Merleau-Ponty

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 3
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Merleau-Ponty (fiche - Terminale S -Terminale ES - Terminale L - Terminale STMG)
Maurice Merleau-Ponty(1908-1961), philosophe français, représente le ème courantphénoménologiquede la philosophie française du 20 siècle, même si certains le considèrent comme unexistentialiste,puisqu'il aborde dans ses ouvrages la problématique de l'existence de l'homme dans le monde. Laperceptionest le concept central de l'ensemble de sa pensée : c'est au moyen de la perception, en effet, que nous prenons conscience de notre appartenance fondamentale au monde qui nous entoure.La phénoménologie de la perception,son ouvrage majeur, paraît en 1945. Reçu premier, en 1926, à l'agrégation de phil osophie,Merleau-Pontyaura basé toute une partie de ses travaux sur la psychologie et la neurologie. De 1949 à 1952, il enseigne, à la Sorbonne, la psychologie de l'enfant. Pour un grand nombre d'auteurs,Merleau-Pontyest le philosophe qui confère au corps un nouveau statut, en lui attribuant une fonc tion et une place essentielle dans l'ensemble de son œuvre. LorsqueJean-Paul SartreetSimone de Beauvoir, en 1945, fondent la revue des Temps modernes, il fait partie, avecRaymond Aronnotamment, du comité directeur. En 1951, il se fâche avecSartre. Faisant, en 1947, dansHumanisme et Terreur, l'apologie du régime communiste de Moscou, il adopt era par la suite des positions plus modérées, se démarquant de la ligne politique offic ielle du Parti communiste français. 1. Qu'est-ce que la phénoménologie ? a. Les leçons de la phénoménologie du philosophe al lemand Edmund Husserl (1859-1938) La phénoménologie est une nouvelle discipline, inau gurée parHusserlau début du ème 20 siècle. SelonHusserl, la philosophie doit changer d'optique, etse mettre au service des choses mêmes,lesquelles ne sont cependant pas, à proprement parler, ces "objets naturels" que les scientifiques aborden t comme de pures extériorités que la raison ou la logique peuvent investir.Ceretour aux chosesque préconiseHusserl inaugure par conséquent une nouvelle manière de les considérer : les choses (ou les phénomènesonscience. Le) ne sont pas données, mais constituées par notre c phénomène en lui n'existe que dans la mesure où il est appréhendé par une conscience.C'est précisément la conscience qui fonde le sens des phénomènes ou des choses que nous pouvons trouver dans le monde. La saisie de ces objets par la conscience se nommeintentionnalité. b. L'intentionnalité Le concept d'intentionnalité, introduit parHusserl, s'exprime à travers la célèbre phrase :Toute conscience est conscience de quelque chose.La conscience est à ce titre unevisée, et une non une pure "substance pensante", comme n ous l'avait apprisDescartes(1596-1650). Le "cogito", purement réflexif, considérait le monde comme une réalité extérieure à la conscience. L'intentionnalité pose qu'en contemplant les objets de ce monde, la conscience les constitue , en même temps qu'elle est constituée par eux. C'est pourquoi l'intentionnalité est principalement pourvoyeuse de sens.Merleau-Pontyreprendra à son compte l'idée d'intentionnalité, q ui témoigne de