56 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Femmes d'Argenteuil dans leur intérieur

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sous la houlette de Malika, les dames du Val-Sud m'ont conviée à leur table. Dans la Maison de quartier, nous avons partagé récits de vie, thé à la menthe et confidences, romances poétiques au parfum de philosophie, portées par le regard bienveillant des filles de la montagne verte.


Une plongée dans l'univers intérieur de femmes immigrées qui ont choisi de vivre à Argenteuil. Un livre plein de malice et de pertinence dans lequel des femmes simples mais déterminées portent un regard sans détour sur leur existence...



Editions Tangerine nights

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791093275345
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Femmes d’Argenteuil dans leur intérieur
Extraits Je ne sais à quoi ressembleront ces rencontres, où je vais collaborer avec des femmes que, pour l’instant, je ne peux qu’imaginer. Une nouvelle expérience, c’est toujours une plongée dans l’inconnu. Mais déjà la première dame pousse la porte, mon cœur bat un peu plus vite. Son fichu blanc est signe qu’elle a fait le pèlerinage à la Mecque, elle est donc hadja. Je ne sais pas si cela vient de ce statut – important aux yeux de la communauté, puisqu’il lui confère une sorte de majesté, mais elle se tient très droite, très digne. Elle me salue, embrasse Meryem qu’elle connaît déjà et s’assoit sagement devant la table, après avoir expliqué qu’elle vient rencontrer des amies. Ça y est, clap de début. L’atelier démarre avec Khadra… *** Mansoura sourit en pensant au bidonville de Houilles où elle a vécu si longtemps. C’est là que ses enfants ont grandi. « Pour sortir de la maison, on prenait les gosses sur le dos, car les eaux usées circulaient à l'air libre. Marcher dans la boue, c’est tout un apprentissage. Il faut bien poser le pied pour ne pas glisser. Mais on glisse quand même, un jour ou l’autre. Un matin où Tassadit se dépêchait, elle a dérapé, et la voilà les quatre fers en l’air dans la boue bien grasse ! Enfin, tout ça, je l’ai presque oublié. C’est bon d’oublier, vous savez ! lance-t-elle aux autres. Ça fait tant de mal de se souvenir des vilaines choses… »