Les Experts de la Police technique et scientifique

-

Livres
39 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les séries télévisées nous présentent leurs spécialistes sous le nom d'« experts ». Cette appellation médiatique cache une réalité complexe et un ensemble de métiers très différents. Leur but ? Trouver sur une scène d'infraction puis analyser en laboratoire tous les indices, même les plus infimes, qui pourront être utiles à la justice, et identifier les personnes impliquées. Ce livre raconte l'histoire et l'évolution de cette police, ainsi que le quotidien des hommes qui l'incarnent, enquêteurs et scientifiques à la recherche de la vérité.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782843681882
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LES COLLECTIONS DU CITOYENDÉFENSE
Lesexpertsde la police technique et scientifique
Ouvrage collectif Texte : Henri de Lestapis
16, rue de Marignan – 75008 Paris Téléphone 01 53 83 95 78 – Fax 01 53 75 36 80 contact@nane-editions.fr www.nane-editions.fr
Sommaire
Prologue. Une affaire parmi d'autres
D'hier à aujourd'hui
De la scène d'infraction … jusqu'aux laboratoires Devenir expert de la PTS La PTS de demain
Lexique
Collections Adresses utiles
Prologue
UNE AFFAIRE PARMI D'AUTRES
Lorsque les ampoules parlent… ne nuit de week-end, dans l’ouest de la France. Une petite berline accidentée est retrouvée dans un fossé. La U passagère est décédée. Son compagnon, le conducteur , est grièvement blessé. Les policiers arrivés sur les lieux constatent qu’une voiture de forte cylindrée a percuté l’arrière droit de l’auto du jeune couple . Mais ils ne relèvent aucune trace de freinage sur la route. Ils en déduisent donc que le chauffard ne s’est pas arrêté. Les experts de la police technique et scientifique sont appelés en renfort.
Sur l’auto, ils relèvent d’infimes fragments de peinture, à l’endroit de l’impact. En les analysant ensuite dans leur laboratoire, ils parviennent à cibler précisément la marque, le modèle et l’année de production du véh icule du chauffard. À partir du fichier des immatriculations, les enquêteurs recherchent systématiquement les propriétaires des véhicules correspondants. Quatre mois plus tard, ils parviennent à retrouver l’auteur du délit de fuit e. Celui-ci reconnaît sa présence sur les lieux, mais il déclare que la petite berline roulait tous feux éteints, ce qui ferait porter au conducteur blessé une lourde part de responsabilité dans la mort de son amie…
La police scientifique n’a pas dit son dernier mot. Les experts analysent les ampoules des phares explosés de la berline. Des résidus de filaments sont récupérés et placés sous des microscopes surpuissants. Les experts savent que lorsqu’une ampoule est éteinte, elle est froide. Son filament garde une forme filaire et sa cassur e est nette. À l’inverse, le filament d’une ampoule allumée se dilate et se tord sous la chaleur. La cassure conserve alors une forme en tire-bouchon. Sans aucun doute possible, les experts constatent que le filament est torsadé. La berline roulait bien avec les phares allumés. Le chauffard a menti. Il devra répondre de sa responsabilité dans l’accident qui a conduit à la mort de la jeune femme, à laquelle viennent s’ajouter le délit de fuite, la non-assistance à personne en danger et le poids de son odieux mensonge… D’aprèsNos « Experts », de Frédéric Dupuch, éditions Michel Lafon, 2010
(FRÉDÉRIC DUPUCH A ÉTÉ DIRECTEUR DE L’INPS DE2009 À2017 PUIS CHEF DUSCPTS JUSQU’EN 2018.)
D'hier àaujourd'hui
AUX ORIGINES : ALPHONSE BERTILLON ET EDMOND LOCARD orsque l’on évoque une enquête de police, la première image qui nous vient à l’esprit est celle d’agents traquant L sans relâche les coupables d’un crime. Mais la réalité est plus complexe que cela. Bien sûr, les enquêteurs de la police sont des hommes et des femmes de terrain qui, dans le cadre de la loi, font appel à leur expérience, leur instinct et leur esprit de déduction. Mais la direction qu’ils donnent à leurs enquêtes repose en prem ier lieu sur ce que révèlent les indices d’une scène de crime ou d’infr action. Depuis le début du XXe siècle, les progrès de la science sont tels que les analyses de ces indices livrent d e plus en plus d’informations utiles. Elles exigent donc des connaissances scientifiques de plus en plus pointues. C’est pourquoi la Police technique et scientifique (PTS) a été créée il y a un peu plus de cent ans. Cette activité est spécialisée dans le relevé d’indices sur le terrain, leur analyse en laboratoire et leur classement. Elle a révolutionné la façon de travailler de la police. Aujourd’hui, la PTS apporte les preuves scientifiques complémentaires aux autres indices recueillis par les enquêteurs contribuant à confondre les coupables. On doit son émergence à deux hommes, nés l’un et l’autre au XIXe siècle : Alphonse Bertillon et Edmond Locard. Deux noms devenus légendaires dans la police.
SAVIEZ-VOUS QUE…
Au cours de sa carrière, les fichiers de Bertillon lui ont permis d’identifier 19 620 délinquants.
ALPHONE BERTILLON (1853-1914) lève médiocre à l’école, Alphonse Bertillon abandonne très tôt ses études de médecine. Il débute sa carrière à la É préfecture de police en tant qu’employé de bureau. Il classe des dossiers et rédige des fiches de signalement des personnes arrêtées. C’est en effectuant ce travail qu’il imagine un système d’identification des individus, fondé sur leurs caractéristiques osseuses (identité anthropométrique). Il met en place un système de fichiers des personnes arrêtées, réunissant à chaque fois leurs photos et leurs mesures corporelles : la taille, la longueur des jambes, des bras, l’écartement des yeux… Il ajoute les relevés d’empreintes digitales, une technique venue d’Angleterre. Ces fichiers permettent d’identifier les récidivistes. Les supérieurs de Bertillon sont tout d’abord scept iques face à cette méthode. Mais la hiérarchie se laisse convaincre lo rsqu’en 1902, il parvient pour la première fois à identifier un criminel...