Fraternité Matin n°16400 - Mardi 20 Août 2019

-

Presse
32 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16400 - Mardi 20 Août 2019

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 août 2019
Langue Français
Signaler un problème

Hommage au Chef de l’État
P. 4Bakayoko-Ly
Ramata mobilise
Mardi 20 août 2019 / N° 16 400 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (Orange CI) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € la région du N’Zi
PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
Nouvelle Cei
P.4L’Union
africaine
Le président de la Commission salue l’ensemble des acteurs politiques
en Côte d’Ivoire, y compris les organisations de la société civile, pour satisfaite
leur attachement aux valeurs démocratiques.
Recrutement Enquête/ Faux prêcheurs,
des enseignants contractuels faux malades, faux sinistrés...

Ce que le gouvernement
P. 6attend des bénéficiaires
Prévoyance sociale
De nouveaux mécanismes Dans l’univers des PP. 2 - 3
P. 5 nouveaux mendiantsde gestion en élaborationMardi 20 août 2019nquête2 E
Faux prêcheurs, faux malades, faux sinistrés...
Dans l’univers des nouveaux mendiants
Dans les rues ou les lieux de culte, des escrocs arnaquent d’honnêtes citoyens usant de ruses qui sortent de l’ordinaire.
ercredi, un après- même baratin. Vous racontez
midi de juillet. Nous n’importe quoi pour
escropartons de la rédac- quer les gens. C’est cela? »
tion de Fraternité prise de court par notre réac-M Matin et marquons tion inattendue, et se sentant
un arrêt à Adjamé-Liberté. démasquée, l’arnaqueuse
Une dame, le visage amaigri, s’éloigne rapidement. Elle se
vêtue de haillons, la dé- faufile entre les voitures
marche lente, nous aborde avant de se fondre dans la
sous un soleil de plomb. son foule. Des gens autour de
corps, et celui de l’enfant d’à nous, ayant suivi la scène,
peine un an qu’elle a dans les nous informent que «c’est
bras, portent des traces de son travail».
mercurochrome. Elle me
raconte une histoire touchante: Présentation de
«Un incendie a ravagé la pe- fausses situations
tite maison où je logeais avec A longueur de journée, nous
mes deux enfants. J’ai tout ont-ils confié, cette vieille
perdu.» Comme j’étais sensi- dame se comporte comme
ble à son récit, elle se montre une malheureuse pour faire
plus pathétique : «Le feu m’a la manche, en racontant des
brulée ainsi que le bébé que histoires imaginaires.
vous voyez. J’ai eu la vie Comme elle nombreuses
sauve grâce à la promptitude sont les personnes qui usent
des voisins qui sont venus de la ruse pour arnaquer
éteindre le feu qui a tout brûlé d’honnêtes citoyens dans les
chez nous. Je n’ai plus rien». rues d’Abidjan. Elles ont des
puis, elle me confie ce qu’elle techniques d’approche
ingéattend de nous: «Je sollicite nieuses et variées afin
d’arvotre aide pour avoir de quoi river à leurs fins. Il est vrai
nourrir cet enfant qui a terri- que certains hommes ou
blement faim. En cette saison femmes ont réellement
bepluvieuse, je n’ai plus de de- soin de charité.
meure. Je dors quasiment à Mais, d’autres se font passer
la belle étoile avec ce bébé pour des étudiants,
menque vous voyez. Ma famille diants, chrétiens… pour
souest disloquée et dispersée tirer de l’argent aux passants.
depuis une semaine. Mon De plus en plus, la secondeUn passant succombe aux arguments du “Faux’’ mendiant.(photos:poro)
âme est peinée. Je ne sais catégorie d’individus s’illustre
plus quoi faire». Nous dans les rues. En effet, uneDifficile pour nous de ne pas récit aussi dramatique. Nous 5000 FCfa en guise de sou- été prescrite. Je n’ai plus
sommes pris de compassion. autre forme d’arnaque, moinséprouver de la pitié devant un lui remettons un billet de tien. Nous poursuivons notre d’argent pour acheter les
mérépandue, fait beaucoup dechemin avec le sentiment dicaments. Mon unique fils
victimes en ce moment. d’avoir fait œuvre utile. Deux est en dangerde mort,
aidezElle est pratiquée par desjours plus tard, au niveau de moi. Faites-le à cause de
jeunes filles et garçons qui af-la pharmacie siporex, à Yo- Dieu ». hébété, nous
écarfirment avoir le statut d’étu-pougon, nous revoyons la quillons les yeux et fixons la
diants ou d’élèves, alors quequinquagénaire qui nous ac- dame. Nous pensons à une
ce n’est pas le cas. Ce statutcoste, toujours avec le même méprise, que non ! C’est bel
leur permet de jouer sur labébé, l’air mal en point, dans et bien elle. Cette femme qui
fibre sentimentale, quand onles bras. Cette fois-ci, elle nous avait sollicité en se
faisait que la vie de ces appre-tient une vieille ordonnance sant passer pour une victime
nants rime généralement
“Leur malheur c’est qu’ils abordent
tellement de personnes, en une journée,
qu’ils ne peuvent mémoriser le visage de
leurs différentes victimes. Cela leur joue
souvent des tours, comme l’atteste
l’altercation dont nous avons été témoin’’.
avec précarité et des difficul-qu’elle nous présente : «Mon d’incendie. sur le champ,
tés de tous ordres. La tech-fils a fait un grave accident. nous nous rendons compte
nique d’approche de cesSes deux membres sont que nous nous sommes fait
escrocs est la suivante : ils sebroyés. Il est alité à l’hôpital. berner. Nous sommes en
présentent à vous avec res-Les médecins lui ont donné présence d’une farceuse.
pect. Ils sont persuasifs et ilsles premiers soins. Mais son Aussitôt, un sentiment de
cosavent émouvoir par leurs ré-cas demeure instable et cri- lère nous envahit : «Madame,
cits. Au final, ils vous prienttique. l’autre jour, vous m’avez
La femme n’est pas en marge de cette pratique. de leur venir en aide financiè-Voici l’ordonnance qui m’a abordé pour me raconter le3Mardi 20 août 2019 nquêteE
rement. Ils prétendent que gain de cause, au contraire
cela leur permettra de réunir Mme Agnéro a été indignée
les sommes nécessaires à la par cette attitude. «Tu
afconstitution des dossiers, en firmes être malade et ne rien
réalité fictifs, en vue de pas- avoir pour manger. Je te
deser un concours tout aussi mande d’aller à la Caritas
imaginaire. pour obtenir de l’aide, tu me
En dehors de ces arna- rétorques que tu veux
absoqueurs, nous avons ceux qui lument de l’argent et non des
vous sollicitent, avec courtoi- vivres pour gérer ton
prosie, en vue de les aider à blème. Je ne peux rien faire
éponger les frais d’hospitali- pour toi dans ce cas », lui
asation d’un parent qui serait t-elle lancé, énervée.
malade. Ce qui est une in- Approchée, Mme Agnéro
vention, un mensonge pour nous confie avoir été
pluappâter leurs victimes et leur sieurs fois victimes de ces ‘’
soutirer de l’argent. D’autres fidèles sans foi’’ et des ‘’ bons
par contre vous demandent à rien’’ qui ne veulent pas
trade payer les frais de transport vailler. «Ils aiment la facilité.
de leur déplacement, parce Ils font semblant de venir
que dans l’incapacité de le prier pour emmerder les
honfaire, après la visite à un de nêtes gens».
leurs proches. A la mosquée, ces faux
menA la vérité, ces hommes et diants sévissent aussi. Leur
femmes qui s’adonnent à technique est sensiblement
cette pratique sont de vérita- identique à celle de leurs
bles escrocs. Des personnes compères qui opèrent dans
qui passent le clair de leur les églises. Les vendredis
temps à quémander au lieu sont les jours de prédilection
d’exercer une activité. de ces derniers.
Leur malheur est qu’ils abor- A peine l’iman fait le Salam,
dent tellement de personnes, marquant la fin de la prière,
en une journée, qu’ils ne peu- qu’ils ou elles se lèvent
brusvent mémoriser le visage de quement pour raconter leur
leurs différentes victimes. misère: «Chers frères et
Cela leur joue souvent des sœurs en islam, aidez-moi.Une mendiante en action.
tours, comme l’atteste l’alter- Depuis une semaine, je n’ai
cation dont nous avons été rien à manger. Ma famille seun mois après, cet imbécile bénis ». Une de leur saluta- droit, dans la soirée, une Lieux de culte, cibles
témoin près de la maire de meurt. m’a abordé, à nouveau, pour tion phare pour établir rapide- jeune fille qui nous avait solli- de ces imposteurs
Yopougon. Ce jour-là, un so- Je ne sais pas vers qui meme raconter une autre his- ment le contact. Une fois le cité financièrement, il y a Les lieux de culte sont aussi
lide gaillard qui a saisi un tourner. Faites à cause d’Al-toire aussi pathétique que la lien établit avec leur cible, ils quelques jours. Nous pen- écumés par ces personnes
adolescent par le col, man- lah, ne m’abandonnez pas àpremière. Il a voulu s’enfuir enchainent  : «L’œuvre de sions avoir fait œuvre utile de peu de foi pour duper les
quant de l’étrangler, criait à mon triste sort ». Ou encore :quand je l’ai reconnu. J’exige Dieu est immense et n’auto- une fois de plus en aidant croyants. A l’église, pendant
son adversaire : «donne-moi «Ma femme ou mon mari estqu’il me redonne les 10 mille rise aucune fatigue. Nous cette personne affirmant être l’homélie, ils approchent
submon argent. Je dis donne- très malade. Elle / Il est sur lefrancs que je lui avais donné servirons le Seigneur au service de Jésus Christ. tilement les fidèles qu’ils ont
moi mon argent. Escroc !!! ». lit de l’hôpital. ce jour-là », affirmé le robuste jusqu’au dernier souffle. Mais Nous l’avons aperçue alors déjà identifiés.
Son interlocuteur, un frêle Si je ne retourne pas avec lesmonsieur. frère en Christ, la tâche n’est qu’elle était en train de bara- La voix presque inaudible, le
bonhomme, se débattait vai- médicaments qui ont étéAutre créneau exploité par pas facile. tiner un honnête citoyen visage défait et triste, l’air
nement pour se dégager de prescrits, je risque de me re-les mendiants-escrocs : celui Nous avons donc besoin de qu’elle avait abordé. Manque abattu, ils leur relatent
discrèl’étau de son ‘’agresseur’’. Il trouver veuve  / Veuf». Unequi consiste à être des ‘’ faux votre soutien. En effet, depuis de pot pour elle, ce dernier tement ‘’leurs difficultés’’
fois les billets et les pièceshier nuit, nous étions à une n’a pas cédé. avant de présenter ou glisser
d’argent reçus, qu’ils pren-Nous l’avons approché et une vieille ordonnance entre
nent soin de fourrer dansnotre interlocuteur nous a les mains de ces derniers. En“La voix presque inaudible, le visage défait et triste, leurs habits, ces mendiantsconfié, amer: «Ce n’est pas une journée, notamment les
jettent leur dévolu sur d’au-une bonne chrétienne. Elle dimanches, ils peuvent sillon-l’air abattu, ils relatent discrètement ‘’leurs tres mosquées ou attendenttraîne ici avec un groupe de ner une dizaine d’églises
le vendredi suivant pour allerjeunes. Chaque jour, ce sont pour mentir et escroquer lesdifficultés’’ avant de présenter ou glisser une vieille
exposer ‘’ leurs mensonges’’. eux qui ont besoin d’argent fidèles venus prier le
SeiSelon l’Iman Diakité de  laordonnance entre les mains de ces derniers. pour compléter leur transport gneur. Le comble, quand on
mosquée Djibril de la Sideci,ou pour aider un malade. En conseille à ces ‘’nécessi-En une journée, notamment les dimanches, «l’Islam fait de l’aide socialeplus, elle me dit qu’en prê- teux’’, selon Mme Agnéro,
à apporter aux autres, unechant l’évangile, elle accom- d’aller à la ‘’ Caritas ou Rhe-ils peuvent sillonner une dizaine d’églises condition sine qua none d’ac-plit l’œuvre de Dieu. Par mar’’, des établissements qui
cès à la demeure de l’agré-conséquent, comme cela se portent assistance aux orphe-pour mentir et escroquer les fidèles venus ment divin. Mais n’autorisefait comme pour les quêtes à lins et personnes en
dépas des gens à mentir surl’église, je me dois de l’assis- tresse, ils répondent qu’on yprier le Seigneur’’.
leurs conditions sociales pourter, de l’aider. Je suis tombé offre que des plats de
spasoutirer de l’argent à leur pro-plusieurs fois dans leurs ghetti. Elle se plaignait
justea fallu l’intervention de chain en jouant sur leur sen-frères et sœurs en Christ’’. La cellule de prière. Nous avons pièges. Ils ne m’auront plus, ment d’un jeune qui s’était
quelques jeunes, venus à sa sibilité  », a clarifié le guidestratégie adoptée par ces prié pour la Côte d’Ivoire et ces escrocs qui se cachent introduit dans la paroisse St
rescousse, pour que cet religieuxderniers, c’est d’opérer en pour les Ivoiriens. Mainte- derrière le nom de Dieu pour Jean de Cocody, dans le but
homme lâche prise. Très groupe. On les rencontre, le nant, nous nous apprêtons à mentir ». de la contraindre à lui
remeténervé, ce dernier explique KANATE MAMADOUplus souvent, dans les lieux retourner dans nos com- tre de l’argent. Il n’a pas eu
ensuite que le jeune qu’il te- bruyants, fréquentés par un munes respectives, mais
nait fermement est un mal- grand nombre de personnes. nous n’avons plus
grandhonnête. Ce dernier a Ils se présentent comme chose. Raison pour laquelle,
prétendu, il y a une semaine, étant des prêcheurs d’évan- le Seigneur a guidé nos pas
avoir perdu ses deux parents gile. Ils soignent leurs mises vers vous. Il est dit dans la
dans un accident de la circu- extérieures afin de mieux bible ne volez point. Nous
lation alors que ceux-ci se Demain:tromper la vigilance des po- préférons vous sollicitez pour
rendaient à des funérailles au tentielles victimes. En effet, compléter notre transport que
village. ces hommes sont élégam- d’aller voler. Faites à cause
Et que son oncle qui l’avait ment habillés en veste et du Seigneur. Il vous le rendra
recueilli après la disparition tiennent tout le temps une au centuple ».
brutale de ses géniteurs, a bible en main. Les femmes Un homme de foi résiste diffi- La réaction confisqué les biens qui lui re- portent généralement des vê- cilement à ce genre de
supvenaient de droit, avant de le tements amples et ont la tête, plication. Nous y avons
chasser de la maison fami- pour la plupart, recouverte de succombé à plusieurs
reliale. Au point qu’il se sent foulards. Avec amabilité, ils prises pour ensuite nous
renobliger de fouiller les pou- abordent leur cible en faisant dre compte que nous avons
belles pour se nourrir. «  Je des bénédictions à leur en- été l’objet d’escroquerie. Un des religieuxn’ai pas hésité à lui donner de droit  : «Bonjour M., Jésus matin, grande fut notre
surl’argent pour l’aider. A peine, vous aime  ! Vous êtes prise de revoir au même en-