Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard (1760)

-

Livres
4 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 2
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Marivaux,Le Jeu de l'amour et du hasard(1760) re re re (fiche - 1 L - 1 S - 1 STMG - Français re - 1 ES)
e Objectif :Connaître une œuvre dramatique majeure du XVIII siècle. 1. Une œuvre influencée par la comédie italienne
Comédie en trois actes de Marivaux,Le Jeu de l'amour et du hasardest représenté pour la première fois en 1730 sur la scène duThéâtre-Italien. La pièce reprend un certain nombre de procédés traditionnels de la comé die italienne.
a. Les thèmes L'intrigue repose sur le mariage des maîtres qui so nt aidés pour mener à bien cette entreprise de leurs valets : Silvia doit épouser Do rante et demander à Lisette de prendre sa place afin d'examiner à loisir son préte ndant. b. Les personnages Le personnage d'Arlequin est directement inspiré de son modèle italien, même si les coups de bâton et les lazzi occupent une place mine ure. Le personnage de Silvette reprend des caractéristiq ues du type de la servante, et la mise en scène des rapports entre maîtres et valets est un ressort traditionnel de la comédie. c. Les procédés comiques Ils reposent sur les quiproquos entraînés par le travestissement des maîtres et des valets, mais aussi sur le langage avec le décalage entre le langage précieux des maîtres et sa parodie dans la bouche des valets. La pièce est également marquée par la vivacité du rythme et les rebondissements des dialogues propres à la commedia dell'arte. Marivau x les expoite à merveille mettant en valeur l'enchaînement des répliques, fondé sur la reprise des thèmes et l'art de la répartie. Silvia. - Tu peux te passer de me paler d'amour, je pense ? Dorante. - Tu pourrais bien te passer de m'en faire sentir, toi ? ou encore Dorante. - Ah ! Je te cherchais, Lisette. Silvia : - Ce n'était pas la peine de me trouver, c ar je te fuis, moi.
Si la pièce de Marivaux s'inspire de la commedia de ll'arte, elle lui apporte finesse et subtilité.
2. Les règles d'un jeu complexe
L'apparent désordrequi livre les personnages au jeu de l'amour et du hasardmasque la minutieavec laquelle l'œuvre est composée.
a. Une intrigue fondée sur un double travestissemen t