Locke

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Locke (fiche - Terminale S - Terminale ES - Terminale L - Terminale STMG)
John Locke(1637-1704) représente, avecThomas Hobbes, la figure dominante de la ème philosophie anglaise du 17 siècle. Deux grandes problématiques sont au centre de son œuvre : celle de la connaissance humaine (Essai sur l'entendement humain), et celle de la morale et de la politique (Traités du gouvernement civil). Les deux œuvres paraissent la même année, en 1690. Préconisant la tolérance religieuse (Lettre sur la tolérance,1689), et se faisant ainsi le précurseur du siècle des Lumières,Locke s'oppose néanmoins à l'athéisme, qui demeure selon lui contraire aux moeurs de son pays. Plusieurs religions peuvent donc coexister, e tLockeva jusqu'à réclamer l'égalité des droits pour tous les cultes, ce qui a paru extrêmement choquant à son époque. En envisageant la séparation des pouvoirs de l'État et de l'Église,Lockepeut également être considéré comme le précurseur de la laïcité. À la fin de sa vie, il montra un vif intérêt pour le problème de l'éducation (Quelques pensées sur l'éducation,1693). Fuyant l'Angleterre, qui connaît en ce siècle deux guerres civiles successives,Locke aura séjourné en France durant sept ans (1672-1679), et se sera ensuite exilé en Hollande. La Révolution de 1688, consacrant l'accès au pouvoir de Guillaume III d'Orange, lui permet de regagner l'Angleterre l'ann ée suivante. 1. "L'Essai sur l'entendement humain" : une théorie de la connaissance a. Le refus des idées innées Ayant luDescartesle "les sens nous(1596-1650), il s'oppose à la théorie selon laquel trompent", et sont essentiellement sources d'illusi ons ou d'erreurs. Au contraire, selon Lockeées vraies. Les sensations, seule l'observation du réel peut être source d'id fournissent les matériaux pour la pensée. Dit encore autrement, nous sommes incapables de penser sans l'expérience de sensation s préalables. Il ne peut donc exister, comme l'affirmeDescartes,d'idées innées (idées "nées avec moi"),c'est-à-dire d'idées que contiendrait notre esprit à notre naissance, bien avant toute expérience sensible. Seules sont claires et distinc tes, selonDescartes, ces idées innées, comme par exemple l'idée innée de l'existen ce de Dieu. Les idées innées sont des vérités que Dieu a mises dans l'esprit de l'hom me. PourLocke, il est impossible que ces idées innées, cesommemarques prétendument imprimées dans l'esprit de l'h , que celui-ci aurait reçuesau tout début de son existence,en lesintroduisant dans le monde en même temps qu'elle(Essai sur l'entendement humain,Livre I, chapitre 2). À travers les figures deDescarteset deLocke, se trouve respectivement mis en opposition l'idéalismeet l'empirisme. b. La doctrine empiriste Nihil est in intellectu quod non antea fuerit in se nsu: telle est la maxime de base de l'empirisme, caractérisant la pensée deLocke. Rien n'est dans l'intellect (dans la pensée) qui n'ait d'abord été dans les sens. Au fon dement de toute connaissance, se trouve donc l'expérience. Seules lessensationsnous permettent d'élaborer une réflexion. Notre entendement est donc conditionné par nos se ns. Les sens, selon l'expression deLocke, "meublent la pièce jusqu'alors restée vide". Les idées et le langage viennent après. C'est ainsi que même avant de savoir parler, l'enfant connaît la différence entre les "idées de sucré et d'amer".