Waïyyendi m
128 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Waïyyendi m'a tuer*

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
128 pages
Français

Description

Ce premier roman dresse le tableau, tour à tour transparent et translucide à en être aveuglant, du voyage au bout de la folie, dans un combat judiciaire et justicier contre plus fortes parties que lui, de Karbala-El Phénoméno. Combat qui tourne à la lutte à mort, pour restaurer son honneur, au péril de sa raison. Dans une écriture aux scansions parfois hypnotiques, ‘‘Waïyyendi m’a tuer’’ fait la part belle à l’onirisme, dans un style gourmand de mots et de créations métaphoriques inspirées du wolof ; avec un goût prononcé pour le troussage de la langue.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 janvier 2021
Nombre de lectures 121
EAN13 9782957367900
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Ousseynou Nar Gueye
Waïyyendi m’a tuer * roman
Edîtîons Presqu’e ettrÈe
©Edîtîons Presqu’e ettrÈe, 2021 ïSBN : 978-2-9573679-0-0
NÈ en 1972 à YaoundÈ au Cameroun, pays dans eque son père Ètaît bîjoutîer et consu onoraîre du SÈnÈga, Ousseynou Nar Gueye a grandî dans a vîe de Douaa jusqu’au baccaaurÈat ; î vît et travaîe depuîs 30 ans à Dakar.
ïngÈnîeur de projets, expert en proprîÈtÈ înteectuee, Èdîtorîaîste et communîcant, î est tîtuaîre d’un DESS en Reatîons întercuturees optîon poîtîques cuturees înternatîonaes obtenu en 1999 a ’unîversîtÈ Parîs ïïï-Sorbonne Nouvee, d’un certîIcat du Centre de Formatîon Judîcîaîre de Dakar en contentîeux de a proprîÈtÈ înteectuee, d’un certîIcat en ormuatîon de projets obtenu à HEC MontrÈa et d’un certîIcat en Ècrîture de scÈnarîî de Ims obtenu avec e Arîcan Scrîpt Deveopment Fund, à HararÈ, au ZîmbabwÈ. ï est ondateur-Èdîteur du sîte d’înormatîon Tract.sn, Genera manager d’Axes & Cîbes Com SAR et pubîe rÈguîèrement des trîbunes dans Jeune Arîque.
Auparavant, î a ÈtÈ, notamment, dîrecteur de ’Aîance rançaîse de Saînt-ouîs du SÈnÈga ; dîrecteur adjoînt du dÈpartement cuture de ’Ong GorÈe ïnstîtute, expert de ’organîsatîon des producteurs ponograpîques du SÈnÈga, a Cîpeps, assocîatîon membre du Conseî Natîona du Patronat du SÈnÈga, exerçant pendant sept ans dans ’îndustrîe musîcae (YNHO S.A) ; dîrecteur de a stratÈgîe et du dÈveoppement de ’Agence de Presse SÈnÈgaaîse ; conseîer tecnîque au cabînet du mînîstre sÈnÈgaaîs de a Communîcatîon et des TÈÈcommunîcatîons, porte-paroe du gouvernement ; et Senîor catayst de ’încubateur CTïC Dakar. Pendant cînq ans, î a aussî travaîÈ à ’ïnstîtut Arîcaîn de Management (ïAM) de Dakar, à dîfÈrents postes, dont e dernîer Ètaît ceuî de Conseîer SpÈcîa Senîor du PDG. Ousseynou Nar Gueye a pubîÈ sa premîère nouvee dans e cadre du concours mondîa «3 eures pour Ècrîre», organîsÈ par ’assocîatîon rançaîse J.Presse en 1999, se cassant troîsîème de a sÈectîon «Françaîs angue Ètrangère». e tème du concours, îdentîque pour tous, Ètaît «a queue à a cabîne».
Pour Maam-Ouz, Anas G. et Vanessa D.
‘‘Aa n’est pas obîgÈ d’être juste dans toutes ses coses îcî-bas…’’ Amadou Kourouma
‘‘Boo yèwoo, yèèma’’ (Quand tu auras ouvert es yeux, tu me rÈveîeras) Sagesse popuaîre woo
‘‘Kou îmm, dîoumm’’ (Cîtatîon vaut omîssîon) Proverbe woo
‘‘Quî prÈcède e couteau dans son ourreau, ne doît poînt s’Ètonner d’être ÈgorgÈ comme un vî pourceau’’ Proverbe possîbement woo
1
1
Wayyendî m’a tuer *
Avec es aîts, pus on aît bre et mîeux c’est. Seue vaaît a peîne d’être contÈe ’îstoîre, c’est-à-dîre ’îstoîre derrîère es aîts. Même sî tout ne peut être racontÈ ; car, tout ne se pourra poînt jamaîs dîre. Voîcî donc ’îstoîre. Ou comment, d’E PÈnomÈno, ’omme atout-er, e vî-argent à tout aîre de Wayyendî et compagnîe, î est devenu Karbaa, e dÈsormaîs Fou du Vîage. C’est Wayyendî, une oîs qu’î ’eut recrutÈ et vîte testÈ, quî baptîsa Karbaa du surnom d’E PÈnomÈno. En ommage sourîant à a capacîtÈ de conseî de Karbaa, à a quaîtÈ de son caame et à ses prÈdîsposîtîons à utîîser des armes non conventîonnees dans e combat pour a juste rÈtrîbutîon des cutîvateurs du camp des cants, quî prÈoccupaît ’înternatîona Wayyendî, pour ce quî Ètaît du vaste terraîn vague qu’Ètaît e camp des cants de Nîttîe. Maîs cea, ce patronyme E PÈnomÈno, qu’avaît mÈrîtÈ-ÈrîtÈ Karbaa, c’Ètaît avant. Cea, c’Ètaît e passÈ.
Wayyendî m’a tuer *
1
2
Wayyendî Ètaît e grand patron de Karbaa et Guneyyî, sa sœur, quî dîrîgeaît ses deux socîÈtÈs opÈrant dans e camp des cants ternaîres, Ètaît sa dÈÈgataîre de pouvoîr auprès de Karbaa. eurs deux bureaux Ètaîent attenants, au deuxîème et dernîer Ètage de Eutt-Kèf-Kîpp, e domaîne atîundîaîre quî abrîtaît es deux socîÈtÈs. C’Ètaît une ruce quî grouîaît d’un personne majorîtaîrement Èmînîn. Cee avec quî Karbaa travaîeraît beaucoup et coaboreraît souvent Ètaît a rouge d’oreîes CÈîne Patassîer, vîve et courte sur pattes, acnÈîque et au teînt oîvâtre quoîque bonde, toujours sourîante à a manîère d’un personne navîgant de cabîne de compagnîe aÈrîenne, quî Ètaît cargÈe du contrôe de a conormîtÈ des îvres de comptes. Dans ’Ècosystème du camp des cants ternaîres, î y avaît aussî ceux que Karbaa avaît ÈtÈ cargÈ de rÈquemment entreprendre, pour arrîver à suscîter, au-deà des rîvaîtÈs arcaques entre producteurs de cants ternaîres du camp nîttîen, a mîse sur pîed d’un coectî commun de dÈense de eurs întÈrêts. ï y avaît Baaboune KatÈ, dreadoqueteux quî dans un temps ancîen, Ètaît ceuî avaît e premîer aît venîr canter Wayyendî en Toubabîe, devant un pubîc de compatrîotes d’abord, puîs devant un pubîc de moîns en moîns basanÈ, à auteur que montaît a renommÈe de Wayyendî. Baaboune KatÈ Ètaît assez ostîe aux travaux d’approce et de rapprocement de Karbaa, car î gardaît en travers de a gorge et entre es dents serrÈes a rancune de ce que Wayyendî, tôt et sîtôt e succès venu, ’Ècarta comme împresarîo. Pourtant, e coectî de producteurs de cants ternaîres Inîraît bîen par se crÈer, à a orce du poîgnet, grâce à a productîvîtÈ du caame et du aît de a capacîtÈ de mîse en verve des dÈcamateurs et porte-Ètendards de a cause que savaît Ècaauder Karbaa, d’une
1
3
Wayyendî m’a tuer *
part ; à a orce du carîsme rassembeur et à ’efacement tout en dîpomatîe de Wayyendî pour ce quî Ètaît de prÈtendre aux avant-postes onorîIques du coectî de producteurs. Baaboune KatÈ en ut nommÈ-Èu prÈsîdent, et Guneyyî, Èue-nommÈe vîce-prÈsîdente. Karbaa en restaît ’expert attîtrÈ, consutÈ pour tous es coups d’ÈpÈe à porter et es coups de Jarnac à parer, dans cette aute œuvre d’înstauratîon et de protectîon rÈmunÈrÈe à juste prîx des droîts des producteurs de cants ternaîres du camp des sons de Nîttîe. ï arrîva, quand Karbaa eut quîttÈ, en dÈpît de son peîn grÈ, Wayyendî et Eutt – Kef-Kîpp, que Baaboune KatÈ ’Èbergea et ’assocîa à son actîvîtÈ, dans es mêmes ocaux où î avaît gîte, personne et bureaux, e aîsant admînîstrateur de son Gondwana-Fest. Maîs on n’en Ètaît pas encore à. Cea survîendraît sîx ans pus tard. ï y avaît aussî e îbano-Syrîen Boobou-e-Naar, à a barbe râpeuse qu’î caressaît souvent comme pour se demander comment après avoîr ancÈ tant de carrîères de cansonnîers d’envergure natîonae, et même mondîae, a sîenne propre n’arrîvaît pas à dÈcoer, e cantonnant au mÈtîer de rÈparateur de cordes de guîtares et d’înstaateur d’enceîntes de sonorîsatîon. EnIn, personnage notabe de a vîe quotîdîenne de Karbaa, dont î Ètaît e voîsîn abîtant à queques pâtÈs de son appartement, î y avaît Akîbou Hann, quî partageaît sa passîon pour es cants ternaîres maîs aussî bînaîres, et pour es gazettes à caame, d’înormatîon ou de dîvertîssement. Car Karbaa avaît es pîeds entre ces deux mondes. Wayyendî Ètaît son seîgneur et suzeraîn pour ce quî est du camp des cants ternaîres, et a bee mauresque aonassîs Ètaît sa rÈgente pour ce quî Ètaît de ‘‘Fîtt-a Fèce’’, a gazette que Karbaa dîrîgeaît, au seîn de Kom-Kom Communîcatîon, entreprîse de oîcuaîres de gazettes d’înormatîon et de bobardîers de statîon-radîo, dont Wayyendî Ètaît un actîonnaîre entousîaste.
Wayyendî m’a tuer *
1
4
O, î y avaît bîen eu e temps de ’amour et de ’amîtîÈ. ï y avaît eu a rencontre, au sîèce Inîssant, quand Karbaa s’en Ètaît revenu de ses Ètudes de Toubabîe. uî aussî y avaît ÈtÈ apprendre ’art de vaîncre sans convaîncre, a scîence de convaîncre souvent, sans avoîr toujours raîson. ï s’en Ètaît donc aÈ montrer, à un Wayyendî perpexe que cea pût vraîment exîster en Nîttîe, que uî Karbaa, pouvaît manîer mîeux que quîconque son caame de mots, savaît battre bîen et ort son tama, son tam-tam d’aîssee, aIn que ’on entende bîen ce que Wayyendî pensaît et dîsaît, depuîs ongtemps, sur a proprîÈtÈ de ’ïnteect et de ’apaîsement des Afects dans e Camp des Cants ternaîres de Bîdeukk, e nÈgrîtîque Nîttîe.
ï Ètaît dÈcrÈtÈ en aut îeu que a proprîÈtÈ, c’Ètaît e vo. Kadd, e grand Fromager avaît comprîs avant tous, au I de ses pÈrÈgrînatîons mondîaes, que non, a proprîÈtÈ ne pouvaît être e vo ; a proprîÈtÈ Ètaît e dÈbut de a cîvîîsatîon.
Quand î reçut à ses pîeds Karbaa, en prÈsence de Guneyyî, sa sœur et aors son seu bras armÈ dans e Camp des Cants, Wayyendî, grand Kadd-romager ’avaît ÈcoutÈ, puîs avaît dît : - Tu es e premîer, en ce Camp des Cants ternaîres du pays de Nîttîe, quî me dÈcrît aussî bîen que je ’aî comprîs, que a proprîÈtÈ est a oî quî seue peut onder une socîÈtÈ et cîvîîser es rapports entre nous, entre Nîtts. Je te e dîs, ma conIance, je ne ’accorde pas acîement. Cependant, je vaîs te donner ta cance, pour me prouver tes dîres.
Ouî, î y avaît bîen eu e temps de ’amour, de ’amîtîÈ et de a conIance. - Je ne te connaîs poînt. Maîs tu m’întÈresses. Nous aons travaîer ensembe. Je ne saîs pas encore comment, uî avaît dît e grand Kadd, e romager gÈant du Camp des Cants à rytme ternaîre.
1
5
Wayyendî m’a tuer *
ï y avaît eu e pacte sceÈ quand e doux Rouge d’Oreîes BarnabÈ eroux arrîva de Wayyendîdun, une vîe du centre de a Toubabîe au nom drôatîquement omonyme de Wayyendî, et s’en vînt joîndre eurs deux maîns, à Karbaa et à Wayyendî. Dès ors, Karbaa ut cargÈ de porter a bonne nouvee de ’avènement, un jour procaîn, de a oî de a proprîÈtÈ et de a juste rÈtrîbutîon îndîrecte des cants ternaîres dans e camp des sons de Nîttîe. Depuîs dîx ans, Wayyendî uî avaît toujours aîssÈ son tama, e tam-tam d’aîssee de Karbaa et y aîssa sans dîscontînuer son bason apposÈ. Car Wayyendî savaît bîen que à où ’on aaît, c’Ètaît au oîn, c’Ètaît oîn, e pus oîn possîbe. ï avaît bîen pu arrîver, une oîs, ou deux même, que es Rabbs, ces Djînns maaîsants portÈs par es courants d’aîr roîd, souevassent es braîses dans e oyer où Karbaa avaît sa orge au eu rassurant, jusqu’à ce que ceuî-cî en ut prîs au nez et au corps. ï en avaît trÈpîgnÈ tant et sî bîen pour Ècraser es escarbîes de eu renversÈes quî menaçaîent de mettre ’încendîe à a case, où ne pouvaît rÈgner que ’ombre raracîssante du dessous des arbres ; î en avaît ÈternuÈ teement ort pour casser es esprîts maaîsants, que beaucoup autour de uî, dans e grand Vîage de Kanddaru, en avaîent eu e cerveau enrumÈ et que e toît de caume de sa orge avaît Inî par s’envoer au vent. A caque oîs, et autant de oîs que cea avaît ÈtÈ nÈcessaîre, Wayyendî aîssaît Karbaa aer nÈgocîer a paîx avec Rabb-yî, es dÈmons întÈrîeurs, surtout orsque E PÈnomÈno -Karbaa avaît a tête trop empîe de ses rêves de tendresse et de mÈancoîe pour Rokaya ïnès, sa Ie, dont î n’avaît pu voîr es beaux yeux quî Ètaîent a prunee des sîens, qu’une oîs, au mîtan de ses quatre annÈes de vîe înnocente. ï y
Wayyendî m’a tuer *
1
6