Droit international et conflits armés

-

Livres
160 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre présente les contributions de plusieurs juristes et autres personnalités sur le droit international, ses principes fondamentaux et la manière, souvent discutable, dont ils sont interprétés et/ou appliqués par les Nations Unies ou pas divers États. Les analyses présentées, souvent en dehors des idées dominantes, mettent largement en cause les politiques occidentales. Ces analyses donneront des éléments d'information et de réflexion utiles sur ces questions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2013
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9782336329321
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sous la direction de Nils Andersson et Daniel Lagot Questions contemporaines
DROIT INTERNATIONAL ET CONFLITS ARMÉS
Questions contemporaines
Droit international et conflits armés
Sous la direction de Nils Andersson et Daniel Lagot Droit international
et conflits armés
Sous titre
Des mêmes auteurs Aux Éditions L’Harmattan Responsabilité de protéger et guerres « humanitaires » Sous la direction de Nils Andersson et Daniel Lagot, 2012 Le droit international et la guerre, Daniel Lagot, 2011 Droit international humanitaire, États puissants et mouvements de résistance Sous la direction de Daniel Lagot, 2010 La justice internationale aujourd’hui Sous la direction de Nils Andersson et Daniel Lagot, 2009 Justice ou injustice internationale ?Daniel Lagot, 2009 Justice internationale et impunité des États puissants, le cas des Etats-Unis Sous la direction de Nils Andersson et Daniel Lagot (sous le nom Daniel Iagolnitzer), 2007 La science et la guerre, la responsabilité des scientifiques Sous la direction de Lydie Koch Miramond et Daniel Lagot (sous le nom Daniel Iagolnitzer), 2006.© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00878-3 EAN : 9782343008783
SommaireAvant—propos 7 Daniel LAGOT, scientifique, président de l’Association pour le droit international humanitaire, France (ADIF) 9Droit international et interventions armées Robert CHARVIN,agrégé des Facultés de Droit, professeur émérite de l'Université de Nice – Sophia Antipolis 33L’interventionnisme occidental et le processus de déconstruction du droit international politique Roland WEYL,avocat, vice-président de l’Association internationale des juristes démocrates (AIJD) 65Pas de véritable droit international sans sa composante économique Géraud de LA PRADELLE,agrégé des Facultés de droit, professeur émérite, Université Paris La Défense – Nanterre 83La Palestine et le droit international depuis le vote de l’AGNU la reconnaissant comme État non membre Nils ANDERSSON,essayiste et analyste géopolitique. 129Syrie et Mali, la quadrature du cercle Conférences ADIF : personnalités invitées 147
5
Avant-proposCe livre est issu de la journée du 25 janvier 2013 organisée par l’ADIF, Association pour le droit international humanitaire, France, avec la coopération de l’IREMMO, Institut de recherche et d’étude Maghreb Moyen-Orient, dans le but de contribuer à l’analyse et la réflexion sur le droit international, ses principes fondamentaux et la manière dont ils sont interprétés et/ou appliqués, en liaison avec les conflits récents et actuels. Le droit est-il adéquat, quels principes et critères retenir, comment les interpréter ? On trouvera, dans les exposés qui suivent, des analyses, souvent en dehors des idées dominantes, qu’il nous a semblé utile et important de présenter même si elles n’engagent pas en tant que telles l’ADIF ou l’IREMMO.  Daniel Lagot, président de l’ADIF, présente le droit international relatif aux conflits armés, ses diverses interprétations, et une brève analyse d’ensemble des conflits armés récents et actuels, en particulier en Libye et en Syrie. Robert Charvin, professeur émérite de droit, et Roland Weyl, avocat, vice-président de l’Association internationale des juristes démocrates, présentent ensuite des analyses approfondies de la situation dans le monde et de ses problèmes majeurs liés en grande partie, selon eux, aux interprétations abusives, à la non-application ou au non-respect, par les puissances occidentales, de la Charte des Nations Unies et des textes la complétant sur les droits économiques et sociaux.
7
 Géraud de La Pradelle, professeur émérite de droit, étudie de manière détaillée le cas de la Palestine, avec la question : que peut-on attendre de sa reconnaissance comme État non membre de l’ONU, en particulier pour une action éventuelle de la Cour pénale internationale ? Nils Andersson, essayiste et analyste géopolitique, analyse la situation en Syrie et au Mali, et étudie à cet égard le rôle des mouvements islamistes d’idéologie djihadiste ou salafiste, plus ou moins liés à des pays arabes, ainsi que les politiques occidentales confrontées, selon lui, à une « quadrature du cercle » à cet égard.  Nous espérons que ce livre contribuera à sa façon à la réflexion nécessaire de tous sur les problèmes de fond de notre époque  Paris, 15 mars 2013,
Droit international et interventions arméesDaniel Lagot Introduction  Afghanistan, Irak, Libye, Mali, Syrie, autant de conflits récents ou en cours, qui sont en partie des guerres civiles, en partie des conflits internationaux, avec des interventions armées occidentales directes pour les quatre premiers, et une intervention indirecte à ce jour dans le cas de la Syrie. Divers motifs ont été invoqués pour ces guerres : légitime défense à la suite des attentats du 11 septembre dans le cas de l’Afghanistan, menace pour l’humanité qu’auraient fait peser les armes de destruction massive de l’Irak, protection des populations contre les massacres généralisés qui auraient été commis par le pouvoir en place en Libye et en Syrie, défense du Mali contre les groupes islamistes.  A été ajoutée la « lutte contre le terrorisme » dans le cas de l’Afghanistan et du Mali, ou aussi dans celui de l’Irak, et ont aussi été ajoutés, dans tous les cas, des motifs « humanitaires », même lorsqu’ils n’étaient pas la raison première invoquée : libérer les peuples de dictatures violant les droits humains et leur apporter, ou contribuer à leur apporter liberté et démocratie (Irak, Libye, Syrie) ou les libérer aussi de mouvements islamistes extrémistes violant entre autres les droits des femmes (Afghanistan, Mali)…
9