Paroles de palais de justice - Les meilleurs citations d'avocats et magistrats

-

Français
304 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Paroles d’avocats ! Paroles de magistrats ! Ou le meilleur des avocats et des magistrats sur les grands thèmes du droit et de la justice. L’ouvrage répertorie 1 300 citations, pensées et mots d’esprit. Il rassemble plus de 250 avocats et magistrats (juges et membres du parquet), d’hier et d’aujourd’hui. Les différents textes ont été classés en 160 thèmes, de A à Z : accusation, affaire, assises, audience, autorité judiciaire, avocat, avocat général, condamnation, défense, droit, droits de l’homme, éloquence, erreur judiciaire, État de droit, femme, innocence, juge, jugement, justice, liberté, loi, parquet, pénaliste, plaidoirie, preuve, prison, procédure, procès, réforme, responsabilité, vérité, victime… Deux index (auteurs et thèmes) et un dictionnaire des avocats et magistrats complètent l’ouvrage. Ce recueil inédit sera pour tous un instrument original pour découvrir, comprendre ou approfondir la culture juridique et judiciaire. Il sera particulièrement utile à ceux qui veulent enrichir et appuyer leurs réflexions sur la justice, notamment sur les métiers d’avocat et de magistrat. L’ouvrage est préfacé par cinq avocats et quatre magistrats, dans des regards croisés sur la justice : Vincent Dufourd, Kami Haeri, Laure Heinich, Olivier Leurent, Éric Maurel, Jean-Yves Moyart (Maître Mô), Gilles-Jean Portejoie, Isabelle Rome et François Saint-Pierre. En piquant dans les recueils de citations – dont la consultation est toujours, pour moi, en tout cas, un régal –, en notant soigneusement au cours de toute lecture, les pensées alliant à la justesse de l'observation le bonheur de l'expression, et en classant le tout, on se constitue un trésor. Raymond Lindon, Le Style et l'éloquence judiciaires, Albin Michel, 1968

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 juillet 2019
Nombre de lectures 189
EAN13 9782356444011
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
© Enrick B. Éditions, 2019, Paris www.enrickb-editions.com Tous droits réservés Réalisation couverture : Marie Dortier Conception couverture : Comandgo Collection Fil DROIT dirigée par Sébastien Bissardon ISBN : 978-2-35644-401-1
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Ce document numérique a été réalisé parPCA
En piquant dans les recueils de citations – dont la consultation est toujours, pour moi, en tout cas, un régal –, en notant soigneusement au cours de toute lecture, les pensées alliant à la justesse de l’observation le bonheur de l’expression, et en classant le tout, on se constitue un trésor. Raymond Lindon Avocat, puis magistrat (Le Style et l’éloquence judiciaires, 1968)
Car je sais faire dire aux autres ce que je ne puis si bien dire, tantôt par faiblesse de mon langage, tantôt par faiblesse de mon sens. Michel de Montaigne Magistrat et philosophe (Essais, 1580-1588)
Ce qui fait ordinairement une grande pensée, c’est lorsqu’on dit une chose qui en fait voir un grand nombre d’autres, et qu’on nous fait découvrir tout d’un coup ce que nous ne pouvions espérer qu’après une grande lecture. Montesquieu Magistrat et philosophe (Essai sur le goût, 1757)
Titre
Copyright
Exergues
Préfaces
QUATRE MAGISTRATS
Juger, c'est se réunir
Sommaire
Pourquoi devenir le procureur ou le juge de ses concitoyens ?
Il n'est de parole judiciaire qu'une parole libre
Quand on est juge, on n'est jamais quitte…
CINQ AVOCATS
L'éphémère et l'éternité
Les mots me viennent de ma robe
La parole est à la défense
On ne le devient pas : on naît avocat
La justice, une passion commune
PAROLES D'AVOCATS, PAROLES DE MAGISTRATS
DICTIONNAIRE ABRÉGÉ DES AVOCATS ET MAGISTRATS
INDEX DES AUTEURS
INDEX DES THÈMES
Les avocats sont des auxiliaires de justice. Ils prêtent serment en ces termes : «Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. » o Article 3 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques
Tout magistrat, lors de sa nomination à son premier poste, et avant d’entrer en fonctions, prête serment en ces termes : «Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de garder le secret des délibérations et de me conduire en tout comme un digne et loyal magistrat. » o Article 6 de l’ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature
Préfaces Regards croisés sur la justice
Quatre magistrats Vincent Dufourd, Olivier Leurent, Éric Maurel, Isabelle Rome
Cinq avocats Kami Haeri, Laure Heinich, Jean-Yves Moyart, Gilles-Jean Portejoie, François Saint-Pierre
QUATRE MAGISTRATS
Juger, c’est se réunir
À l’heure où l’on s’interroge de plus en plus, que l’on s’en inquiète ou que l’on s’en réjouisse, sur l’irruption des nouvelles technologies sur la scène judiciaire ; à l’heure où l’on fantasme sur le juge-robot ou le cyberjuge, ou plus généralement sur le remplacement de l’homme par la machine ; à l’heure où la communication directe entre les avocats, les magistrats et les justiciables est battue en brèche (numérisation processuelle, recours accentué à la visioconférence…) ; à l’heure où les réformes de la justice menées tambour battant par le gouvernement (certains commentateurs n’hésitant pas à évoquer une « radicalisation réformatrice ») sont critiquées par une grande partie des acteurs du monde judiciaire comme annonciatrices d’une « déshumanisation » de la justice, déshumanisation symbolisée pour certains par l’architecture du nouveau palais de justice de Paris, Paroles de palais de justice, ce recueil de bons mots bien choisis que propose Sébas tien Bissardon, est particulièrement bienvenu.
Bienvenu parce que, s’il est parfois vrai que « la faculté de citer est un substitut commode à l’intelligence » (Somerset Maugham), il n’est pourtant pas meilleur moyen que la citation pour synthétiser, cristalliser, sa pensée. C’est d’ailleurs une forme bien connue des juristes, dont les études ont été émaillées d’adages latins, condensés dans le fameux « Roland et Boyer ».
On trouve dans cet ouvrage, à travers les regards p ortés sur la justice par des représentants éminents des deux figures opposées et complémentaires du palais que sont le magistrat et l’avocat, tout ce qui fait le sel de nos fonctions, c’est-à-dire l’échange, le débat contradictoire, voire l’affrontement.
Tous ces mots sur la justice et ses acteurs, parfois durs, parfois poétiques, parfois drôles, nous disent finalement qu’on parle de vie, d’humanité, et qu’ensemble, avocats, magistrats et personnels de justice, nous œuvrons pour rendre cette justice dans les conditions que l’on connaît. Ces mots nous font sourire, mais ils nous amènent aussi et surtout à réfléchir sur nos métiers et sur la façon dont nous sommes perçus par les autres intervenants au procès.
J’ai pu mesurer l’importance de ce dialogue avec les avocats, que ce soit en matière pénale ou en matière civile, puisque, entré à l’École nationale de la magistrature en 2003, j’ai exercé successivement les fonctions de p arquetier, de juge, de juge d’instruction, et aujourd’hui de nouveau de juge. Exercer ces différentes fonctions a