ALLO POLICE N°607 - du 06 au 12 septembre 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE N°607 - du 06 au 12 septembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hebdomadaire de faits divers et de faits de société

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 septembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
PAR KONÉ SIBIRINAN
L’Ivoirien fait l’autruche…
lus de 70% des affaires portées devant l’an-cienne Cour suprême (actuelle Cour de cas-P sation) sont liés au foncier. Autrement dit, les palabres pour l’acquisition de terres do-minent. Chaque jour, des terrains ou mai-sons sont vendus frauduleusement. Les conséquences sont dramatiques pour les familles les plus pauvres, les villages et les villes. Devant nos tribunaux, plusieurs Ivoiriens se font déposséder de leurs terres par des ex-patriés ou des personnes naturalisées, plus fortunés. Et on a le sentiment que la corruption y est pour quelque chose. Au point qu’une question pertinente se pose : un pauvre peut-il gagner un procès du foncier contre un riche ?
Il est arrivé dans ce pays que des héritiers se fassent dé-posséder de leur patrimoine par des méthodes ma-fieuses. Quand ils résistent ou protestent, il pèse sur eux des menaces de mort. Le comble, des Ivoiriens feignent de ne rien voir et de ne rien entendre. La course effrénée à l’enrichissement est telle que certains font exprès de ne pas remarquer qu’ils cèdent ou vendent leurs terres aux gens venus d’ailleurs. Je ne dis pas que l’étranger ne doit pas avoir de portion de terre dans notre pays pour réaliser ses projets. Pays de l’hospitalité, nous le sommes. Chacun a le droit de posséder un bien foncier. Mais attention ! A force d’être trop bon, on devient bon-bon, et on se fait sucer. Cupidité ? Incivisme ? Naïveté? Une chose est sûre, un jour ou l’autre, on pourrait le re-gretter.
Idem pour l’exploitation de nos forêts classées par les étrangers avec la complicité de nos compatriotes. La réa-lité est glaçante. Des individus décident d’offrir des pans entiers de forêts classées à des gens qu’ils ne connais-sent pas pour y planter des cultures de rentes. En retour, ils réclament espèces sonnantes et trébuchantes ou par-tagent avec le planteur clandestin, les fruits de la contrebande. Comment peut-on permettre à des gens de s’implanter dans une forêt protégée ? Les Ivoiriens dé-testent-ils leur pays à ce point ? Eh bien, c’est l’effarent constat dans nos forêts classées où, avec la complicité, bien sûr, des propriétaires terriens, certains se livrent à l’orpaillage clandestin et à la chasse aux animaux rares. Quand les agents forestiers les traquent, ils n’hésitent pas à ouvrir le feu sur eux.
La cerise sur le gâteau, les contrebandiers arrêtés sont condamnés à des peines tellement légères qu’elles ne dissuadent pas ceux qui passent dans le trou de la ra-quette à poursuivre leurs activités. Pourquoi le Code fo-restier qui, pourtant, prévoit des sanctions exemplaires, est aussi facilement piétiné par nos autorités judiciaires ? Il y a anguille sous roche. Vivement que le Pôle pénal économique et financier (PPEF) s’intéresse à ce qui se passe dans les forêts classées et aux affaires judiciaires qui en découlent. Là-bas, se dégage une forte odeur de corruption qui nécessite que les coupables soient déni-chés et châtiés. Personne ne doit être au-dessus de la loi.
A la lecture de ces deux éléments, il apparait évident que l’Ivoirien fait l’autruche. Il fait semblant de ne pas voir qu’il creuse sa propre tombe. En continuant à se com-porter de la sorte, ne soyons pas surpris demain que nous ne soyons plus propriétaires terriens dans notre propre pays. La terre ne se vend pas. Sinon, on le regrette tôt ou tard. Et cela, même si on est champion sous ré-gional de l’hospitalité. A méditer pour changer de com-portement !
a (stg) rius Guel Ma Une sélection de RE E MATIÈ  N TRÉE EN
Une tornade cause de nombreux dégâts matériels
BOUNA. On enregistre la chute d’un émetteur de téléphonie au quartier Albayane, l’effondrement des murs de la section de tri-bunal de Bouna et de la cathédrale Saint André Kaggwa, des toi-tures de maisons et de magasins de commerces arrachées. S’y s’ajoute une vingtaine d’arbres déracinés à travers la ville et des inondations dans des domiciles au quartier Zongo. Toutefois, au-cune perte en vie humaine n’est à déplorer.
Les lampadaires le long de la Nationale A3 défaillants
NIAKARA. Les 172 nouveaux lampadaires de 12 mètres de haut, munis certains de deux foyers lumineux et séparés chacun de 25 mètres sur le long de la Nationale A3 dans la ville de Niakara, sont éteints depuis le 14 août 2021. Ils avaient été installés en juillet 2020 et mis en fonction quelques mois après, au cours de la même année.
L’apprenti d’un minicar mortellement percuté par un car
TAFIRÉ. Un apprenti d’un véhicule de transport en commun des-servant la ligne Tafiré-Bouaké, a été mortellement fauché par un car de transport en provenance de Korhogo. Les faits se sont passés le jeudi 02 septembre dernier, à l’entrée Nord de la ville de Niakara (région du Hambol), a constaté l’AIP sur place.
Des braqueurs emportent la recette d’une agence de transfert d’argent
SIKENSI. Selon la police, il s’agit de trois individus non identifiés qui ont agressé le gérant de la petite entreprise au quartier Si-kensi 3, le vendredi 27 août dernier aux environs de 20H. Ils ont tiré d’abord à bout portant sur la victime avant de prendre la clé des champs avec toute sa recette de la journée. Le gérant, âgé d’une trentaine d’années, avait tenté d’opposer une résis-tance, soulignent des témoins. Conduit à l’hôpital général de Si-kensi par ses proches, puis évacué sur Abidjan, il est hors de danger. Une enquête a été ouverte par la police pour mettre la main sur les malfrats.
Une tornade décoiffe la résidence du sous-préfet
YAMOUSSOUKRO. La toiture du premier niveau de la résidence du sous-préfet de Yamoussoukro a totalement cédé au grand dam de l’administrateur informé de la triste nouvelle au moment où il était à la tâche dans ses bureaux. Les constatations d’usage sont en cours afin de situer l’ampleur du désastre et envisager les premières mesures destinées à mettre au chaud le sous-pré-fet et sa famille.
Un tricycle fait une sortie de route et fait deux morts
ALÉPÉ. Le jeune conducteur transportait quatre personnes qui se rendaient dans une palmeraie à Montézo. Le tricycle emprunte la voie d’Alépé à vive allure. Sur sa lancée, il tente de faire un dépassement. Le conducteur, voulant redresser l’engin, se re-trouve dans le décor avec les quatre passagers sous les graines. Les moins chanceux, deux hommes, ont trouvé la mort. Le conducteur et deux autres passagers ont reçu les premiers soins à l’hôpital général d’Alépé. Informée, la police de la ville a ou-vert une enquête pour élucider les circonstances de cet accident.
Des passagers de trois cars braqués
OUANINOU. Selon des témoins, le premier car tombé dans les fi-lets des malfaiteurs avec tous ses passagers est celui de la com-pagnie Jeunesse transport du Bafing (JTB), immatriculé 9003 HV 02, qui a essuyé des tirs de la part des bandits, faisant exploser les pneus avant et le contraignant à s’immobiliser. Le chauffeur du car a eu le front égratigné par une balle et l’apprenti a été battu copieusement par les scélérats. A leur suite, les passagers de l’un des cars de la société Soumahoro transport (ST) vont subir le même sort, dépouillés de tout : argent, téléphones por-tables et bijoux.
Un véhicule percute 3 motos : 2 morts
GRAND-LAHOU.“J’étais à vélo lorsque j’ai aperçu un véhicule noir de type 4×4 et double cabine venant dans le sens Grand-Lahou vers Dabou qui est tombé dans un nid de poule pour se retrouver en sens inverse”,a indiqué un témoin qui a poursuivi pour dire que le véhicule, dans sa folle course, a percuté trois motos venant dans le sens opposé avec leurs cinq passagers. Des paysans noctambules, revenant des champs, ont alerté les secours qui ont évacué trois blessés graves à l’hôpital général de Dabou où deux d’entre eux succomberont à leurs blessures.
Didier Bléou remplace Yves de Mbella à Miss-Côte d’Ivoire
Comici-La présentation de la finale du plus prestigieux concours de beauté de Côte d’Ivoire prévu ce samedi 04 septembre au So-fitel hôtel Ivoire a été confié à Didier Bléou. Selon une source bien introduite au sein du Comité d’Organisation de Miss Côte d’Ivoire, c’est le Directeur de « La 3 » qui va remplacer cette année Yves de M’bella, l’animateur attitré de ce concours de beauté qui vient d’écoper de 12 mois de prison avec sursis dans l’affaire « apologie de viol ».
Plusieurs morts dans un glissement de terrain
GBONNÉ. Une pluie diluvienne qui s’est abattue sur la région du Tonkpi le 25 août dernier a provoqué un glissement de terrain d’un flanc de montagne, dans le village de Gandié, sous-pré-fecture de Gbonné, département de Biankouma. Un drame qui a causé des pertes de vies humaines.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55) • Responsable commerciale :Aline Apoutri (07 07 60 99 53)• Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°607 du 06 au 12 septembre 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents