Les canaux de l’arrière-pays

-

Livres
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les canaux du sud de la France permettent le passage du nord de l’Europe à la Méditerranée mais constituent aussi une destination en elle-même et leur réseau est un vrai bassin de croisière. Pour les bateaux qui ne sont pas limités par le tirant d’air ou d’eau, c’est un dépaysement assuré par rapport à la croisière par la mer.
Il est extrêmement agréable de glisser sur l’eau au milieu de paysages bucoliques, de passer dans les villages et les villes. C’est une relation intime avec l’intérieur du pays qu’une croisière côtière habituelle ne peut apporter.
Certains choisissent également d’hiverner sur les canaux, parfaitement abrités des tempêtes d’hiver. Cela coûte beaucoup moins cher qu’une marina sur la côte, et l’on peut être amarré au centre d’une ville ou d’un village, ce qui change de la vie en mer.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 février 2016
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9791027100781
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Elles sont disponibles, seulement pour l’édition en cours, sur le site de l’éditeur w w w . v a g n o n . f r et en anglais sur
le site de l’éditeur anglais w w w . i m r a y . c o mV a g n o nL’amour des Français pour tout ce qui touche à la voile est communicatif et même quelque peu intimidant. Qu’il
vente, qu’il pleuve ou que le soleil brille, vous verrez des files de petits dériveurs emmenant des enfants à
l’entraînement. Pendant les week-ends et les vacances, des myriades de petits bateaux sortent vers leurs
mouillages favoris et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous donner son opinion sur le dernier bateau de
course en fibre de carbone ou même l’heure d’arrivée du prochain coup de mistral. L’avantage est que
l’infrastructure pour la plaisance est l’une des plus complètes du bassin méditerranéen. Par contre, elle
commence à être victime de son âge et de la pression qui s’exerce sur elle.
Ces dernières années, de grosses améliorations et rénovations ont été entreprises sur les marinas et les ports et
des projets d’agrandissement existent. Beaucoup de ces projets sont limités aux petites embarcations locales ou
aux maxi-yachts ou aux paquebots, mais l’effet sur l’ensemble de la plaisance est manifeste, apportant de
meilleurs équipements et une meilleure protection. Cerbère, Marseille, Fréjus et St-Raphaël en sont des
exemples. Les nouveaux projets et les plans d’implantation des pontons sont inclus dans cette nouvelle édition,
mais n’oubliez pas qu’ils peuvent changer et que les dates de fin de chantier sont rarement respectées !
L’accroissement bien visible du nombre de bateaux durant la dernière décade a des conséquences inévitables sur
l’environnement marin. A mon sens, les règlements français en matière de réserves marines maintiennent un bon
équilibre entre la protection du milieu marin et l’accès des réserves à la plaisance. Des restrictions sévères sur le
déversement des eaux noires, sur la vitesse des bateaux (y compris les annexes) et l’usage des engins de loisirs
sont en place près des côtes, tout moteur étant même interdit par endroits. Pour aller à terre, il vous faudra
ramer ou hisser une voile. Le plus récent des parcs nationaux français, les Calanques, a introduit des restrictions
de mouillage, mais des corps-morts ont été installés. Nous avons utilisé de nouveaux symboles et couleurs sur
les plans pour les zones «moteurs interdits» et «mouillage interdit».
La région demeure l’une des plus fréquentées de la Méditerranée, avec un nombre de places insuffisant, mais on
peut y trouver un bon rapport qualité/prix, que ce soit pour les tarifs des marinas que pour l’autre grande passion
française, la nourriture. Nous aimons passer d’une ville animée à un mouillage désert, regarder une partie de
pétanque ou juste prendre un café dans cette région pleine de contrastes et de contradictions. A chaque fois que
nous y revenons, nous retombons amoureux. Oui, il y a trop de monde. Oui, on peut y être exaspéré. Mais le
meilleur conseil que je peux donner à ceux qui y envisagent une croisière est de s’y immerger et d’y prendre du
plaisir.Tous nos remerciements à ceux qui nous ont envoyé des informations pour cette nouvelle édition, en particulier
Bryan Scott sur French Maid, Julian et Sally Dingle sur Electra, Marc Labaume, John Heaney, Michael Rogers,
Tim Herbert-Smith et David Holliwell.
Merci également à toute l’équipe d’Imray, à Elinor, Clare et Willie qui ont compilé ce guide avec beaucoup de soin
et d’attention aux détails. Comme toujours nous serons heureux de recevoir toute nouvelle information via les
éditeurs.
Rod et Lu Heikell
Avril 2013