuateur de Bleek dans
les études bantu et donc faisant partie du courant rigoriste, il est également
celui qui adapta le premier la théorie hamitique au domaine linguistique.
Dans son Die sprachen der Hamiten (1912) il postule trois groupes
linguistiques en Afrique :

1. le groupe hamitique qui possède le genre grammatical (fait linguistique
8supérieur selon lui) et qui aurait été parlé par des « Hamites », une
mystérieuse population non-noire – à défaut d’être blanche – qui aurait été à

6 G. Manessy, Les langues Gurunsi : essai d’application de la méthode comparative à un
groupe de langues voltaïques, 2 Selaf, Paris, 1969.
7 Y. Moñino, Le proto-gbaya : essai de linguistique comparative sur vingt-et-une langues
d’Afrique centrale, Ed. Peeters, Paris 1995.
8 Ce terme, également écrit chamite, qui signifie pourtant « noir » dans la tradition
hébraïque est un euphémisme utilisé par les idéologues européens afin d’éviter d’employer le
mot noir ou nègre. C’est pourquoi il désignait des peuples dont rien ne les distinguait des
soidisant « vrais nègres ». Il est assez remarquable que les mots nègre et soudanais sous la
plume des africanistes eurocentristes désignent exclusivement les peuples qui ont été
massivement déportés comme esclaves aux Amériques ; il ne s'applique pas vraiment aux
bushmen d'Afrique australe ni même aux pygmées ! Par une sorte de complexe de culpabilité
les idéologues européens auraient ainsi essayé de se donner bonne conscience en tentant de
démontrer que c’était dans la nature de ceux-ci d’être esclaves des autres, d’abord des
Hamites, ensuite des Européens et autres Sémites.



26
l’origine du moindre phénomène de civilisation en Afrique, des ruines de
Zimbabwe aux statues d'Ifé ;
2. le groupe soudanais caractérisé par l’absence de genre grammatical et une
typologie isolante et qui serait la langue des « vrais noirs », les nègres ;
3. enfin le groupe bantu à la morphologie agglutinante avec son système de
classes nominales serait plus proche de l’état primitif du groupe hamitique.

Il est inutile d’insister sur l’absurdité de cette thèse qui a fait beaucoup de
tort à l’Afrique. Les causes lointaines du génocide rwandais de 1994
viennent de là. Sur le plan linguistique, elle constitue de façon consciente ou
non le fil conducteur invisible des classifications ultérieures, même chez
Greenberg, comme nous allons le voir. Le simple fait de penser que les
langues africaines méritent un traitement différent de ce qui se fait ailleurs
est déjà une forme de discrimination intolérable. En effet dans un contexte
linguistique identique, les amérindistes n’ont pas inventé de méthodes
particulières pour les langues amérindiennes dites « exotiques ». De brillants
comparatistes comme Bloomfield sont issus de leur rang.
Visant la classification à tout prix, les héritiers de Koelle ont pêché par
orgueil en sous-estimant la complexité du fait linguistique africain qui
s’échelonne sur au moins 10000 ans. Dans son Histoire de la linguistique
africaine Jean Léonce Doneux écrit à leur propos : « Quand on relit les
eouvrages les plus marquants des grands africanistes à partir du début du XX
siècle, on est frappé par un fait réellement massif. C’est qu’ils n’explicitent
presque jamais leur support théorique. Ils ne font sans doute pas de la
linguistique appliquée, au sens où nous entendons aujourd’hui ce mot, mais
ce ne sont pas plus des théoriciens et des fondamentalistes qu’on trouverait à
9l’origine de nouvelles hypothèses scientifiques. » Jugement sévère d’un
linguiste africaniste qui pourtant voue à Greenberg une profonde admiration.

C’est ce courant – majoritaire chez les africanistes – qui a mis la
linguistique africaine dans l’impasse actuelle en la cantonnant dans la
synchronie, en empêchant toute comparaison avec l’égyptien ancien et le
copte, et en érigeant en « méthodes » des recettes statistiques qui n’ont fait
leurs preuves nulle part. Le plus grand handicap de ces africanistes, c’est
qu’ils ne connaissent pas vraiment les langues qu’ils comparent. En effet
rares sont ceux qui parlent une langue africaine (cf. Obenga : 2001).
Beaucoup de descriptions africanistes ont ainsi été invalidées par des
linguistes africains locuteurs des langues concernées et qui ont pourtant été
formés à leur école. Comme l’a si bien noté J. Doneux, ce n’est pas un
hasard si la découverte des tons dans les langues africaines dans la première

9 J. Doneux, Histoire de la linguistique africaine, p.153, Aix-en-Provence, 2003.



27
moitié du dix-neuvième siècle a été le fait d’un Africain originaire du pays
Yoruba au Nigéria, Samuel Ajayi Crowther (J. Doneux, ibid., p. 45). À ce
propos, le linguiste britannique D. Dalby écrit : « Il faudra aussi attendre que
les locuteurs mêmes de ces langues, devenus linguistes, s’attaquent à la
linguistique comparative pour élucider les rapports de multiples langues
10
voisines et apparentées ou non. »

II.2 Greenberg et la comparaison de masse

La situation était devenue intenable au sortir de la seconde guerre
mondiale avec tout ce que l’on apprit de l’horreur nazie, conséquence directe
de cette vision eurocentriste et raciste de l’histoire. Par ailleurs la
décolonisation gagnait progressivement du terrain partout en Afrique, et les
discours d’antan devenaient de plus en plus politiquement incorrects. C’est
dans ce contexte qu’apparaît Joseph H. Greenberg (1915-2001),
anthropologue et linguiste américain qui se fixa comme tâche de classer
toutes les langues africaines. Les résultats qu’il a obtenus sont publiés en
111963 dans « The languages of Africa » , livre qui est devenu un classique
des africanistes « comparatistes ». Sa méthode – qui n’a jamais vraiment été
explicitée – repose sur les principes suivants :

1. Ne comparer que les éléments qui sont ressemblants à la fois, et par
la forme et par le sens. Si dans la plupart des cas ce principe directeur est
valable, il n’est en aucun cas obligatoire et devient même parfois carrément
illusoire, car du fait des changements phonétiques deux mots dans deux
langues génétiquement apparentées peuvent diverger suffisamment au point
de ne plus se ressembler du tout. Dans ce cas, seule la constitution de séries
lexicales permet de prouver le lien en cherchant d’autres mots qui présentent
les mêmes divergences phonétiques. L’exemple le plus souvent cité est le
mot arménien erk « deux » qui est génétiquement lié au latin duo id. en dépit
de la dissemblance des formes (cf. A. Meillet, « La méthode comparative en
linguistique historique », Paris, 1970) ; de même deux mots peuvent avoir
des sens complètement différents et être génétiquement apparentés : le
sanscrit guru « chef spirituel » et l’allemand krieg « guerre » sont ainsi
génétiquement apparentés. A contrario, deux mots peuvent se ressembler, et
par la forme et par le sens sans pour autant avoir le moindre lien génétique.
Les exemples dans ce cas sont trop nombreux pour être tous cités. On peut
cependant mentionner le grec theos « dieu » et le latin deus id. ; ou l’anglais
bad « mauvais » et le persan bad id. ; ou encore l'anglais dog « chien » et le

10 D. Dalby, Histoire générale de l’Afrique, tome I, p. 174, UNESCO, Paris, 1986.
11 J. Greenberg, The languages of Africa, Chicago, 1966.



28
mbabaram (langue australienne aborigène) dog id. Dans tous ces exemples,
il ne s’agit nullement d’emprunts mais de pures coïncidences. On estime
d’ailleurs que deux langues quelconques ont environ 40% de mots similaires
par la forme et par le sens. Ce premier principe est donc non valide, et
Greenberg aurait dû le savoir, lui qui ne propose rien qui puisse lever le
doute sur des cas aussi fréquents. Ce seul constat permet de rejeter sans
peine sa méthode ainsi que les résultats obtenus par elle.

2. Seuls les arguments linguistiques doivent être utilisés pour prouver la
parenté génétique des langues et non des arguments à caractères
ethnologiques ou historiques. Ce principe, qui lui a permis avec succès de
rejeter les classifications idéologiques de Meinhof et compagnie, n’est pas
vraiment une nouveauté. Ferdinand de Saussure l'a déjà longuement
12expliqué . Mais qui dit communauté linguistique dit communauté culturelle,
et le père de la linguistique moderne le reconnaît lui-même. On peut donc
utiliser les faits culturels et historiques non pas pour valider une comparaison
linguistique mais pour l’initier.

3. Les comparaisons doivent se baser sur un grand nombre de langues
et quelques mots, les ressemblances recherchées étant à la fois lexicales
et morphologiques. Il espère ainsi réduire considérablement l’effet du
hasard mais ne l’annule pas puisqu’il faudrait un nombre infini de langues
13pour cela . On peut affirmer avec certitude que Greenberg n’a jamais
appliqué ce principe comme il l’a énoncé, pour la simple raison que
beaucoup de ces langues africaines n’étaient pas du tout décrites tandis
qu’une fraction non négligeable d’entre elles n’étaient connues que par leurs
seuls noms ! Pour justifier ce principe, il écrit : « Let us assume even that
accident resemblances between two languages can be rather high, say twenty
percent. The chance that some single meaningful form will appear with
similar sound and meaning is then 1/5. The chance that this same element
will appear also in some third languages is the square of 1/5, that is 1/25. In
general, given n languages the chance that a resemblance will occur in all of
n-1them will be (1/5 ). It is easy to see that this ratio rapidly becomes
infinitesimal with the increase of n, in other words, resemblances running
accidently through a large number of languages will occur only with the
14utmost rarity. » (Greenberg, ibid., p. 3) . Que pense-t-il alors des universaux

12 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris 1995, p. 304.
13 Que fait-on si on n'a que deux ou trois langues à comparer et classer ?
14 Greenberg a décidément l'art de simplifier à outrance ce qui est réellement complexe. Ce
calcul de probabilités, qui peut séduire les plus naïfs, est tout simplement faux. Pour pouvoir
l'effectuer correctement il faudrait tenir compte du nombre de phonèmes dans chaque langue,
de la structure des syllabes ; évaluer les écarts phonétiques et sémantiques qu'on s'autorise –



29
du langage comme les mots pour désigner « papa » ou « maman », sans
oublier les onomatopées ? A-t-il une procédure spécifique pour s’assurer
qu’il s’agit bien de mots hérités ? Cela est d’autant plus grave que Greenberg
autorise des équations sémantiques qui laissent franchement à désirer. Quel
est le rapport entre hausa ‘isa « être suffisant » et l’hébreu yeša’ « salut » ?
Greenberg affirme qu’il y en a un mais ne le démontre point (Greenberg,
ibid., p. 52). Ce qui est le plus grave dans cette méthode, c'est l’absence de
procédure pour éliminer les emprunts dont Greenberg ne se doute pas qu’ils
sont extrêmement nombreux dans les langues africaines. Comment le
feraitil d’ailleurs puisqu’il ne veut pas faire intervenir les faits culturels et
historiques dans l’appréciation des faits linguistiques. Soit par exemple le
bambara sã « ciel », le hausa sama, le peul asama et le wolof asaman id.
Tous ces mots sont des emprunts à l’arabe samaa « ciel », et c’est l’histoire
qui explique cela. En effet toutes ces langues ouest-africaines ont été depuis
plusieurs siècles en contact avec l’arabe via la religion islamique. Greenberg
ne s’est pas trompé dans ce cas parce qu’il connaît l’origine de l’emprunt.
Mais, si des langues peuvent emprunter aussi facilement et simultanément un
mot aussi fondamental que celui-ci en à peine quelques siècles, que dire
d’une période qui s’échelonne sur des milliers d’années ? Que penser alors
des populations africaines de l’est et du nord-est qui, eux, sont en contact
intime quasi-permanent avec le monde sémitique depuis plus de deux mille
ans ? Que dire à propos du berbère, pris en sandwich entre les langues au sud
du Sahara et les langues extra-africaines du pourtour méditerranéen
(sémitique, indo-européen, étrusque, etc.), et cela depuis fort longtemps ?

Greenberg note à propos de l’application de sa méthode : « The most
effective manner of applying mass comparison as a method is a table of
pronouns, grammatical elements, and vocabulary for the languages
involved. » (ibid. p. 4). Il propose alors le tableau suivant pour huit langues
africaines et sept glosses par lui choisies :


Greenberg est plutôt très généreux et ne tient même pas compte des voyelles. Si donc les
systèmes phonologiques sont proches – ce qui est le cas des langues ici examinées – alors il y
a une forte corrélation entre les langues, qui s'ajoute aux corrélations systématiques entre
toutes les langues du monde. La probabilité totale ne s'obtient donc pas en multipliant
naïvement les probabilités élémentaires entre deux langues puisqu'il n'y a pas indépendance
des systèmes. Le fait d'ajouter une ou mille langues ne fait donc pas décroître la probabilité
des coïncidences fortuites comme le suppose Greenberg. Un calcul rigoureusement mené – il
s'agit-là d'un problème mathématique très compliqué – arrive à une probabilité d'environ 50%
entre deux langues quelconques, et ce chiffre ne décroît nullement de façon exponentielle
surtout s'il y a de fortes et multiples corrélations entre les langues comparées (cas de toutes les
langues africaines). En d'autres termes, la comparaison de masse n'a aucune justification
mathématique.



30 H

« un » « deux » « trois » « main » « œil »
Langue 1 sang su soti yung sing
Langue 2 wate iba tati ju(le) no(do)
Langue 3 toro ču agozo daho samo
ili iwa ita il ɔ ewu Langue 4
Langue 5 mwe bali tato (li)to (le)iso
Langue 6 tilo ndi yasko kela sim
Langue 7 kiet iba ita enyin te
Langue 8 lakoi swe we taha i

Une première remarque s’impose immédiatement à propos de ce tableau :
il ne tient aucun compte des changements sémantiques car la notion
véhiculée par le vocable « œil » peut très bien se retrouver dans les mots
pour « voir », « savoir », « visage », etc. Pour être rigoureux il faut
préalablement définir le champ sémantique de chaque terme, travail qui
nécessite une connaissance aussi poussée que possible de chacune des
langues de la comparaison et que Greenberg est loin d’avoir effectué sauf
peut-être au coup par coup. Toute la dichotomie saussurienne entre
synchronie et diachronie apparaît ici dans toute sa rigueur : la linguistique
syque doit non seulement être séparée de la linguistique historique
(diachronique) mais aussi la précéder. Faute d’avoir respecté cette règle
élémentaire de linguistique générale, Greenberg arrive à forcer les faits et à
construire des familles qui ne reposent sur rien de solide.
La solution proposée par Greenberg pour ce tableau est la suivante : les
langues 1, 3, 6 et 8 appartiendraient à la « famille » nilo-saharienne tandis
que les autres seraient des membres du Niger-Congo (« famille »
NigerKordofan). Il avance par ailleurs que la prise en compte d’autres langues
permettrait de confirmer cette classification. Il nous demande donc de le
croire sur parole car, comme l’a souligné R. Dixon, aucune des données sur
lesquelles il a travaillé pour mettre au point cette gigantesque classification
n’est disponible. Par contre, des faits tirés d’autres « familles » par lui
classées sont visiblement apparentés aux faits nilo-sahariens, comme par
exemple le hausa (tchadique, afro-asiatique) či « manger », sango
(oubanguien, Niger-Kordofan) te « manger » pour les langues 3 et 6 ; ou
encore zandé (oubanguien) sã « un », copte (égyptien, afro-asiatique) ye
« œil » pour les langues 1 et 8 ; ainsi de suite.
Greenberg choisit comme autres éléments de comparaison des
morphèmes grammaticaux tels que les pronoms sans savoir que même
ceuxci sont susceptibles d’être massivement empruntés ou conduire à des
coïncidences fortuites. Tout dépend – dans le cas de l’emprunt – du type de
contact, de son intensité et de sa durée. En anglais toutes les formes



31
epronominales de la 3 personne du pluriel (they, them, their) ont été
empruntées au scandinave, entre autres vocables comme les mots pour
« mari » (husband), « ciel » (sky), « colère » (anger), « appel » (call),
« racine » (root), « bas » (low). Il n’est donc pas possible d’utiliser ces
éléments pour prouver la parenté génétique de l’anglais et des langues
scandinaves. Theodora Bynon cite également l’exemple du mbugu (langue
« couchitique ») qui a emprunté aux langues bantu environnantes toute leur
morphologie agglutinante avec tous les préfixes de classes et les accords
15associés, et cela en à peine quelques décennies .
Cette méthode de comparaison de masse – qui n’est pas nouvelle
puisqu’elle a été utilisée par Koelle et Westermann – ne peut donc conduire
au mieux qu’à une classification typologique ou géographique (aréale). Elle
n’est pas génétique puisqu’elle ne permet pas de retrouver l’ancêtre
prédialectal et encore moins d’expliquer les processus historiques qui ont
conduit aux langues actuelles. En d’autres mots, Greenberg ne démontre pas
qu’il y a eu à l’origine de ses « familles » des idiomes uniques qui se seraient
différentiés par la suite. Tout ce qu’il peut dire en toute rigueur, c’est qu’il y
a des chances qu’il en soit ainsi.

Le Pr. Greenberg a appliqué en 1987 sa méthode aux langues
16amérindiennes sans rencontrer le succès qu’il a eu en Afrique, car là-bas
les comparatistes ne sont pas aussi laxistes que nos africanistes lointains
disciples de Koelle. Il faut dire aussi que cette fois-ci il a gardé ses données,
ce qui a permis aux amérindianistes d’y déceler de grossières erreurs : « If
one looks at the quality of the data Greenberg presents...the number of
17
erroneous forms probably exceeds that of the correct forms » . Sur la
défensive, les africanistes répondent sans rire : « ...only Africanists can judge
such matters. » (sic) (cité par R. Dixon, ibid. p. 32). Avant cette excursion
amérindienne, Greenberg a tenté de prouver, toujours avec sa méthode
miracle, que toutes les langues océaniennes sont génétiquement
18apparentées , mais là aussi il a été vivement contesté par les spécialistes du
domaine. On voit donc que c’est seulement en Afrique qu’il trouve des
linguistes suffisamment complaisants (ou paresseux) pour lui accorder du
crédit et, pire, le suivre jusqu’à l’aveuglement.

Voyons maintenant comment Greenberg construit ses « familles »
linguistiques.

15 T. Bynon, Historical linguistics, Cambridge, 1977.
16 J. Greenberg, Languages in the Americas, Stanford, 1987
17 W. Adelaar, « Review of Greenberg, 1987, 78.249-255.
18 J. Greenberg, The Indo-pacific hypothesis in T. Sebeok (éd.): Current Trends in
Linguistics, vol. 8, 1971.



32
II.2.1 La famille Niger-Kordofan

C’est dans cette famille que Greenberg a fait preuve d’un minimum de
rigueur, notamment à propos des relations entre le bantu et des langues
ouest-africaines. Il fait un vrai travail de comparatiste en citant une
19
comparaison de 51 termes proto-bantu et efik (langue du Nigéria). Puisque
les correspondances citées sont régulières et portent souvent sur deux
consonnes, on peut valablement supposer qu’il s’agit là de mots hérités d’un
ancêtre commun (Greenberg, ibid. p. 33). Mais le travail du comparatiste ne
doit pas s’arrêter à ce niveau, et la parenté génétique n’est pas encore
prouvée. Reconstruire les proto-phonèmes et expliquer à partir d’eux les
évolutions phonétiques vers le bantu et l’efik, voilà ce que Greenberg n’a pas
fait.

Greenberg a été également très rigoureux dans l’établissement de
relations étroites entre le peul et le serer (Greenberg, ibid. p. 24-26). Il a
établi des règles de correspondances régulières entre les deux langues et sur
des lexèmes manifestement hérités, ce qui lui a permis de prévoir avec
succès des formes peul à partir de leurs correspondants serer. Inutile de dire
qu’on est loin de la comparaison de masse et que ce travail rigoureux doit
être fait pour toutes les langues concernées afin de prouver la validité de la
famille. En dehors de ces deux cas, le linguiste américain se contente de dire
que toutes les langues du Niger-Congo se caractérisent par un système de
classifications nominales mais n’explique jamais comment on en est arrivé là
à partir de l’ancêtre prédialectal dont la reconstruction est visiblement le
cadet de ses soucis. Pire, il inclut dans la même famille des langues comme
le mandé et certaines langues oubanguiennes qui ne possèdent visiblement
aucun système de classification nominale. Pour seule explication, Greenberg
se contente de dire qu’elles l’ont probablement perdu en citant une ou deux
langues qui semblent en garder des traces. Comment être sûr que ces langues
ne sont pas tout simplement en train de créer leur propre système de
classification nominale ? De même, pourquoi d’autres langues qu’il n’inclut
pas dans le Niger-Congo n’auraient-elles pas eu ce fameux système
auparavant ? On ne peut s’empêcher de penser au hausa qui peut
valablement être classé dans cette « famille » d’après les critères purement
typologiques utilisés par Greenberg. En effet ce système, qui est un système
généralisé de genre grammatical, se retrouve non seulement dans d’autres
parties de l’Afrique mais aussi en dehors du continent (langues
australiennes). Greenberg et ses partisans rétorquent, non sans raison, que

19 L’efik fait partie des langues jadis baptisées semi-bantu en raison de leur étroite relation
avec les langues bantu et que Greenberg a rebaptisées Benue-Congo.



33
dans le cas du Niger-Congo la plupart des affixes sont les mêmes et ont
souvent les mêmes significations. Mais lorsqu’on examine ceux-ci on se
rend compte qu’ils sont constitués de phonèmes qui sont largement présents
dans toutes les langues comme /b/, /w/, /d/, /k/, etc. Comment exclure des
rencontres fortuites ou tout simplement des emprunts ? Greenberg se base
enfin sur des similarités de vocabulaires – portant sur 49 éléments – pour
achever sa démonstration. Là encore son approche – qui sera utilisée avec
constance tout au long de son livre – est à rejeter car il part de groupes ou
sous-groupes dont l’existence n’a pas été préalablement prouvée par une
démarche comparative saine, et choisit selon ses besoins une langue donnée
d’un des groupes pour la comparer à une autre d’un autre groupe. Pour le
mot « animal » (n° 1 de sa liste) il cite le proto-bantu *nyama, le mosi
nem(do) mais ignore délibérément le hausa nama. Quant au verbe « être »
(n° 2) il cite le kasele de à la place du mosi sensé lui être génétiquement
apparenté ; le temne re, mais passe sous silence le hausa ne, le copte
(égyptien) re ou le galla (« couchitique ») da. En fait, chacun des 49
rapprochements cités par Greenberg peut avoir son répondant dans deux
autres « familles » de sa classification, à savoir l’afro-asiatique et le
nilosaharien (Obenga : 1993).

Il y a donc des chances que les langues regroupées dans cette famille
soient génétiquement apparentées, mais il est tout aussi clair que Greenberg
n’a pas réussi à prouver ce lien génétique ; il n’a pas non plus justifié la mise
à l’écart du hausa malgré de très nombreuses concordances que Mlle
20Homburger a trouvées entre cette langue et les langues bantu . C’est
toujours sur la base du critère de la classification nominale qu’il a rangé les
langues du Kordofan soudanais dans la présente « famille », qui devient
alors le Niger-Kordofan. Or la classification nominale, tout comme le genre
grammatical, est un phénomène historique qui peut apparaître et disparaître
dans n’importe quelle langue, la typologie des langues africaines les rendant
particulièrement sensible à cela. Si donc nous admettons avec Obenga que
toutes les langues africaines à l’exception du berbère, du sémitique et du
khoi-san, sont génétiquement apparentées, il est alors normal de trouver des
classes nominales en gestation ou en voie de disparition un peu partout sans
que cela soit forcément le fait d’une origine commune. Dans un cas comme
dans l’autre, il faut des preuves que seule la méthode comparative est apte à
fournir.

20 L. Homburger, Les préfixes nominaux dans les parlers peul, haoussa et bantous, Paris,
1929.



34
II.2.2 La famille afro-asiatique

Il s’agit de l’ancienne famille hamito-sémitique des idéologues européens
que Greenberg rebaptise « afro-asiatique » afin de lui enlever toute
connotation ethnique ou raciale. D’emblée il déclare : « ...our point of
departure must be the existence of four languages or language groups –
Semitic, Berber, the extinct ancient Egyptian, and the Cushitic languages of
East Africa – which exhibit such marked morphological and lexical
resemblances that their relationship cannot be doubted, and has, in fact,
gained general acceptance. » (Greenberg ibid., p. 42). Greenberg commence
mal son étude, car à part le sémitique et le berbère qui constituent bien des
unités génétiques rigoureusement démontrées – encore que les choses ne
soient pas aussi claires pour le berbère – il n’y a aucun autre groupe
génétique « couchitique » puisque le proto-couchitique n’existe pas. D’autre
part, s’il avait été de bonne fois, il aurait mentionné les nombreuses
correspondances lexicales et grammaticales que L. Homburger a trouvées
entre l’égyptien et des langues négro-africaines modernes, et qui valent au
moins autant que les éléments qu’il cite en faveur du hamito-sémitique.
Greenberg se contente donc d’inclure dans sa nouvelle « famille » le
hausa et d’autres langues environnantes sur la base de critères purement
typologiques encore une fois. Ses principaux arguments sont les mêmes que
ceux de tous les chamito-sémitisants de la Terre, à savoir : la formation du
pluriel, les pronoms personnels, la formation du féminin, etc. qui seraient les
mêmes dans toutes les langues concernées. La seule différence avec ses
prédécesseurs est que lorsqu’une langue est dépourvue d’un de ces éléments
– en général il s’agit du genre grammatical – mais est quand même
« étroitement apparentée » à une autre qui en est pourvue, il l’inclut
automatiquement dans la « famille ». Ce seul fait aurait dû le rendre plus
vigilant car il peut y avoir des langues dépourvues de genre, et non
« étroitement apparentées » aux langues déjà répertoriées, qui peuvent faire
partie de sa « famille » afro-asiatique. Un simple coup d’œil dans les autres
« familles » montre que les candidats ne manquent pas, au contraire. Il
s’appuie également sur le vocabulaire de base qu’on retrouve d’ailleurs aussi
bien en Niger-Congo qu’ailleurs. Fidèle à lui-même, il ne cherche même pas
à reconstruire le proto-afro-asiatique, ne serait-ce qu’au niveau
phonologique, afin d’expliquer historiquement les faits actuels. Il pousse
même le bouchon jusqu’à mentionner la particule connective n, absente en
sémitique, marginale en berbère mais centrale en égyptien ancien, en copte
et dans toutes les langues négro-africaines modernes : ancien égyptien n,
copte n, bantu na, sango na, zandé na, bambara (mandé) ni, baguirmien
(nilo-saharien) an, akan (Niger-Congo) na, galla (couchitique) ni, nuer
(nilosaharien) na, caffina (couchitique) na, mosi (Niger-Congo) n, etc. Greenberg



35
ne peut pas prétendre ne pas connaître ces faits qui sont immédiats ; on ne
peut alors qu’invoquer une volonté délibérée de les soustraire à l’analyse
afin de cacher la faiblesse de sa classification.
Le Pr. Obenga a démontré dans son ouvrage de 1993 l’inexistence de
cette « famille » afro-asiatique qu’aucun comparatiste sérieux ne considère
comme telle. La prochaine section lui sera entièrement consacrée. À partir
des données de ses propres promoteurs, il est facile de constater que si
parenté il y a c’est entre les langues dites « couchitiques », l’égyptien ancien
et les langues dites « tchadiques », à l’exclusion du sémitique et du berbère.
Dans le domaine lexical, la faiblesse des arguments de Greenberg
apparaît dans toute sa nudité : sur les 78 rapprochements présentés le
sémitique – tout le sémitique depuis l’akkadien (2500 ans av. J-C) jusqu’aux
langues actuelles – n’est cité que dans 38 cas. Si l’on exclut les langues
sémitiques qui sont ou ont été fortement en contact avec l’égyptien ancien et
les langues « couchitiques », à savoir les langues sémitiques d’Éthiopie,
l’arabe, l’hébreu et l’araméen, le chiffre tombe à 20, sous réserve qu’il s’agit
bien de cognats, c’est-à-dire de termes génétiquement apparentés. Quant au
berbère, il n’intervient que dans 31 termes tandis que l’égyptien ancien
apparaît, lui, dans 37 termes alors qu’il est seul dans sa branche. Par contre,
le « tchadique » est cité 77 fois et le « couchitique » 52 alors que ces deux
branches ne sont connues que depuis à peine un siècle avec des vocabulaires
extrêmement rudimentaires. En appliquant une méthode statistique chère à
Greenberg à ces données, on ne peut que conclure à une parenté entre le
« couchitique », le « tchadique » et éventuellement l'égyptien ancien ; le
sémitique étant le groupe qui s'éloignerait le plus des autres. Dans un sursaut
d'honnêteté, Greenberg le reconnaît timidement : « That Hamitic and
NigerCongo may ultimately be related is, of course, possible, and there are a few
indications that this is so... » (Greenberg, 1966 : 28). Quelles sont ces
indications ? Pourquoi ne les cite-t-il pas afin que d'autres chercheurs
puissent éventuellement poursuivre dans cette direction et construire un
super Niger-hamitique ou Niger-asiatique ? Comme dans le cas du
NigerCongo, il n'y a que la méthode comparative qui peut mettre tout le monde
d'accord.

Pourquoi Greenberg s'obstine-t-il ainsi à sauver le hamito-sémitique ?
Tout simplement parce que lui aussi croit à la réalité des Hamites,
inconsciemment ou non. La seule différence est qu'il dissocie les Hamites –
qui peuvent éventuellement parler d'autres langues comme les envahisseurs
Germains en sont arrivés à parler un dialecte latin sur le territoire de la Gaule
– de la langue hamitique – qui peut être parlée par d'autres races que les
Hamites de la même manière que les Celtes de la Gaule ont été obligés de
parler le latin. Pour lui, les Peuls seraient des Hamites parlant une langue



36
nègre comme en témoigne la citation suivante : « Perhaps the Fulani once
spoke a different language and exchanged it for one native to this area. »
(Greenberg, ibid.). Il admet ainsi implicitement que les Peuls pourraient ne
pas avoir primitivement parlé la langue qui est la leur actuellement. D'autre
part, il est clair pour lui que les Somalis, Galla et autres locuteurs de langues
« hamito-sémitiques » ne sont pas des noirs – des « nègres » comme il les
appelle – comme en témoigne ce passage page 130 : « Of the six relatively
minor languages or language groups, an overall comparison leads to the
result that five are decisively closer to Chari-Nile with the sixth, the
Kordofanian, shows significantly greater resemblance to the other large
family of languages spoken exclusively by the Negroes, Niger-Congo. »
Apparemment, même à cette époque relativement récente, le mot « nègre »
était encore couramment utilisé sans que cela ne choque personne. Qu'est-ce
qu'il entend exactement par nègre ? Des personnes à peau noire vivant en
Afrique ? Des personnes à peau noire vivant en Afrique et ayant une
apparence manifestement non-européenne (caucasoïde) ? Des personnes à
peau noire vivant en Afrique, ayant une apparence manifestement
noncaucasoïde et ayant été réduits en esclavage par des « caucasoïdes africains »
et non-africains ? Dans tous les cas, il s'agit de personnes parlant depuis
toujours des langues « couchitiques », « tchadiques », « Niger-Congo »,
égyptien ancien et copte. Il ne viendrait à l'idée de personne d'appeler
« blancs » les seuls habitants blonds aux yeux bleus de l'Europe du Nord et
qualifier de « négroïdes » ceux qui vivent plus au sud et qui seraient moins
blancs, moins blonds que les premiers ! Greenberg, qui a tant pourfendu ses
prédécesseurs sur cette question du mélange entre « races » et « langages »,
21
tombe ici dans le même travers . Mlle Homburger, qui écrivait pourtant
plusieurs décennies avant lui, n'utilisait que le terme « noir ». Pas étonnant
qu'elle ait abouti à une classification toute différente de celle de Greenberg,
qui est décidément dans la lignée des Meinhof, Westermann et Lucas.

II.2.3 La famille khoi-san

Après avoir critiqué la position de certains de ses prédécesseurs comme
Meinhof – encore lui – sur l'appartenance à la famille hamitique de la langue
hottentot, Greenberg ressort son arme fétiche : la comparaison typologique
doublée d'un vocabulaire comparatif confus. Il tombe dans son propre piège
afro-asiatique en rappelant d'étranges parallèles entre la morphologie
hottentot et ce qui est supposé être la morphologie générale du
hamitosémitique : le suffixe -si du causatif, les suffixes -b du masculin (cette langue
connaît le genre grammatical) et -s du féminin qui font inévitablement

21 D. Dalby, ibid.



37
penser au -si du somali, -ba du bedauye (couchitique) et au -t universel
« afro-asiatique ». C'est la preuve par l'absurde que la « famille »
afroasiatique ne repose sur rien puisque Greenberg reconnaît lui-même que le
fait d'avoir les mêmes affixes de genre ne prouve pas une parenté génétique,
alors qu'il déclarait plus haut : « If we take as an example Meinhof's chief
criterion, grammatical gender, we see that its mere presence in two
languages proves very little. To say, however, that these two languages
possess a feminine formative t increases greatly the specificity, and with it,
the cogency of the evidence. » (ibid. p. 42). Il est assez remarquable qu'en
critiquant l'annexion du hottentot au hamitique, Greenberg ne fait que
détruire sa propre « famille » afro-asiatique. En effet, lorsqu'il s'en prend
page 70 à ceux qui pensent que les pronoms bushman he « troisième
personne du singulier », i « première personne du pluriel » et u « deuxième
personne du pluriel » correspondent aux pronoms anglais he « il », we
« nous » et you « vous » respectivement, il ne fait que pointer du doigt ses
propres rapprochements entre les pronoms sémitiques, égyptiens, berbères,
etc. De deux choses l'une : ou bien il s'agit bien d'emprunts fait à l'anglais, et
dans ce cas ces éléments grammaticaux peuvent passer facilement d'une
langue à l'autre comme on l'a effectivement constaté ; ou bien il ne s'agit que
de pure coïncidences, et dans ce cas la comparaison de masse n'a aucune
justification scientifique et les raisonnements probabilistiques de Greenberg
sont illusoires.
En fait, la seule justification qu'avance Greenberg pour cette famille est,
en dernière analyse, la présence des clicks, qui n'est pas une preuve de
parenté génétique comme chacun le sait. Car si le hottentot était parlé dans le
Nord-Est de l'Afrique et ne possédait pas ces fameux clicks, c'est sans
hésitation qu'il l'aurait classé parmi les langues « couchitiques » d'autant plus
qu'il aurait eu forcément avec celles-ci quelques mots en commun. A
contrario, si le xhosa – langue bantu australe qui possède des clicks dans son
système phonologique – n'avait pas une morphologie aussi typiquement
bantu, il se serait retrouvé à coup sûr dans la famille khoi-san. Tout
naturellement, c'est sur ces mêmes clicks que Greenberg s'appuie pour
étendre la famille « khoi-san » à deux autres langues beaucoup plus au nord,
le sandawe et le hatsa.
Enfin, se rendant compte qu'il n'a pas su donner une explication
convaincante des correspondances morphologiques constatées entre le
hottentot et l'afro-asiatique, il envisage comme dans le cas du Niger-Congo
une lointaine parenté entre le « khoi-san » et l'afro-asiatique : « There are
only two tenable explanations of these resemblances. They can be
considered as chance convergences, or, provided they can be reconstructed
for the parent click language (in the case of the gender elements this seems



38
to be probable) they may result from a remote relationship between the click
languages and Hamito-Semitic as a whole. » (ibid. p. 72).

II.2.4 La famille nilo-saharien

Cette famille est la plus contestée de la classification de Greenberg car
elle amalgame des groupes linguistiques disparates depuis le songhay en
Afrique occidentale jusqu'au masai en Afrique orientale. Cependant certains
des liens qu'il établit, par exemple entre les langues « nilotiques » (dinka,
nuer, etc.) du Soudan et les langues dites « nilo-hamitique » comme le
masai, sont tout à fait plausibles. En langage africaniste, on dira que ces
deux groupes sont presque « étroitement apparentés ». Les linguistes
idéologues avant Greenberg les avaient séparés pour des raisons
extralinguistiques, ce que ce dernier a vivement dénoncé à juste raison.
Dans un sursaut de rigueur dont il a le secret, Greenberg parvient à
expliquer historiquement l'origine de certains pluriels nuer en les comparant
à ceux d'autres langues nilotiques étroitement apparentées (p. 92). Cet effort
digne d'un indo-européaniste n'a en fait qu'un seul but : prouver à tout prix
que les langues nilotiques et nilo-hamitiques dont il vient juste de prouver la
probable parenté ne sont pas apparentées aux langues « hamito-sémitiques ».
On aurait vraiment aimé qu'il fasse preuve de la même rigueur dans ses
études afro-asiatiques. Lorsqu'il compare le masai à son afro-asiatique, en
fait il ne le fait qu'avec le sémitique seul, qui, comme on le sait, n'a rien à
voir avec le couchitique et le tchadique.
Les éléments que fournit Greenberg – s'ils sont exacts – pour prouver la
non-parenté du masai et des langues couchitiques sont extrêmement précieux
pour le comparatiste puisqu'il démontre justement, comme nous le verrons
dans la suite de cet ouvrage, que ces langues sont non seulement
génétiquement apparentées aux langues couchitiques mais aussi à l'ensemble
22Niger-Congo . N'étant pas spécialiste de linguistique historique, c'est-à-dire
des changements phonétiques qu'une langue peut subir au cours de son
évolution, Greenberg ne peut imaginer que des phonèmes comme /k/ et /w/
ou /t/ et /n/ peuvent continuer un même ancêtre. Il ignore complètement que
pratiquement n'importe quel phonème peut se transformer en n'importe quel
autre sur des échelles de temps aussi gigantesques. Tout ce qu'on demande
au comparatiste c'est de prouver le processus historique.
En ce qui concerne le vocabulaire comparatif (p. 95), c'est le même
constat que précédemment : la plupart des éléments qu'il fournit se

22 Pour être rigoureux, il convient de préciser que par langues « couchitiques » ou «
NigerCongo » nous entendons celles de ces ensembles dont la parenté a été préalablement
démontrée par la méthode comparative.



39
retrouvent un peu partout dans les autres « familles » comme par exemple
nuer tem « couper » et égyptien ancien dem(i) id. ou encore barea iš
« excrément » et égyptien ancien Hs id. En fait, en l'absence de mécanismes
de contrôle, tous ces vocabulaires comparatifs sont sans valeur scientifique
et ne sauraient prouver quoi que ce soit.
Enfin, c'est dans un autre chapitre qu'il ajoute à cette famille «
ChariNil » le songhay et quelques autres langues en se fondant sur quelques
similarités morphologiques et lexicales, achevant ainsi avec fierté sa
« classification génétique des langues africaines ».

Il était important de faire cette critique de Greenberg afin que le lecteur se
rende compte de lui-même de la fragilité de ce qui est devenu la
classification standard des africanistes.

II.3 Le serpent de mer chamito-sémitique

Pour bien comprendre la cause profonde de l'impasse dans laquelle se
trouve la linguistique africaine depuis déjà un certain temps, il faut passer
par ce qu'il faut bien appeler le « mythe chamito-sémitique ». Toutes les
classifications, toutes les études « comparatives » se font en fonction de lui
et par rapport à lui, et cela avant même la naissance officielle de la
linguistique africaine. Il nous a donc paru nécessaire de retracer sa genèse et
ses différentes étapes, et montrer en quoi il ne repose sur rien, comme tous
les autres mythes. À notre connaissance, un seul auteur l'a fait avant nous. Il
s'agit de Th. Obenga qui a prouvé que sur le plan strictement scientifique, il
ne peut y avoir de famille chamito-sémitique ou afro-asiatique (Obenga :
1993). Ses arguments, bien que décisifs, n'ont pas convaincu les plus
fanatiques et les plus paresseux qui se contentent de croire sans vérifier.
C'est que sa critique ne porte pas sur tous les éléments habituellement
invoqués en faveur de cette « famille », et le fait qu'il n'a pas donné de
bibliographies permettant au lecteur de vérifier par lui-même ces éléments
n'a pas vraiment arrangé les choses.

Bien qu'il eût des précurseurs, le vrai inventeur de ce mythe est le
linguiste français Marcel Cohen (1884-1974). L'origine psychologique du
mythe réside dans l'incapacité des chercheurs européens de cette époque – et
même de nos jours – à accepter cette simple vérité historique, à savoir que la
civilisation de l'Égypte ancienne fut fondée et conduite par des noirs du
23continent africain . Il est d'ailleurs significatif que ce mythe a commencé à

23 Lire à ce sujet: C.A. Diop, Nations nègres et cultures, Paris, 1954 et les ouvrages
postérieurs de cet auteur.



40
voir le jour juste au moment où l'Europe commença à se rendre compte du
haut degré de civilisation et de l'ancienneté de ce royaume africain. Avouons
qu'en pleine période esclavagiste et d'expansion coloniale européenne, ce
n'était pas facile à admettre.

II.3.1 De Marcel Cohen à David Cohen

Cette volonté de faire des distinctions entre les noirs et blanchir certains
d'entre eux est clairement affichée chez Marcel Cohen qui, dans l'article qu'il
24a consacré à la « famille » chamito-sémitique dans « Les langues du
monde », annonce d'entrée de jeu : « Les variétés ethniques de ces gens [les
locuteurs du chamito-sémitique] semblent constituer, comme leurs langues,
un ensemble relativement cohérent ; ce sont des blancs plus ou moins bruns,
25mélangés de noirs au Sud-Est. » . Ainsi, pour lui il y a une corrélation entre
race et langue, et le chamito-sémitique est la langue de blancs vivant en
Afrique depuis la haute antiquité. C'est là son seul point de divergence avec
Greenberg qui, lui, pense qu'on peut être Hamite sans parler une langue
hamitique et vice versa. C'est pourquoi ce dernier a inclus le hausa dans sa
famille afro-asiatique alors que M. Cohen a hésité à le faire jusqu'à sa mort.
Mis à part cette argumentation ethnologique que combattra avec succès J.
Greenberg, M. Cohen présente dans le même article une série de
concordances morphologiques et syntaxiques à caractère purement
typologique sans arriver à se convaincre lui-même : « La grammaire
comparée du chamito-sémitique n'est pas suffisamment faite. [...] La
cohérence générale des structures de langue, avec des concordances claires
des éléments grammaticaux, et la grande ressemblance des systèmes
phonétiques, permettent d'affirmer la parenté entre eux des quatre groupes
considérés, malgré les grandes différences qui les séparent. » (sic) (p. 86-87).
On a peine à croire qu'il fut un élève d'Antoine Meillet, qui d'ailleurs l'a
dissuadé de persister dans cette voie.
Dans la bibliographie relative au chamito-sémitique, M. Cohen ne cite
qu'un seul titre, le sien propre : « Essai comparatif sur le vocabulaire et la
phonétique du chamito-sémitique ». C'est dire qu'il se considère comme le
vrai fondateur du chamito-sémitique. C'est aussi apparemment l'avis de ses
successeurs, y compris Greenberg, qui s'appuient tous sur cet ouvrage pour
justifier toutes leurs affirmations.

24 Les Français disent « chamite », « chamitique » ou « chamito-sémitique » là où les
Anglo-saxons emploient respectivement les termes « hamite », « hamitic » ou «
hamitosémitic ».
25 M. Cohen, Les langues du monde, p. 85, Paris, 1952.



41
Qu'a-t-il donc démontré dans cet ouvrage fondateur édité en 1947 ? Rien,
comme nous allons le voir en détail. C'est dans l'avant-propos qu'il explique
le but du livre : « [...] J'ai alors considéré que les faits étaient assez bien
établis en gros pour la morphologie et qu'il importait avant tout de tenter
d'établir un ensemble de correspondances lexicales, de manière à en tirer un
tableau phonétique comparatif. » A-t-il réussi dans cette entreprise
d'établissement des correspondances phonétiques entre les différents parlers
chamito-sémitiques ? Apparemment non puisqu'il écrit deux pages plus loin :
« L'ouvrage [...] est intitulé Essai. Je le propose en effet comme tel, avec le
regret de n'avoir pu consacrer à cette matière plus d'années, plus de
connaissances et de meilleures facultés. Mais, si j'ai décidé de le rédiger et
désiré le publier, c'est que j'estime qu'il peut être utile en marquant une étape
de la recherche. J'espère que d'autres la continueront dans de meilleures
conditions que celles qui m'ont été imparties. » C'est donc sur un simple
essai – qui de l'avis même de l'auteur n'est qu'un pas qui nécessite un sérieux
approfondissement – que repose toute la théorie chamito-sémitique : les
africanistes actuels renvoient à Greenberg qui lui-même renvoie à M. Cohen.
Remarquons que ce dernier renvoie lui-même à ses prédécesseurs en ce qui
concerne les faits morphologiques, mais l'étude bibliographique qu'il a
luimême faite pp. 28-42 ne permet pas de tirer la moindre conclusion. Ce qui
ne l'empêche pas d'écrire : « La grande preuve de la parenté des groupes
chamito-sémitiques entre eux réside dans l'identité d'ensemble des systèmes
morphologiques, tant pour la structure générale que pour l'aspect même des
éléments formatifs : beaucoup sont pareils à première vue, d'autres se
ramènent facilement à la similitude. » (p. 43). Il fait en morphologie
exactement ce que Greenberg fait dans le domaine du vocabulaire :
l'inspection visuelle des formes.
La méthode utilisée pour l'établissement du vocabulaire comparatif est
celle de tous les africanistes depuis Koelle jusqu'aux africanistes
« comparatistes » actuels en passant par Greenberg : opérer avec des groupes
de langues dont on se soucie peu de prouver préalablement l'unité génétique.
Même quand il s'agit de vrais groupes comme le sémitique ou
l'égyptiencopte, on n'utilise ni un état donné tout au long de la comparaison (cas de
l'égyptien) ni une langue préalablement choisie (sémitique) : si je ne trouve
pas le correspondant sémitique d'un mot égyptien en arabe, alors j'essaie
l'hébreu, si non l'akkadien ou alors le guèze. Inversement, si un mot berbère
n'apparaît pas en moyen-égyptien (état de la langue égyptienne au
MoyenEmpire) il faut essayer le néo-égyptien ou même le copte. Cette grave erreur
méthodologique suffit à elle seule à invalider tout le travail. Mais
poursuivons plus loin la critique. Tout d'abord M. Cohen établit une
statistique assez révélatrice : sur les 521 rapprochements de son vocabulaire
comparatif, aucun n'inclut simultanément les quatre groupes malgré toute la



42
latitude que s'est autorisée l'auteur. Ceux qui concernent trois groupes sont
au nombre de 90 au maximum (sémitique-égyptien-couchitique) et ceux qui
ne comptent que deux groupes ne dépassent guère la centaine
(sémitiqueégyptien). Sachant que la taille du vocabulaire sémitique utilisé est de 23000
(arabe 10000 + akkadien 8000 + hébreu 5000) on a un pauvre taux de 0,43%
qui est bien en deçà du taux de 50% retenu pour des rencontres fortuites
entre deux langues quelconques. Même en considérant que le vocabulaire de
base ne représente que 10% du total on n'est encore qu'à 4%, d'autant que
beaucoup de ces rapprochements hasardeux ne sont pas sûrs de l'avis même
de l'auteur.
Dès le premier terme de la liste (p. 77) on se pose des questions, et déjà
M. Cohen évoque un possible mot voyageur en faisant intervenir le sumérien
agar et le latin ager : sémitique ɔkr « idée de champ » – égyptien (quelle
26période ?) Akr « dieu de la terre » – berbère kl « terre, terrain, pays » –
couchitique (afar) erk ē « endroit, place ».
Dans ce premier rapprochement de la liste l'auteur nous fait toucher du doigt,
sans s'en rendre compte lui-même, l'importance de l'emprunt en ces temps
anciens et dans cette région où de nombreuses cultures se sont mêlées
pendant plusieurs millénaires. Par ailleurs la valeur du mot égyptien indique
qu'il s'agit d'un mot culturel dont il faut tracer précisément l'origine ; elle
montre à l'évidence que la maîtrise de la culture des locuteurs des langues
27comparées est primordiale pour un bon travail de comparaison .
Le numéro 4 de la liste est le nom sémitique pour « père » ɔb qu'il
rapproche de l'égyptien Ab.t « famille » et du couchitique baba « père ». Il
aurait tout aussi bien pu faire intervenir le sango baba « père » ou le français
papa s'il répugne à faire intervenir une langue nègre. Le numéro 8 est aussi
un cas d'école car, ébloui par la ressemblance des formes, il oublie les sens
radicalement différents des mots comparés : sémitique ɔmm.t « aune,
coudée » – égyptien Amm « saisir » d'où Amm.t « poing » – berbère amu
« contenir (récipient) » – couchitique amit, amid « saisir » – hausa am
« saisir ». Par quel miracle un mot qui signifie « saisir » peut-il arriver à
vouloir dire « récipient » ou « coudée » (en tant qu'unité de longueur
uniquement) ? Seuls le couchitique et le hausa se rapprocheraient de
l'égyptien, et par le sens et par la forme. Mais M. Cohen n'explique pas
pourquoi l'égyptien a deux /m/ alors que ces derniers n'en ont qu'un seul. En
outre le /t/ (/d/) du couchitique pose problème comme le reconnaît d'ailleurs
l'auteur. Pourquoi ne fait-il pas intervenir le sango mu « prendre », « saisir »

26 Nous préférons garder la notation égyptologique de ce phonème égyptien (A) que M.
Cohen considère comme une occlusive glottale alors que sa valeur est inconnue puisqu'il a
complètement disparu en copte.
27 Tous les pionniers de l'indo-européen étaient de grands spécialistes des cultures
classiques de la Grèce et de Rome, de la civilisation de l'Inde, etc.



43
dans la liste ? Le numéro 9 est encore plus délirant car à l'intérieur même du
sémitique il n'y a pas la moindre concordance : akkadien am āru « voir »,
hébreu ɔam īr « sommet », guèze ɔammara « montrer, faire connaître » et
ɔamīr « jour ». On ne comprend pas pourquoi l'auteur fait intervenir en
guèze deux mots qui n'ont strictement rien à voir l'un avec l'autre. Quel
rapport y a-t-il entre « montrer » et « jour », entre « sommet » et « voir » ?
Le terme égyptien correspondant à cet ensemble sémitique indéfini est mAA
« voir » que l'auteur croit être le résultat d'une métathèse, la forme originelle
serait alors *AmA. Mais alors, comment expliquer la présence du /r/ akkadien
en lieu et place du /A/ égyptien ? Ce qui manque le plus dans le travail de M.
Cohen, plus que les correspondances phonétiques, c'est le défaut complet
d'équations sémantiques entre les éléments comparés. On veut bien accepter
que l'idée « aile » puisse aussi signifier « nuage » ou « vent humide » (n°
13), mais il faut qu'il nous explique comment ces rapprochements sont
possibles, puisque cela ne tombe pas sous le sens.

Tout est hypothétique et confus dans la liste de M. Cohen et rien ne
permet de tirer la moindre conclusion phonologique, et encore moins
d'esquisser une quelconque reconstruction de la phonologie du
chamitosémitique : « Il semble qu'il faille tenir compte d'une correspondance avec
ég. w au lieu de y, d'après n° 412 (où w est à l'initiale en égyptien) et 359 (où
sw est en fin de mot). Au contraire on aurait ég. ɔ en face de sém. w dans n°
93, 129, (170), 222, 409, (506). » (M. Cohen, 1969, p. 81). On comprend
pourquoi Th. Obenga a préféré épargner aux lecteurs de son ouvrage de 1993
la peine de lire un livre qui ne leur apprendrait strictement rien sur l'unité du
chamito-sémitique. Qu'on en juge par cet autre exemple (n° 302, p.144) où,
après avoir rapproché l'hébreu zeman, l'araméen zeban, l'arabe zaman et le
tigré zaban – tous signifiant « temps » – de l'égyptien zmn « particule avec
déterminatif du temps » et du couchitique deman « temps », M. Cohen se
demande finalement s'il ne s'agirait pas d'un emprunt : « Ce mot isolé, sans
racine verbale, a été expliqué pour l'araméen, d'où dépendrait le reste du
sémitique, comme un emprunt à l'iranien. Les correspondances des autres
groupes devraient faire remonter l'emprunt à un passé plus lointain ».
C'està-dire au-delà du proto-chamito-sémitique, époque où ni l'iranien ni aucune
autre langue indo-européenne n'existaient !

Nous préférons nous aussi mettre un terme à cette revue du vocabulaire
comparatif tout en invitant fortement le lecteur à s'y référer afin de se faire sa
propre opinion sur les rapprochements restants et se rendre compte de
l'extrême légèreté avec laquelle travaillent les africanistes « comparatistes ».
Nous allons maintenant passer en revue l'ensemble des correspondances
morphologiques qui fondent la « famille » chamito-sémitique.



44

Comme ces correspondances n'ont été que survolées dans l'article de M.
Cohen dans « Les langues du monde » (1952), nous allons nous baser sur
celui, plus détaillé, de David Cohen dans l'ouvrage « Les langues dans le
28monde ancien et moderne » . C'est un ouvrage collectif dont la division en
deux tomes reflète exactement l'idée que se font, inconsciemment ou non, les
spécialistes français des langues africaines, et qu'il est utile d'analyser dans le
cadre de ce travail. En effet le premier tome est exclusivement consacré aux
langues « sub-sahariennes » et leurs avatars pidgins et créoles alors que le
second ne contient que les langues chamito-sémitiques dont d'ailleurs une
bonne partie se trouvent également au sud du Sahara (langues couchitiques).
Les éditeurs ont voulu ainsi clairement séparer les langues parlées par les
« blancs d'Afrique » – y compris ceux qui sont à « peau sombre » – de celles
des « noirs » proprement dits. On ne saurait expliquer autrement l'annexion
du hausa aux langues sub-sahariennes malgré le souhait de M. Cohen de lui
réserver une place à part. En fait, les auteurs ne croient pas du tout à la
classification de Greenberg, et s'ils acceptent la « famille » afro-asiatique
c'est uniquement sous forme d'extension de la famille chamito-sémitique
dont apparemment l'« originalité ethnique » en ferait un groupe homogène et
à part. En examinant plus minutieusement la répartition des articles dans les
deux tomes on ne peut s'empêcher d'y déceler une certaine hiérarchisation –
peut-être inconsciente – des langues traitées quand on les met en rapport
avec les peuples qui les parlent : si on part du tome 2 au tome 1, on a l'ordre
suivant :

1. Sémitique : langues de grandes civilisations parlées par des blancs ;
2. Égyptien (ancien et copte) : langue de l'Égypte ancienne, parlée par une
population qui se définissait elle-même comme « noire » mais que les
Occidentaux préfèrent qualifier de « cuivrée » ou même de blanche.
3. Berbère : langues parlées par des « blancs » d'Afrique du nord.
4. Couchitique : langues des Hamites de Meinhof (des blancs plus ou moins
métissés avec des noirs selon M. Cohen). En fait il s'agit de noirs tout
simplement.
5. Peul : langue parlée par les Peuls que Meinhof – et même Greenberg –
qualifie de Hamites, c'est-à-dire de blancs civilisateurs, mais qui sont en
fait des noirs comme les autres.
6. Wolof : langue constituant un groupe avec le peul selon Greenberg mais
parlée par des noirs.

28 D. Cohen, Le chamito-sémitique pp. 9-29 in J. Perrot, Les langues dans le monde ancien
et moderne, tome 2, Paris 1988.



45
À partir de là, on entre de plain-pied dans le monde « négro-africain »
proprement dit, et l'ordre de présentation des langues suit un axe
ouestcentre-est-sud sans se préoccuper désormais de problèmes ethniques. C'est
dans cet ensemble – qui se termine évidemment par les langues khoi-san –
que figure le hausa à côté d'autres langues « tchadiques ». Vient enfin la
mention des langues créoles et pidgins issues de langues « nègres ».

On voit donc qu'il y a parmi les chamito-sémitisants deux courants
comme il y en a parmi les africanistes dans leur ensemble : le premier –
majoritaire – est issu de l'école de Greenberg et sépare absolument les faits
de langues des faits ethniques, tandis que le second – encore influencé par
M. Cohen – croit plus ou moins consciemment à l'existence d'un lien
ethnique entre les langues chamito-sémitiques et les populations qui les
parlent. Il n'est plus représenté qu'en France à notre connaissance. Ces deux
courants appartiennent cependant au courant majoritaire africaniste qui se
soucie peu de prouver de manière scientifique les familles qu'il propose.

Plus de quarante ans – nous sommes en 1988 – après l'ouvrage fondateur
de M. Cohen, on s'attendrait à voir définitivement établie la preuve génétique
du chamito-sémitique. Il n'en est rien car D. Cohen se contente de répéter M.
Cohen tout en attirant l'attention du lecteur sur le fait que cette parenté n'est
pas définitivement établie : « Des traits répandus dans l'ensemble des
groupes chamito-sémitiques sont examinés brièvement ici. Les uns
représentent clairement des conservations d'un état unitaire ancien et
constituent des preuves de la parenté de ces groupes entre eux. D'autres
apparaissent comme des innovations mais résultant de développements
parallèles, ce qui peut être aussi l'indice d'une origine commune. Mais de tels
développements peuvent aussi illustrer des tendances « aréales » traversant
de vastes zones dans lesquelles des langues d'origines diverses se trouvent en
contact. Ils peuvent aussi manifester une dynamique générale à laquelle sont
soumis tous les idiomes présentant certains aspects communs qu'ils soient ou
non apparentés » (D. Cohen, ibid. p. 9). Il ne croyait pas si bien dire car tous
les faits cités sont, comme nous allons le voir ci-dessous, soit le fait du
hasard soit le résultat de contact prolongé entre ces différentes langues. Sa
conclusion (p. 29) – que nous citons in extenso – est en soi un aveu d'échec
après 40 ans de mobilisation générale : « Rappelons en conclusion ce qui a
été dit au début de ce chapitre. Il s'agit ici de traits particuliers ou de faits de
structure dont chacun se trouve représenté dans la majeure partie des langues
chamito-sémitiques ; en tout cas dans la plupart des branches, souvent dans
toutes. Ils n'ont pas été considérés sous l'aspect génétique, comme les
caractéristiques d'un état unitaire ancien. Cet inventaire (certainement très
incomplet) ne doit pas être tenu pour un essai de grammaire comparée. Une



46
telle grammaire, au sens propre du terme, n'existe pas encore. Mais il n'est
pas exclu que des constatations comme celles qui sont faites dans ce chapitre
puissent aider à en poser la problématique. »
Quels sont donc ces traits qui fondent le chamito-sémitique ? D. Cohen en
cite 57 (c'est le plus grand nombre de traits morphologiques
chamitosémitiques jamais cités dans un ouvrage à notre connaissance) que nous
allons tous passer en revue afin de ne pas être accusé de passer sous silence
certains faits capitaux.

1) La syllabe. Elle est de type CV(V) ou CV(C). Il est inutile de rappeler
que cette structure se rencontre dans la plupart des langues du monde, en
tout cas elle est la forme de base de toutes les langues africaines. Ce n'est
donc pas un trait distinctif, même sur le plan purement typologique.
Rencontrant des difficultés avec le berbère, l'auteur ne peut que supposer
dans cette langue une forme primitive jamais reconstruite.
2) Consonantisme et vocalisme. Prenant pour modèle le sémitique,
l'auteur suppose un consonantisme riche et un vocalisme pauvre, malgré le
refus des faits égyptien (copte) et couchitique. Le tableau comparatif qu'il
dresse p. 10 montre clairement qu'il n'en est absolument rien, le sémitique se
situant clairement à l'écart du reste. L'égyptien, le couchitique et le copte
étant de toute évidence proches des autres langues africaines (bantu, mandé,
etc.).
3) Les voyelles. Si on peut accepter une ressemblance entre les systèmes
vocaliques sémitique et berbère (système à trois voyelles /i/, /u/, /a/, le
berbère manquant cependant l'opposition de quantité), ce n'est absolument
pas le cas ni de l'égyptien (copte) ni du couchitique à propos duquel l'auteur
constate lui-même : « Le système dominant en couchitique est un système
triangulaire à cinq phonèmes doublés parfois par une opposition de quantité.
Aucun indice clair ne permet d'en affirmer le caractère secondaire et qu'il
résulte d'un système à trois voyelles. »
4) Les consonnes. Ici, l'auteur se contente d'empiler les systèmes
consonantiques et affirme : « On peut sans excès d'invraisemblance poser
pour l'ensemble de la famille au moins les ordres suivants : 1. Labial, 2.
Dental, 3. Sifflant, 4. Palatal antérieur, 5. Palatal postérieur, 6. Vélaire, 7.
Pharyngal, 8. Laryngal, 9. Latéral, à quoi il faut ajouter 10. « la liquide
vibrante ». » On comprend mieux maintenant ce qu’entendent par « famille »
les chamito-sémitisants et à leur suite les africanistes « comparatistes » : un
ensemble de langues ayant en commun certains traits typologiques.
5) Aperture. Le trait commun relevé ici est le caractère occlusif et fricatif
des consonnes !
6) Labiales. Partant du sémitique – comme à son habitude – D. Cohen
suppose qu'il n'y a pas de distinction entre labiales et labiodentales en



47
chamito-sémitique mais constate immédiatement le refus des faits égyptiens
et couchitiques qu'il n'arrive pas à expliquer : « En égyptien en effet à la
labiale sourde du sémitique, correspondent tantôt p, tantôt f sans qu'il soit
possible d'expliquer cette variation par des conditionnements particuliers.
Peut-être cependant faut-il relever le fait suivant. La sourde sémitique peut
sporadiquement correspondre à b des autres groupes, mais pas, semble-t-il,
lorsque le correspondant égyptien est f. Les exemples sûrs sont
malheureusement trop peu nombreux. » (p. 12). La différence entre les deux
écoles chamito-sémitiques apparaît clairement lorsque l'auteur mentionne
que J. Greenberg pose en raison des faits tchadiques deux labiales dont l'une
serait réalisée comme *mb qui est un phonème extrêmement répandu dans
les langues « nègres ».
7) Dentales. Elles seraient soit occlusives soit sifflantes comme si ces traits
étaient distinctifs.
8) Prépalatales. Même commentaire que précédemment.
9) Palatales. idem.
10) Vélaires. idem.
11) Pharyngales. idem.
12) Laryngales. idem.
13) Latérales. idem.
14) Labiovélaires. Malgré leur présence massive en couchitique, en
sémitique d'Éthiopie et en berbère, D. Cohen les rejette au premier abord.
Peut-être parce qu'elles sont absentes en sémitique commun et courantes
dans la plupart des langues « nègres ». Si on doit un jour en tenir compte, en
raison par exemple des faits hausa, ce sera alors avec les labiovélaires
indoeuropéennes qu'il faudra les comparer, nous dit l'auteur. Elles n'auraient donc
rien à voir avec les labiovélaires africaines toutes proches. L'idéologie à
l'œuvre.
15) « Emphatiques ». Ici l'auteur est visiblement embarrassé car la
corrélation d'emphase n'existe pas en égyptien et son existence en berbère et
en couchitique pourrait s'expliquer par le contact de l'arabe (p. 13).
16) Quantité consonantique. Ce trait typologique est effectivement
commun à l'ensemble des langues concernées tout en étant absent dans les
autres langues. Seulement, son existence en égyptien ancien est postulée et
non démontrée puisqu'il est absent en copte. Il a donc toutes les chances
d'être dû au contact. Il ne peut en aucune façon être utilisé pour prouver une
parenté génétique de ces langues, c'est évident. En effet elle peut soit être
directement héritée, soit résulter de développements secondaires comme par
exemple l'amuïssement d'une voyelle interconsonantique, soit être empruntée
aux langues voisines.
17) Quantité vocalique. Ce trait non plus ne saurait être retenu comme
preuve de parenté génétique pour les mêmes raisons que ci-dessus, d'autant



48
plus qu'il se retrouve partout en Afrique (bantu, zandé, etc.) et n'est pas
présent partout en chamito-sémitique.
18) Gémination et longueur. D. Cohen pense augmenter le nombre des
traits communs du chamito-sémitique en mentionnant l'alternance VCC ~
V ːC constaté en akkadien et en ometo en ignorant qu'il s'agit là d'un simple
trait général d'évolution des langues.
19) Accent. Ici, il fait preuve d'une prudence qui l'honore car l'analyse
accentuelle des langues concernées est loin d'être faite. Il faut dire que
l'existence des tons en couchitique ne lui facilite pas la tâche.
20) La phrase. Voici comment la phrase chamito-sémitique est définie de
manière distinctive par rapport aux autres langues : « La phrase peut-être
constituée dans la plupart des langues chamito-sémitiques, soit par deux
termes à centres nominaux soit par un terme à centre nominal et un terme à
centre verbal, celui-ci constituant le prédicat, soit par un seul terme à centre
verbal [...] ». Cela se passe de commentaire, surtout quand on sait que les
phrases nominales se rencontrent dans presque toutes les langues du monde.
21) Phrase nominale. Deux phrases arabes sont présentées pour illustrer ce
trait censé être commun à l'ensemble du chamito-sémitique (p. 16). C'est que
l'auteur sait que même sur ce plan typologique, le sémitique est nettement
distinct du couchitique et de l'égyptien ancien :
a) Arabe : ar-ra ǰulu mari ːḍun « l'homme (1) (est) malade (2) ». Cette
phrase s'analyse comme suit : ar « le » (article) / ra ǰul / « homme » -u
« nominatif » / mariːḍ « malade »-un « nominatif + indéfini ». Ainsi,
pour dire « l'homme est malade », l'arabe dit littéralement : « l'homme
(est) un malade ». Une pareille formation nominale ne se retrouve
nulle part ni en égyptien ancien ni en couchitique (voir les articles de
P. Vernus sur l'égypto-copte, pp.161).
b) Arabe : fil-bayti ra ǰulu « (il y a) un homme (2) dans la maison (1-2) ».
Le i final de bayti est la marque du cas génitif. Là encore, la différence
avec l'égyptien et le couchitique est éclatante. Car pour dire la même
chose, l'égyptien utilise la phrase non-verbale suivante: z m pr « un
homme dans la maison » z « homme » / m « dans » / pr « maison ».
22) Phrase verbale. Ici, le trait pertinent retenu pour le chamito-sémitique
est l'ordre qui serait VSO (Verbe-Sujet-Objet) qu'on rencontre effectivement
en sémitique, en égyptien ancien mais pas en couchitique (où on a SOV
comme en mandé). Le fait que le néo-égyptien et le copte aient innové en
adoptant l'ordre SVO ne semble pas le perturber. Ignore-t-il que l'ordre des
termes d'une phrase verbale est un trait purement typologique et n'a donc
aucune signification génétique ; qu'une même langue peut avoir
effectivement plusieurs ordres aussi bien synchroniquement que
diachroniquement ; que ce qui compte en linguistique comparative c'est la
dynamique, c'est-à-dire le procès morpho-syntaxique qui fait passer d'un



49
ordre verbal donné à un autre ? Il ignore complètement les universaux
29linguistiques et tout le brillant travail de J. Greenberg dans ce domaine,
puisqu'il écrit à propos du couchitique : « Parallèlement, alors que les autres
branches placent en général le déterminé avant le déterminant, indiquent les
fonctions par des morphèmes préposés et utilisent des préformantes pour la
construction des thèmes verbaux dérivés, le couchitique présente l'ordre
déterminant-déterminé, et a tendance à favoriser les postpositions pour les
indicateurs de fonction et la suffixation pour les morphèmes de dérivation
verbale ». Il n'a pas été capable de faire le rapport entre l'ordre SOV d'une
part, et l'ordre déterminant-déterminé et l'usage des postpositions d'autre
part.
23) Le mot. D. Cohen décrit ici la nature agglutinante du mot
chamitosémitique, ignorant que ce trait est commun dans la plupart des langues
comme les langues bantu ou même le proto-indo-européen réputé hautement
flexionnel ! Ce trait agglutinant comme on l'appelle en typologie est
marginal en sémitique mais central en couchitique et en égyptien ancien.
C'est clair, jusqu'ici D. Cohen ne fait que de la typologie, et il le fait mal.
24) Le schème. À travers le schème, c'est de la racine sémitique que veut
parler D. Cohen mais, afin d'augmenter le nombre des traits
chamitosémitiques, il le traite à part tout en se répétant. Ce trait est justement ce qui
unit de façon génétique les langues sémitiques entre elles, en plus des
correspondances phonétiques régulières. La racine est ainsi une entité
abstraite purement consonantique et constituée le plus souvent de trois
consonnes (racines trilitères). Les schèmes sont ensuite obtenus en
appliquant à ce squelette consonantique C1C2C3 un modèle (pattern en
anglais) vocalique chargé de préciser le champ sémantique défini par la
racine. Ainsi, en arabe le modèle C1aC2aC3a donne la forme d'un verbe
conjugué à l'accompli de la troisième personne du masculin singulier : k-t-b
« notion d'écriture » > kataba « il a écrit » ; le modèle C1iC2aaC3 donne
kitaab « livre ». Ce système hautement flexionnel – il n'y a pas plus
flexionnel – est tellement particulier qu'il ne se rencontre qu'en sémitique, et
son origine est inconnue. Il ne se rapproche que de l'indo-européen – à
travers le phénomène de l'ablaut dont l'origine est bien connue – et du
berbère. Mais dans ce dernier cas, il y a une différence de taille : c'est qu'il
ne s'applique qu'au verbe – dont la racine peut comporter de 1 à 4
30consonnes . Rien, absolument rien, ne permet de relier génétiquement ce
système à celui du sémitique. Tous les autres exemples – rares – relevés en
couchitique sont du même ordre. Il s'agit de traits purement typologiques
comme en témoigne cet exemple tiré du français :

29 J. Greenberg, Universals of language, 1966.
30 M. Quitout, « Grammaire berbère », Paris, 1998.



50 ́


1.a) racine v-n-r « idée de venir » ;
1.b) thème nominal : venue (/v ǝny/) « le fait de venir, son
accomplissement » ;
1.c) thème verbal n° 1 : venir (/v ǝnir/) « infinitif » ;
1.d) thème verbal n° 2 : venez (/v ǝne/) « impératif deuxième personne du
pluriel »
etc.

Nous ne commettons pas l'erreur – grave – d'inclure le français dans le
sémitique ou même dans un hypothétique chamito-sémitique parce que nous
savons comment s'est développé ce système à partir du latin : la racine latine
– donc française – ne se réduit nullement au squelette consonantique v-n-r ;
il s'agit au contraire d'un morphème complet ven īre « aller d'un point à un
wautre » qui provient en dernière analyse de la racine indo-européenne *g eh 2
« venir » (cf. anglais to go, to come). Les chamito-sémitisants et les
africanistes « comparatistes » sont peu ou pas du tout au courant du rôle
central de l'accent dans les alternances vocaliques. C'est en effet lui qui
explique par exemple les formes suivantes du verbe « porter » en occitan :
purtá, pw ɔrte (Creissels : 1994, p. 17) : synchroniquement, ces formes du
verbe « porter » peuvent s'analyser de la même façon que les mots
sémitiques, mais diachroniquement – et c'est ce qui importe lorsqu'on
cherche une parenté génétique – il n'y a aucun rapport. Aussi loin qu'on
remonte dans l'histoire des langues sémitiques, y compris après
reconstruction, on ne rencontre rien d'autre que des racines abstraites
purement consonantiques.
Ce système est évidemment absent du copte, qui est le seul état vocalisé
de l'égyptien, et c'est donc arbitrairement que certains esprits imaginatifs
essaient – en vain – de supposer son existence pour l'égyptien ancien. En
effet, à partir de l'égyptien ancien HqA.y « magicien » et du copte akho id., D.
Cohen veut reconstruire un hypothétique *ħakka ːy que rien ne vient justifier
si ce n'est la volonté de le rattacher à tout prix au modèle sémitique
C1aC2C2a:R3. Pour cela, il identifie H à la pharyngale sourde sémitique ħ, il
imagine une gémination consonantique que l'égyptien lui-même n'a pas
notée ; il se préoccupe peu du fait que le y ne fait pas partie de la racine mais
est un suffixe agentif bien connu, de l'apparition du o copte (voyelle
postérieure mi-fermée) à la place du *a (voyelle ouverte centrale) que le i < y
(voyelle antérieure fermée) ne peut expliquer ; sans compter la disparition
pure et simple du segment A. Pour le couchitique, D. Cohen est obligé de
constater : « C'est seulement dans une partie du couchitique où la dérivation
paraît fondée sur l'affixation pure et simple, qu'il semble difficile de ramener
les bases lexématiques à des schèmes fixes » (p. 18).



51
25) La racine. D. Cohen, conscient du caractère singulier de la racine
sémitique, essaie de sauver ici son chamito-sémitique en cherchant à prouver
qu'il existe en sémitique des racines non-réductibles en squelettes
consonantiques, c'est-à-dire des racines pourvues de voyelles fixes comme il
en existe dans les autres langues.
26) Triconsonnes et biconsonnes. La nature triconsonantique des racines
sémitiques est un élément gênant pour les chamito-sémitisants, car elle ne se
retrouve nulle part ailleurs. Pour résoudre ce problème, M. Cohen en 1952
avait supposé que les autres langues chamito-sémitiques reposaient
originellement sur des racines triconsonantiques qu'elles auraient ensuite
perdues : « En grande majorité les racines sémitiques comportent trois
consonnes ; les racines trilitères sont en majorité aussi en égyptien et en
berbère ; les premières recherches comparatives sur le couchitique font
apparaître que les racines à deux consonnes, qui y sont en majorité, reposent
sur de plus anciennes racines à trois consonnes ; on peut donc considérer que
la « trilitéralité » habituelle est d'époque chamito-sémitique. » (M. Cohen :
1952, p. 89). D. Cohen, 40 ans après, est plus prudent : « Tout conduit donc
à poser pour l'état commun la coexistence des deux types de racines, les
biconsonnes et les triconsonnes (auxquelles pouvaient s'ajouter des racines
secondaires expressives de quatre consonnes). C'est au cours de l'évolution
ultérieure que divers processus de réfection ont entraîné la
quasigénéralisation de l'un et de l'autre de ces deux types en sémitique et dans des
langues couchitiques. » (in J. Perrot : 1988, p. 19). Entre-temps, il suppose
que l'égyptien ancien est triconsonantique (65% du vocabulaire). Or, de
nombreuses racines soit disant trilitères sont en fait des bilitères munies
d'affixes – certains de ces affixes ne seront mis à jour que dans le présent
ouvrage. Même si l'égyptien ancien était triconsonantique, le fait que le
copte ne le soit pas montre que cette langue a une dynamique
diamétralement opposée à celle du sémitique qui, lui, évolue constamment
du bilitérisme vers le trilitérisme. Et ce qui compte en linguistique
historique, avons-nous dit, c'est la dynamique : des langues génétiquement
apparentées évoluent toujours dans le même sens. Il est d'ailleurs
remarquable que de toutes les langues sémitiques seules les langues
éthiopiennes – en contact étroit avec le couchitique – réduisent leur
triconsonantisme.
27) Éléments morphologiques. Ces éléments ont souvent été présentés
comme des preuves décisives du chamito-sémitique. Ils sont au nombre de
12 d'après D. Cohen : Ɂ, h, š, s, t, n, m, y et w, a, i, et u. Il s'agit, on l'aura vite
compris, de phonèmes qui se retrouvent dans presque toutes les langues du
monde, et il est impensable qu'une langue qui use d'affixes n'en possède pas
quelques uns. Ce qui est frappant, c'est qu'aucun phonème caractéristique du
chamito-sémitique (les fameuses consonnes emphatiques) n'est représenté.



52
L'auteur reconnaît toutefois que le couchitique en présente d'autres comme k,
d, b ou l.
28) Classes morphologiques. Prenant le sémitique comme référence, D.
Cohen distingue en chamito-sémitique deux classes morphologiques : les
noms (substantifs et adjectifs) et les verbes, ignorant que l'égyptien et le
couchitique sont foncièrement à l'écart de ce système (Th. Obenga : 1993, p.
124). En effet, comme dans la plupart des langues africaines non-sémitiques
et non-berbères, l'égyptien a très peu d'adjectifs – qui d'ailleurs sont
morphologiquement distincts du nom – et opère en fait avec des
verbesadjectifs.
29) Le nom. Si c'est pour nous dire qu'il est constitué « par une base
augmentée de morphème divers » et qu'il « commande des accords avec les
déterminants qui se rapportent à lui » il aurait mieux fait de s'abstenir d'en
parler : où est le trait distinctif chamito-sémitique ?
30) Le genre. Ce trait morphologique est une mine d'or pour les
chamitosémitisants depuis Meinhof. Cependant il ne saurait servir à prouver une
parenté génétique. Une fois de plus, la dynamique sépare radicalement
l'égyptien du sémitique, pour ne citer que ces deux groupes. En effet
l'égyptien dans son état actuel qu'est le copte a complètement perdu la
distinction de genre dans la formation des noms alors que le sémitique
maintient et même accentue cette distinction.
31) La marque de genre. Les chamito-sémitisants ont donc dégagé une
forme de base pour le morphème du féminin et qui est -(a)t. Aucune étude
diachronique n'est faite ni en sémitique ni ailleurs pour connaître l'origine et
l'évolution de ce morphème. On ne peut donc affirmer qu'il s'agit d'un
élément hérité et non d'une convergence, d'autant que les dynamiques sont
radicalement différentes en égyptien et couchitique d'une part, et en
sémitique et berbère de l'autre. Par contre, le fait de trouver des traces de ce
morphème dans une langue bantu est un indice sérieux de parenté génétique
31avec l'égyptien et le couchitique (même morphème, même dynamique).
32) Le nombre. Là encore, les dynamiques sont divergentes entre le
sémitique d'une part, et l'égyptien et le couchitique de l'autre, en ce qui
concerne le duel : l'égyptien dans sa synchronie copte (et même bien avant)
n'a plus de trace de duel ainsi que le couchitique, au contraire du sémitique
où il est toujours bien vivant. Quant au pluriel, il n'y a rien de commun entre
le pluriel égyptien et le pluriel sémitique (Obenga : 1993, pp. 86-93). Tandis

31 Contrairement aux chamito-sémitisants, nous ne prenons pas des indices pour des
preuves de parenté même s'ils sont forts. En toute logique, on devrait donc pouvoir prouver la
parenté du bantu et de l'égyptien, et c'est ce qu'a réussi Th. Obenga et d'autres (cf. Th.
Obenga, ibid.). Par contre, il est tout aussi logique qu'on ne soit pas parvenu à prouver la
parenté du sémitique et de l'égyptien, car de telles évolutions divergentes ne peuvent
s'expliquer que par des grammaires fondamentalement différentes.



53
que l'égyptien ancien ne procède que par la suffixation d'un élément -w
(comme en mandé), le sémitique possède une seconde formation
extrêmement vivace appelée pluriel « interne » ou « brisé » et qui se retrouve
également en couchitique et en berbère sans qu'on sache si elle a été
empruntée ou non au sémitique.
33) Formes du pluriel. Voir ci-dessus.
34) Flexion nominale. Après avoir reconnu que seul le sémitique comporte
une flexion casuelle – en fait le berbère aussi, l'auteur sort une fois de plus
un trait typologique pouvant avoir de multiples causes : la distinction entre
un état « construit » et un état « indépendant ». En effet, lorsqu'un nom
s'adjoint un affixe, il peut y avoir déplacement d'accent, assimilation de
phonèmes en contact, harmonie vocalique, etc. qui peuvent modifier
l'apparence du mot dans cet état « construit ». Ce n'est en rien une indication
de parenté génétique, et chacun le sait (apparemment pas les africanistes
« comparatistes »).
35) Le verbe. D. Cohen aligne ici des banalités typologiques sur lequel il
n'est pas besoin d'insister.
36) Formes verbales. Il précise ici que le verbe a un thème simple et des
thèmes dérivés obtenus :
a) Par réduplication de tout ou partie du radical (procédé existent en
indo32européen , en zandé et dans bien d'autres langues du monde) ;
b) Par l'allongement vocalique ou consonantique (procédé courant en
33sémitique, non-existent en copte ) ;
c) Par affixation de morphèmes de dérivation (comme dans beaucoup de
langues du monde) ;
d) Par infixation de morphèmes de dérivation (présent uniquement en
sémitique avec peut-être un cas en indo-européen) ;
37) Dérivation verbale. Voir ci-dessus.
38) Augmentation radicale. D. Cohen reconnaît ici que la gémination
consonantique et l'allongement vocalique sont essentiellement sémitiques. Il
ne reste donc plus que le redoublement, qui est représenté dans beaucoup de
langues du monde entier avec le même emploi (insistance).
39) Adjonction de morphèmes. Voir ci-dessous.
40) Suffixes d'orientation interne. Aucune forme commune n'étant posée,
il n'y a rien à dire, surtout que tout est vague ; aucun exemple n'est donné.
41) Affixes d'orientation externe. On apprend ici que les affixes
chamitosémitiques Ɂ, h et š sont propres au sémitique. Pourquoi alors les qualifier de

32 A. Meillet, Introduction à l'étude comparative des langues indo-européennes, Paris,
1937, p. 179.
33 Puisque l'égyptien ancien ne notait pas les voyelles, on ne peut dire en toute rigueur si ce
qu'on appelle verbes « géminés » en égyptien correspond effectivement à une gémination
d'une des consonnes du radical verbal ou s'il s'agit là d'un redoublement partiel de celui-ci.



54
chamito-sémitiques ? Ensuite, l'affixe t n'a pas du tout la même fonction
dans les différents groupes : il est réflexif et préfixé (ta-) en guèze (ce qui ne
veut pas dire dans tout le sémitique) et en afar (couchitique) mais passif et
suffixé en ometo (omotique). Absent en égyptien, il apparaît sous la forme
ttu- en chleuh (ce qui n'est pas tout le berbère). Il ne peut donc s'agir d'un
élément hérité. Le préfixe n- a exactement le même problème : il n'est
représenté qu'en hébreu et en égyptien où il n'a pas du tout la même fonction
dans les deux langues. La même remarque s'applique à l'affixe m qui
n'apparaît qu'en kabyle (berbère) et en sidamo (couchitique). Avec l'affixe s
les choses sont plus clairs, car il est représenté dans tous les groupes :
amharique (sémitique) as-, tamazight (berbère) ss-, égyptien s-, beja
(couchitique) se- et janjera (omotique) -s. Seulement voilà : ce morphème du
causatif est également présent en bantu (tout le bantu puisqu'il a été
reconstruit en proto-bantu), en zandé, en gbaya et dans bien d'autres langues
« nègres ». Du coup son caractère chamito-sémitique disparaît ipso facto. En
résumé, aucun des affixes présentés n'est chamito-sémitique.
42) Voix moyenne. Comme le dit D. Cohen lui-même, il ne s'agit que d'une
hypothèse. Qui ne repose sur rien, avons-nous envie d'ajouter.
43) Aspects. L'importance de l'aspect par rapport au temps est un trait
fondamental de toutes les langues africaines et n'est que marginal en
sémitique : l'égyptien (ancien et copte), le bantu, le mandé, le couchitique, le
sango, le zandé, bref toutes ces langues africaines modernes continuent
jusqu'à maintenant à maintenir une imprécision sur le temps du procès, seul
le contexte permet souvent de lever l'indétermination (cf. Obenga: 1993, p.
141). On ne peut pas en dire autant du sémitique où le perfectif et
l'imperfectif indiquent bien un contraste temporel – entre ce qui est déjà
passé et ce qui est en cours au moment de l'énoncé – et se réalisent par des
flexions verbales (modification de la racine). On ne comprend donc pas
pourquoi D. Cohen le mentionne ici comme trait distinctif du
chamitosémitique. Si distinction il y a, c'est entre le sémitique d'une part et les
langues africaines dans leur ensemble (à l'exclusion toutefois du berbère) de
l'autre. Même en admettant que le sémitique se comportait à l'origine comme
les langues africaines, comme tente de le faire D. Cohen, on voit que, du
point de vue de son évolution, il est absolument distinct du reste puisqu'il a
évolué vers des états où la distinction temporelle est nette, ce qui n'est arrivé
ni en égyptien ni dans aucune autre langue africaine : les dynamiques sont
différentes, et D. Cohen est obligé de noter : « Ces oppositions aspectives,
dans les formes que nous leurs connaissons actuellement, semblent
constituer des aboutissements distincts. La reconstruction d'un système
primitif pose des problèmes non encore résolus. »
44) Conjugaisons. L'auteur suppose ici deux types de conjugaisons en se
basant sur ce qu'il constate dans les langues actuelles : l'une à suffixe et



55
l'autre à préfixe. Aucun procès morpho-syntaxique n'est fait pour expliquer
les états actuels.
45) Conjugaison à suffixe. Cette conjugaison, comme chacun sait, est un
trait typologique qu'on retrouve dans de très nombreuses langues dans le
monde. Ici, D. Cohen lui assigne une fonction stative en partant de l'arabe
mais constate immédiatement son absence en égyptien et en couchitique.
Son existence en berbère est sporadique de l'avis même de l'auteur. Ce n'est
donc pas un trait chamito-sémitique.
46) Conjugaison à préfixe. On ne s'étonnera pas que l'auteur retrouve en
sémitique, en berbère et en couchitique ce type de conjugaison très répandu
dans le monde entier. Curieusement, il ne mentionne pas l'égyptien dans sa
synchronie copte qui use aussi principalement de la conjugaison à préfixe.
C'est que l'égyptien ancien n'utilisait que la conjugaison suffixale et ce dès le
stade le plus ancien – à l'époque où le sémitique à travers l'akkadien
connaissait déjà les deux types. Une fois de plus, la dynamique des langues
sépare strictement le sémitique du reste : la conjugaison suffixale est
extrêmement rare dans les langues africaines (couchitique, bantu, etc.) et là
où on la trouve elle est nettement en voie de disparition ; le sémitique a, au
contraire, toujours connu les deux types de conjugaison. C'est donc
également un argument fort contre le chamito-sémitique. Mais, si l'auteur le
mentionne c'est qu'il y a une raison capitale : les marques personnelles
utilisées semblent être les mêmes dans tout l'ensemble chamito-sémitique. D.
Cohen cite leurs formes communes comme suit :
Singulier pluriel
1 Ɂ- n-
2 t- t-
3 m. y-
f. t- y
Il constate alors que (p. 24) :
ère a) Seule la 1 personne distingue le singulier et le pluriel par des préfixes
différents ;
e b) Seule la 3 personne du singulier distingue les genres par des préfixes
différents ;
e c) La 2 personne masculine ou commune selon les langues est identique à
ela 3 personne du féminin sing. Le phénomène est dû à une homonymie
accidentelle, mais il est présent dans toutes les branches du
chamitosémitique. ».
Il s'agit du seul fait pertinent qui, s'il était appuyé par d'autres faits
essentiels comme la régularité des correspondances phonétiques, le
vocabulaire de base et d'autres faits grammaticaux, auraient pu faire penser à
une origine commune. Le fait que l'égyptien ancien – la langue la plus
ancienne de la « famille » – ignore complètement la conjugaison préfixale



56
est un redoutable contre-argument dont tous les chamito-sémitisants sont
conscients. On essaie alors de faire intervenir sans conviction une ancienne
conjugaison suffixale égyptienne dite « pseudo-participe » malgré toute la
34différence morpho-syntaxique avec les faits ci-dessus . Comme il ne peut
s'agir d'un trait hérité d'un hypothétique chamito-sémitique, la seule
explication possible est soit l'emprunt – à une date relativement récente –
soit un fait de convergence, ces langues étant en contact constant les unes
avec les autres depuis la haute antiquité. La preuve en est que les fonctions
de ces préfixes ne sont pas les mêmes dans les différents « groupes » : en
sémitique, ils sont clairement utilisés pour l'imperfectif (présent) tandis qu'en
couchitique – où ils n'existent que dans quelques langues – ils sont non
seulement utilisés pour exprimer le passé mais se trouvent en concurrence
35avec les formes suffixales ! À moins d'être capable d'expliquer comment on
est arrivé à ces différences de fonctions, l'origine génétique ne peut donc être
retenue.
47) Préfixes et suffixes personnels. On remarquera ici, d'après les données
fournies par D. Cohen, la trop grande similarité des conjugaisons préfixales
sémitiques (arabe irakien), berbère (touareg) et couchitique (beja) qui fait
inévitablement penser à un emprunt. Embarrassé par les formes suffixales
couchitiques, l'auteur tente de les analyser comme résultant de la
conjugaison préfixale d'un « verbe auxiliaire très court (composé souvent
d'une seule voyelle a/i) » sans se soucier de l'existence dans la langue de cet
auxiliaire verbal ni des distorsions phonétiques qui en auraient résulté
inévitablement. En effet, si l'auxiliaire verbal était a alors on aurait
vraisemblablement eu les formes suffixales suivantes : 1) *aan < a-a et non
36
an ; 2) *ca ou *sa < ti-a et non ta ; 3) * ɲa ou *ya < ni-a et non na; 4)
*can(a) ou *san(a) < ti-a-na et non taana ; etc. Sauf s'il y a un
conditionnement particulier propre à la langue. C'est dans de telles situations
qu'on comprend mieux pourquoi il est insensé et irresponsable de comparer
des langues insuffisamment décrites.
Quand on fait de la linguistique historique, on ne doit négliger aucun
détail ; tout doit être cohérent et s'expliquer de la façon la plus naturelle et la
plus économique possible. Ce qui est surtout grave dans ce tableau, c'est
l'omission – peut-être volontaire – des fonctions des différentes formes
verbales présentées, ce qui empêche à vrai dire tout travail comparatif.
48) « Modal ». Ce trait n'est même pas bien défini par l'auteur, il peut
signifier tout et n'importe quoi. D. Cohen ne définit aucun trait distinctif
lorsqu'il écrit : « Le verbe distingue très fréquemment, et ceci dans toutes les

34 Pour ceux qui croient à l'afro-asiatique, on peut signaler que le hausa se distingue
également nettement de cet ensemble sémitique-berbère-couchitique.
35 J. Saeed, Somali reference grammar, 1993.
36 /c/ désigne ici toute consonne résultant de la palatalisation de /t/.



57
branches du chamito-sémitique, une forme de modal, utilisé comme
subjonctif, et souvent aussi comme jussif, d'une forme principale. Souvent –
mais pas toujours – la forme modale apparaît comme une forme plus simple
de l'inaccompli. Parfois il existe un modal pour chacun des aspects. » (p. 25).
Que cherche-t-il à prouver ?
49) Dérivation nominale A). Suffixe en -n. Comme pour les autres affixes
présentés comme chamito-sémitiques, rien ne permet de dire qu'il s'agit d'un
élément hérité. D'autant plus que D. Cohen lui fait jouer plusieurs rôles sans
expliquer par quels processus il a pu les acquérir, encore moins quelle était
sa fonction première. Rien qu'en sémitique, il est à la fois post-formant
d'abstraits, élément de noms d'agent, suffixe de dérivation adjectivale
qualificative, suffixe de diminutif, etc. Dans ces conditions, pourquoi ne
faitil pas intervenir le préfixe nominal bantu n- ?
50) B) Suffixe en -y. Il s'agit de l'élément formatif des fameux adjectifs
« nisbé » qu'on rencontre en arabe. Le fait de le retrouver en égyptien ancien
est perçu comme un argument décisif. Malheureusement pour les
chamitosémitisants, ce suffixe avec la même forme et la même fonction existe dans
de nombreuses langues comme les langues indo-européennes du groupe
indo-iranien (cf. Punjab > Punjabi « habitant du Punjab »). Mais surtout, il
existe en bantu (Obenga : 1993, p. 138). Alors qui a emprunté à qui ? Qui a
hérité ?
51) Préfixe en m-. Ce préfixe est très répandu en bantu, en hausa
(Homburger : 1929, p. 14) et dans bien d'autres langues africaines. Il existe
même en sango (tawã « marmite » > matawã « celui qui fabrique des
marmites »). Encore une fois, rien ne permet de dire qu'il s'agit d'un élément
hérité ou même seulement emprunté. Là encore, D. Cohen manque
complètement de rigueur : un même morphème peut-il être utilisé à la fois
pour des noms d'agent, comme adjectifs, dans la formation d'abstraits, des
infinitifs et des noms de lieu ? En vertu de quelle logique ?
52) Interrogatif en m. Ici, on ne comprend pas bien pourquoi un élément
aussi répandu en Afrique est cité ici à l'appui du chamito-sémitique. En effet
on a : nuer mi « qui, quoi ? », teke (bantu) ima « quoi ? », wolof man
« lequel ? », guang mene « quoi ? », etc.
53) Interrogatif *Ɂayy. D. Cohen cite ici un morphème pronominal
interrogatif qui a été reconstruit pour le sémitique. Ne serait-ce pas le vrai
interrogatif sémitique puisqu'il est censé remonter au proto-sémitique ? Dieu
seul sait pourquoi il est cité ici à l'appui du chamito-sémitique.
54) Les pronoms personnels. L'incroyable ressemblance des marques
personnelles dans ces langues a été le seul argument vraiment pertinent en
faveur de leur lien génétique. Mais quand on est en possession de l'ensemble
des données, on se rend vite compte qu'il ne peut s'agir d'éléments hérités
d'un ancêtre commun. Les chamito-sémitisants en sont d'ailleurs conscients.



58
À commencer par P. Vernus, chamito-sémitisant mais néanmoins philologue
et égyptologue compétent, qui dans le même ouvrage collectif écrit page
163 : « [...] la relation exacte de l'Égyptien avec le Sémitique demeure
incertaine ; faut-il parler de parenté génétique, de substrat, de superstrat,
d'adstrats ? Les faits sont déconcertants. La forme d'état, étroitement
apparentée aux correspondants sémitiques, paraît isolée dans un contexte
verbal qui, par ailleurs, ne possède pas de conjugaison préfixale de type
sémitique, et se révèle très lié à la phrase nominale [...]. » Ce témoignage
d'une rare honnêteté de la part d'un chamito-sémitisant démontre à lui seul la
non-pertinence de ce trait, donc du chamito-sémitique. P. Vernus vient en
effet d'expliquer que des formes aussi ressemblantes d'une langue à l'autre
devraient, si elles étaient héritées, être accompagnées de nombreux autres
faits de même nature. Or, il n'en est rien car elles sont isolées au niveau du
système grammatical ; la question de l'emprunt se pose donc inévitablement.
En fait, nous verrons dans les chapitres suivants que l'emprunt est la seule
37explication possible. En effet, si A. Meillet pensait que la morphologie est
le domaine le plus résistant à l'emprunt (avec le vocabulaire de base), on sait
depuis plusieurs décennies qu'il n'en est rien. De nombreux exemples
38d'emprunts de pronoms personnels ont été documentés . On peut citer les
e 39formes de la 3 personne du pluriel anglais (they/their/them) ou ceux qui
40concernent l'emprunt de paradigmes pronominaux entiers .
55) Pronoms suffixes. Suffixés à un substantif, ils désignent le possesseur –
comme dans de très nombreuses langues africaines (sango, zandé, somali,
etc.) – et ont pratiquement les mêmes formes en sémitique, égyptien, berbère
et couchitique malgré l'ancienneté de leur séparation supposée. Par contre,
ils sont également employés comme suffixes de la conjugaison suffixale en
égyptien ancien, et ce de façon complètement cohérente. Il y a donc là une
différence fonctionnelle importante.

37 Qui plus est, les pronoms personnels n'interviennent pas vraiment dans la morphologie
puisqu'ils ne jouent aucun rôle dans la formation des mots. Le célèbre comparatiste a donc
toujours raison tant que la racine est prise en compte : les différentes formes du mot pour
« père » en latin et en sanscrit se correspondent élément par élément (racine, suffixe,
désinence et même accent). Une langue qui n'aurait que les désinences seules ne saurait être
qualifiée d'« indo-européenne » sur cette seule base.
38 On voit pourquoi la méthode de Greenberg, qui se base sur de pareilles concordances
pour démontrer la parenté génétique des langues, est absolument à rejeter puisqu'elles sont
elles aussi sujettes à l'emprunt. La situation s'aggrave lorsque Greenberg réduit le paradigme
ère epronominal à la 1 et la 2 personnes du singulier, c'est-à-dire aux mots que s'échangent le
plus souvent deux personnes parlant deux langues différentes qui essaient de communiquer.
39 T. Bynon, Historical linguistics, Cambridge, 1977, p. 231.
40 S. Thomason, Language contact: an introduction, 2001.



59
56) Pronoms autonomes. Ils sont grosso modo dérivés des pronoms
suffixes et ont également les mêmes formes pratiquement dans les quatre
« groupes ».
57) Formes verbales supplétives. D. Cohen veut considérer comme un trait
distinctif de nature génétique le fait que plusieurs langues
chamitosémitiques ont pour certains verbes une forme impérative non dérivée du
radical verbal. Et alors ?

Il est remarquable qu'aucun des 57 traits – en fait il y en a beaucoup
moins comme on peut s'en rendre compte soi-même – n'est ni distinctif ni
révélateur d'une origine commune, bien au contraire. L'analyse objective que
nous venons de faire des propres données de D. Cohen oblige à séparer
strictement le sémitique et le berbère d'une part, et l'égyptien et les langues
couchitiques de l'autre ; il n'est même pas possible de rapprocher le
sémitique du berbère. C'est pourtant sur ces seules données que les
chamitosémitisants du monde entier se basent pour clamer haut et fort l'existence
« incontestable » du chamito-sémitique.

II.3.2 La rigueur approximative de Christopher Ehret ou l'africanisation du
sémitique comme ultime rempart contre la mort inéluctable du
chamitosémitique

L'échec de l'école française de linguistique chamito-sémitique étant
patent – et franchement prévisible – ce sont les disciples de Greenberg qui
vont tout tenter pour sauver ce qui peut l'être encore du chamito-sémitique,
en tirant toutes les leçons de cet échec. On a vu que Greenberg avait intégré
le hausa et les langues dites tchadiques à l'ensemble chamito-sémitique sans
apporter le moindre fait nouveau. Le problème de la preuve reste donc entier
et c'est C. Ehret qui prétend le résoudre dans un ouvrage publié en 1995 et
41que nous allons maintenant analyser . Il commence d'abord par se
démarquer des chamito-sémitisants en affirmant clairement l'origine
africaine de cette famille, ce qui a le don de déplaire fortement aux puristes
42et aux amateurs du nostratique , une langue qui aurait été à l'origine de
toutes les langues parlées par des « blancs » et qui aurait été apportée en
Afrique lors de la grande invasion « chamito-sémitique ». C'est que les
langues tchadiques présentent de très nombreuses similitudes avec les

41 C. Ehret, Reconstructing proto-afro-asiatic (proto-afrasian): vowels, tone, consonants,
and vocabulary, 1995.
42 Le nostratique est cet autre objet mythique construit uniquement dans le seul but de relier
l'indo-européen aux langues des brillantes civilisations anciennes (sumérien, égyptien,
akkadien) afin de combler en quelque sorte le retard de l'Europe à cette époque. Il obéit donc
à la même logique que le chamito-sémitique.



60
langues couchitiques, tout en se démarquant nettement du sémitique et du
berbère, comme nous l'avons nous-mêmes constaté ci-dessus. Il se propose
donc de reconstruire cette proto-langue africaine en se basant d'ailleurs
presque exclusivement sur les faits égyptiens, couchitiques et tchadiques, et
en faisant preuve de « rigueur », dit-il : « [...]a full, systematic phonological
reconstruction of Proto-Afroasiatic (proto-Afrasian, PAA), with detailed
substantiation and applying the normal canons of the historical-comparative
method, has yet to appear. It is that deficiency which the present study seeks
to remedy. » (C. Ehret, 1995, p. 1). Il reconnaît lui-même l'impossibilité de
la tâche dès qu'on fait entrer le sémitique : « A historical-comparative
reconstruction of proto-Afroasiatic faces several potentially daunting
obstacles. One of these is the great number of triconsonantal roots in Semitic
that must be compared with the more commonly found biconsonantal stems
of other subgroups of the family. A second is the lack of rigor with which
the semantic dimension of reconstruction, in Semitic as much as in wider
familial comparisons, has often previously been treated. A third potential
source of difficulty is the immense variety and time-depth of the
relationships among the languages that make up the Afroasiatic family. »
(pp. 1-2). Pour se tirer d'affaire, Ehret commence par dépouiller le sémitique
de son trait le plus caractéristique, à savoir le triconsonantisme, en prenant
ainsi l'exact contre-pied de son illustre prédécesseur, M. Cohen. Il interprète
donc suivant les besoins de la cause – le rapprochement avec les langues
africaines – comme affixe soit la consonne finale, soit la consonne initiale
d'une racine sémitique triconsonantique qui ne demandait rien à personne.
Cette « africanisation » du sémitique est une grave erreur méthodologique
qui enlève tout crédit à l'ensemble du travail, d'autant plus qu'il reconnaît
luimême qu'elle est sujette à controverse (p. 5). Il l'appelle abusivement
« reconstruction interne » alors qu'elle n'a rien à voir avec cette méthode
complémentaire de la méthode comparative. En effet la reconstruction
interne vise seulement à reconstruire un état antérieur d'une (proto-)langue
en exploitant les irrégularités systématiques présentes dans la (proto-)langue
elle-même, sans considérations extérieures (cf. Anthony Fox, « Linguistic
reconstruction, an introduction », 1995, p. 145). Or le triconsonantisme ne
constitue pas une anomalie à l'intérieur du sémitique, bien au contraire il en
est la base. Plus grave, Ehret effectue sa « reconstruction interne » en ayant
constamment l'œil sur les autres groupes. Il n'y a donc aucune rigueur dans
sa méthode, contrairement à ce qu'il affirme. Signalons aussi que
l'« africanisation » du sémitique a aussi une autre vertu : celle de rapprocher
en cas de besoin les sens des éléments sémitiques de leurs homologues
africains en donnant aux affixes la fonction adéquate. Dans ces conditions, il
est clair que tout peut être rapproché de tout, et de fait Ehret arrive ainsi à
reconstruire un vocabulaire de 2500 termes !



61
Comme si cela ne suffisait pas, Ehret retombe dans le même travers que
ses prédécesseurs en comparant suivant les éléments, tantôt des langues
43tantôt des « groupes » de langues dont la parenté n'est jamais démontrée .
Pour le sémitique, il choisit le plus souvent l'arabe, mais aussi le
pré-protosémitique (i.e. le résultat de sa « reconstruction interne » du
protosémitique), soit plus rarement d'autres langues sud-arabiques, mais jamais
l'akkadien qui en est pourtant l'état le plus ancien. Il procède de la même
façon pour les autres « groupes » (tchadique, couchitique, omotique,
égyptien). On se demande vraiment comment on peut établir des règles de
correspondances phonétiques dans ces conditions.
Aucun fait berbère n'est utilisé et les raisons que donne Ehret pour cette
exclusion sont peu convaincantes, voire franchement inadmissibles. Il
explique que le berbère aurait fusionné en de nouvelles unités certains
phonèmes afro-asiatiques, alors que l'objectif déclaré de son ouvrage est
justement de reconstruire ces mêmes phonèmes !

Après avoir énuméré, dans la plus pure tradition chamito-sémitisante, la
44structure syllabique et les morphèmes grammaticaux de l'afro-asiatique,
Ehret passe à la reconstruction du système phonologique et tonologique de
l'afro-asiatique. Celui-ci comporterait cinq voyelles courtes (*a, *e, *i, *o,
*u) et les longues correspondantes. Il reconstruit ensuite on ne sait trop
comment deux tons « sûrs » et peut-être un troisième. Il est normal qu'Ehret
aboutisse à un tel résultat aussi bien en ce qui concerne les voyelles que les
tons puisqu'il ne se sert que des langues tchadiques, couchitiques et
omotiques. Remarquons que ce système vocalique – même si nous ne
devons pas l'accepter à cause de l'absence de rigueur qui a accompagné sa
reconstruction – se rencontre en égyptien (copte) et dans toutes les autres
langues africaines actuelles, le sémitique et le berbère restant à part. Malgré
cela, Ehret reconstruit on ne sait trop comment une branche « bore-afrasian »
à l'intérieur de son Afro-asiatique et qui comprendrait l'égyptien, le
sémitique et le berbère ! Le système consonantique, lui, a 42 consonnes ! Il
est facile de voir qu'Ehret n'a fait que réunir les systèmes consonantiques des
différentes langues, ce qui explique ce nombre anormalement élevé de
protophonèmes. On peut dire sans risque de se tromper qu'il n'a pas appliqué la
méthode comparative dans sa reconstruction. Cette méthode, comme le

43 Il propose bien des reconstructions pour certains des groupes mais reconnaît qu'elles ne
sont que provisoires ou mêmes incomplètes, c'est-à-dire peu sûres.
44 La structure syllabique ainsi « reconstruite » est tout simplement celle qu'on trouve
actuellement dans toutes les langues au sud du Sahara (CVC, C(V) ou VC) ; quant aux affixes
nominaux et verbaux, ils couvrent pratiquement tout le système phonologique commun ! (w,
y, t, m, n, l, r, b, s, ŋ, Ɂ, dl, h, Ɣʷ, k ʷ', ʕ, ƚ, tl', ts, k ʷ, p', g, š, c', f, ḥ, g ʷ, k, d, x, p, z, k', t', s', dz,
x ʷ).



62
souligne très justement R. Dixon (Dixon, ibid.), nécessite une rigueur
absolue tout au long du travail comparatif, à tel point qu'un relâchement
même minime d'un des critères peut avoir des conséquences désastreuses sur
les résultats obtenus. Or Ehret ne respecte aucun de ces critères. Par
exemple, dès le premier terme de son vocabulaire comparatif, il tourne
résolument le dos aux deux principes qu'il s'est lui-même imposés (p. 1) :
« Two requirements were rigorously imposed in the building up of this data
base : (1) regularity of sound correspondences had to hold without exception
for each segment (and suprasegmental, where known) of each root being
compared; and (2) only minimal semantic differences, or else meaning
differences clearly explainable on substantive morphological grounds, were
allowed in roots being considered for possible cognation. » Il rapproche en
effet l'égyptien bw « place » du proto-sud-arabique *b- « in, with, by » et du
proto-couchitique *bǔ « ground ». Mis à part le fait qu'il travaille avec des
reconstructions largement hypothétiques, il n'explique pas ce qu'est devenu
le segment égyptien /w/ dans les autres langues. S'est-il vocalisé en / ǔ/ en
couchitique ? S'est-il amuï en sud-arabique ? Est-il un simple suffixe ? Sur le
plan sémantique, on ne voit pas comment « place » peut évoluer en « in,
with, by ». Ces questions fondamentales et élémentaires le laissent de marbre
et ne l'empêchent nullement de reconstruire un proto-afro-asiatique *b ǔ
« place » (en combinant simplement la forme du couchitique avec le sens de
l'égyptien, le sémitique n'ayant eu aucun rôle à jouer).
Le lecteur aura compris que cet ouvrage de C. Ehret ne résiste pas à la
moindre critique ; nous ne le citons ici que dans le seul but d'illustrer les
nouvelles méthodes de travail des partisans de ce mythe qu'est le
chamitosémitique (afro-asiatique) et de montrer que leur échec s'explique par leur
entêtement à faire entrer coûte que coûte le sémitique et le berbère dans un
ensemble où ils n'ont visiblement pas leur place. De fait, l'auteur a depuis
abandonné la partie, comme l'a noté Th. Obenga : « Christopher Ehret, de
l'Université de Los Angeles, a changé d'avis depuis notre débat
contradictoire à Barcelone il y a quelques années. Il n'a jamais considéré le
berbère comme une branche de la famille afro-asiatique ou
chamitosémitique. Il ne croit plus à la réalité linguistique de l'afro-asiatique ou
chamito-sémitique. J'admire son courage intellectuel. » (Th. Obenga : 2001,
p.18). Le Pr. Obenga a tort de se réjouir si vite car on n'abandonne pas aussi
facilement une doctrine à laquelle on a consacré de très longues années, c'est
humain. C. Ehret continue en effet à croire à son afro-asiatique, comme nous
le verrons au paragraphe suivant.
L'année même de la sortie du livre de C. Ehret, deux autres
chamitosémitisants (V. Orel et O. Stolbova) ont également publié les résultats de



63