ALLO POLICE N° 622 - du 20 au 26 décembre 2021
24 pages
Français

ALLO POLICE N° 622 - du 20 au 26 décembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ALLO POLICE N° 622 - du 20 au 26 décembre 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 décembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Exrait

EN TOUTE FRANCHISE
PAR KONÉ SIBIRINAN
Redorer le blason de la police
ssurer la sécurité, c’est garantir la pro-tection de plus de 25 millions d’habitants A et de leurs biens. J’avoue que la tâche est pénible voire impossible. Mais pour la patrie, ces policiers arborent la tenue et risquent leur vie en cherchant vaille que vaille à nous protéger. Au moindre vol de rétroviseur dans la cité ou de porte-monnaie, on accuse la police d’être inefficace et incompétente. Il faut être réaliste. On a beau avoir un policier pour chaque habitant, la mis-sion reste délicate voire impossible. Cela se voit d’ail-leurs dans les pays puissants économiquement. Les choses deviennent encore plus complexes chez nous avec la démographie qui ne cesse de galoper et l’éducation dans les familles qui se dégrade davan-tage. Face à pareille situation que faut-il faire pour sauver les meubles ? La solution n’est pas difficile à trouver. Comme le dit le proverbe africain, il faudra sensibili-ser aussi bien l’os que le chien. La population se plaint et se plaindra toujours de notre police nationale. La police, à son tour, demande aux populations de réussir au moins l’éducation de leurs enfants et de collaborer avec elle. Décortiquons ensemble les récriminations des uns et des autres. Parmi les plaintes contre les braves policiers qui nous reviennent, c’est le racket et la corruption. On les taxe d’être corrompus ou corruptibles surtout quand il y a plainte. Plusieurs usagers se plaignent pour dire que le premier venu ou le plus nanti de deux parties en conflit, aurait toujours raison. Parce que de l’argent circulerait pour avoir raison avec à la clé un procès-verbal taillé sur mesure. Autre plainte, elle vient des automobilistes. La plupart se plaignent du racket sur les routes avec ou sans pièces du véhicule en règle. Pour le reste, ils sont beaucoup félicités pour les opé-rations terrain de lutte contre la criminalité. En un laps de temps, ils démantèlent les caïds les plus ca-chés. Autrement dit, la police est soupçonnée de racketter les usagers, mais fait bien son travail de sécurisation. Pour ma part, il ne faut pas brûler la police ivoirienne. Il est clair que dans toute corporation, il existe des ripoux. Le ministère de tutelle par ses services fait bien déjà cette censure. Il est sans pitié pour les élé-ments irresponsables. Mais il faut aussi savoir les fé-liciter quand cela est le cas. Récemment, le Directeur général de la police natio-nale a félicité les éléments qui ont intervenu au lycée moderne d’Arrah où des élèves voulant aller en congés anticipés les ont massivement lapidés. N’eut été leur courage et professionnalisme, vu le petit nombre, ils allaient détaler devant ces élèves surex-cités et violents. Ils ont su utiliser les armes conven-tionnelles pour renverser la vapeur. Les élèves insurgés ont dû abandonner leur funeste projet et battre en retraite. Cerise sur le gâteau de cette opération rondement menée, ils ont pu mettre le grappin sur les meneurs de cette fronde muée en rébellion. C’est encoura-geant. Par ailleurs, au même moment, un policier se faisait tabasser par un automobiliste à Treichville. Comme cela a été aussi le cas à bien des endroits d’Abidjan et ailleurs. Il est bien de garder son sang-froid face à toute épreuve, mais pour les provocations, le poli-cier doit être capable de se défendre. Mieux, maitriser l’élément dangereux en face de lui. Pour cela, je propose que leur formation en arts mar-tiaux soit renforcée à l’école de police. Tout policier agressé doit être capable de faire peur à son agres-seur selon la loi. Il faut aussi une enquête de moralité poussée lors du recrutement pour éviter de donner à la société des éléments trop portés sur l’argent facile. C’est pour toutes ces raisons que je crois qu’il faut re-dorer le blason de la police.
stg) ( Marius Guela Une sélection de RE ENTRÉE EN MATIÈ
Il saute du cargo de police et meurt
MARCORY. Un homme, âgé de trente-cinq (35) ans appréhendé au cours d’une opération de rafle n’a pas voulu se laisser trans-férer à la préfecture de police. Au cours de son transfèrement, il a sauté du véhicule de police et a trouvé la mort. Il faut préciser que les différents raflent s’inscrivent dans le cadre de l’opération Epervier 7 lancée par les autorités pour sécuriser les fêtes de fin d’année.
Une écolière violée
ALEPÉ. Selon les informations reçues, le jour des faits, la petite fille, pendant la récréation se rendait dans une cour située juste à côté de l’école pour boire de l’eau. C’est là que, contre toute attente, le jeune Y.A qui la suivait, l’a empoignée de force et l’a conduite dans sa maison sous le regard impuissant de ses ca-marades. Une fois dans la chambre, il a déchiré les vêtements de la petite écolière qui ne cessait de lui demander pardon. Mais Y. A. a accompli sa sale besogne, menacé les secours avant de s’évanouir dans la nature.
Trois personnes à moto renversées par un véhicule
ABOBO. Les faits se sont produits aux environs de 14h. En effet, trois personnes à moto ont été renversées par un véhicule d’un particulier, nous apprend le Gspm. Pourtant, le code de la route a toujours recommandé deux personnes sur un engin à deux roues avec le port obliga-toire des casques. Les usagers de la moto n’ont malheu-reusement pas observé les règles d’usage.
Il viole et tue sa belle-sœur
VAVOUA. Eliane Sawadogo, jeune fille âgée de 20 ans est d’une beauté insolente. Un oiseau rare, comme on le dit prosaïque-ment. Lorsque les jeunes garçons de Karimkro la rencontrent, ils ne peuvent s’empêcher de se retourner pour la regarder. Mais ils ne peuvent pas franchir le pas tout simplement parce qu’elle est mariée. Mais D.I., n’a d’yeux que pour sa belle-sœur, la femme de son grand frère et il tient à elle. Il lui fait régulièrement les yeux doux, mais Eliane ne se laisse pas influencer ; bien plus, il
met régulièrement en garde le petit frère de son mari. Malheu-reusement, Eliane Sawadogo se fera violer par son beau-frère avant d’être égorgée par ce dernier pour ne pas qu’elle divulgue l’information. Après son acte qu’il avoue avec fierté, il se fait ar-rêter par la gendarmerie.
Un élève gendarme tabassé pour vol de moto
TOUMODI. L’élève sous-officier, N.K.W., matricule 87874, en service à l’escadron d’Adzopé, a été admis, le mardi 30 no-vembre 2021, au Centre principal de santé (CPS), de la Gen-darmerie nationale d’Agban pour des soins que nécessite son état de santé. Sérieusement amoché à la suite du vol d’une moto à Toumodi où il a passé deux jours dans un hôtel sans payer la facture, il est pris en charge par un médecin de la maréchaussée.
Il meurt dans la rue suite à une consommation abusive d’alcool
MINIGNIAN. Son corps sans vie a été découvert gisant sur le sol par un habitant du quartier Sokourani, dans la nuit du vendredi 10 décembre 2021. Il a aussitôt alerté les forces de police qui ont constaté le décès. L’enquête médicale d’usage a révélé plus tard un malaise cardiaque consécutif à une consommation exagérée d’alcool fort et de drogue, contrairement à la rumeur qui avait enflé faisant état d’un assassinat.
Un corps sans vie retrouvé dans un puits
BONOUA. Selon des témoins, ce jour-là, de retour d’une virée, Vivien, tout ivre, a manifesté l’intention de repartir sur le lieu de leur beuverie malgré l’opposition de ses amis qui tentaient de le ramener contre son gré à la maison. Pour échapper à la vigilance de ces derniers, Vivien a inopinément bifurqué à pas de course dans un potager. C’est là malheureusement qu’il a vio-lemment chuté dans un puits abandonné, d’une profondeur d’environ 25 mètres. La police et les pompiers appelés sur le lieu ont dû recourir à l’expertise d’un puisatier pour remonter le corps sans vie de Vivien.
ALLO POLICE ! EST UNE PUBLICATION DE GO MEDIA,Sarl au capital de 5.000.000 de F. CFADirecteur de Publication et gérant :Zohoré Lassane •Rédacteur en Chef :Koné Sibirinan (07 49 57 58 18) Secrétaire de rédaction :Olivier Valère (07 49 81 60 55) • Responsable commerciale :Aline Apoutri (07 07 60 99 53)• Siège social :Koumassi Remblais non loin de ISTCO Colombe lot 1619 ilot : 109.Tél :21 21 56 47 20 / 21 21 36 03 54 •Fax :21 21 56 51 69 •Adresse :10 B.P. 399 Abidjan 10 Dépôt Légal : 8905 du 14 juillet 2009 • Impression :SNPECI •Distribution :Edipresse : 21 20 37 18 60 / 21 20 37 17 67 •Recépissé n° 20/Ddu 09 juillet 2009 du Procureur de la République.Toute copie, même partielle de cette publication est formellement interdite sous peine de poursuite judiciaire.
8.810 EXEMPLAIRES
2 •ALLO POLICE ! N°622 du 20 au 26 décembre 2021
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents