Matériaux biocompatibles - Textiles innovants

-

Livres
5 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 19
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Matériaux biocompatibles - Textiles innovants (fiche - Terminale S)
Objectifs Voir quelques avancées technologiques récentes dans des domaines qui concernent directement l’Homme : les matériaux biocompatibles et les textiles innovants. Aborder la notion de mouillabilité d’une surface. Etudier l e phénomène de superhydrophobie. 1. Matériaux biocompatibles Labiocompatibilitéd’un matériau désigne sa capacité à être tolérée p ar un organisme vivant, en particulier quand le matériau est présen t au sein de l’organisme (prothèse). Cette condition est nécessaire pour que le matériau ne soit pas rejeté par le système immunitaire, ce qui créerait des complications. On distingue divers types de biomatériauxrépondant à cela :
Des métaux. Dans le cadre de prothèses remplaçant une partie d’os (tête de fémur, prothèse de genou, etc.), il peut être fait appel à des métaux commel’acier inoxydableou letitane. Ce dernier constitue le métal trèsbiocompatible, car il est inerte chimiquementau sein de l’organisme. Ces métaux sont appréciés pour leur résistance mécaniquee très, mais présentent quelques défauts : oxydation (mêm lente), usure, etc.
Les céramiques(voir fiche dédiée).Exemple: utilisation de l’alumine et de silice pour des prothèses dentaires. Les céramiques ne présentent pas le problème de corrosion rencontré avec les métaux, ma is on a toujours le problème de l’usure.
Les matériaux que nous venons de voir concernent de s applications où ils remplacent un tissu dur, dans la durée. Une autre stratégie es t d’utiliser des biomatériaux assurant certaines fonctions biologiques,le temps que les tissus endommagés se reconstituent. On a :
Les polymèresderaient. Plusieurs pistes possibles : des polymères qui ai activement les tissus à se reconstruire, quilibéreraient progressivement des médicamentsidère aussi desafin d’éviter tout rejet ou complications. On cons polymères biodégradables, qui se résorberaient progressivement au fur et à mesure de la reconstruction des tissus.
Des substances naturelles. On, assurant là aussi une excellente biocompatibilité peut citer lecollagènee la peau., dans le cadre de la reconstruction de tissus comm On a aussi lachitine, extrait par exemple de la carapace des crabes. El le peut constituer une peau artificielle,aide à la cicatrisationet est biodégradable. Par voie chimique ou enzymatique, elle donne duchitosan, possédant despropriétés antibactériennes.
Il est possible d’utiliser conjointement les divers matériaux cités.Exemple : Stent actif. Un stent est une structure métallique souple en forme de tube. Il est introduit par