Pour un enseignement efficace des langues aux autochtones

-

Livres
197 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour un autochtone, apprendre une langue seconde ou étrangère dominante, comme l'anglais, le français, l'espagnol, le russe, l'arabe, le mandarin ou autre, peut constituer une menace identitaire. C'est pourquoi, bien qu'il existe divers courants en didactique des langues secondes et étrangères, comme les approches traditionnelles, directes, behavioristes, communicatives (incluant l'immersion) et radicales, l'approche qui convient le mieux s'inscrit dans le courant radical qui permet de respecter la culture et les valeurs de l'apprenant.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de visites sur la page 390
EAN13 9782296701632
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pour un enseignement efficace des langues aux Autochtones
Pierre DEMERS
Pour un enseignement efficace des langues aux Autochtones
Le paradigme radical en didactique des langues secondes et étrangères (L2)
Préface de Ghislain Picard
L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12190-4 EAN : 9782296121904
À mes ancêtres amérindiens, européens et asiatiques qui, malgré les distances physique et culturelle, se sont un jour rencontrés et aimés, et à Sébastien, Frédéric, Shanrika, Aydan et Avigaïl, mes descendants…
REMERCIEMENTS 1 Je remercie tous les étudiants à qui j’ai enseigné le français, l’anglais ou la didactique des langues un peu partout au Canada de même qu’en Chine. Je remercie aussi mes étudiants autochtones et, plu s spécifiquement, mesdames Christine Coonishish Mattawashish et Laurie Ann Mianscum Brien ainsi que messieurs Matthew 23 Loon et John Wapachee, mesBush Peoplede Mistissinidont l’émerveillement et le désir d’apprendre m’ont forcé à tenter de répondre à leurs attentes souvent en renouvelant mes techniques d’enseignement. Je remercie aussi les professeurs de L2 que j’ai contribué à former un peu partout au Canada et ailleurs, et don t les questions m’ont inspiré. Je remercie également madame France Pelletier, conseillère pédagogique à la Commission scolaire crie, Chisasibi (Québec) et madame Alice Allain, professeure à laSt Thomas University, Fredericton (NouveauBrunswick), de leurs lecture, écoute, suggestions, commentaires et corrections. Leur expertise dans le domaine et le fait qu’elles viennent toutes les deux de sociétés 4 minoritaires, la première, une fière Brayonne et la deuxième, une fière Acadienne, les rendaient particulièrement ouvertes aux réalités autochtones et au paradigme radical en didactique des langues. Je remercie enfin monsieur Ghislain Picard, chef de s Premières Nations du Québec et du Labrador, qui a bien voulu écrire la préface du livre. 1 Le genre masculin épicène est utilisé pour alléger le texte. 2 Des gens qui sont nés et ont passé une bonne partie de leur vie dans la forêt boréale, loin de la culture occidentale. 3  La communauté crie la plus orientale du Québec et, par conséquent, de l’Amérique du Nord. 4  Les Brayons sont des francophones qui habitent le nordouest du Nouveau Brunswick, à la frontière du Québec et du Maine, co mmunément appelé la République du Madawaska.