Comment l
62 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Comment l'Education Nationale m'a dégoutée..!

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
62 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Fraichement sortie de la fac, Julie, 24 ans, postule à l’Education Nationale pour devenir professeure contractuelle.


Rapidement embauchée, elle est envoyée dans le lycée de la ville d’à côté.


Elle va y vivre une expérience à la fois enrichissante et extrêmement inouïe...


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782956227465
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Jessica De Raco
Autofiction Autofiction
Comment l’Éducation Nationale m’a dégoutée..! de Jessica DE RACO
Du même auteur : Une amitié déchirée Drive through love – Tome 1 Drive through love – Tome 2 Drive through love – Tome 3 I’m yours Les Cumhachdach Jessica De Raco 713, bd Christian Lafon 83700 Saint-Raphaël Imprimé par Amazon® en Pologne en 2019 Prix : 5,95 TTC ISBN : 9781079939217 Dépôt légal : août 2019 ©Jessica De Raco
A mes élèves, où que vous soyez, quoique vous fassiez, vous aurez toujours cette place spéciale dans mon cœur.
Avant–propos J’ai écrit ce livre sous forme de roman, dans le bu t d’une lecture plus agréable. Ça n’en reste pas moins un témoignage de mon expérience per sonnelle à l’Éducation Nationale. Mise à part un changement de nom pour to us les personnages, rien n’est fictif dans ce livre. Je vous laisse donc découvrir les coulisses de cette institution et toutes ses imperfections.
Chapitre 1 Je m’appelle Julie Droom et j’ai 24 ans. Fraichemen t diplômée en droit, j’ai recherché pendant plusieurs mois du travail, sans y arriver. Mon ancien collège m’a embauchée un mois, pour remp lacer une professeure. Je me suis donc retrouvée dans la peau d’une enseignante en français. Le collège étant une institution semi–privée, ils n’ont pas eu besoin de l’accord du rectorat. Cela dit, quand celui–ci a vu que mes diplômes ne relataient aucune mention de littérature, ils ont informé le collège qu’ils ne me paieraient pas. Le collège m’a alors payée avec sa caisse d’urgence. Ils n’ont pas pu me garder, malgr é le bon travail que je fournissais. C’est avec regret que le principal m’a remerciée. I l était satisfait des cours que je donnais mais hélas, il ne pouvait pas se permettre de dépenser les fonds d’urgence de manière aussi nonchalante. Le rectorat leur a donc envoyé une personne « compétente ». Cette dame ne connaissait pas le programme, elle ne savait enseigner que le B–A–BA de la langue française. En effet, ell e était professeure de français langue étrangère. En d’autres termes, elle apprenai t aux étrangers à parler français, ce qui équivaut à un niveau CP pour un français, final ement. Toujours est–il que cette expérience a été profitab le et j’ai souhaité aller plus loin dans le métier d’enseignante. J’ai alors décidé de postuler à l’Éducation Nationa le, en tant que professeure contractuelle. Cette fois–ci, bien sûr, dans ma bra nche : l’économie–droit–gestion. Mon diplôme rentre dans la case « enseignement en STMG ». J’ai envoyé ma candidature courant août, ne sachant pas vraiment si j’allais être appelée. Le 15 septembre de cette année–là a été le début de mon aventure dans l’enseignement. Et quelle aventure ! Je m’appelle Julie et ce roman raconte mon histoire
Chapitre2 Nous sommes le 11 septembre 2015 quand le rectorat m’appelle pour me demander si j’accepte une mission dans un lycée à 40 minutes de chez moi. Évidemment, je réponds « oui » tout de suite, en plus il est quest ion d’une mission de 6 mois. La proviseure m’appelle donc dans l’après–midi pour co nvenir d’un rendez–vous, lundi prochain, le 14. Aujourd’hui, c’est le grand jour : entretien avec l a proviseure du lycée : Cécile Billamone. J’arrive 10 minutes en avance, je tourne un peu dans la rue, avant de finalement trouver une place pour me garer. Je suis un peu nerveuse, ça va être la première fois que je vais enseigner à des élèves au ssi grands. Ceux que j’avais en classe de français, c’étaient des petits choux, ils avaient entre 11 et 12 ans. Là, je vais avoir affaire à des premières et terminales, donc 1 6–20 ans. Je ne pense pas que ce soit la même donne. J’arrive au lycée, je me présente à l’accueil en ex pliquant que j’ai rendez–vous avec la proviseure. On m’y accompagne. Madame Billamone me reçoit, tout sourire. Elle a l’ air très gentille. Ce qui me rassure un peu, je dois bien l’avouer. Madame Droom, bonjour, entrez, asseyez–vous. Elle me serre la main avant de m’indiquer une chais e devant son bureau. Je m’installe et attend, ne sachant pas ce qu’elle va me dire. Je pense que c’est un genre d’entretien d’embauche, cela dit, le rectorat m’a e nvoyé pour la mission, elle n’a pas dit que la proviseure devait « valider » ma candidature . Du coup, je ne sais pas trop quoi penser. Madame Droom, a priori le rectorat vous a pressenti pour ce poste. Oui, tout à fait. né ?Vous vous en sentez capable ? Vous avez déjà enseig Oui, j’ai enseigné au collège un petit mois, ce qui m’a donné envie de réitérer l’expérience plus longuement. Je m’en sens capable, oui, je souhaite relever ce défi. llège ? Les élèves sontBien… Mais vous savez que là vous n’êtes plus au co plus grands, plus turbulents, moins obéissants… Surtout, ils ont le bac et vous ne pouvez pas vous permettre de les mener à l’échec . Bon je retire ce que j’ai dit. Elle n’est pas si sy mpa. Sur le fond, elle a totalement raison mais elle me parle comme si j’étais une de ses élèv es, or, moi je suis une prof ! En plus, je ne suis pas stupide merci, je sais qu’ils ont le bac à la fin de l’année, je ne vais pas le leur faire rater, évidemment !
s inquiétez pas.Bien sûr, j’en suis parfaitement consciente, ne vou rendra ses fonctionsBien, la dame que vous remplacez, Madame Iskan ne p qu’à la rentrée des vacances de février. En effet, elle est en poste dans les îles actuellement, donc le temps qu’elle termine l’ année scolaire et les vacances d’été de là–bas, nous serons en février. D ’ici à ce qu’elle arrive, l’année sera bien entamée, il faut que la moitié du programme voire un peu plus ait été fait. Pas de problème. Encore une fois, je ne suis pas stupide, je sais co mpter merci. Bien. Dernière chose, vous serez le professeur prin cipal de la classe de première STMG 3, aussi vous devrez vous assurer que tout le travail incombant à ce poste soit fait également. La secrét aire vous dira ce qu’il vous faut faire. Ça me semble parfait. er tout ce dont vous avezD’ailleurs venez, je vais lui demander de vous donn besoin pour commencer. Le premier cours est demain à 8h. En sortant, elle demande à la secrétaire de me reme ttre mon contrat à signer, je lui donne les pièces nécessaires pour le dossier à savo ir ma carte d’identité et ma carte vitale. Je signe le contrat. Elle me remet alors mo n emploi du temps, la liste des élèves et m’envoie au bureau d’à côté pour récupérer les c lés des salles. Ensuite, elle me fait visiter le lycée et m’indique la salle des profs, e n m’expliquant qu’au deuxième étage, il y en a une deuxième, réservée aux professeurs d’STM G. Nous y montons donc afin que j’y rencontre mes nouveaux collègues puis elle nous laisse faire connaissance. Etienne Charbonneau et Lionel Smith se présentent. Salut, je m’appelle Lionel, et lui c’est Etienne. T u vas enseigner quoi ? Je n’ai pas encore étudié mon emploi du temps, mais de l’éco–droit et de la gestion. Tu as déjà enseigné ces matières avant ? Non, c’est la première fois, je suis légèrementlarguée. Je ne sais pas trop ce que je dois faire. ls que les élèves ont.Alors déjà, tu vas aller au CDI récupérer les manue Ensuite, tu as une clé USB ? Oui pourquoi ? ces du manuel ainsi que lesJe vais te mettre toutes les corrections des exerci synthèses des cours. Nous on leur distribue ces syn thèses. Ça évite qu’ils se perdent dans leurs notes et/ou qu’ils notent mal. C omme ça ils se concentrent bien sur le cours et les exercices. Puis, ils n’ont plus qu’à apprendre la synthèse. Ah beh merci, c’est super gentil.