ALLO POLICE N°584 – du 29 mars au 05 avril 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE N°584 – du 29 mars au 05 avril 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hebdomadaire de faits divers et de faits de société

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 mars 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
Par Koné Sibirinan La loi du karma onne et on te donnera, prends et on te prendra, vole et on te volera. Ce que vous donnez aux autres vous sera rendu D au centuple. C'est la loi du retour. Ce que vous donnez à la vie est ce que vous obtenez d'elle. L’actualité est marquée par le procès de l’ex-seigneur de guerre du mont Peko, Amadé Oueremi au tribunal criminel d’Abidjan. Il pèse sur lui vingt chefs d’accu-sations. On dit qu’il serait impliqué dans le massacre de 817 personnes à Duékoué. Et il risque gros. Durant une décennie, il a été tout puissant et craint des ha-bitants du département de Duékoué. Avec ses hommes en armes, il a exploité la forêt classée en y installant des familles qu’il rackettait. Il a aussi ex-ploité l’or, fait du braconnage… Il pouvait avec cette fortune, s’offrir 6 femmes et tout ce qu’il désire.
Mais tout ceci a un prix. Des centaines de personnes sont mortes pendant la crise postélectorale de 2010. Le gouvernement qui doit réconcilier les Ivoiriens a un sacrifice à faire. Rendre justice à toutes les vic-times de la guerre. Ça ne ressemble outre mesure à une promenade de santé. C’est même très délicat. Ça prendra forcément du temps. Mais comme on le dit, il faut bien un jour commencer quelque part.
Si l’ex-président de la République Laurent Gbagbo, Blé Goudé et des officiers généraux de l’armée ont déjà purgé leurs peines pour des crimes, il faut bien que dans l’autre camp, des personnes répondent de-vant la justice.
Le temps de payer a donc sonné. Et le procès d’Amadé Oueremi semble ouvrir le bal d’autres juge-ments devant les tribunaux ivoiriens ou la Cour pé-nale internationale (Cpi). Il se murmure que trois noms de responsables de l’ex-rébellion seraient déjà sur la table des nouveaux juges. Et certainement après le verdict du procès de Gbagbo et Blé Goudé, les choses sérieuses débuteront pour les mis en cause dans le massacre de Duékoué. Comme leçon, on retiendra que chacun paiera pour tout ce qu’il aura fait. La loi du retour ou du karma est implacable. Dans l’histoire de l’humanité, les cri-minels ont toujours payé. Même quand le jugement est lent, il finit par aboutir tôt ou tard à une condam-nation. Et pour cause, toute vie humaine est sacrée et appartient à Dieu. Celui qui porte atteinte à la vie d’autrui finit par en payer le prix. Aucun fétiche ni génie ne pourra le protéger. Il arrive un moment où le criminel se sent seul. Livré mains et pieds liés à la justice des hommes grâce à la volonté divine. La loi du retour doit aussi inspirer chaque citoyen de toutes couches sociales confondues. Aujourd’hui, on parle des seigneurs de guerre. Cela ne doit pas faire oublier les agissements du pédophile, du violeur, du voleur, de l’escroc… Tout ce que vous faites de mal, vous le paierez tôt ou tard. Il arrive même qu’à l’ar-ticle de la mort certains tueurs ou sorciers fassent des confessions troublantes avant de rendre l’âme. La raison ? Avant de rejoindre le royaume des cieux, il faut se débarrasser de toutes les scories de la cor-ruption et des crimes de sang… On a beau ruser avec les gens avant de rejoindre Dieu, on finit par tout avouer. Alors pourquoi jouer les durs, les caïds quand on sait qu’on va payer un de ces jours ? C’est aussi ça la nature humaine. Se comparer à Dieu et se permettre tout et après se dégonfler. Hitler et les nazis l’ont fait. Ils l’ont payé cash. Plu-sieurs dictateurs et chefs rebelles dans le monde l’ont fait. Ils ont bu le calice jusqu’à la lie… Prenons donc conscience de ce que tout se paie et qu’il faut savoir raison garder quand on a une par-celle de pouvoir. Aucune œuvre humaine n’est éter-nelle.
A méditer!!!
Une sélection de Diomandé karamoko ÈRE ATI N M ENTRÉE E
Trois morts dans une collision entre deux motos
SAKASSOU. Les faits se sont produits au quartier résidentiel de Sakassou. Le 22 mars dernier, deux motocyclistes qui roulaient à vive allure sont entrés en collision faisant des victimes. Chacun d'eux transportait un passager. Ils roulaient à une telle vitesse qu'ils n'ont pas pu éviter le pire. Sur le champ, l'on a déploré un mort. Et les deux autres à l'hôpital. Parmi les victimes, il y avait deux élèves.
Le lycée moderne Bad cambriolé
N'DOUCI. Dans la nuit du 24 au 25 mars, le lycée moderne Bad de N'Douci a reçu la visite d'inconnus. Deux bureaux de l'adminis-tration ont été visités par des voleurs. Le bureau de l'économe et celui du service informatique. Dans le premier bureau des cache-nez et 88000 francs ont été emportés. Les bandits n'ont pas eu de difficulté à briser la serrure de la porte métallique du service informatique. Ils y ont emporté deux ordinateurs. La po-lice informée a fait le constat et ouvert une enquête.
Trois femmes disparaissent dans la lagune
DABOU. Trois femmes sont portées disparues depuis le 23 mars dernier. Ce suite au chavirement de leur pirogue qui les trans-portait sur la lagune d'Abraniamianbo dans le département de Dabou. Ces femmes avaient acheté plusieurs sacs de manioc. Mais il s'est trouvé que ces charges étaient trop lourdes pour la pi-rogue. Au milieu de la lagune donc, la pirogue a chaviré. Dans la débandade, les trois femmes qui sont des productrices d'attieke
ont été emportées par les eaux de la lagune. La quatrième occu-pante de la pirogue a eu la vie sauve grâce à des pêcheurs "Bozos". Les recherches se poursuivent pour retrouver les dispa-rues.
Des maisons pillées par des inconnus
DABAKALA. Décidément, les voleurs ne manquent pas d'imagina-tion pour atteindre leur but pour le moins sombre. A Dabakala, c'est le jour de marché que les voleurs choisissent pour voler les habitants. Et les victimes sont des commerçants qui sont occupés au marché à vendre leurs marchandises. Et ces faits ont toujours lieu dans les nouveaux quartiers. Le 24 mars dernier, c'est le quartier résidentiel 3 qui a été la cible des pilleurs. Ils ont forcé des portes et ont emporté des biens et d'importantes sommes d'argent. Plusieurs autres quartiers ont été visités par les cam-brioleurs.
Un grumier se renverse devant le lycée moderne
DUÉKOUÉ. Le 24 mars dernier, un grumier s'est renverse juste à l'entrée du lycée moderne de Duékoué. Le véhicule en question était chargé de deux grosses billes de bois. Une fois devant l'éta-blissement scolaire, le grumier s'est renversé cassant un poteau électrique et les deux billes de bois se sont détachées. Heureu-sement, à ce moment précis, il n'y avait aucun élève ni même un seul passant. Il revient qu'à cet endroit, un professeur a été tué dans un accident.
Des munitions de guerre découvertes dans une poubelle
ABOBO. Le 21 mars dernier, sur information de badauds, les élé-ments du commissariat de police du 14ème arrondissement d'Abobo ont découvert des munitions d'armes de guerre dans une poubelle. C'était dans la matinée au quartier Anador. Trois char-geurs garnis de munitions étaient dissimulés dans les ordures. Au total 75 munitions de kalachnikov. Après cette découverte, les policiers du 14ème arrondissement ont sollicité l'expertise de la police criminelle. Cette police a ouvert une enquête afin de re-trouver la personne qui a caché ces munitions dans la poubelle.
Deux Libériens extorquent près de 2 millions
ABOBO. Ils sont libériens. Mais ils se font passer pour des réfugiés soudanais et fils d'ambassadeur. Le but, extorquer de l'argent à d'honnêtes citoyens. Ils parviennent ainsi à convaincre leur vic-time de leur remettre de l'argent pour soudoyer les détenteurs de leurs bagages laissés au CICR contre forte récompense. En effet, selon les escrocs, dans leurs bagages, il y a 4 valises d'ar-gent en dollar et des documents administratifs importants. Ils ont pu convaincre leur cible qui leur a donné 1800 000 francs. Une fois cette somme entre leurs mains, les escrocs se sont éva-nouis dans la nature. Mais pas pour longtemps. Puisqu'ils seront arrêtés puis mis à la disposition de la justice.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55)• Responsable commerciale :Gohourou Alain Pièrre (07 07 37 60 26)Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°584 du 29 mars au 05 avril 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents