Représentations des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse

-

Livres
316 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Apparue récemment et timidement, la "question" des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse s'est affirmée depuis 2000. Ce livre analyse les représentations des homosexualités et des homosexuels dans trente romans français pour la jeunesse parus entre 1989 et 2003.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2007
Nombre de lectures 246
EAN13 9782296179356
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Représentations des homosexualités
dans le roman français pour la jeunesse

© L'HARMATTA,2007
5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-03848-6
EAN: 9782296038486

RenaudLAGABRIELLE

Représentations des homosexualités
dans le roman français pour lajeunesse

L'Harmattan

Collection Logiques Sociales

Série : Études Culturelles
Dirigée par Bruno Péquignot

Le champ des pratiquesculturelles estdevenu un enjeuessentiel de la
viesociale. Depuis de nombreusesannées se sontdéveloppées des
recherches importantes sur lesagents sociauxetles institutions,
comme sur les politiques qui définissentce champ.Le
mondeanglosaxonutilise pour les désigner l’expressioncultural studies.Cette
série publie desrecherches etdes études réalisées par des praticiens
comme par des chercheurs dans l’espritgénéral de lacollection.
De nombreuxouvrages publiésauraientpu trouver place dans cette
série, on peutrappeler :

MOUCHTOURISAntigone,Sociologiede la culture populaire,2007.
NÉGRIEREmmanuel,Une politiqueculturelle privée enFrance ?,
2006.
THIRY-CHERQUES HermanoRoberto,Modélisationde projets
culturels,2006.
WERNER Jean-François (dir.),Médiasvisuels et femmes enAfrique
de l’Ouest,2005.
ANCEL Pascale,PESSINAlain :Les non-publics.Lesarts en
réceptions(2 vol)Coll.LogiquesSocialesL’Harmattan2004.
BERNIE-BOISSARD C. (sous la:dir. de)Espacesde la culture,
politiquesde l’art .coll.LogiquesSocialesL’Harmattan2000.
LARDELLIER Pasca:l (dir)descultures etdes hommes.Clés
anthropologiques pour lamondialisation.Coll.LogiquesSociales
L’HarmattanParis2005.
MOUCHTOURISAntigone :Sociologiedu public dans lechamp
culturel etartistique.CollLogiquesSocialesL’Harmattan2003.
FILLOUX-VIGREUX Marianne :La danse et l’institution.Genèse et
premiers pasd’une politiquede la danse enFrance 1970-1990.coll.
LogiquesSocialesL’Harmattan2001.
FILLOUX-VIGREUX Marianne :Lapolitiquede la danse.L’exemple
de larégionProvence-Alpes-Côted’Azur. 1970-1990.coll.Logiques
SocialesL’Harmattan2001.
DREYEREmmanuel,LE FLOCH Pat:rick (dir.)Le lecteur.
Approche sociologique,économique et juridique.Coll.Logiques
SocialesL’HarmattanParis2004
HORELLOU-LAFARGE Chantal,SegréMonique :Sociologiede la
lectureColl.RepèresLaDécouverte2003.

Àmes parents

À Christian

Sommaire

Avant-propos ................................................................... 11

Introduction
Les homosexualités dans les romans
pour lajeunesse : étatdes lieuxetenjeux...........13

Corpus..............................................................................35

Chapitre premier
Réflexions narratologiques
etentrées dans les romans ...................................37

1.Le déploiementd’une «voixhomosexuelle ».............39

2.Autorité narrative–Autoritédiscursive :
l’affirmation d’unevoixhomosexuelle ........................... 43
2.1 «Un maximum de présence du4héros » .............................6
2.2.Un monde de référence familier ........................................ 49

3.Stratégiestextuelles des récits
ànarrateurs hétérosexuels................................................ 51
3.1. Des narrateurs etdes narratrices fa51miliers ........................
3.2.Question d’âge ?................................................................52
3.3. Des relations privilégiées .................................................. 54
3.4.Les pièges ducodeaffectif................................................60
3.5.Lareconnaissance de l’amour homosexuel.......................61

4.Les narrateurs etnarratrices homosexuel-le-s :
une «voixplu....................................................rielle » ?67

7

ChapitreII
De l’ombre à lalumière.
Les romans de lasubjectivation ..........................71

1. « Des enfants de lahonte »..........................................73
1.1.L’hétérosexualité obligatoire ou:
les homosexuel-le-sauplacard ................................................73
1.2.Lahaine de soi...................................................................77
1.3.Sissy Boys ?.......................................................................86
1.3.1. Des corpsantinomiques............................................................86
1.3.2. Des corps sous contrôle ............................................................93
1.3.3. Des désirs censurés ...................................................................95
1.3.4. Des désirs indignes.................................................................103
1.3.5. Des exclus de la« maison-des-hommes » ..............................106
1.4.TomGirls ?..................................................................... 110
1.4.1.Les représentations des «corps lesbiens » :
toutes des « camionneuses »? ...........................................................110
1.4.2.Lamise-en-secretde ses désirs...............................................114

2.Le dire–se dire : les « romans ducoming-out»....... 119
2.1. Faire soncoming-out:
une maturation et u1ne décision difficiles................................20
2.2.Laforce de l’amour ......................................................... 125
2.3. «I amwhatI am…» :
les existences gaies etlesbiennes entre honte etfierté ........... 127
2.4.Les réactions de l’entourage familial,
entre reconnaissance etrejet................................................... 132
2.5.Les réactions des pairs hétérosexuels .............................. 141

3.Pourune « esthétique de l’existence » ...................... 147
3.1. «Quand on n’aque l’amour…»..................................... 151
3.1.1.Mamans, papas, etautres formes de partenariatsamoureux...151
3.1.2. «LePas si lentde l’amour » :
les discoursamoureuxjuvéniles homosexuels .................................153

«Eso es elamor…» :Lazo etElyette dansCôted’Azur.................153
«Leventnous portera…» :
Balthazar etThomas dansJ’ai pas sommeil.....................................157
8

« Bésame mucho…» :
Julien etClémentdansTousles garçons et les filles........................ 159
« Can’tTakeMyEyesOffOfyou…» :
Colline etSaradansMacaroncitron................................................161
3.2.Laréappropriation de son corps...................................... 165
3.2.1.Ladouceur des corps entre eux...............................................165
3.2.2.L’amour récompensé :Axel etBenoîtdansSweet homme.....168
3.3.Le jeuavec les genres comme critique de
etrésistanceàlanorme .......................................................... 170

ChapitreIII
«Silence =Mort».
Homosexualités, suicide etsida........................185

1.Homosexualités etsuicide :
Lecahier rougeetH.S.................................................. 187
1.1.Des jeunes modèlesaudouble jeu /dou19ble je.................2
1.2.Le suicide comme conséquence fatale
de l’hétéronorme etde l’homophobie ....................................196
1.3. «Le suicide qui n’ose pas dire son nom » ......................212

2.Homosexualité etsida................................................219
2.1.L’association sida–homosexualité.................................222
2.2.Des corps marqués par lamaladie ...................................226
2.3.Sida=Mort.....................................................................230
2.4.Une maladie dusecretetde lahonte ...............................237
2.5.Lesattitudes des personnages malades
faceàlamaladie etàlamort..................................................242
2.6.Lesattitudes des jeunes protagonistes
faceàlamaladie .....................................................................245
2.7.Lavieaucœur de l’expérience dudeuil..........................249
2.8.Les messages de prévention ............................................256
L’amour enchaussettesou:
un exemple de prévention en milieuscolaire....................................258

9

ChapitreIV
Homoparentalités ..............................................261

1.Les « parentés plu.........................................rielles »265

2.Larhétoriqueanti-homoparentalité ...........................271
2.1.De l’amalgame exhibitionnisme-pédophilie-homosexualité
etde quelquesautres inepties .................................................271
2.2.Des déferlements haineuxetde leursconséquences .......279

3.Lalittérature de jeunesse pourfendeuse
de ladoxahétérosexiste.................................................283
3.1.Un savoir partagé ............................................................283
3.2. «Lamaison dubonheur »...............................................285
3.3. «Toute lafamille se lave les dents »...............................288
3.4. Des enfants épanouis .......................................................288
3.4.Le piège dudidactisme....................................................291

4. De l’engagement........................................................293

Bibliographie .................................................................297

1

0

Avant-propos

Le présent travail est laversion remaniée, et fortement
raccourcie, de mathèse de doctoratréaliséeauDépartement
1
d’Études romanes de l’Université deVienne .Jetiens icià
exprimer mareconnaissanceàmadirectrice dethèse, Birgit
Wagner, etàmaconseillère d’études,Hanna Hacker.
Les employées duCentre deRechercheInternational en
Littérature deJeunesse deParis, duCentre de rechercheLa Joie
par les livresà Paris etdes bibliothèques municipales deNantes
ainsi queJérômeLambert, documentalisteà L’école des loisirs
etauteur du très beauTousles garçons et les fillesparudans
cette même formidable maison d’édition, m’ontapportéune
aide précieuse pour laquelle je les remercie.
Pour l’intérêtetle soutien qu’ils etelles m’ontmontré et
apporté pendantcesannées, jetiens égalementremercier mes
ami-e-s etcollèguesautrichien-ne-s etfrançais-e-s.
Mes parents m’ontaccompagné danstoutes mes décisions,
même quand mavieapris destours imprévus.Sans leur soutien
affectif, intellectuel maisaussi financier, cetravail n’aurait
peut-être pas puêtre réalisé.Je le leur dédie en signe de ma
reconnaissance.J’ai égalementpucompter sur le soutien de ma
sœur etde mon frère.Masœuraen outre effectuéun certain
nombre de recherches pour moi, etje l’en remercie
particulièrement.
Lastbut not least,un merci particulieràChristianZagler, mon
ami,amantetinterlocuteur privilégié.Il étaitàmes côtés quand
estnée l’idée de ce projet, etquand j’yai posé le pointfinal. Ce
travail lui estaussi dédié.

1
RenaudLagabrielle,Sissy Boys etTomGirls ?Représentationsdes
homosexualitésdans les romans français pour lajeunesse.
DissertationzurErlangung desDoktoratgrades derPhilosophieaus
demFachgebietFranzösisch, eingereichtan derGeistes-und
KulturwissenschaftlichenFakultätderUniversität Wien,2005.
11

Introduction

Les homosexualités

dans les romans pour lajeunesse :

étatdes lieuxetenjeux

1

3

« Cequi pose problème n’estpas le désir
homosexuel, c’estlapeur de
l’homosexualité;il fautexpliquer
pourquoi le seul motdéclenche les fuites et
2
les haines. »

«Il leur fautdes livres qui les choquent un peu, des livres
puissants[…], qui leur fassentprendre conscience de leur importance,
de l’importance de leur cœur etde l’importance de chacun de leurs
mots[…] Donnez-leur des livres qui les nourrissent[…]Qu’ilsaient
des livres qui leur donnentle monde.Pas seulementdes ouvrages dans
lesquels on se marie, on gagne de l’argent, dans lesquels les gentils
triomphent, dans lesquels les hommesaimentdes femmes etles
femmes des hommes.Non. Donnez-leur des livres oùles garçons
aimentdes garçons ets’interrogent.Des livres oùdes fillesaimentdes
3
filles.Des livres oùl’on n’estpascoincé. »

Cette supplique de labibliothécaire ducollège dans
le roman pour lajeunesseLafille mosaïquedeRégine
Detambelaurait-elle été entendue par lesécrivain-e-s
français-es pour lajeunesse etleurs éditeurs etéditrices ?
Force estentoutcas de constater qu’àpartir de l’année
2000,unanaprès laparution de ce livre, le nombre de
romans pour lajeunesse dans lesquels il estquestion
4
d’homosexualitéa augmenté de manièretoutàfait

2
HOCQUENGHEM2000:23
3
DETAMBEL1999 :34
4
Lesthomoseermes «xu« homoseel »,xuoelle »u« lesbienne »
désignentdans le cadre de cetouvrageun/e individu/e éprouvantdu
désir pourun/e individu/e de même sexhomosee, «xualitle désiré »
pourun/e individu/e de même sexe. «Hétérosexueel »t
« hétérosexuelle » désignentquantàeux un/e individu/e éprouvantdu
désir pourun/e individu/e de sexe opposé et« hétérosexualitleé »
désir pourun/e individu/e de sexe opposé.Signalonstoutefois que
ces notions sontcomprises dansuneapproche constructionniste,
c’està-dire qu’elles ne sontpasconsidérées commeanhistoriques ni
universelles.Pourune histoire de l’« homosexualité »masculine, je
15

sensible :alors qu’entre 1989,année de parution deCôte
d’Azurde CathyBernheim, premier roman français pour
lajeunesse dans lequel l’homosexualité estnon seulement
évoquée, mais constitue lethème central, et1999, seuls
douze romans dans lesquels il estquestion des
homosexualités ontété publiés, dix-huitromans ont vule
jour entre2000et 2003.Sitrente romans peuventparaître
un nombre important,celane représentetoutefois qu’une
infime partie de lamyriade desœuvres destinéesàla
jeunesse qui paraissentpar centaines chaqueannée :
l’homosexualité resteaujourd’hui considérée dans le
domaine de lalittérature de lajeunesse commeun sujet
difficile, dérangeant voiretabou,aumêmetitre que le
5
suicide ouladrogue par exemple .
Les romans ducorpus, comme nombre de romans
destinésàlajeunesse publiés cesvingtdernièresannées,
n’ontcertes plus grand-choseàvoiravec les ouvrages
édifiants qui ontlongtemps caractérisé les productions
spécifiquementadresséesauxenfants
etauxadolescent-es, etils participentde lacomplexité etde ladiversité,
thématiquesautantqu’esthétiques, qui caractérisent
6
aujourd’hui lalittérature jeunesse ,littératureaucœur de
laquelle s’affirme désormais l’espritcritique des jeunes
protagonistes dans leurs questionnements
d’eux/elles7
mêmes etdumonde qui les entoure .De même, les
spécialistes contemporain-e-s de lalittérature jeunesse

renvoie notammentàFOUCAULT1976,HALPERIN2003,2002a,
2002b et 2000b,TAMAGNE2001;sur l’histoire des lesbiennes etdu
lesbianisme,voir par exempleBONNET1995,FADERMAN1990et
TAMAGNE2001.Quantàlaconstruction historique de
l’« hétérosexualité »,voirKATZ 2001 etTIN2003a
(«Hétérosexisme ») et 2003b.
5
Cf.aussiCOURSAUD2003:297
6
Cf. notammentESCARPIT1981;ESCARPIT/VAGNÉ-LEBAS
1988;GOURÉVITCH1998;THALER/JEAN-BART2002
7
Cf. en particulierOTTEVAERE-VAN PRAAG1996et1999
16

considèrentmajoritairementl’accompagnementdes
jeunes dans laconstruction de leur personnalité, dans la
meilleure compréhension d’eux/d’elles-mêmes etdes
mondes dans lesquels ils etellesviventcomme l’un des
objectifs premiers–outre celui de développer l’aptitude et
le plaisir des enfants etdesadolescent-e-sàlalecture–de
8
cette littérature .
Le faible nombre de romans dans lequels sont
abordées les homosexualitésamènetoutefoisàpenser que
le développementintellectuel, psychologique etaffectif
que lalittérature pour lajeunesse contemporaine se donne
pour objectif d’accompagner reste limitéàlanormalité,
c’est-à-dire en ce qui concerne notre sujetà
l’hétérosexualité.Lalittérature jeunesse participeainsi
largementaujourd’hui encore de laconstruction etde la
reproduction de la« matrice hétérosexuelle »telle que l’a
définieJudithButler :

« cette grille d’intelligibilité culturelle qui naturalise les corps, les
genres etles désirs […Il s’agitde] caractériserun modèle
discursif/épistémique hégémonique d’intelligibilité dugenre;dans ce
modèle, l’existence d’un sexe stable estprésumée nécessaireàce que
les corps fassentcorps etaient un sens,un sexe stabletraduisible en
un genre stable (le masculintraduitle mâle, le féminintraduitla
femelle) etqui soitdéfini commeune opposition hiérarchique parun
9
service obligatoire : l’hétérosexualité. »

8
Cf.THALER/JEAN-BART2002
9
BUTLER2005 :66. «Genre »désigne les qualités psychologiques
etsociales qu’une cultureattribue,ausein de lalogique binaire dans
laquelle sontpensés les sexes, les genres etles sexualités,ausexe
biologique d’un individu.Loin d’êtreanhistoriques et universelles, les
normes qui régulentce qui estperçuet vécucomme « masculin » ou
« féminin »reposentsurune entreprise séculaire de naturalisation et
de réification de ces schèmes de pensée.J.Butler démontre, dans son
travail de déconstruction de laprétendue ontologie dusexe, que le
« masculin » comme le « féminin » ne sontpas des données naturelles,
mais des effets d’institutions etde pratiques discursives.Butler
souligne le caractère performatif dugenre :ce qu’il estconvenu
17

Notons qu’un personnage lesbien de l’un des
romans ducorpus,Hélène dansH.S.(Isabelle Chaillou,
2003), reproche justementàlalittérature pour lajeunesse
son caractère hétéronormatif, lafaisantapparaître comme
une de ces «technologies de genre »analysées parTeresa
deLauretis. Cette dernière démontre dans des réflexions
qui pourraientêtre déplacéesvers laquestion des
sexualités que les représentations dugenre sontle produit
de ce qu’elleappelle des «technologies de genre »,
c’està-dire l’ensemble des discours circulantdansune société,
ducinémaetde lalittératureauxdiscours institutionnels
en passantpar les pratiques quotidiennes etdontla
sempiternelle réitérationapour effetde produire les
représentations culturelles dugenre, représentations
intériorisées par les individus quiacquièrentpar làleur
statutde sujet« homme »/« femme »ausein de la
matrice hétérosexuelle, participantdès lorsàleurtour de
ces représentations. «Laconstruction dugenre est tout
autantproduitque processus de sareprésentation »
explique deLauretis, soulignantpar làle double
mouvementconsubstantiel entre les constructions sociales
10
etles représentations subjectives dugenre .Ainsi,àla
suite d’un cours d’éducation sexuelle dontl’animateur et

d’appeler « masculin » et« féminin » sontdes identifications régulées
par des pratiques culturelles, par de « multiples fictions régulatrices du
sexe etdu(genre »BUTLER20015 :09);laconstruction, la
perception etlevécudugenre passentpartout un ensemble de gestes,
de signes, de codes continûmentrépétés, d’oùl’illusion de leur origine
naturelle, pré-discursive.Le genre est, selonButller, «astylisation
répétée des corps,une série d’actes répétésàl’intérieur d’un cadre
régulateur des plus rigides, desactes qui se figentavec letemps de
telle sorte qu’ils finissentpar produire l’apparence delasubstance,un
genre naturel de l’être » (Ibid.: 109s.).Je renvoie iciàl’ensemble de
Troubledans le genre(BUTLER2005).

10
Cf. deLAURETIS1996.Citation p.63
18

l’animatrice ne se sontadressés qu’àceuxetcelles
qu’Hélèneappelle les «Normaux-Sexuels,
lesCœursGrenadine-Sexuels, lesReproducto-Sexuels »,ignorant
par làmême ceuxetcelles qui éprouventdes sentiments
qui n’entrentpas dans le cadre excluantde l’hétéronorme,
l’adolescente se plaint:

«Ils nous ontexpliqué pourquoi les garçons etles filles se plaisentet
se sourient, pourquoi dans les contes,“ils eurent tous beaucoup
d’enfants”…» (35)

Le personnage d’Hélèneaquinzeansaudébutdu
troisième millénaire.SiHélèneavaitétéun individu
« réel »,elleauraitpeut-être suqu’il existaitdéjà àcette
dateun certain nombre de récits destinésàlajeunesse
dans lesquels les homosexualités sontabordées.Encore
aurait-il falluqu’elle sache oùs’adresser pour lestrouver,
etqu’elle fasse preuve d’une certaine dose de courage
pour se renseigner sur ces récits qui pour certains offrent
11
des représentations positives des homosexualités .
Laparutiontardive deCôte d’Azurde même que le
nombre restreintdes romans parus jusqu’à aujourd’hui
s’explique notammentpar lacensure qui pèse encore sur
les publications destinéesàlajeunesse.J’ignore s’il s’agit
d’un hasard mais le faitestqueCôte d’Azur, s’il estpublié
dansune collection jeunesse, ne porte pas lamention «Loi
n° 49-956du16-07-1949 sur les publications destinéesà
lajeumennesse »,tion légalementaccoléeàtoutroman
pour lajeunesse.Cette loi du16juillet1949,toujours en
vigueur, stipule que les publications destinéesàla
jeunesse

11
Lapartie de mathèse consacréeaurôle des médiateurs et
médiatrices de lalittérature jeunesseaété enlevée pour
cetteversionlivre.J’yrenvoie les lecteurs etlectrices intéressé-e-s.
19

« nedoiventcomporteraucune illustration,aucun récit,aucune
chronique,aucune rubrique,aucune insertion présentantsousun jour
favorable le banditisme, le mensonge, levol, laparesse, lalâcheté, la
haine, ladébauche ou tous lesactes qualifiés de crime oudélits oude
12
natureàdémoraliser l’enfance oulajeunesse. »

Cette loiavule jour dans le contexte français
d’aprèsguerre marqué parune profonde homophobieausein
d’une politique familialiste.Il s’agissaitalors de protéger
l’enfance contre l’homosexualité, criminalisée dans laloi
vichyste de 1942comme «actes impudiques etcontre
nature »,etde prévenir le développementd’une sexualité
considérée commeun fléau.Comme le rappellePierre
Albertini, le contexte profondémenthomophobe de
l’époquimprégne «adurablementl’essentiel des élites
françaises et une partie non négligeable dumonde
enseignant», médiateur privilégié des livres destinésàla
jeunesse.Il suffitd’ailleurs d’observer les dates de
parution desœuvres ducorpus etde rappeler que
l’homosexualitéadûattendre enFrance 1981 pour ne plus
être reconnue comme maladie mentale et1982pour être
13
dépénalisée pour prendre conscience que
l’homosexualité entraitjusqu’alors dans le domaine de la
« débauche » oudes «actes qualifiés de crimes etdélits »
etne devaitdonc êtretraitée dans desœuvres destinéesà
un jeune public.Encore moins si elle devaitêtre
représentée commevécue positivementpar les
personnages, ce qui l’auraitassimiléeàune présentation
14
« sousun jour favorable ».Lacensure encore sévère
parfois etles croisades entreprises par certaines
associations de «défense de lajeunesse »àl’encontre de

12
Je remercieMoniqueHennequin duCRILJdeParis de m’avoir fait
parvenirun documentportantsur cette loi, d’oùestextraite lacitation.
13
Cf.ALBERTINI2003b :181-184.Citation p. 181;MARTEL
2000:726s.
14
VoiraussiCHEVAUX 2003: 81; PIERRAT 2003: 102
20

15
certains livres sontd’ailleurs làpour nous rappeler que
malgré lapublication entre 1989 et 2003detrentetitres
qui parlentdes homosexualités (sans compter les livres
traduits), celaresteun sujetqui dérange etdéplaîtà
certain-e-s quiy voient unetentative de pervertir la
jeunesse.Ilauradonc fallulavolonté etle courage de
quelques éditeurs etéditrices français-es–notamment
16
GenevièveBrisac de l’École des loisirs–pour permettre,
dès le débutdesannées 1990,àcertain-e-s écrivain-e-s
jeunesse de publier desœuvres dans lesquelles il est
question d’homosexualité.
Comme l’explique notammentGenevièveBrisac,
un certain nombre de prescripteurs etprescriptrices,
parents,auteur-e-s, éditeurs etéditrices etc., continuentde
penser que des romans quiabordentl’homosexualité
pourraientinfluencer négativement –car il s’agitbien de
quelque chose de négatifaux yeuxde ces personnes–les
choixsexuels des jeunes lecteurs etdes jeunes lectrices,
17
c’est-à-dire les « inciter »àdevenir homosexuel-le-s .Le
spectre duprosélytisme n’estjamais loin dès que

15
En 1998 par exemple, l’association familialiste catholiqueLes
Relais pour lavieaorganiséuneaction pour interdire ladiffusion des
livres deL’école des loisirs en milieuscolaire, lesaccusantd’être des
« livres pour enfants scandaleuxavec des scènes de pornographie, de
pédophilie, d’homosexualité, deviolence » (Cf.VENNER1998).Sur
l’amalgame encore fréquententre homosexualité, pédophilie et
pornographie, cf.TEBOUL2003.IsabelleChaillouaquantàelle dû
modifier lafin deH.S.sous lapression de son éditrice,Caroline
Westberg.Laphrase finale duroman, «J’ai posé mes lèvres sur les
siennes », quiauraitrenduexplicite l’amour entre deuxadolescentes,a
ainsi été remplacée par «J’ai pris samain dans lamienne »…(Cf.
http://www.univ-
lille3.fr/www/ufr/jeunet/selections/comite/articles/chaillou3.htm [avril
2003]).
16
Voir ses déclarations inBRISAC1999,DESCOMBES2001 et
HALLEY1998.
17
Cf.BRISAC1999
21

surgissentdes questions liées à l’homosexualité, etce
18
d’autantplus lorsqu’il estquestion de lajeunesse .
Derrière detelles réactions etlatimiditéavec
laquelle sontpubliés des romans destinésàlajeunesse
dans lesquels il estquestion d’homosexualitéapparaissent
19
l’homophobie etl’hétérosexisme qui, malgré l’évolution
des mentalités dans lasociété française ces dernières
années, continuentde régir lapensée sur les sexualités,
pensée encore largementhiérarchisée ethiérarchisante,
l’homosexualité étantaujourd’hui certes considérée par la
plupartcommeune sexualité légitime, mais encore

18
Cf.TIN2003a(«Prosélytisme »)
19
Par «hétérosexisme »ou« héton enéronorme »,tendun système
culturelausein duquel les sexualités sontpensées de manière
hiérarchique ethiérarchisante, l’hétérosexualité étantconsidérée et
promue comme laseule sexualité légitime. Ausein de la« pensée
straight» (WITTIG2001), ce système de domination, «principe de
vision etde division dumonde social » (TIN2003b : 132), les sexes,
les genres etleurs relations sontconsidérés comme naturels,
antinomiques etcomplémentaires.Sur ces questions, je renvoie
notammentàBUTLER2005,DORAIS1999,TIN2003a
(«Hétérosexeisme »)t 2003b, etWITTIG2001.L’« homophobie »
peutici être définie de manière globale comme « l’attitude d’hostilité
àl’égard des homosexuels, hommes oufemmes » (BORRILLO2000:
3).Apparurécemment, leterme « lesbophobie » permetd’élargir,tout
en laspécifiant, lanotion d’homophobie de manièreàmettre en relief
l’aversion oulahaineàl’égard des lesbiennes (Cf. GÉRARD2003).
EricFassinaproposé de distinguer entre «homophobie »et
« hétérosexisme » : «L’usageactuel hésite en effetentre deuxnotions
fortdifférentes.Lapremière entend laphobie dans l’homophobie : il
s’agitdurejetdes homosexuels, etde l’homosexualité.Nous sommes
dans le registre, individuel, d’une psychologie.Lasecondevoitdans
l’homophobieun hétérosexisme : il s’agitcette fois de l’inégalité des
sexualités.Lahiérarchie entre hétérosexualité ethomosexualité
renvoie donc plutôtauregistre, collectif, de l’(idéologie »FASSIN
2002:24s.).Aussi intéressante soit-elle, cette distinction présente
cependantl’inconvénientde faire plus oumoins oublier larelation
d’interdépendance qui existe entre lastigmatisation homophobe etla
discrimination hétérosexiste, qui se nourrissentmutuellement.
22

20
inférieure à l’hétérosexualité .LePacs,voté en 1999,
donton peutse demanderau vuducorpus quelle
influence ilapuavoir sur les publications, estàcetégard
révélateur.Signe manifeste de l’évolution des mentalitésà
l’égard de l’homosexualité etdes homosexuel-le-s, cette
loi continue cependantde faire des homosexuel-le-s des
21
« citoyen(ne)s de secondezone ».Les débatsautour de
cette loi ontmontré lapersistance de lapensée
hétérosexiste etontété le cadre dudéveloppementd’une
rhétorique homophobe nouvelle particulièrement
22
violente .

Si lavisibilité croissante des homosexuel-le-s et
l’évolution des mentalités peuventcertesaideraujourd’hui
les jeunes homosexuel-le-sà accepter plus facilementleur
homosexualité etàl’envisager d’une manière heureuse, il
n’en reste pas moins que ladécouverte de sasexualité
« différente »continue d’être difficilevoire douloureuse
pour bon nombre d’entre eux/elles.Lesadolescent-e-s qui
prennentconscience de leur homosexualité ont
aujourd’hui des lignes d’écoute etdesassociations qui
peuventles soutenir dans ladécouverte etl’acceptation de
leurs désirs.Il existe égalementdes livres-documentaires
etdes films dontl’homosexualitéàl’adolescence estle
23
thème central .Néanmoins, laviolence de
l’hétérosexisme etde l’homophobie reste entière et
continue de peser sur le développementpsychologique des
jeunes qui découvrentleur homosexualité.De même bien
évidemmentque sur celui des individus qui se définissent

20
Cf. notammentTIN2003a(«Hétérosexisme »).GayleRubin
proposeun diagramme dusystème de stratification etde
hiérarchisation des sexualités : cf.RUBIN2001 : 87s.
21
Cf.LE BITOUX/CHEVAUX/PROTH 2003
22
Cf.TIN2002a;TIN2003a,IX-XVI
23
Je renvoieàlabibliographie et àlafilmographie en fin d’ouvrage.
23

24
comme «hétérosexu. Des enqels »uêtes réalisées
auprès d’adolescent-e-s montrentégalementque si la
plupartsontd’accord pour dire que leur génération est
plus «tolérantqe »ue celle de leurs parents, certains
préjugés ontlavie dure, notammenten ce qui concerne la
question de laparentalité homosexuelle, etque lasociété
actuelle ne permetpas devivre ouvertementson
25
homosexualité .

C’estauplustard ici qu’apparaîtl’importance de
romans destinésàun public de jeunes lecteurs etde jeunes
lectrices dans lesquels il estquestion d’homosexualités.
L’un des rôles fondamentauxde lalittérature de jeunesse,
on l’adit, esten effetd’accompagner l’enfantet/ou
l’adolescent-e dans ladécouverte etle développementde
soi, de sapersonnalité etde son identité.De mieuxse
connaître etse comprendre donc, maisaussi de mieux
connaître etcomprendre le monde qui l’entoure etdans
lequel il/elle granditetévolue.Les spécialistes de la
littérature, notammentpour lajeunesse, soulignenten effet
le rôle d’étayage que lalittérature peutjouer dans la
construction de soi des jeunes lecteurs etdes jeunes
lectrices.Dans sonarticle «Pourquoi lesadolescents
26
devraient,-ils lire ? »Annie-FranceBelaval insiste sur ce
rôle de soutien, d’accompagnementdesadolescent-e-s que
peutrevêtir lalittérature, en particulier celle qui leur est
spécifiquementdestinée, dans lapériode detransition que
représente l’adolescence, période de mutation
psychologique etsociale particulièrementchargée
d’interrogations, d’angoisses, de conflits intérieurs etde

24
Cf.WELZER-LANG1994;GENTAZ1994;RYAN/FRAPPIER
1994
25
Cf.SCIENCESET VIEJUNIOR2001;LESCLÉSDE
L’ACTUALITÉ2003
26
Cf.BELAVAL1994
24

27
conflitsavec le monde extérieur .En proposantaux
lecteurs etauxlectrices des personnages quivivent, dans
un monde de fiction, des expériences semblablesaux
leurs, en évoquantdes questionnements, des doutes, des
émotions qui leur sontplus oumoins familiers, les romans
pour lajeunesse, en particulier les romans « réalistes » ou
« roma», offrenns miroirstauxlecteurs etauxlectrices
des possibilités souventsalutaires de partager ces
questionnements etces émotions etpar làmême peuvent
lesaiderày voir plus clair,àprendre durecul etainsià
diminuer etàdominer lesangoisses que génèrentsouvent
ces interrogations sur soi etle monde.Les expériences,
dontlaproximitéavec la« réalitles fé »aitapparaître
comme des reflets de cette « réalité », partagées lors de la
lectureavec les protagonistes des romans doté-e-s la
plupartdu temps d’un fortpouvoir identificatoire, peuvent
amener les lecteurs etles lectricesàse reconnaître et
partantàmieuxse connaître, c’est-à-direàmettre dusens
sur soi etle monde,à«accord(er) des petitestouches de
28
sens »àce qu’ils etelles pensent, ressententet vivent, et
ceavecune distance qui rend ces identifications moins
29
aliénantes .
Proposeràdesadolescent-e-s des figures
d’identification dans des romans peutainsi lesaider non
seulementàtrouver des repères, repères dontils etelles
sontcruellementàlarecherche, mais égalementàéveiller
en eux/elles le sentimentqu’ils etelles ne sontpas les
seul-e-sàvivre ce qu’ils etellesvivent.Annie-France
Belaval insiste sur cetaspect, qui prendàmon sensune
dimension particulière quand il s’agitd’adolescent-e-s qui
ontouprennentconscience de leur homosexualité.De fait,
cette prise de conscience se faitsouventsans repères ou

27
Cf.aussiPETIT2003
28
LOOCK 2002: 116
29
Cf.aussiTALPIN2003:7s.

2

5

modèles, etelle signifie dans lamajorité des cas, comme
nousaurons maintes fois l’occasion de levoir,une
solitude profonde. Découvrir, ne serait-ce dansun premier
temps que par lalecture de romans, par procuration pour
ainsi dire, que d’autresadolescent-e-s éprouventeuxet
ellesaussi des désirs pour des personnes de même sexe,
maisaussi découvrir lamanière dontcesadolescent-e-s,
aussi fictifs soient-ils/elles,viventetgèrentleur situation,
ne pourraqu’aider les lecteurs etles lectricesàréfléchirà
leur propre situation età, on peutl’espérer entoutcas,
l’appréhender d’une façon plus sereine etheureuse.
Comme le souligne l’anthropologueMichèlePetit:

« mêmeauxplus meurtris, quelquefoisun récit,une métaphore
poétique, peuventoffrirun écho de leur propre situation, sousune
formetransposée.Un écho de ce qui se passe dans des régions de soi
30
qui ne peuventpas se dire […] »

Les récits, offrantparfois les seuls modèles
accessiblesauxjeunes,apparaissentalors comme des
31
« pourvoyeurs de modèles de comportement» qui
pourrontsoutenir les lecteurs etlectrices dans la
construction de leur personnalité.En proposantdes figures
d’identification qui mettentdes mots sur les événements et
les émotions qu’ellesviventetressentent, ces récits
peuventamener les lecteurs etles lectricesàmettre leurs
propres mots sur leurs propres sentiments.Une mise en
mots qui pourrapeut-être pendrevaleur de légitimation de
sentiments etde désirs le plus souvent vécus dans lahonte.
Le psychologueJean-MarcTalpin insiste sur cette
fonction de légitimation de lalittérature :

30
PETIT2003:31
31
BELAVAL1994 : 16

2

6

«[le livre] rend légitimeauconscientdusujetcertains fantasmes qui
jusqu’alors étaientfrappés d’interditetceci parce que le lecteur
découvre qu’il n’estpas le seulàpenserainsi »,

ajoutant:

«Lalecture correspond donc bienàune sociabilité, non seulementà
une sociabilité effective (échange de livres, cadeaux, discussions
autour des livres), maisaussiàune sociabilitévirtuelle, en puissance,
avec des figuresabsentes,voire imaginaires.Le niveaude lamise en
représentation, de l’appui pour l’activité de symbolisation, estsans
32
doute le plus fondamental. »

Des récits peuventainsi encourageràdécouvrir des
possibilités, des horizons considérés jusqu’alors comme
inenvisageables, «àdépasser le réel etdécouvrir qu’il
33
n’estqu’unaspectdupossible ».Ce dépassementpeut
prendre laforme d’une échappéeaussi salutaire que
temporaire.Les livres, leur lecture peuventde faitse
présenter commeun lieud’évasion des conflits quotidiens,
comme «un lieu,untemps oùreprendre son souffle, oùse
reconstruireun peu, oùse ressourcer.Oùébaucherune
34
autre représentation de soi ».A.-F.Belaval souligneainsi
en conclusion de sonarticle que :

«Les livresaidentàtrouver les mots qui donnentsensàce qui est
vécuetle recul nécessaire.Ils permettentde joueravec les émotions
de manièreàles dominer.Parfois les mots contribuentàne pas mettre
enœuvre laviolence contre lesautres (bagarre,viol, meurtre…) ou
contre soi (drogue, suicide…).Les livres invitentàimaginer d’autres
solutions,à atteindre lasortie du tunnel.Les livres peuventouvrir des
horizons nouveaux.Les héros peuventêtre des compagnons de route,
desamis imaginaires, des modèles d’identification etdesaidesàune
35
sublimation réussie. »

32
TALPIN2003:7
33
BELAVAL1994 : 14
34
PETIT2003:32
35
BELAVAL1994 :19.On retrouve cette idée de protection de soi
dansPETIT2004 :34 et 36
27

36
L’effet«thérapeutiqupoe »ur ne pas dire cathartique que
peutavoir lalecture de certains romans sur les jeunes
homosexuel-le-sapparaîtdonc de manière évidenteàcette
période de leurvie oùbien souvent, ils etelles nevivent
leur homosexualité que dans l’angoisse etlahonte.En
renvoyant un écho de ce qui estindicible, enapportantde
lalumière sur ce qui pour soi estparfois encore obscur et
entoutcasvécudans l’obscurité, lalittérature pourraiten
effetaccompagner etsoutenir les jeunes lecteurs et
lectrices homosexuel-le-s dans laprise de conscience et
l’acceptation de leur homosexualité, proposer des réponses
àleurs doutes.

L’importance de romans dans lesquels sontnarrées
des histoires de personnages homosexuels se conçoit
égalementlorsque l’on setournevers les lecteurs etles
lectrices qui s’identifientcomme hétérosexuel-le-s.Àune
périodeaussitroublante que l’adolescence, oùlaquestion
de l’identité sexuelle estcentrale, lamise en récitde
questions liéesàl’homosexualité, etàl’homophobie,
devraiten effetpouvoir encourager les réflexions sur les
représentations de soi, sur sesvaleurs, etsur le rôle que
jouentl’homosexualité etl’homophobie dans ces
représentations etcesvaleurs.Pour emprunterune
nouvelle fois les mots deMichèlePetit, on peutespérer
que ces récits pourraientleur servir d’appui pour
« déconstruire peurs etinterdits »etpouraccéderà« des
37
univers éla.rgis »

Enfin, proposeràdes enfants des récits dans
lesquels il estquestion d’homosexualité devraitleur

36
deSINGLY1993: 154
37
PETIT2003:35

2

8

permettre de découvrir des modesaffectifs etdes modes
devie diversauxquels ils etelles ne manquerontpas
d’être confronté-e-s, qu’il s’agisse de leur propre
développementsexuel oude personnes de leur entourage.
Laconstruction etl’intériorisation des schèmes de pensée
liéesaugenre etàlasexualitéayantlieudès les premiers
temps de l’existence, il serait toutàfaitsouhaitable
d’amener les enfants, etce dès leur plus jeuneâge,à
découvrir etàreconnaître ladiversité des êtres.Une
entreprise dans laquelle les livres pour enfants peuvent
jouerun rôle de choixentransmettantdesvaleurs de
respectd’autrui, participantainsi de laconstruction des
représentations de soi etde l’autreausein desquelles ces
valeurs de respectauraient une place centrale.

Il s’agitdonc dans le présent travail detenter de
répondreàlaquestionamenée par les réflexions
développéesàl’instant: les romans pour lajeunesse
analysés peuvent-ils répondreauxattentes poséesàl’égard
des publications romanesques destinéesàun jeune
public ?Ces romans pourraient-ilsaider les jeunes qui
prennentconscience de leur homosexualitéàl’accepter
commeune forme de désir etdevieaussi légitime que
l’hétérosexualité etles encourageràenvisager leur
sexualité dansune perspective heureuse ?Quantaux
lecteurs etauxlectrices qui se définissentcomme
hétérosexuel-le-s, pourront-ils/ellestrouver dans ces récits
des réflexions qui lesamèneraientàremettre en question
leur proprevision d’eux/elles-mêmes, de laplace de
l’homosexualité etde l’homophobie dans leur image
d’eux/elles-mêmes etdans leur système devaleurs ?Les
représentations des homosexualités, des personnages
homosexuels sont-elles diversifiées, reflètent-elles la
diversité des expériences etdes réalités gaies et
lesbiennes ?Oubien sont-ellesaucontraire enfermées

2

9

dans des schèmes de pensée stéréotypés ?
Qu’apprennent-ellesauxlecteurs etauxlectrices sur
l’hétérosexisme etl’homophobie etsur le rôle joué par ces
racismes sexuels dans laconstruction etle développement
psychologique etsocial des individus ?Quels messages,
quels enrichissements les jeunes lecteurs etles jeunes
lectrices pourraient-ils/ellestirer de ces représentations ?

Lesanalyses des romans que je propose, «analyses
textuelles de faits culturels » pour reprendre laformule de
38
BirgitWase signer ,tuent, soucieuses de répondreaux
exigences des études gaies etlesbiennes elles-mêmes
39
ancrées dans lescultural studies, dansuneapproche
transdisciplinaire, les connaissances issues de la
sociologie, de l’histoire, de laphilosophie etde la
psychologie s’enrichissantmutuellementetnourrissant
d’enjeuxnouveauxl’outil plus proprementlittéraire que
représente lanarratologie dontj’exploite certains
instruments pourappréhender lestextes.

Lesanalysestextuelles duprésentouvrage sont
organisées en quatre grands chapitres.Aprèsun premier
chapitre consacréàdes réflexions d’ordre narratologique
etauxpremières présentations des personnages des
romans, j’analyse dans le chapitreIIlafaçon dontestmis
en récitle long cheminementde laconstruction des
subjectivités gaies etlesbiennes entreassujettissementet
resubjectivation, c’est-à-dire lamanière dontestsignifiée
lapossibilité, etl’importance, de créer, de construire son
identité de gai oude lesbienneàpartir de l’identité
40
assignée par l’ordre dominant.Les chapitres suivants

38
WAGNER2006b : 139
39
Cf.ERIBON2003(«Études gays etlesbiennes »)
40
JudithButler souligneàlasuite notammentdestravauxdeMichel
Foucaultle double processus que recouvre l’assujettissement,àlafois
30

sont quantàeuxdédiésàdes questions plus spécifiques,
mais indissociables de celles développées dans le
chapitreII:toujours sous forme declose readings, j’y
analyse les questions dusuicide etdusida ainsi que les
représentations des homoparentalitéstelles qu’elles sont
mises en récitdans certains romans.

J’aimerais pour finir souligner l’une des
motivations qui m’ontpousséàréaliser cetravail :le
souhait, profond, que ce dernier puisse servir d’outil
pédagogiqueauxenseignant-e-s, que ceux/celles-ci le
concoiventeten fassent usage commeun instrumentqui
leur permette d’aborder dans leurs classes les questions
41
liéesàl’homosexualité, etàl’homophobie .Cetravail est
doncuntravail engagé, qui seveutentreautres fidèleà
cette réflexion deJean-LouisBory,autrefois lui-même
enseignant:

«Onaime comme on découvre qu’on peutaimer :personne n’ale
droitde juger cetamour, quel qu’il soit.Encore moins de le dénaturer
oude le condamner.Toutce qu’on peutfaire pourunautre, c’est
l’aideràdécouvrir quel estcetamour,àl’accepter,àle faire
reconnaître etfaireaccepter.C’estmêmeun des devoirs de
42
l’éducateur. »

subordination des sujets etproduction de ces mêmes sujets (Cf.
BUTLER2002, notamment 21-61).DidierEribon définitquantàlui
le processus de subjectivation oude «resubjectivatlecomme «ion »
mouvementqui mène de l’assujettissementàlaréinvention de soi.
C’est-à-dire de lasubjectivité façonnée par l’ordre socialàla
subjectivité choisie » (ERIBON1999 :22).
41
Sur l’importance etles possibilités d’aborder ces questions en
milieuscolaire,voirCLAUZARD2002ainsi que le site
http://www.homoedu.com.On pourraégalementconsulter le film
documentaire «It’sElementary.Parler de l’homosexualitéàl’école »
(1996).
42
BORY1977: 129
31