Qu'apporte à l'homme, d'hier et d'aujourd'hui, la dimension collective de la mise en spectacle de la parole ?

-

Livres
5 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 4
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Qu'apporte à l'homme, d'hier et d'aujourd'hui, la dimension collective de la mise en spectacle de la parole ? (fiche - Terminale Pro - BAC PRO)
Objectifs : Cerner les relations entre la parole et le groupe. Comprendre ce que la parole peut produire sur un co llectif et inversement. Dès l'Antiquité, la dimension collective est prise en compte dans la mise en scène de la parole. Lepublicest uneunité constituée de composantes variées, quel que soit le contexte (représentation théâtrale, émission télévi sée ou discours politique). Il forme donc uncollectifà qui l'on s'adresse.
À ce titre, il va pouvoir dégager unepensée commune, chercher à se divertir, s'informer, s'émouvoir, s'identifier et comparer la mise en spectacle de la parole avec ce qu'il vit au même moment. Il peut aussi être l'o bjet de manipulation à titre collectif. 1. L'utilisation de la parole a. Une invention grecque Dans l'Antiquité, les Grecs sont les premiers à réfléchir au pouvoir de la parole, que ce soit dans les forums, les agoras ou sur les scènes théâtrales.
La parole permet les joutes verbales : c'est ainsi que l'éloquencedevient unart. Apparaît alors larhétorique, cet art de discourir, où l'on utilise le langage comme un outil de persuasion, puis lessophistes(« Maître de rhétorique et de philosophie qui [enseigne] l'art de parler en public, [et] les moye ns de l'emporter sur son adversaire e dans une discussion […] », définition duPetit Robert). Ainsi, depuis les sophistes (5 siècle av. J.C.), le discours peut s'étudier comme une véritablescience.
Exemple :Le Gorgias, dePlaton), dans, est un dialogue sur l'art oratoire (la rhétorique lequel s'affrontent Socrate (philosophe), et trois rhéteurs. À travers le personnage de Socrate, Platon s'oppose aux sophistes qui ont fait de la rhétorique un instrument du pouvoir sans valeur morale. Pour les sophistes, maîtriser le discours permet de convaincre sur n'importe quel sujet.