Diamond Spirit

-

Livres
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis la disparition de Diamond, son poney adoré, Jess ne veut plus monter à cheval. Mais d'autres chevaux vont entrer dans sa vie et lui redonner le goût de vivre. Un grand roman d'aventures et d'amitié dans le fascinant bush australien.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 septembre 2013
Nombre de visites sur la page 104
EAN13 9782215126614
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0056 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Àparaître :
Diamond Spirit : La Promesse de la Pierre de Lune
Diamond Spirit (Diamond Spirit 1) Copyright © Karen Wood 2011 First published by Allen & Unwin (83 Alexander Street, Crows Nest NSW 2065, Australia) in 2011
À Shara Alisye, Jessica Tara, Jessica Rose et Jody Grace.
Vous aurez toujours une place dans mon cœur.
1
– Alors, Diamond, tu vas enfin pouvoir te reposer ! Jess passa une brosse souple sur les flancs de Diamo nd pour les faire briller. Le poney était en excellente santé. – Toi et Rocko allez pouvoir vous goinfrer pendant trois semaines ! Jess troqua sa brosse contre un peigne et entreprit de démêler l’épaisse queue noire de Diamond. La 1 croupe du poney Appaloosa était marbrée et tachetée de pois, et trois diaman ts argentés ornaient son arrière-train comme des étoiles filantes. Son téléphone vibra dans la poche de son jean. Shara : Coucou ! Jess sourit et leva les yeux vers le chemin en haut duquel Shara l’attendait. Elle donna quelques derniers coups de peigne à la queue, puis tira sur la bride du poney attachée à la barrière. Shara était sa grande copine, sa meilleure amie, et les deux jeunes filles venaient de vivre une brillante saison au poney-club, en concourant aux jeux montés en duo. Elles avaient consacré tous leurs week-ends à sauter sur la croupe de leurs chevaux pour en redescendre en bondissant, à frapper dans des ballons, à se faufiler dans des hula-hoops et à s’élancer dans des courses en sac pendant que leurs poneys les suivaient au petit galop. Elles s’étaient follement amusées, et avaient remporté des tas de rubans et de trophées, dont une seconde place aux championnats régionaux, mais à présent, leurs poneys allaient prendre une pause bien méritée sur les berges verdoyantes de la rivière. Jess monta avec aisance sur Diamond, à cru, et remonta l’allée au trot. Le petit poney hennit en débouchant sur la route. Non loin de là, un cheval lui répondit d’un long appel guttural. – Saaaa-luuuut ! s’écria Shara. 2 Elle fit un signe de la main dès qu’elle apparut, au détour d’un virage, sur Rocko, sonquarter horse trapu à la robe chocolat : un vrai cas désespéré qu’elle avait acquis pour trois fois rien dans une braderie locale. Elle portait un short et son vieux casque noir recouvert d’autocollants équestres. Ses 3 longues couettes blondes ressortaient de part et d’autre de son visage rond. Hex, son croisé dingo , et Pétunia, son chien de berger à moitié aveugle, la suivaient. Les animaux de Shara formaient une équipe étonnante de rebuts malodorants et mal élevés, mais elle les adorait tous. Ils ne la lâchaient pas d’une semelle. – Prête à prendre des vacances, Diamond ? demanda Shara, en se penchant pour caresser l’encolure sable du poney. Tu as pris ton mini-bikini ? – Et aussi ses lunettes de soleil et son autobronzant, s’amusa Jess. Je vais devenir folle, sans la monter pendant trois semaines. Je me demande ce que je vais faire de mon temps. – Pareil ! approuva Shara. Elles quittèrent la route pour prendre une piste herbeuse qui se faufilait entre deux propriétés, et bifurquèrent vers un sentier battu, le long du premier des nombreux embranchements de la rivière. La Coachwood traversait la vallée comme un long serpentin flanqué de pâturages verts et plats. Les rivages étaient libres d’accès, mais quand les ferm iers laissaient paître leur bétail dans les prés verdoyants, ils installaient des clôtures électriques temporaires. – Je me disais qu’on pourrait passer les trois prochaines semaines à construire un terrain d’exercice dans le coin, proposa Shara. Avec son tracteur, papa pourrait sortir des bûches de la rivière. – Ça serait sympa, dit Jess, son regard s’illuminant à cette idée. Il y en a plein d’autres du côté de la scierie. On pourrait les empiler pour fabriquer des obstacles. Ça ne dérangerait personne. – Et je vais aussi faire un gigantesque nettoyage dans ma sellerie, trier tout mon équipement, et ranger la grange à foin, annonça Shara. Je vais tout préparer pour les vacances. Elle baissa la tête en guidant Rocko vers les arbres alignés en bordure de la rivière. – Moi aussi, grommela Jess. Sa remise ressemblait à un champ de bataille. Elle allait devoir louer un
bulldozer et une équipe de secours spécialisée dans les catastrophes naturelles pour la remettre en ordre. – Je vais peut-être devoir réviser un peu aussi, reprit Shara sur un ton qui se voulait léger. J’ai décidé d’envoyer un dossier de candidature au lycée de Canningdale. – Un dossier pour aller où ? – À Canningdale. C’est la seule école d’Australie où on étudie les sciences animales dès la seconde. – Jamais entendu parler, dit Jess, les sourcils froncés. Où est-ce ? 4 – En Nouvelle-Galles du Sud . Shara donna des coups de talon dans le flanc de Rocko en lui indiquant un passage peu profond dans la rivière. – En Nouvelle-Galles du Sud ? s’écria Jess. Pourquoi veux-tu aller là-bas ? C’est moche ! Elle laissa Diamond s’arrêter à côté de Rocko, le temps de boire de l’eau fraîche. Shara sourit. – C’est là-bas que vont tous les vétos de demain, Jessy ! – Et il y fait un froid de canard ! – Alors, tricote-moi des chaussettes. – Mais c’est trop loin, dit Jess, en évoquant enfin ce qui la chagrinait réellement. Que comptes-tu faire ? Partir vivre là-bas ? – Je resterais à l’internat, mais je rentrerais pendant les vacances. – Quoi ? hurla Jess d’une voix étranglée. Déménager ? – Doucement, il faut d’abord qu’on m’accorde une bourse, précisa Shara. Pour l’instant, ce n’est qu’un projet. – Tu reviendrais tous les week-ends ? – Non, trop loin. Shara rassembla les rênes dans une main alors que Rocko sortait les naseaux de l’eau. – Finis les jeux montés ? Finie l’équitation ? C’était presque impensable. – J’emmènerais Rocko avec moi. C’est une école agricole. Jess resta sans voix. Depuis toujours, les jeux montés étaient leur vie. Elles ne parlaient que de ça, ne pensaient qu’à ça, ne faisaient que ça. Elle avait cru que ça ne changerait jamais. – Oh, Jessy, ne prends pas cet air dévasté, s’écria Shara. – Je le suis. Enfin, pas vraiment, non, je suis contente pour toi, mais – Jess s’efforça de rire – avec qui vais-je traîner à l’école ? Avec qui vais-je monter à cheval ? Ses questions lui parurent idiotes et égoïstes. – Tu sais, c’est tout à fait possible que je ne sois pas admise. C’est difficile de décrocher une bourse d’études. Il faudrait que je sois, disons, dans les cinq meilleures du pays. Sinon, ma mère et mon père ne pourront pas m’offrir ces études. Shara guida Rocko vers le pâturage vert qui s’ouvrait à eux. – La route est longue avant que j’y entre. Tandis que Jess chevauchait à côté d’elle, ses pensées s’entrechoquaient. Shara appartenait aux meilleurs de la classe sans avoir besoin de faire beaucoup d’efforts, mais était-elle pour autant l’un des 5 cinq plus gros « cerveaux » de tout Queensland ? – Il faudrait que tu sois une super grosse tête un peu allumée, dit-elle. – C’est sûr, approuva Shara. Il ne faut pas trop y compter, j’imagine. – Tu serais bien avec un stéthoscope autour du cou, quand même, plaisanta Jess pour apporter une touche de légèreté à la conversation. – Tu crois ? gloussa Shara en tendant les bras devant elle. Moi, j’aime assez les gants en latex ! – Remontés jusqu’aux aisselles, alors, conseilla Jess. Shara rapprocha Rocko de Diamond, et, après un drôle de petit ajustement, elle sautilla pour retomber à genoux et s’accroupir comme une grenouille sur son dos. Alors, elle bondit et surgit près de Jess, sur Diamond. Puis elle enroula ses bras autour de son amie et la serra de toutes ses forces. – Je vais te manquer ? Jess la repoussa en lui donnant des coups de coude, sauta pour s’accroupir à son tour, et bondit avant