ALLO POLICE n°621 - du 13 au 19 décembre 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE n°621 - du 13 au 19 décembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ALLO POLICE n°621 - du 13 au 19 décembre 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 décembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
PAR KONÉ SIBIRINAN
Le règne des mal élevés e phénomène des congés anticipés est devenu un véritable problème de société. AlorsLque la Côte d’Ivoire est classée avant dernière Depuis plus de cinq ans, des élèves qui se croient tout permis dictent leur loi aux adultes qui restent sans réaction. nation de la sous région en matière de qualité de l’enseignement primaire, ces congés anticipés vien-nent enfoncer la porte de la médiocrité déjà grande-ment ouverte. Dans ces conditions, la bonne volonté de la ministre de l’Education nationale ne va pas suffire pour ren-verser la vapeur et crédibiliser le système éducatif ivoirien. Des apprenants nuls et violents. C’est toute la pro-blématique de notre éditorial de cette semaine. A qui donc la faute ?
La première responsabilité incombe pour moi, à la fa-mille biologique de ces élèves. La famille est à la base de la bonne ou mauvaise éducation des enfants et de leur échec ou réussite dans la société.
Aujourd’hui, malheureusement, qu’est-ce que nous constatons ? C’est la démission de la majorité des pa-rents dans l’éducation de leur progéniture. Biberon-nés aux programmes des chaines de télévisions où l’obscène, la vulgarité et la violence sont promues ou abandonnés entre les mains des domestiques de mai-son, ces pauvres enfants ignorent tout des valeurs qui fondent la société.
Et quand ils sont nés et ont grandi pendant la guerre, que voulez vous qu’ils fassent de mieux ?
Absorbés par leurs activités professionnelles au bu-reau, une fois à la maison, ces parents, comme on le dit, “ne font rien” avec leurs enfants. Certains ne les approchent pas, n’échangent pas avec eux. D’autres ne les nourrissent même plus. Bref, ils finissent par ne pas les connaitre. Alors, les enfants se débrouillent et s’adaptent à leur réalité.
Voilà comment les enfants “microbes” ont pris le pou-voir. Les autres enfants, voyant l’impunité dont jouis-sent ces enfants en armes blanches, essayent de faire comme eux dans leurs écoles respectives. Voilà com-ment ces élèves ont commencé à imposer leur diktat aux enseignants et aux éducateurs.
Pis, face à la molesse du gouvernement qui met en avant la protection des droits de l’enfant, un grand nombre de bambins ont pris goût à l’incivisme. Pour un téléphone portable qu’on leur confisque parce qu’interdit en classe, une arme à feu est vite sortie contre l’éducateur. Où sommes-nous ? A quoi répon-dent toutes ces violences orchestrées par ceux-là qui sont l’avenir de demain ?
Pour beaucoup, la situation d’aujourd’hui est une suite logique de ce qui se passe depuis une décennie dans notre pays. Nous subissons tous les consé-quences des actes des adultes dans les foyers, le sys-tème éducatif et les lois qui font rois ces enfants.
Pour trouver des solutions durables à ce fléau, il faut réfléchir en profondeur sur les causes.
A défaut de cela, de simples slogans ne pourront rien changer à la situation. Ya longtemps comme on dit, ces enfants nous commandent. Il faut que ça cesse !
g) uela (st Marius G Une sélection de RE TIÈ MA EN RÉE ENT
La gendarmerie détruit des dynamites
BOUNA. L’unité d’intervention de la gendarmerie nationale (Uign) a procédé, jeudi 09 décembre 2021 à la mi-journée, à la destruction de matériels explosifs composés de 157 détonateurs électriques, 07 détonateurs pyrotechniques, 33 bâtons de 120 grammes de dynamites et 270 bâtons de 150 grammes de dynamites saisis sur des sites d’orpaillage clandestin de la région du Bounkani.
L’opération s’est déroulée à quelques encablures de l’aé-rodrome de Bouna, sous la supervision du capitaine Olivier Gnaoré, de la Cellule de neutralisation, destruction d’engin explosifs (Nedex) de l’Uign. L’opération de destruction menée par les artificiers et démineurs du Nedex s’est dé-roulée sans incident.
220 kg de stupéfiants saisis
BONDOUKOU. Plus de 220 kg de stupéfiants et médicaments de qualité inférieure et falsifiés incinérés. Selon le chef de la cellule antidrogue de la gendarmerie, capitaine Affechi, cette initiative s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le trafic des stupéfiants et autres médicaments falsifiés qui font d’énormes ravages au sein de la population. Il en a profité pour l’inviter à collaborer avec les forces de l’ordre pour faire barrage à ce fléau.
Le quartier “80 logements” attaqué
YAMOUSSOUKRO. Comme une trainée de poudre, l’information a circulé dans le quartier, créant une psychose qui a duré toute la nuit. Ces agressions sont cycliques dans le quartier et intervien-nent généralement en période de fin d’année, témoignent des habitants qui appellent les forces de défense et de sécurité à multiplier les patrouilles pour maintenir la quiétude dans le quartier des 80 logements de Yamoussoukro.
Un présumé violeur arrêté
KOUNAHIRI. Depuis plus d’un mois, un individu semait la terreur à Kounahiri à l’aide d’une arme blanche. Il a été appréhendé
er mercredi 1 décembre suite à une dénonciation. L’individu ré-pondait à la description faite par des victimes qui ont pu lui échapper. La nouvelle de l’arrestation de l’homme parvenue à la population, elle a envahi la gendarmerie réclamant le suspect, qui a été conduit à Mankono, afin qu’il soit entendu.
Un cambrioleur du bureau de la Cei condamné à 20 ans
GUIGLO. A l’origine des faits, les locaux de la Cei locale reçoi-vent, dans la nuit du vendredi 12 novembre au samedi 13 no-vembre 2021, aux environs de 2h du matin, la visite de cam-brioleurs présumés. Malgré la présence d’un vigile, cette nuit-là, ces malfrats au nombre de trois, selon Koné Oumar, qui af-firme avoir été le guetteur de circonstance, réussissent à fracturer la porte arrière sans attirer la moindre attention du veilleur de nuit, ni éveiller le moindre soupçon des habitants du quartier.
Ce n’est qu’au petit matin que le vigile s’est rendu compte du passage des cambrioleurs qui avaient totalement vidé les bu-reaux de leurs matériels informatiques dont des imprimantes.
Six sacs de cannabis pris chez une femme
MAHAPLEU. Micheline a été appréhendée suite à une perquisition, le 4 décembre 2021 à son domicile dans le village de Peuzigui (sous-préfecture de Mahapleu). Au total, six sacs de cannabis séchés d’environ sept kilogrammes y ont été découverts.
Une femme se pend à l’aide de son pagne
DALOA. Dame Kafando Assetou, 40 ans, s’est donné la mort par pendaison, le dimanche 20 septembre 2020, à Zaibo (Daloa). Ce jour-là, aux environs de 18 heures, le corps sans vie de dame Kafando Assetou, de nationalité burkinabè, a été trouvé, pendu, derrière le stade de l’Epp Zaibo. Informée, la gendarmerie de la brigade ville de Daloa s’est rendue sur les lieux en compagnie d’un infirmier pour le constat, en présence du sous-préfet de Zaibo. Ce dernier a porté l’information à son supérieur hiérar-chique, le préfet du département de Daloa. Le corps de la dame a été remis au chef de la communauté burkinabè pour l’enter-rement.
Un cambrioleur présumé arrêté par la gendarmerie
ADZOPE. Le cambrioleur présumé a été neutralisé par une de ses victimes avant que les éléments de la brigade en patrouille ne l’appréhendent. En effet, avant d’être neutralisé, il avait déjà visité deux domi-ciles dans le même périmètre. Il écumait un troisième quand il a été assommé d’un coup de pilon sur la tête par sa victime qui, semble-t-il avait été alerté par du bruit.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55) • Responsable commerciale :Aline Apoutri (07 07 60 99 53)• Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°621 du 13 au 19 décembre 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents