ALLO POLICE N°612 - du 11 au 18 octobre 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE N°612 - du 11 au 18 octobre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hebdomadaire de faits divers et de faits de société

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 octobre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
PAR KONÉ SIBIRINAN
Du nouveau dans le divorce !
vant, on entendait dans la plupart des religions monothéistes qu’on ne A se mariait pas pour divorcer. Au-jourd’hui, cette réalité semble dé-passée. A part l'Église catholique qui semble encore fermée, ailleurs, on peut le dire sans ambages. Autant on se marie à la pelle devant le maire, autant on divorce sans états d’âme pour les enfants.
On a l’impression que la plupart des couples n’étaient vraiment pas assez matures et préparés pour se dire OUI devant Dieu, Parents et amis. Qu’ils s’étaient empressés de le faire pour suivre un effet de mode. La tendance d’être parmi les mariés. Quant à la responsabilité, les devoirs et les droits, ils ne sont pas prêts à assumer. Conséquence, ils divorcent après quelques années seulement de mariage. En d’autres termes, le ratio mariages à l’état civil / di-vorces obtenus est très élevé.
Voici quelques chiffres pour étayer notre propos. En 2017, selon l’annuaire de la statistique de l'État civil, sur 26.316 mariages à l’état civil, 1317 divorces ont été accordés dans neuf (9) juridictions d’Abidjan ( Plateau et Yopougon), Abengourou, Bouaké, Bouaflé, Daloa, Gagnoa, Korhogo et Man. Soit un taux record de divortialité de 50%. En 2018, sur 30.554 mariages à l’état civil, 1431 divorces ont été prononcés dans les mêmes juridictions du pays. Soit un taux de di-vortialité de 46,8%. Ce qui montre l’ampleur du fléau.
Par ailleurs, avant, pour divorcer, soit l’homme en faisait la demande, soit la femme le faisait. Ou en-core les deux le demandaient. Et le juge des affaires matrimoniales appréciait qui a fauté afin de confier la garde des enfants à l’autre conjoint(e). Cela a donné les conséquences qu’on sait. Des divorces à la pelle. Dorénavant, le gouvernement ivoirien a décidé de corser un peu la loi sur le divorce et la séparation de corps pour protéger les intérêts moraux et maté-riels des enfants.
Pour ceux qui ne le savent pas, le gouvernement a adopté le mercredi 06 octobre dernier un projet de loi relatif au divorce et à la séparation de corps.
Désormais, la garde ne peut être attribuée qu’à l’is-sue d’une enquête réalisée par une structure quali-fiée. Ce projet de loi est un complément des dernières réformes intervenues sur le dispositif relatif au ma-riage, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, à l’issue du récent Conseil des mi-nistres.
Mieux, ce projet apporte une nette distinction entre les procédures de divorce par faute, de séparation de corps et par consentement mutuel.
« Il précise contrairement aux dispositions actuelles en vigueur, les conditions, les modalités du dérou-lement et les effets des différentes procédures », nous révèle le porte-parole du gouvernement.
Il est bon de rappeler que la nouvelle loi sur le ma-riage a été adoptée le 21 novembre 2012. Dans cette loi, l’homme et la femme sont tous les deux chefs de famille.
Après l’adoption par l’Assemblée nationale, la loi est ensuite promulguée après sa publication au journal officiel. Enfin des décrets d’application seront pris pour faciliter sa mise en œuvre.
Marius Guela (stg) Une sélection de TRÉE EN MATIÈRE EN
Un homme prend 12 mois pour détention de cannabis
TIASSALE. Le Tribunal de Tiassalé a condamné, mercredi 6 octobre 2021, K.A.K, domicilié dans la localité d’Elibou, à 12 mois de pri-son ferme pour détention illicite de cannabis en vue de sa consommation. L’individu a été interpellé au cours d’une opé-ration de rafle, alors qu’il se rendait à une veillée funèbre le 24 septembre. Il a été trouvé en sa possession, divers objets, dont un paquet de cigarettes, une pipe en fer, un fil électrique, un objet pointu dont il dit se servir pour se défendre en cas d’agres-sion et un sachet de drogue. Au cours de l’audience, il a reconnu la propriété de certains objets et réfuté celle de la drogue et de la pipe avant de se rétracter. Il a soutenu qu’il a été victime d’une embuscade suite à un « complot », sans rien ajouter mal-gré l’insistance du procureur.
Des passagers dépouillés par des coupeurs de route
ZUÉNOULA. Des coupeurs de route ont dépouillé des passagers de deux véhicules de transport commun sur l’axe Manfla-Gohi-tafla, jeudi 30 octobre 2021. Ces usagers qui sont pour la plupart
Un gérant de kiosque à café meurt électrocuté
TAÏ. Un gérant de kiosque à café à Taï, Bachirou Diallo, est mort électrocuté, dans la nuit du vendredi 1er au samedi 02 octobre 2021, au moment où une forte pluie s’abattait sur la ville. Selon les faits, M. Diallo a été électrocuté alors qu’il tentait d’inter-rompre la fourniture d’électricité à des voisins, branchés sur son compteur électrique, et qui avaient des arriérés d’impayés. Dans sa volonté manifeste de couper coûte que coûte le courant aux mauvais payeurs, il ne s’est pas rendu compte qu’il utilisait des tenailles dont les manches étaient dénudées. La charge électrique reçue le laissa raide mort.
Une arme et deux motos abandonnées par des braqueurs
BONON. Une arme de type Kalachnikov AK47 à canons sciés et deux motos abandonnées par deux présumés braqueurs dans leur fuite, ont été saisies par la police de Bonon sur l’axe Bonon-Gonaté. Les faits se sont pas-sés le vendredi 1er octobre 2021. De source policière, cette saisie a été possible grâce à l’appel de B.S., un planteur résidant à Bonon, braqué et dépossédé de sa moto au moment où il se rendait ce jour dans son champ situé vers Gonaté. La police qui s’est rendue sur les lieux a contraint les scélérats à abandonner une arme et deux motos dans les buissons pour prendre la fuite
des commerçants et fonctionnaires en provenance d’Abidjan pour Gohitafla ont été dépossédés de leurs biens par ces indivi-dus non identifiés. Un conducteur de camion de livraison de boissons qui a refusé d’obtempérer a vu ses roues avant criblées de balles. Le préjudice est estimé à un million de francs CFA.
La sous-préfecture cambriolée
DIABO. Les locaux de la sous-préfecture de Diabo ont été vic-times de cambriolage dans la nuit de dimanche 03 à lundi 04 septembre 2021. Selon des témoignages recueillis sur place, les malfrats, qui se sont introduits par effraction dans le bureau du sous-préfet, ont fait main basse sur divers objets dont un ordi-nateur. La gendarmerie de Botro, qui s’est déportée sur les lieux pour faire le constat d’usage, a ouvert une enquête en vue de déterminer les circonstances exactes de ce cambriolage et ap-préhender les auteurs pour qu’ils répondent de leurs actes de-vant la justice.
Un présumé voleur interpellé au grand marché
BONON. Un présumé voleur a été interpellé, vendredi 1er octobre 2021, au grand marché de Bonon par la police, après avoir soutiré la somme de 100.000 francs CFA à dame N.Y., commerçante à Dja-hakro. Selon le commissaire de police, ce voleur à la tire, répon-dant au nom de O. Richard et âgé de 33 ans, a profité de ce jour où le marché grouille de monde pour dérober ladite somme à la dame pendant qu’elle était occupée à marchander les prix des fournitures scolaires de ses enfants.
Plusieurs cas de vol enregistrés dans le département
GOHITAFLA. Des vols à répétition ont été enregistrés ces derniers temps dans le département de Gohitafla. Il s’agit du vol d’une moto appartenant à un ensei-gnant du lycée moderne BAD, de complets de pagnes et de tenues vestimentaires dans deux ateliers de couture ainsi que de vivres et non vivres dans deux kiosques à café. La brigade de la gendarmerie de Go-hitafla a ouvert une enquête pour appréhender les au-teurs de ces vols perpétrés dans la nuit du mardi 28 au mercredi 29 septembre 2021 afin de ramener la quiétude au sein des populations.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55) • Responsable commerciale :Aline Apoutri (07 07 60 99 53)• Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°612 du 11 au 17 octobre 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents