Mesurer la croissance et le développement

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 5
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Mesurer la croissance et le développement (fiche - Terminale ES -Economie pour adulte - Terminale STMG)
1. Le PIB et la mesure de la croissance a. PIB et PIB par habitant La problématique de la croissance repose sur l'idée que l'accroissement des richesses disponibles et du niveau de vie est au cœur de l'am élioration du bien-être. Les statisticiens ont forgé des outils pour mesurer la production de richesses dans le cadre des systèmes de comptabilité nationale.
Le produit intérieur brut (PIB) déterminela valeur de la production de biens et de services à partir de leurs prix.Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées produites(calculées au niveau d'une entreprise en retrancha nt le montant des consommations intermédiaires du chiffre d'affaires réalisé)par les entreprises résidant sur le territoire national quelle que soit leur nationalité. La croissance économique se calcule donc à partir du taux de croi ssance du PIB.
Pour avoir une idée plus précise de l'enrichissemen t d'une société, on peut calculer le taux de croissance duPIB/habitantqui nous renseigne sur le niveau de vie moyen d'un pays. b. Les limites du PIB Pourtant cette méthode n'est pas sans limite. Tout d'abord, le PIB est un indicateur incomplet. Il ne prend pas en comptel'économie souterraine: production domestique, économie au noir, économie criminelle...
De plus, certains économistes soulignent l'intérêt du produit national brut (PNB) qui se calcule en ajoutant au PIB le solde des revenus reç us de l'étranger et versés à l'étranger.
Le PIB apparaît aussi commeun indicateur imparfait. La croissance du PIB ne rend pas bien compte del'évolution qualitative des biens produits: une automobile e aujourd'hui a peu en commun avec les automobiles du début du 20 siècle. De plus, l'activité économique produit des effets non prévus (les externalités) qui peuvent causer des nuisances (bruit...) ou dégrader l'environnement (pollution...). Paradoxalement, ces effets peuvent stimuler la croi ssance du fait des activités réparatrices qu'ils suscitent.
En outre, on peut contester cette logique. Ainsi un e médecine inefficace générant de nombreux actes médicaux serait-elle « meilleure » p our la croissance qu'une médecine efficace soignant les patients avec peu d'actes ?
Enfin, le PIB/habitant n'est qu'une moyenne qui peu t cacher des situations diverses, de