Partition complète, Béatrice, Légende lyrique en quatre actes, Messager, André
259 pages
Français

Partition complète, Béatrice, Légende lyrique en quatre actes, Messager, André

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
259 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Travaillez les partitions de morceau Béatrice partition complète, lyrique opéras, de Messager, André. Cette partition de musique romantique dédiée aux instruments suivants:
  • solistes vocaux
  • chœur
  • orchestre

Cette partition se constitue d'une variété de mouvements: 4 Acts et l'on retrouve ce genre de musique répertoriée dans les genres partitions chœur mixte, partitions pour voix, lyrique opéras, partitions pour orchestre, pour voix et chœur avec orchestre, pour voix, chœur mixte, orchestre, langue française, opéras, Stage travaux
Visualisez dans le même temps une grande sélection de musique pour chœur, orchestre, solistes vocaux sur YouScribe, dans la catégorie Partitions de musique romantique.
Rédacteur: First edition
Edition: Paris: Adolph Fürstner, 1914. Plate A. 7203 F.
Libbretiste: Robert de Flers (1872-1927)Gaston Arman de Caillavet (1869-1915)

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 62
Licence : Libre de droits
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo

Exrait

rM^
ANDRE
TvIESSAQER
X(
J-B
MCEBE^ S.1L S
CHANTETPIANOPARTITION POUR
FÛRSTNEREDITIONBÉATRICELégende lyriQue
en quatre Actes
Poèeirte de
ETROBERT DE FLERS
CAILIÀVETQASTON-A.DE
Charles Nodierd' après
T^usique de
MESSAQERANDRÉ
Partit!on our Chant etPiano.p
francsPri;>c net2jO
éditeurpourlous paysPropriétéde l
FÛRSTNERADOLPH
18 RueVignonO?)PARIS,
reproduction,d.'e;x:éçution,dereprésenlcLtion,deTous droits
pourtous pays.arrangements réservéset dde traduction
perforiT\a.nce 1914: hyincluding rigkt ofCopyrigKt
y\clolpK Fikrslner-Pcirîs
7203 F.A-BÉATRICE
Légende (yriqLie en quatre actes
Poème de ROBERT DE FLERS et GASTON-A. DE CAILLAVET
d'après CHARLES NODIER
Musique de
ANDRÉ MESSAGER
Représentée pour la première fois le 21 mars 1914 sur le théâtre de Monte Carlo
Direction de M. RAOUL GUNSBOURG
PERSONNAGES
BEATRICE, Soprano dramatique
LA VIERGE,
MUSIDORA, Mezzo Soprano
LA BOHÉMIENNE, Mezzo Soprano ou Contralto
LA SUPÉRIEURE, Mezzo Soprano
FROSINE, Soprano
LELIA, Soprano
SŒUR ODILE, Soprano
SCEUR BLANDINE, SopranoMONIQUE,
LORENZO, Ténor
TIBÉRIO, Baryton
L'ÉVÊQUE, Basse
FABRICE, Ténor
FABIO, Ténor
BEPPO, Baryton
LE JARDINIER, Ténor
—Religieuses Pêcheurs
Chœur des anges
Sicile au XVI^ siècle
A. 7203 F.INDEX
ACTE PREMIER
Page
INTRODUCTION 1
—SCÈNE I La Supérieure, les Sœurs, Béatrice.
Or, par un jour d'été. (Béatrice) 3
Chœur des Religieuses 9
—SCENE II Les mêmes, le Jardinier.
! moi tous les lys ! (Béatrice) 15Non ! Non A
— Blandine, Béatrice.SCÈNE III La Bohémienne, les Sœurs Odile et
suis sans foyer ni diaumière. (La Bohémienne) 20Je
la Supérieure et des Sœurs, Béatrice.SCENE IV L'Evêque,
enfance. (Béatrice) 45Au temps de mon
—SCENE V Lorenzo, les Religieuses, Béatrice.
Amis, vive la vie! (Lorenzo) 53
Ayez pitié, ouvrez au malheureux. (Lorenzo, Béatrice) 58
ACTE DEUXIEME
PRÉLUDE 82
SCENE I Béatrice, Lorenzo.
Pèdieur) 84L'aube blandiit la mer jolie. (La voix d'un
(Lorenzo, Béatrice) 86Me voilà! Tu rêvais encor?
— 104II Tibério, Fabrice, Musidora, Lélia, Frosine, Béatrice (Chœur). .SCÈNE
-- III Les mêmes.
(Béatrice) 113L'Amour est toujours beau.
-SCÈNE IV Lorenzo, Musidora.
124Il vous aime toujours. (Lorenzo, Musidora)
—SCÈNE Lorenzo, Béatrice.V
134Tu m'as trahie. (Béatrice)
— Florise (Chœur) 147SCÈNE VI Béatrice, Fabrice, Tibério, Lélia et
A. 7203 F.ACTE TROISIEME
Page
—I La Bohémienne, Beppo, Fabio, Pécheurs 155SCÈNE
— mêmes, Lorenzo, Tibério 163SCENE II Les
— III Lorenzo, Tibério, la Bohémienne.
169Nous avons couru les mers violettes. <Lorenzo)
Bohémienne, Lorenzo) 172Et qu'en rapportez^vous, Seigneur? <La
SCÈNE IV Lorenzo.
181Quand l'atteindrai^je donc, cette heure où l'on oublie? <Lorenzo>
—SCÈNE Lorenzo, Béatrice 184V
— Fabio, Pêcheurs, la Bohémienne 195 VI Les mêmes, Beppo,
201Danse
ACTE QUATRIÈME
PRÉLUDE 217
-SCÈNE I Béatrice.
ici ! L'église. (Béatrice) 219C'est ici, c'est
— la Supérieure.SCÈNE II Les Religieuses, Béatrice,
221Chœur des Religieuses
mois de Marie. <La Supérieure) 226Comme diaque jour 'du
la Supérieure) 228L'Autel est vide. (Béatrice et
—III Béatrice, la Vierge.SCÈNE
232Relève=toi ! <La Vierge)
la Vierge.Béatrice, la Supérieure, les Soeurs,SCÈNE IV
ce cri. (Les Soeurs) 240Quel est
Anges invisibles) 245Gloria in excelsis Deo. (Chœur des
7203 F.A.BEATRICE
Acte Premier
marS
La scène représente une cour dans un couvent._ A droite, grille garnie de plantes, donnant sur la campagne. _
A gauche, aufond, entrée de la chapelle dont Vintérieur est praticable._ Azc et à gauche,deuxfond galeries à arceaux
s'enlacent des vignes grimpantes. _où, En Sicile ati XVF- siècle.
Poème do ROBERT de FLERS et Musique de
de CAILLAVET.GASTON-A. ANDRÉ MESSAGER.
Moderato sans cl- =lenteur 48
PIANO
~à-'i- ^J i- àj
ê ^m fcÉ1^^ ^^
p
m ^H é^ 1^
j- -j. j- JT-ji) -i-j i^-^W
ir^ P^^ î^^^
^
^P ^J < ï=*fi ^
^^=^=^
j'»^^fe^ * /^ j. ^t^^^ * rf-^ ^ f f 7 f
i r-"f i^mp ^m
Tous droits d'exécntion, de représentation,Copyright 19t4 by Adolph Fiirstner, Pans.
A<iolph (IXÇ),18,rue Vignon. de reproduction,de traduction et d'arranffC-Fiirstner, Paris
34aW. Viktoriastrafie A. 7203 F. mcnts réservés pour tous pays.Berlin 10,<
sosteimtomolto©
zz^É m
f
mf
m É^^E
# >V
^^^ —a
f
st» fS •F=
@
É^^^ ^^^ ^^^l^^f^
•4"TT r^^r rr^TCT ^m ^
m
» -^
1»-f» ^^^^* ^^
ê ^=^^iE ^^^
cresc.
m
;«;' "^1'
5'^ ^
A.7203 P.-^-i T J p
~
'^-*^ £
ff dim.
f rr r '^=r^—r^r r
^
2;'
5'
SCENE I LA SUPÉRIEURE. LES SŒURS groupées autour d'elle. BEATRICE debout, lisant.
èÊÊ^ ^^ m^ ^
dim.RIDEAU
^#
?=^=^S
^S
BÉATRICE (continuant sa lecture).
fet w^ W¥^^
-Ôr, par un jour d'é té, la da - me noble et
i? î^^j
1 i èÉ
i^ p
^^ ^^rt
B. * g
i ^M r r wm rM M P
- - - bre un buis - - -sa ge Vit dans la fo rêt som son lu nii neux. Et ce buis
J; -J- ?i i? J. J^J i;
Éi=i ^^ ^
^ ^^* < »^^ i
7203 F.A.>
4
B.^
-r ^^^P Mt
- - - leux De - vaut ses pas li - vrant pas-son mi ra eu
il-i- J A j.
:i±^^
Ff- r ^^P^P^ ï> r-f=
r
j^~"~j^*i^^
f f f
Ë=^
? P
Vier - - --sa ge, De la g-e sans ta che Vi mage
à i^^n^:z=S2z ^ ^=^t 7"f
i—-J
-J-i=i«F^ *i?^ ? ^
®
B. î ^^ ^ r M$
- -Ap - pa rut a ses yeux. El le
la
^^^
19-ï^ =933
l . 1,>3 3;z-f*
j5L 3:
.2:;^ ^^^p "^
B. r-i- • » *
\f m
"^mm r P ?
prit, et de por - ta par res - pect dans sonses mains, La
:J^^^ ^^^ ^-T
x-^> S-^^^^^
T^ T r
A.7203 P.r ré
-(9-^
I
^r r ^pÉ
- -bel - ra - toi re, Lou - ant sa bon - té et sa gloi
^^=^=^^ ^=^^ ^
3m f=^ T f^^^
^ 5Ui—^^j ^=,=4#És ^^^
il J> il I J' i^y ) ^^^
- re. Mais riVi - ma - are 1erlen - - main -ge le de A-vait quit té Tau -tel de
i? ^T i3^J
fe
^^j ^^ ^^f ^ P^^
dolce
^^m ^ p^^m f ^m
^=F
3pP MVt
- - dans le frais jar - din^ parmar bre, Et la
iJ- J r~irj ^j~j ~'i^n ^y
\* r^ 1=^^r f^=T——r r
^'f
I > yj,^ ^ ^^
zc
E.
r r.r-f
- bril - lait sous les- té, Le buis sonGrâce ha bi
^m ^^J'*?[; ë^^i-jià^n jj
I ii fï M trimr
dolce
iS
iij ^jI Is ^^é=^P ^rr r
A.7203 F.1^
-blou - is - san - te- bres, D''une clar té!-ar
.Ç^T'ii.'i ^^JTw«V-l
i
tri trt tri i^i
t stm *Éé -»ip'T»^m "T T
B. » *Efe^ ^^ ^^É
- -A lors la châ te - lai ne à ge
i- tié i^Sé lni:
?2:î i
i ii «# &•» r^«(rH
fp
i_J_^m ^=^i
i 1»
''T -r-=

» » * m w» » •
I I^É
-- noiix - dit grâ - - ce A - tre - Da - me lui fitren No et
J ^i JA
ï^* ^f^l^^
i^^ ^^
r<'f 'f T-r
«^
in r H M mt
vœu bà - tir - pla - des - sus du buis - deDe à la mê me ce, Au son
TJ^j^Fj nrt^^^\ïin ^^jjSJ
cresc.
14-^-^ LdALJ^i^^
-f^ -Ff-' f^ -f^
A. F.7203B.
fe rfa ^
-le cou - - -vent de la Vier ge Ma - ri
J^JJ j
, j::^^y i l
l* fw f
' »-=- 9-=-5^7 j: j;^
r^
Elle ferme le
livre
S/ui> r^ fcEÈ^i
- -- fleu ri es!e Des E Pi nés
j^^ iEE^
2!m ^ f^
/
§^? è^=1]
= 92Moderato J
LA SUPÉRIEURE (se levant).
I _ ÏEE^Ï
)J) il J) I ^' J'# -Et cou - vent,mes sœurs, est ce - luice
=Modérât ato J 93
»:t
"TT"[É i^^ ^I
^
i
«i):,CJ g i ^^^^^—* iv ^^ 311Trrr:É
[m- •CT
A. 7203 P.La s.
V J- J'' J- J''y iJ_y> J) il J^ I U^^ y r r r
- - - - - -Et la sta tue est cal le aus si Qui de no tre ta bercv
!>*%
(
ll> ><Xi301 n o
\*
"^
an*>Pr-o-îTprr^# ^«- «-inr--^
La s. * ^ ^^ï
\rr p p V r p
- -na - cle É tend vers nous ses bras d'où tom bent les mi - ra - clés,
^o- ^ £ s
^tr^r m mW
f=^
_£»_«lïi;
HE-O-"ÏT"
La s. £ Jm il ilJ j^ J.MM =^? r*
Celle au - près qui veil - - - - - -de le en un zè le pi eux, Bé a trice no tre sœur é
s-^
; j I.J: J^ *ljj jt r
^
^.^^ -^ûo- 21-O-^
La s. il^ l>J j.h i ii)J''^s^£^
I
I Jihi^iU—P Pp P
lu - Dont - - - - tien-nent les fleurs choie, les dou-ces mains as si du es En-tre
^E
dzzt:^rv-É ^T^ W
1^^1 s
A. 7203 F.La s.
f^f^gizgzl^i'i^-Jt i^é^r rM p p
-si - es, Pas sa - g-è - res com - -me la vi - e, Et pren -nent aus si soin des
iib:
^jS ^^# ^$ :^ ^ ''P
U
i^ 33=^s i
l^^3 ^1^3
.Plus lent J.J- = 66
La s. ^ -'l'J >J M y.>^
-feux E - ter nels ain - si que nos vœux..
Plus lent J.= 66
^ •'^ "âl
ii ri^ i Tr^T"
?>
^^
I.J Ji|J -^^-^^i ^S^ ^ ^^ ^7"
RELIGIEUSES (CHŒUR)LES
(D
dolce
:^s i>J"•Jmj ;>j i^?=^ ^i -- g-e bé ni e, Vier MaVier
^ ^ s:^J>-JJ |,jU J J^JJ'J-%
^TT^tT^l? U^'l/'t/^^
marcato ^^És J. J- ^E^ W^^^
- - - -ve ma- ns stelA
h J JiS m' m ^M y i y J 11# i)7P^I Que.- - - nés fleu - ri eslri e Des E pi
1"^^^^^ ^'P ^ VrU jj
J. «M- -SM-n"i. ^ffc^
la De
A. 7203 P.-
10
SJJ MJ^ I.J) ^ ^hi JJi Ji^Ji
- pri-ere ef - fa- -ce De tons -110 tre nos pé-chés la tra ce
i^i'Jn,i"^-"f JU.* j^ i i^^^r=i'J'JT-.j'i tJ'^^D/ 't/ u
:^ V
l|P 1./^s=^SS J- ÎEÉ
J.i. r
i Ma - - ter - -al ma. At que sera
irr "~"p'^ -v^u J ji -^
IQj'r~^ r ?N«
- - -Et- que nous vi viens se Ion vous
-,MJ~iiJ- =hJ^iife^ J- é
I' ) Il»i~ ,V ^^P
'''CJ'tJ^U w^v^wP^W^
im 53m ^
per Vir go
> » 1^i^ ^
i ^^^ ^^^F^ MC ^^ f P$
-- se Sa-ron, Tour dM-voi re, Por - te du Ciel, Vais-Ro de
^J iJ Jj^ lJ J. \'^I. j> J l'/'J Q^
T^'rXX-^XT^V '^tS W^U^Wd^"cjï
m —
^<s-=- -r- ^
- - -- -Fe lix cœ li por ta.
^^^y-^^ ^^^*^ ^ ^i
- - - - nous!.seau de ffloigloi - re, Par don nez
=^^^^ -i' ^JWJ.J—# iS'W^^^^w^
*;^ I I
i]?- I.»
il'
A. 7203 F.11
^
- xau^ cez - nous!
^^^^Ë
^is =^
•P
-r
LA SUPÉRIEURE
qq
'' *
j. j:
I, 7 i
^- ''^p "r MI f^ r'
Cha - que fois que re -vient ce joui- En Thon
La s. *DŒ:ÉS 1Trr-r~T1 ^^
- -Ma ri e, Nous rap - -neur de pe Ions, mes sœnrs, la mé
^ ,^^ JJ i JJ)
'!'""'
'^'tùL^iu ïti^ v'^cJ" c/'^"^^
J^is
r^
rLa s. fcpQ ^^^vJ. J J^ i JS
I;• rfi
-- - - -moi - re bé ni e Du mi - ra - cle ac - com - pli na
^ '
iJ ^î J l /'J )J J* 7 3:W 'SJ w iJ'U 'If
J . J^J.iJ. Ji|J.^ ^
^7K^^rr- f< r- T-f
A. 7203 P.t
12
La
s.
-^f-^
*€H-*
. en ce se jour. Ain - si- soit.guère
ffis:
,^i'j mTj'rj I¥' [ZbT^^ ' WrWW"
|,ï
i?EÎMlJ^Tr
si
ÎG2 i^'J- [j,3' ^—f-r r -rr- T~
La s. ^^3=^ S
-il! CHŒUR
^)S y 7
«-= # i^ sI
-Ain si . soit - il!.
ï. V
i^fc—et ^^à fcj;
^5^g^^ * SÉ
i^
«-•^
fiÉ ^^
^
:^W>^.
rMÊMES. LESCÈNE II LES JARDINIER
Allegretto
LE JARDINIER
- -- - - moi, mes sœurs, - ten - dais pour enEx eu sez ma mè re. J'at
Allegretto
m M
^
^ m3
LeJ.
-<ï: Ji jij^ j^ \\ j^Ji
I il ji I ? J^j_j, ji Ij r
- --trer la fin de la pri - è - re; Je vous por te des fleurs, Voi
3 iJ a^* i
} m m
r r
A. 7203 P.13
iM.
LeJ.
'^^'
i' J^
I^ P- P 1^p p
- - - -ci des lys, ca li ces de can deur, Ra - vis au bu tin des a
•É
ïF e^^=g â^g^
®
LeJ. il ^*'^^ * jm T P'P ^ PI
- - - - --beil les, Et les rou - g-es ro - ses ver meil les,
"fA^^ É i
:^p ^^p
LeJ. :è^
p p p ^ ^^j
-- - - lent -cor les larEt le jas min D'où ruis sel
enSŒUR MONIQUE
J^J'1^^"P^
moi les
jas-mins.Don-nezLcJ. P-Î^^ ^
-^F F—
- tinmes du ma
rkt— s
i-i P^tm ^a*^
/
JM^W^ ^2=i^mm
F.A. 7203, .
14
SŒUR BLANDINE
iiiii'i i 7 iiiif ip iH i ii>n^ |)
Que ce blu-et est bleu sur cet -te ro-be blanche-.
UNE AUTRE
UNE AUTRE
-^ jui r ^ mj
-Les per-ven ches . . . Les
œilSŒUR ODILE
l^ii-Jl J1 ^ff ^
I
r^ Ji^ ^ ^t i
-lets. - -Sur ce mar bre do ré. que ces
UNE AUTRE
•'
* "p "p 'P P'Pi
- -Les pas se - ro ses.
^*^
ti Lif ^^-^II^p;^pt
cresc.
M'> ^f: te'
iir!y
i^rr-^s P
UNE AUTRE
*^ Pl^¥^ "P^ P P f,
- -- --ro ses sont ro ses. jes au - bée pipi nenés. .
UNE AUTRE UNE AUTRE
«J^ J^
I i* y
-Les g'ia ïeuls.
JMJ «i l(
I i»jiit ^1^a '=l''f
#
^—fP^^^^
A. 7203 F.15
BEATRICE
allargando
' -----— •— TempoTerapo-lz9G J :» -*- •tï il, -^
veux Pour -les 1)0po ser aux nieds rlp la. ViV>r. cpp Ai .- vi -. _ no ni iopieds de la Vier- ge -di ne, De la
allarg-ando
Tempo J r 96
^ i j.^ ,}^ '
'a
' ££/•''
'^ &£ij ^Uj^U^i-U^
p
B.hfJî ^ > ;i J'' il- J^.F y I Ji a ^?^i
- -Mè re de Dieu._ Ils sont mon bien, ils sont ma
H
V -:-a p r a ^^^^^^^^^^ -^'^\^
i iimS É
r
' ^^*» r i ^p p ry p p ^ ^
- -- - - ton - tes -cho se! Je mé pri se - les ro ses, Mais les
^^
^'"^^/i^j^Q/lJ^i^/^
tt/'U/'W
a
I
A.7203 P.
16
-|S>-=^' 1-.^ 1^^ l»Tr^ fr\n^ o mrmoi!lys sont à __lys, les
if
f.i ?^
I . , I r ff^ i.r ^r'i. JF 3ï iEE^El mil
' f^.^lIlP ^f ^
>l i?/^
B. 1 ^^ i ^^*
dw la Vierge et fleurs du -Fleurs Roi, Tou tes ces co
* f-€
;lÉ ^^ ^?
dim./
J 3 y J^^gtt;^^ OTl<i ff^ il=#yj^
fe^ r r
I
J'' i' IJi m .h
itjip ln^^É
- - froi- -les sont mien -nés- Nulle 1 ci ne les au ra,
-m-#^^ w^^^É *^^^ ^P^^R
V
^
Ij^ izr9^ ? ;11% 1
allaryando
Que Tau - tel dont je suis gar
allarcando
A. 7203 F.17
^ Ê$
- ne!dieu
SŒUR ODILE
^5m ^
P P " ^P/
-lou tes nous ser - vons la Vier ge très
SŒUR MONIQUE
l
l' Jl
\,i^npj'^ ^ A 'ff"r P P P=?P
- le -1 a nos es - poirs -et nos plain tes!
s.o.^^ ^_
sain - te!
SŒUR BLANDINE
m*
No
string-endo
BEATRICE (avec éclatj
^'^g ^ttY^*
-Vous ne Tai mez pas tant que
S.Bl. S
- - - se et no - tre foi!tre ten dres
l,t»*
h=^
1- ffir.^
ei
A. 7203 F.—
18
feië m
$
moi! LA SUPERIEURE
5E^i —ÉÉ^ *-'r -•p zr ^^
- - - - -Tai sez vous, fille or giieil leu se! L'âme
\4yrrfî
:tts:p
~x,: 71.: w
'^jf dim. V
&^ I 9^^^
Tf \fV¥.
La S.
- qui sou - met, Est - - -hum ble se seule au Seigneur pré ci eu se, Ce sont les
SS
-6 <i* w x^--w m
m^JOI
1^
1^:5: cr
l»^
J = 76@ ,
fcl^La s.
J-h J. Il P''" ^r^ fm^p r m r r c^*
qu''il ai - mail. Dans la ru - che - beil-le toutesim-ples chaque a A
d= y-=i k^^î =Sïm "g l)^-a mf
-W A- ^ f êr F@ fs m=^^
-> J1|S
f
^'' Ji'H iJ J> iJ ji},
I i,ii il|j^ J J, I Jj, | ^pJp ^f^
- -au - tre a beil le est - - nul - le n'a droit d'or - don - ner à sespa reil le Et
I
3e^'^' e^ vrrhti r^
M *^ 9^ — -0 *w tr ttr f.
r?
A. 7203 P.— f

pocopiùf
-m^^_ ^
l'r^ I > ir"r -^^M y r ^^
Votre au - da - ce, sœur Bé - a - tri - ce, Mé - ri - te que je la pu
i Ûfe3 É
^f=^f=1^ ^m —rTT
i2 * if »r r r 3Pi ^P
^aS =j
I i jij il il
i'^ j^ ;jÉ
- se, Vous rfas - - te - - - - - ce Dunis sis rez pas a vec nous à Tof fi
^ M
P
H
9^-^m a Jœ:
iS»- W^
®
-'^ ^mil Ji|ni^JJi^ >
l f P
IV ^ pp f p|
- - soit cléDieu pour qrfen sa dou ceur A vo tre faute ilsoir. Pri-ez
^: 1E3^
^ j-i-iij+ig=tr^ï* ^
dolce
lo- i-t^s-^ a
rr rr
Ello Sœurs, sauf Béatrice.sort suivie des
La S. Ji,^i^hJ t > ^^JJ^
-Ve nez, mes sœurs..ment.

-fi E E^M—^j^j 5t5^ 5^ * n
^
^•^'^
il ^^^^^p
A. 7203 P.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents