Le rugby expliqué à mon fils

-

Livres
113 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À la veille d'un grand match de rugby que Gareth s'apprête à jouer, son fils Dimitri, âgé de sept ans, lui révèle, au moment de se coucher, qu'il a peur que ses parents se séparent. Face à cette angoisse, Gareth va tenter de le rassurer. C'est alors qu'il parle de son sport, des valeurs fondamentales qui le rendent unique à ses yeux. Insistant sur le sens du collectif, de l'engagement, de la discipline, Gareth, le temps d'une nuit, va révéler ce que le rugby a d'essentiel et de précieux dans l'art de rester lié.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2012
Nombre de lectures 16
EAN13 9782296498549
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Le rugby
expliqué à mon fils
ou
L’art de rester lié

© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-96554-6
EAN : 9782296965546

Christophe Schaeffer



Le rugby
expliqué à mon fils
ou
L’art de rester lié

Avec les illustrations de Hugo Schaeffer

















L’Harmattan

Du même auteur

De la réparation,
« Analysecomparative et transversale:
psychologie et écologie», Paris,
L’Harmattan, 2011.
La vague et la falaise,
« Élogede la passivité», dialogue avec
Marie-Jeanne Lemal, Bruxelles, coédition
Mols–Desclée de Brouwer, 2010.
La séparation à l’œuvre,
« Figureset expressions dans le domaine
de la littérature », Paris, L’Harmattan, 2010.
Les Méditations protophysiques, Paris,
Librécrit, 2008.
De la séparation, Paris, L’Harmattan, 2007.
Recherches sur la séparation
onto-chrono-cosmologique, Lille, ANRT, 2007.
Fecha, Paris, Saint-Germain-des-Prés, 1990.




















À mon ami Xavier.
« La finalité n’est pas de gagner,
mais de se connaître. »
Jonny Wilkinson



1
À l’échauffement


GARETH– Tu ne dors pas encore ?
DIMITRI– Je n’y arrive pas. Je suis trop excité !
G. – Il est tard. Il faut dormir maintenant…
D. – Dis papa ?
G. – Quoi ?

D. – Tu as peur pour demain ?

G. – Un peu. Oui.
D. – Peur comment ?
G. – Peurcomme quelqu’un qui sait qu’il a un
rendezvous très important !
D. – Tu crois que vous allez gagner ?
G. – Et toi, qu’est-ce que tu en dis ?
D. – J’en suis sûr et certain !
G. – On verra bien…
D. – On parie ?
G. – On dort surtout !
D. – C’est à quelle heure le match déjà ?
G. – Vingt et une heure…

9

D. – Et toi, tu vas aller dormir maintenant ?
G. – Je vais essayer, mais je suis un peu comme toi…
D. – Quoi ?
G. – Trop excité !
D. – Ah, tu vois ! C’est impossible…

G. – Il faut quand même essayer.
D. – Tu te rends compte si vous êtes champions !
G. – C’estloin d’être fait, mon garçon… Il y en a
d’autres en face qui veulent la même chose que nous.
C’est la finale !
D. – Oui, ça c’est sûr…
G. – Allez un bisou et…
D. – Dis papa ?
G. – Quoi encore ?
D. – À quel âge tu as commencé le rugby ?
G. – Pourquoi me poses-tu cette question ?
D. – C’est pour savoir, comme ça…
G. – À peu près à ton âge. Vers sept ou huit ans.

D. – Et tu jouais déjà demi de mêlée ?

G. – Non,pas encore. À cet âge, on joue à tous les
postes…
D. – Tu connaissais déjà les règles du jeu ?
G. – Disons l’essentiel…
D. – C’est quoi l’essentiel ?
G. – Ehbien, que le rugby est un sport collectif qui se

1

0

joue à deux équipes de quinze joueurs et que le ballon
est ovale…
D. – Etmême que pour gagner, il faut marquer des
essais !
G. – Voilà.Je savais qu’il fallait aplatir le ballon dans
l’en-but de l’adversaire qui se trouve derrière les
poteaux et que ça valait cinq points. Je savais aussi que
c’était très différent du football…
D. – Parce qu’il n’y a pas de gardien de but !
G. – Oui. Mais surtout, on a le droit d’utiliser les mains
pour jouer au rugby !
D. – Ah oui… Et on n’a pas le droit de faire des passes
en-avant.
G. – Exactement ! On a le droit de faire une passe à un
autre joueur de son équipe que vers l’arrière ou
latéralement, c’est-à-dire dans toutes les directions sauf
vers l’avant.
D. – Et aussi, on a le droit d’envoyer le ballon entre les
poteaux avec le pied !
G. – Quand l’arbitre siffle une faute, oui. C’est un coup
de pied de pénalité et ça vaut combien de points ?
D. – Trois points !
G. – Ehbien, comme moi, tu connais maintenant
l’essentiel des règles !
D. – Moi, je serai comme toi, demi de mêlée !
G. – Allez, bonne nuit Dimitri…

D. – Bonne nuit, papa !

G. – Demain, il faut être en pleine forme !

1

1