New-York-sur-Mer

-

Livres
138 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je crois que New York, que la ville de New York, invite celui ou celle qui la parcourt à se tenir dans le présent, sur l'extrême pointe ou tout du moins sur la pointe du présent. Il en va ainsi de tous les voyages, me direz-vous, mais pour New York, c'est peut-être encore plus manifeste et réel. Je m'explique: si vous êtes sensible, alors c'est un peu comme une bombe ou en tout cas quelque chose de très puissant et de renversant qui vous explose à la figure, lorsque vous découvrez la ville pour la toute première fois. Durant les jours qui suivent, des images vous poursuivent, la foule, le métro, Central Park, les boroughs (les quartiers), la verticalité et parfois la taille démesurée que peuvent atteindre, sans crier gare, les gratte-ciel qui vous entourent et vous cernent parfois... Bref, vous êtes une barque, un tout petit esquif, et pour survivre dans cet océan de bruit, de mouvements, de lumières et d'éclats – qui n'a plus rien d'atlantique pour ce qui nous intéresse –, il vous faut écoper en effet, retrouver votre calme. Si ce carnet de voyage, écrit quasiment sur le vif, relate un séjour new-yorkais de J.-M. Delthil en 2009, il n'offre aucune considération touristique. Car ce qui importe ici, ce sont moins les hauts lieux, les monuments et leur histoire, que la confrontation d'un homme à une cité démesurée, labyrinthique, tour à tour familière et insaisissable. De là le caractère éminemment intimiste d'un récit qui nous promène, avec un recul empreint de sensibilité et de sensitivité, sur une Grosse Pomme où émerveillement, perte de soi et retour à soi se tutoient.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 septembre 2013
Nombre de visites sur la page 17
EAN13 9782342012279
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
New-York-sur-Mer
Du même auteur
D’incroyables oiseaux, éditions Thélès, 2006
De vives joies, éditions Publibook, 2010
L’Avion et le papillon, éditions Publibook, 2010
Les Papillons de mer, éditions Publibook, 2010
Penche-toi donc un peu vers moi, éditions Publibook, 2011
Rouge blanc rose, éditions Publibook, 2012
Jean-Marie Delthil New-York-sur-Mer
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118951.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
À mon frère Gérard, fidèle et premier relecteur.
Liminaire J’ai ce souvenir précis d’avoir répondu à un ami, un jour, comme ça, à Grenoble sur le bord d’un trottoir, sans prendre garde, un peu bêtement et hâtivement : « Musho-toku ! ». Il m’avait en effet, avant que je me rende en voyage à New York, demandé ce que j’allais bien y faire – quelle était la raison pour laquelle j’avais pris la décision de sau-ter l’Atlantique pour passer quelque temps sur cette Grosse Pommeque tant de gens connaissent ? « Mushotoku ! » lui avais-je donc répondu, aussi vite que l’éclair. Selon le bouddhisme Zen, cela peut se tra-duire au sujet d’une action par : sans but personnel, sans objectif particulier. C’est un peu rude, un peu abrupt je vous le concède, en matière de justification ou bien même de réponse. Cela ne répondait tout bonnement en rien aux interrogations de cet ami, ni même aux miennes d’ailleurs… J’ose espérer qu’au fil des pages de ce petit ouvrage que vous avez entre les mains, vous puissiez découvrir les quelques raisons simples et profondes qui finalement justi-fièrent ce voyage.
Jean-Marie Delthil. Bonny-Sur-Loire, le 14 février 2013.
9