Les dynamiques du projet professionnel

-

Français
245 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La réalisation de soi dans la vie professionnelle est une aspiration à la mesure de l'énergie produite et investie dans le travail sur son projet. Les dynamiques en jeu sont puissantes : elles s'appellent envies, valeurs, levée des freins à l'action, développement des compétences. A partir de cas issus de la pratique, les conditions de l'élaboration d'un projet efficace sont mises en évidence.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2008
Nombre de lectures 313
EAN13 9782336255903
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Mon parcours

1 Ouverture

Peut-être mon intérêt pour l’orientation professionnelle est-il en
rapport avecmon proprechoixd’études,plus subi quesouhaité:le
droit, alorsque jesouhaitaisfaire psychologie. «Psychologie ?
Pourquoi pasSociologie ? »aironisé mon entourage.C’étaitau
lendemain de mai68,leréalismes’imposait.
Sansme déplaire,lesétudesde droitme furentextérieures,
comme lavie professionnelle,plutôtchanceuse pourtant,qui en
découla : aprèsquelquesannéespasséesà conseiller uneclientèle de
PMEduCréditLyonnais,je participaisàla création desonagence de
Hambourgavantd’en prendre ladirection.
Lapsycho est revenue en force encettecirconstance.J’avais 30
ans,j’étaisassezisolé danslesbrumesdunord et recruterdu
personnel meterrifiait: commentarriveràse former une opinion
aprèsdeuxou troisentretiens?J’apprislagraphologie etdesbases
decaractérologie,fasciné parladiversité desécrituresetles
modulationsàl’infini ducourant vital;jetravaillai les techniques
d’entretien.Et surtoutj’ai pupendantplusieursannées vérifierla
pertinence de meshypothèsesàtraverslecomportementde mes
collaborateurs ;ce quisignifieaussi, concrètement:subirle poidsde
meserreurs.
C’estderetourenFrance, àlatête d’uneunité d’unecentaine de
personne qui devait seréorganiser,que j’aivraimentattrapé levirus
de l’orientation professionnelle, c’est-à-dire de l’aideàlaréalisation
desoi dansletravail.Rien ne m’avaitjusque-là autantintéressé que
deréfléchiràlameilleureadéquation possible entre les
tempéraments,lescapacitésetlescontraintesde l’organisation.
Je l’aivérifiéàtravers une initiative emblématique, avecle
recul,dece quise jouaitpourmoi.Ilyavaitàl’époqueauCrédit
Lyonnais, comme dansd’autresgrandesentreprises,unecatégorie de
personnel qu’onappelait« lesbrascassés».C’estleterme qui
revenaitlorsderéunionsannuellesoùl’ontfaisaitle point surles

10

Ouverture

effectifs.Ils’agissaitde personnes, souventdescadres,devenuesde
véritablesfantômesdansl’entreprise.Dufaitd’erreursàrépétition
sansdoute,maisaussi d’uneréputation dontl’origine était
indistincte, cescollaborateursavaientété misprogressivement surla
touche:incasables surle marché de l’emploi interne (leCLétait
alors un établissementnationalisé qui ignoraitleslicenciements).
Successivement,laligne detéléphone extérieure,puisintérieure,puis
unbureaupersonnel leuravaitétéretiré;ilsne figuraient sur
l’effectif que pourmémoire eterraientdanslescouloirscomme des
âmesen peine.Ladégradation de leurimage personnelle, conjuguée
àleurdémotivation, avaitachevé de lespriverde leurscompétences
visibles.
C’estpresque exclusivementavecquelquespersonnesdece
1
statut,oul’approchant,que j’aiconstitué leservice duportefeuille
de l’agence internationale (ensuite fondudans unautre):écoute des
personnes,définition d’objectifs,développementdescompétencesde
chacunsousl’égide d’uneresponsable partageantmes
préoccupations.Durantl’année précédantmon départ,j’ai
véritablementjoui dubon fonctionnementdece petit service dontle
moral étaitdevenu uneréférence.
Enrevenantà Paris,j’avaisgagné quelquesgalonsmaisperdu
mon indépendance;pourlareconquérir,j’aicréé mon entreprise en
1987, auplusprèsde mesmotivationsetde mescompétencesdu
moment:uncabinetdeconseil enrecrutement spécialisé dansla
finance.
Ila bien marché,surtoutaveclesbanquesétrangèresauxquelles
j’apportaismon expérience et unesensibilitéàlamixitéculturelle.
Maisj’aimaisencore plusconseillerlespersonnesdansleurschoix
decarrière:pouvoir,entoute liberté,prendre lamesure de leurs
aspirations,de leurs valeurs ;analyserleurparcours,lescompétences
acquises ;faire de l’ingénierie, c'est-à-diretrouverlecadre dans
lequelcesdynamiquesallaientaumieux s’exprimer.
En 1991 futpubliée laloisurlebilan decompétences:
«Élaborer un projetprofessionnelbasésurlesmotivationsetles
compétencesde lapersonne ».Cette formulation m’avaitfrappé par
sanetteté etlaplacereconnueauxmotivations.Mesexpériencesde
lagestion des ressourceshumainesallaienten effet toutesdansle
mêmesens:letempsconsacréàl’écouteattentive du vécu

1
Servicechargé de lagestion deschèqueseteffetsdecommerce

Ouverture

11

professionneldeses collaborateursétait toujoursbien investi.Une
approcherapide,superficielle,telle que je l’avais vuquelquefois
pratiquée,pouvaiteffectivementencouragerdesdérives:versdes
attitudesprotestataires,irréalistes,ouindividualistes.Mais,sans
avoirencore luCarlRogers,je percevaisnettementl’impactétonnant
de l’écoutebienveillante et rigoureuse.
Dèsque nousnous sommespositionnéspourfaire desbilansde
compétencesetdesaccompagnementsdansl’élaboration de projets
professionnels,j’aisuque j’avais trouvé mavoie.Cetravail estàla
rencontre de lapsychologie etde lasphère économico/ sociale.
Professionnel du recrutement,etdoncde l’emploi,je l’ai
immédiatementmisenrelationavec ce que j’observaisde déficient,
d’inachevé,dansl’argumentation descandidats.Etcecisans
distinguerparticulièremententrecescandidats,lesenjeuxmajeurs
dépassantlescatégories(juniors, cadres,noncadres,seniors,...).Le
bilan decompétenceset,ensuite,tout travail d’accompagnement vers
le projetprofessionnel etl’emploi,m’estapparucommecontenant
lesélémentsderéponsesàlaquestion:pourquoi le discoursdes
candidatsest-ilaussi peuefficace ?Pourquoi est-ilaussisouvent
confus,malstructuré entre lesmotivationspourle poste etpour
l’entreprise,entre lescompétencesapportéeset un potentiel de
développementdecescompétences?
Cette question étaitpourmoi d’autantplusimportante qu’elle
étaitporteuse desérieusesconséquencesentermesde qualité des
recrutements.Sansen faireune généralité,le floududiscours
trahissaitdesinsuffisancesautresque formelles, commecertaines
situationsle montraient.Ilarrivaiten effetque,faute de meilleurs
candidats,oupourdes raisonsayant souvent traitàlarecherche de
compétences trèsprécises,une entreprise finisse par recruter un
candidatdontle discoursétait un peuapproximatif.Etlerésultat
n’étaitpasexcellent.
L’analyse deséchecs rencontrésdansnos recrutementsnousa
montré qu’ilsétaientannoncés(un échecest sanctionné parlarupture
ducontratdetravail durantlapériode d’essai, àl’initiative de
l’entreprise oude lapersonnerecrutée).Mêmes rares, ces situations
frappaientlesesprits ;car,outre lesinsatisfactionsgénéréeschezla
personne etl’entreprise,lareprise d’unerecherche déjàeffectuée,et
aboutie,est toujoursdifficile pourleconseil enrecrutement.
Dans un premier temps,j’étais tenté d’attribuerle manque de
clarté,decohérence,dudiscours tenuparlescandidatsàun manque
de préparation oudecompréhension desfinalitésde l’entretien;je

12

Ouverture

m’efforçaisde lesaideren leurproposantquelquesélémentsde
méthode etderéflexion (ce pointnous tracassait suffisammentpour
que nousayonsintégré dansla charte ducabinetcette devise:«tout
candidatdoitensavoirplus surlui-même et sa carrière en quittantle
cabinetqu’enyentrant»).
Lapratique dubilan decompétencesm’avite montré quece
noblesouci étaitd’abord l’expression d’unesympathiquecandeur!
Si en effetquelquesconseilsde professionnels,voire quelques
astuces,nesontpasinutiles,nous verronsàmultiples reprisesqu’une
communication efficacesur un projetestle fruitd’untravailtrès
organisé etassidu.Il estmêmeune expression majeure de la
pertinence duprojet.

*
* *

Si l’ontendaujourd’huiàdistinguerasseznettementBilan de
compétencesetAccompagnement versl’insertion,je lesai
personnellement toujoursconçuscommeappartenantàun ensemble
oùlaréalisation desoi parletravail estlaperspectivecommune et
indispensable.
Lescontextes sontdifférents ;maisladémarche debase
reste lamêmecomme nousleverrons.
Le lien entre l’orientation etl’emploi estparticulièrementnetde
deuxpointsdevue:
•Danslerapportentre qualité duprojet,qualité de la
communication etefficacité professionnelle,
•Et,enamont,danslaphase d’élaboration duprojet.Il
nécessite en effetle développementdecompétences synonymes
d’employabilité: connaissance desoi,de l’environnement
professionnel,traduction dans un discoursprécisetconcret.
Aprèsquelquesannéesde pratique de l’aideàl’élaboration d’un
projet(enaccessoireaux recrutements),je décidai decréerà
Montpellier unestructurespécialisée dansl’orientation.

L’I.O.P. (Institut Orientation Projet)

Lesobjectifsde l’entreprise:

Ouverture13

•S’adresser à touspublics:jeunesetadultes,salariéset
demandeursd’emploi,personnesen difficulté d’insertion;outre le
conseil en mobilité interne,
•Élaborerdesoutilsetméthodologiesinnovantes, àun
momentoùlesconceptsetles technologiesouvraientde nouvelles
perspectives,
•Transmettre des savoir-faire,le moment venu.

Sansen êtreconscient,je m’inscrivaisdans une logique métier:
exercer,innover,transmettre;aveclesentimentque l’aspiration
individuelleàtrouver un épanouissementdansletravail deviendrait
un enjeumajeur ;mais sansquecelasignifie nécessairement replisur
soi,déni des valeurscollectives, aucontraire.

Parailleurs,lapratique nousamontré que l’idée d’opposer
recherche d’emploi etépanouissementparlaprise encompte des
motivationsapeude fondement.Parce que:

•dans une prestation qui n’apasnécessairementcette finalité,
comme lebilan decompétencesd’unsalarié,envisagécommeun
bilan decarrièretrèsouvert,laprise encompte de l’attente des
entreprises,formalisée pardesoffresd’emploi,est un éclairage
indispensable,
•etque dans une prestation exclusivementaxéesurl’emploi,
laprise encompte desdonnéesde l’épanouissement,des
motivations,est toujours un facteurd’efficacité de larecherche.En
outre,pour un demandeurd’emploi,retrouver uneactivité
correspondantàsescapacitésestensoiun facteurd’épanouissement,
une étape danslamarche enavant.

14

Ouverture

Rencontres avec desprofessionnels de l’orientation

En 2007,l’InstitutOrientationProjet, baséà Montpellier, afêtéses
dixans.Sesobjectifsontétéatteintsavec,pourmapart,untemps
croissantpasséàrencontrerdesprofessionnelsde l’orientation dans
quinzerégionsdifférentes:pourprésenterle logiciel 1.2.3.Explore que
nouséditonsetlaméthodologie d’utilisation,etpouranimerdes
formations,notamment unséminaire intitulé:«Gérerles situations
difficilesdans une prestation d’accompagnement versle projetet
l’emploi ».
Ces rencontresontété le pointde départdecette publication, car
ellesm’ontpermisde découvrirde nombreuxacteursetcontextes
d’exercice de laprofession,desprocessusmisen œuvre,desobjectifs
poursuivis selon lesprestations ;d’en discernerlescohérences, au-delà
desdifférences, alorsque j’enavais unevision parcellaire etplutôt
hétérogène.La cohérence étantautantaffaire devaleurs,deconceptions,
que de démarche;avec, aucœur,lespuissantesdynamiquesattachéesau
projetprofessionnel,dans saphase deconstructioncomme de mise en
œuvre (l’accompagnement versl’emploi,versla création d’entreprise).
Lesdeuxphasesétantintimementliéesetévaluéesàlamêmeaune:
l’efficacité dudiscours.

*
* *

Cette publicationcontribuera,je l’espère, àmettre en évidence
l’unité desperspectivesdu travail d’orientation:

•Unité méthodologique,souslaforme d’uloine «
universelle » de ladynamique duprojet,E=cm²,qui metaucentre la
notion de motivation, aveclasignification quiseraprécisée;àun
momentoù, aunom du réalisme,l’emploi etlescompétences
donnentlle «a».Lanotion de loiuniverselle estbien entendu un
clin d’œil,elle exprime en mêmetemps uneréalité forte:le lien
intrinsèque entre lesenviesetlescapacités,l’importance dudosage
etlapuissance qui peutenrésulter.Comme nousleverrons,letravail
surlescompétences,loin d’êtrerelégué,estaffermi,vivifié,parla
dynamiquecm².

•Unité de l’attente des personnes,de leur situation faceà
l’inconnude l’avenir,faceàl’inconnuqu’elles
sontpourelles

Ouverture

15

mêmes, faceàl’inconnude l’environnement social etéconomique;
uneattente quiserésume en:«Jevoudraisexprimermon potentiel;
mieuxmeconnaître,élargirmon horizon,savoirce qui estpossible;
retrouverdesmotivations».Untravail d’orientationbienconduit,
initié par une écouteconfiante etattentive, conférantlesentimentque
toutce qui estimportantpourmoi, aujourd’hui,seraprisencompte,
libère desénergiespalpables:parlajoieretrouvée,parl’engagement
dansl’exploration desactivitésprofessionnelles,dansl’évaluation
descompétences,par unevolonté deconcilierambition et réalisme.

•Unité d’un métier, cachée parl’extrême diversité des
contextesd’exercice,parlanouveauté desesapproches,maisbien
réelle par sesfinalités,ses référencesetparles valeursdontil est
porteur ;àun momentoùlaspécialisation des structures(orientation,
insertion,reclassement, cellulesde mobilité interne en entreprise),
desenvironnements(privés,publics, associatifs) etdes typesde
public,inviteàseressourcerdans son identité professionnelle,mais
aussiàen dépasserdesfrontières souventincertainesetarbitraires.

Ce livre s’adresseà ceux qui s’intéressentaux techniques
d’élaboration d’unprojet professionnel etaux praticiens qui
souhaitentapprofondir leur réflexion sur leur métier,s’ouvriràsa
diversité.

Avecl’ambition de donnerenvie: ce métierpeutfaire peurpar
lechamptrèslarge decompétencesqu’il mobilise,dansdes registres
culturels souventperçuscommeantinomiques:lapsychologie,
l’organisation de l’entreprise.Nouslevoyonsaveclesétudiantsqui
nous rendent visiteaucabinet, àlafoisattiréspar toutce qu’ils
perçoiventdevivantdanscesactivités:mobilisation despersonnes,
implication desconseillers,et un peueffrayésparletravailsurles
compétences,levolume de ladocumentation,l’étendue du réseau
relationnel...Selon qu’ils sontétudiantsen psychologie ouen
ressourceshumaines,lesinquiétudes sontdifférentes.
Ce n’estqu’aveclapratique,progressivement, avecun
encadrementadapté,qu’ilsperçoiventl’accompagnement versle
projetcommeunchamp d’actions,derelations,etde méthodes
cohérent,dynamique par touteslesinnovationsqu’ilautorise,mais
qui nécessite il est vraiun désirconstantd’élargir sesconnaissances,
deseremettre encause,individuellementet surtouten équipe.

16

Ouverture

S’il estconnu, ce métierpeutattirerparladiversité des
conditionsd’exercice (encabinets, au sein d’institutions,
d’entreprises),parlerenouvellementdesesméthodes,etpar ses
finalitésdebase:

Aider l’autreàs’épanouir dans un
relation au travail, éclairer saroute.

enjeu

fondamental,

la

Trèsouvert surlavie dans toutes sesdimensions,il est souvent
pratiqué dansdescadresinstitutionnelspeumobiles.J’espère
contribueràune mise en mouvementqui est,pourlesentreprises
comme pourlapersonneaccompagnéevers son projetet samise en
œuvre,souventlapremière etlaplusdifficile étape (cf. lecasDenis
qui illustreralaproblématique de lalevée desfreinsàl’action).
Danslaprésentation desproblématiques,je mebaseraisurtout
surnotre expérience, analysée en équipe.J’attacheune importance
particulièreàl’évaluation despratiques,particulièrementdepuis
l’époque déjàlointaine oùj’aiconsultéun jeune psychiatre.J’avais
25ansetétaisalorsassezdéprimé;j’ai,durantdeuxmois,fréquenté
soncabinet, au rythme de deux séanceshebdomadaires.Jesentais
bien qu’ilse donnaitdumal mais ses techniquesdeconditionnement
mental me paraissaient scolaires,voiresimplistes.Aprèsquelques
semaines,j’aisouhaitéarrêter:maiscommentlui diresanslevexer?
Par un mélange d’altruisme etde lâcheté,j’ai préparé masortie en lui
confiant,parpetites touches,que j’allaisde mieuxen
mieux.Peutêtre n’a-t-il pasété dupe;maispeut-être l’ai-jeconforté quantà
l’efficacité desesméthodes!

Dupointdevue de la connaissance dubénéfice que les
personnesaccompagnéesont retiré de nos services, c’est un privilège
detravailleraussi dans uneville de province.D’une partleboucheà
oreille fonctionne et,d’autre part,desinformations surle devenirdes
personnesnous reviennent régulièrementpar uncousin,unami ou un
voisin,par uncollègue.D’une manière plus systématique,nous
avonsmisen placeunsuivi pourlaplupartde nosprestations.Sa
mise en œuvre estperfectible maisnousn’avonspaslesentimentde
travaillerenaveugle (cf. enannexe:présentation desactivitésde
l’I.O.P.).

Voici le planquiserasuivi:

Ouverture

17

Aprèsexplicitation desnotions(chap.2),je présenteraiunesérie
desituations réellespourillustrerle mécanisme d’élaboration d’un
projetfaisant senspourlapersonne (chap.3).Cescas sontissusde la
pratique ducabinet,et sont représentatifsde problématiques
particulières.Lesaspectsméthodologiquesauxquelsils seréfèrent
serontprésentésdans unchapitre qui leur sera consacré (chap.4).

Ensuite,m’appuyant surlesnombreuxcontactsque j’ai eusavec
desacteursde l’orientation etde l’insertion depuis troisans,je
proposerai desélémentspour«lebilandecompétencesdu
conseiller»(chap.5);c’estaussi l’occasion de faire mieuxconnaître
ce métierà ceuxquis’yintéressent.

Je n’envisage pascependanticiune pratique de l’ «autobilan »,
pour touteslesconsidérationsméthodologiquesethumainesqui
serontdéveloppéeset,plus simplement,parce quecomme l’arésumé
AugusteComte:«On ne peutêtreaubalcon et seregarderpasser
danslarue ».Ils’agitdavantage d’élémentsderéflexion pour:

•Approfondir son identité professionnelle,etpourcela :
revisiter sesmotivationset sescompétencess ;erappelerquelques
référence doctrinales,
•Faire faceau stress,etnotamment:identifier uneattente
multiforme;adopterlecomportementadéquatavecdespersonnalités
difficiles.

Avecl’objectif desusciterdesdiscussions,d’élargirl’horizon et,
dans une profession quicroulesousladocumentation,de proposer un
effortdesynthèse plutôtque d’exhaustivité.

2La dynamiqueE=cm²

l’Energie mobiliséedansun projet
=
lescompétences xlesmotivations²

L’énergie dans le projet

LaformuleE=cm²estpourmoiunaspectde ladynamique
identitaire mise en évidence parErikson:

Je suisbien:je saisqui jesuis,jesaisoùjevais
(etje mesais reconnuparceuxquicomptentpourmoi).

Lebutd’untravail d’orientation estd’abord d’aider une
personneàsesituer, àmieux seconnaître, àmieuxconnaîtreson
environnement(lesmétiers,lesformations,l’économie locale,
l’emploi),pour s’épanouirdansl’action.S’épanouir, c'est-à-direagir
efficacementaveclesentimentqueson potentiel estemployéau
mieux, comptetenudespossibilitésactuelles.Ce qui implique de
rechercherdescompromis,de prévoirdesétapesdanslaréalisation,
de décideravecuneconscienceaussiclaire que possible;c’est tout
celaqui procure du sens.Le projetn’estpaslasolution miracleà
toutesmesfrustrations ;c’est une direction précise (faireune
formation,trouver un emploi,me mettreàmoncompte), assortie de
moyensdéfinispouratteindre l’objectif:le plan d’action.Cela
nécessitebeaucoup d’énergie:pourélaborerle projetcomme pourle
mettre en œuvre.
Beaucoup d’énergie dépensée:pouridentifier son potentiel etle
mettre enrelationavecson environnement,pourprendre des
décisions ;maisaussibeaucoup d’énergie produite.C’estleconstat
final de lagrande majorité desbilansdecompétences:«J’étaisen
plein doute;j’ai été misdans une dynamique ».

20

La dynamiqueE=cm²

Cette notiond’énergie estaussi intéressante parce qu’elle
suggère de possibilité d’évaluation.Le moteur tourne plusoumoins
bien;la carburantest,ounon,en quantitéadaptéeàl’objectif.Eten
ces tempsoùl’énergie menace dese fairerare,nousnous rappelons
qu’un moteurparfaitement réglé,pousséàdesallures raisonnables,
consomme peud’essence etabatdeskilomètres.Qualité etquantité
sontindissociables.
A contrario,laformulecitée plushaut:«J’étaisen plein doute;
j’ai été misdans une dynamiqupee »ut suggérer un effet un peu
artificiel procuré parl’enthousiasmecommunicatif duconseiller.
Ceci necorrespond pasàlaréalité:letravail d’orientationsetraduit
enrègle générale par unsurcroîtdeconcentration etdecalmechezla
personneaccompagnée.L’énergie produite estimmédiatement
mesurée parl’intensité du travail d’exploration etd’affinage,voire de
remise encause deses représentations.
Àlafin dubilan,laqualité etl’opérationnalité dudiscours surle
projetenseront uneautre illustration,décisive.

*
* *

Àproposdubilan decompétences(qui n’estqu’une modalité,
certesprestigieuse,de l’accompagnement versle projet),deux
observationspeuventêtre faitespouréclairerce point:
•Lorsdu rendez-vous(systématique) desuivi,6moisaprèsla
fin de laprestation,lesélémentsde ladynamique duprojet sont
presquetoujoursprésents(lescomptes rendusenattestent),
•Environ lamoitié desbilansdes salariés s’achèventavecle
projetde…resteren post(e !Alorsque l’attente initiale manifestait
souvent un fortdésirdechangement).Etce n’estpas tellementla
confrontationau réel (le marché de l’emploi notamment) qui estla
cause dece phénomène.C‘est surtoutlaprise derecul,letravailsur
les représentations,l’analyse descausesdesdifficultés rencontrées.
Avecen perspective: réaménager son emploi, son organisation
quotidienne, ses relations avec ses collègues, avec la hiérarchie;
1
revisiter sesfinalités ,retrouver samotivation initiale.Avecla

1
Il existe peud’emploisdontlafinalitécollective neressorte moyennant un
peuderéflexion.C’est souvent un momentfortdes séances(individuellesou
collectives) oùcetteutilitéressortavecforce:levoletconseil pourle
commercial;levoletprévention pourlecontrôleuroul’audit,...

La dynamiqueE=cm²

21

volonté d’être plusactif danslagestiondesa carrière, d’avoir une
stratégiede développementdesescompétences(s’inscrireàune
formation, avecdesobjectifs précis)…cequi mobilise de l’énergie !
1
Ceci est illustré par une nouvelle rubriqueapparue depuispeu
danslasynthèse dubilan:«axe de progrès»,oùl’on ouvre des
perspectivesdetravailsur soi quivontamenerlapersonneàse
rapprocherdesesobjectifs,pourne pasdire desesidéaux sic’estle
cas.
Cetaspectme paraîtde plusen plusimportant,dansnotre
pratique,etne doitpasêtreconsidérécommeun luxeréservéàdes
salariésprotégés.
Il nese passe pas unesemaine parexemplesansque nous
rencontrionsdespersonnesquisouhaitentdonner une dimension plus
humaineàleur travail et songentàévoluer verslesecteur social,ou
vers untravailcomportant une forme derelation d’aide.Comme
nousleverronsavecle petitdéveloppement surCarlRogers(page
195)celaimplique descompétencesà acquérir,etaussi,voire
surtout, certainesdispositions.Untravailsur soivisantàdévelopper
unesécurité intérieure,uncalmereposant sur uneconscience plus
claire deses valeurs,estàlafois unecondition pouratteindre
l’objectif et unaxe de progrèspersonnel.
Si, comme nousl’avonsdéjàvuetlereverrons,letravail de
bilan produitdeseffetsimmédiatspar une décantation,une
clarificationassurant une meilleure efficacité,il peutaussi initierdes
effetsàpluslongterme.

1
Aprèsdiscussion entre professionnelsdeMontpellier, concertéeavecle
FongecifLR

22

La dynamiqueE=cm²

L’énergie dansle projetpeutdoncs’entendre de deuxmanières:
•L’énergie libérée etinvestie danslaphase d’élaboration du
projet:touslesprofessionnelsde l’insertion lesaventbien,la
manière dontlapersonne participeau travail,exploreson
environnement,est une manifestation dubon fonctionnementde la
prestation d’orientation et un gage deréussite,
•L’énergie produite etdisponible pourlaphase de
concrétisation:le projetestbouclé,un plan d’action estarrêté;le
moteur vatourneràpleinrégime dansl’activité projetée.

Une manière d’évaluerlaquantité,et surtoutlaqualité d’énergie
disponible pourlaphase deconcrétisation estd’entendre lapersonne
argumenter(oucommuniquer)sur son projet, au terme du travail
d’orientation.L’expérience prouve en effetqu’unecommunication
claire,simple,précise, annonce le plus souvent uneaction efficace.
Elle peut s’articulercommesuit:
•Voici l’activité professionnelle que j’airetenue,en quoi elle
consiste,etlecadre danslequel jesouhaiteraisl’exercer,
•Je pourraialorsexprimer telsaspectsde mescentres
d’intérêt,exprimer telles valeursimportantespourmoi
•Je pourrai m’appuyer sur tellescompétencesque je possède,
que j’ai misesen pratique dans tellescirconstances.Je les
complèterai éventuellement:
◊par unstage,
◊par une formation,pouracquérirlescompétencesque j’ai
identifiéescomme nécessaires,
◊oupar toute expérience qui merapprocheradecetype
d’activité etme permettrade progresser.

Nous reviendrons surl’importance etlesformesdecette étape:
communiquer sur son projet.Il ne fautpasimaginerqu’une
communication efficace estl’apanage descadresoudesdiplômés.
Un exercicetrès utile pourdémarrer untravailsurlescompétences
consisteàraconter son métier:entermes simples, concrets,imagés,
ense mettantàlaportée d’un enfantde douzeans.Certains y
parviennent,d’autrespas ;lesplusampoulésmanientle plus
spontanément un discoursabstrait,général,quiasouventpourbutde
masquer uneréalité faite deconfusions,decontradictionsdansles
fonctionsoules rôles.Je mesouviensd’une personne exerçantde

La dynamiqueE=cm²

23

hautes responsabilitésetincapable desortirdudiscours:«Je
coordonne l’action de délégués… ».Maisencore ?
Nous verronsparmi lescasprésentéscommentSylvioaintégré
une entreprise d’insertion grâce notammentàl’exposé deses
motivations.Ils’étaitappropriéson projet.

*
* *

Quantité et surtoutfluidité, bon emploi de l’énergie,sontdonc
requises.Leschémade lapage35 meten évidence lesphénomènes
de libération etd’investissementde l’énergie dans une prestation
d’orientation:
•Danslaphase initiale de l’accompagnement,ils’agit surtout
de l’éveilleret/oude la canaliser(écoute, accueil de lapersonne
dans saglobalité, clarification desobjectifsdu travail:stimulation de
la confiance,mise en mouvement),
•Lesphasesd’identification desesmotivations,puisde
recensementdesescompétences,vontégalementlibérerde l’énergie
(renforcementdu sentimentd’identité,deson potentiel,perspectives
de développementdesescompétences),
•L’énergie libérée devient unappui maîtrisé pourletravail
d’exploration (desmétiers,descompétences,desformations,...),
puispourl’effortdesynthèse.
La capacitéàtraduirecettesynthèse enun projetclairet
convaincant,d’abord pour soi-même,estlapremière illustration du
bon fonctionnementdumoteur.
Laphase de mise en œuvres’inscritdanslamême dynamique.
Ce doubleaspect souligne lecontinuum,pour resterdansle domaine
de laphysique (!),entre lesphasesd’élaboration etde mise en œuvre
duprojet.

*
* *

Leterme debilan decompétences s’estimposé pourdes raisons
que nous retrouveronsplusloin (larigueurde la comptabilité
s’alliantà celle de l’organisation du travail,leconceptétait
imbattable !),malgré l’inspiration initiale de laloi qui faisait toute
leurplaceauxmotivations.

24

La dynamique E =cm²

Personnellement,l’expression «identifieret valoriser son
potentiel» me paraîtmieux rendrecompte desobjectifspoursuivisen
orientation.Ce que je possède en potentiel est,pardéfinition,
quelquechose que je possède déjà,maisque je neconnaispas,ou
dontje nesuispas vraimentconscient,ouqui estcaché.Cela
implique prise derecul,recherche,dialogue,information,maturation,
pourle faireressortir,l’enrichir,l’actualiser.Autantd’étapesdu
travail d’élaboration d’un projetprofessionnel.

Leterme debilana cependantpourluiuncôté global,exhaustif,
qui permetdeconstruiresurdesbasesclaires.Ilrenvoie donc aux
motivations, aumoinsautantqu’auxcompétences.