La séparation

-

Livres
120 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans le style "n'zassa" (mélange de conte, chant et récit") qui a fait sa notoriété, Charles Nokan nous livre, dans ce roman traversé par la mort, l'histoire d'une amitié profonde que rien n'aurait dû rompre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 133
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
a séparaton
1
2
Cares NOKAN De ’Académîe des scîences, des arts, des cutures d’Arîque et des dîasporas arîcaînes (ASCAD)
La séparation
01 BP 1807 Abîdjan 01 fratmat.edîtîons@fratmat.înfo Républîque de Côte d’Ivoîre
3
Du même éditeur
- Dégou Bay,Épître aux gens d’Adjoufou,roman, 2010, 208 p.
- Cares Nokan,Yassoî reusa ’orange mûre de Nîanga, roman, 2010, 256 p.
e - Maurce Bandaman,e Is de-a-emme-mâeédton,, 2 conte romanesque, 2013, 208 p. (Grand PrX ttérare d’Arque nore 1993).
- Tburce Koî,’amour est un grand peur, nouvees, 2013, 208 p.
- Maurce Bandaman,ou a guerre des Gaous’État Z’héros , roman, 2016, 288 p.
- Tmté Bassor,Autour d’un pat d’atchèkè, nouvees, 2017, 176 p.
- Werewere-kng,es chants romans. À a recherche de… Occîdentsuv deOrphée Darîc, cants romans, 2018, 122 p.
© Frat Mat Édîtîons, 2018 ISBN : 978-2-84948-243-8 Tous droîts réservés pour tous pays.
4
Pour mon épouse, mes enants, petîts-enants, arrîère-petîts-enants et nos camarades.
En souvenîr de Konan Aya, ma Ie. Aya, tu as rejoînt assez prématurément Konan Wa Konan Gabrîe dans es denses et proondes ténèbres de a terre. Un jour, peut-être très proche, devenu des graîns de sabe, à vous, je me mêeraî. Au revoîr, ma Ie trop tôt brîsée par e destîn !
En mémoîre du ort en thème, mon cousîn, Aphonse Koi Dîbî, troptôt dîsparu, Mîe oîs héas !
5
À a mémoîre de ma sœur Konan Aman.
Pour Maryse Condé.
6
À a mémore de Konan Wa Konan Gabre
Un jour, Abo, mon Is, tu nous as quîttés après avoîr répandu e roîd en nous, et a trîstesse a saîsî nos cœurs.
Je me souvîens de toî, et ma pensée se noîe dans e brouîard, et je n’arrîve pas à savoîr ce que je peux aîre de mon être.
Je demeureraî aînsî jusqu’à ce que a mort me ponge dans ’înconscîence totae.
Tant que nous, tes parents, contînuerons à respîrer, tu vîvras en nous ; orsque nous mourrons, enéant nous avaera comme toî.
7
Voîcî quatre ans que e destîn t’a puvérîsé, et a méancoîe étreînt encore mon cœur. De savoîr que tu n’as pas savouré ongtemps es mangues de a vîe me rend trîste. Je ne sens presque pus e jour ; àprésent, une nuît dense rôde autour de moî. Abo, comme m’est dououreuse ta pongée précoce dans e sîence înInî ! Je n’arrîve pas à sortîr de a syve ténébreuse. Peut-être n’y aura-t-î pus de chemîn quî me mène à a savane caîre. Abo, je m’adresse à toî tout en sachant que tu ne peux maîntenant nî me voîr nî m’entendre. Mon dîre est vaîn ; a aîbesse humaîne m’entrane à te parer absurdement.
8
a vîe est mouvement, conscîence, rythme, sonorîté, a mort înertîe, ténèbres et sîence absous.
orsque a bourrasque souLera es lammes întérîeures de tous tes parents, et que, émîettés, ceux-cî devîendront des graîns de sabe, ton souvenîr sera cacîné.
e eu de ta mémoîre se trouve encore en mon esprît. Quand ce dernîer s’éteîndra, je seraî enseveî chez nous, àYamoussoko, maîs mes cendres coueront dans a terre pour se mêer à toî en Abîdjan.
Mon Is, tu n’as pu parcourîr une ongue dîstance aIn d’égayer durabement notre voyage et de déguster suisamment a papaye de ’exîstence, héas!
9