32 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fraternité Matin n°16490 - Samedi 07 & Dimanche 08 Décembre 2019 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 décembre 2019
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Extrait

Samedi 7-Dimanche 8 décembre 2019 / N° 16 490 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange Ci)Prix: 300 Fcfa  Cedeao : 450 Fcfa  France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
Le peuple baoulé en symbiose P. 2 à 4 Le pacte avec le Chef de l’Étatrenouvelé
PHOTOS : PORO DAGNOGO Rencontre à Yamoussoukro Ouattara : “ Tous ceux qui sont houphouétistes doivent se retrouver ”Le grand meeting aujourd’hui Conférence des parties (Cop 25)Recomposition de la Cei Joseph Séka Séka présenteLa Cour africaine désavoue les attentes de la Côte d’Ivoirele Pdci-Rda et ses alliés P. 7 P. 5
2 Regard lassane Ouattara demeure toujours pour les chefs CoAmme l’a fait remarquer traditionnels baoulé Allah Gnissan. les différents porte-parole, on ne peut pas avoir soutenu le Président Ouattara et le laisser tomber aujourd’hui. Il est pour eux, toujours et à jamais, Allah Gnissan. Pour eux, le baptême du Président Ouattara n’est pas le fait d’une personne, mais bien la concertation de la chefferie avec les mânes des ancêtres. Personne ne peut donc aujourd’hui dire qu’il n’est pas Allah Gnissan. En mars dernier, le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, s’était rendu à Yamoussoukro pour débaptiser le Chef de l’État. Il avait, devant un peu plus de 300 chefs de cette communauté, demandé qu’on n’appelle plus Alassane Ouattara, Allah Gnissan. Hier, les chefs traditionnels baoulé, dont le nombre est estimé à 3000, ont pris à contre-pied cette décision. Pour eux, Alassane Ouattara demeure Allah Gnissan. Hier, tout au long de cette cérémonie, ils n’ont pas
ETIENNE ABOUA
cessé de prononcer ce nom. Ce n’est pas qu’ils veulent humilier Henri Konan Bédié, mais juste rappeler que la parole donnée est sacrée. Devant témoins, ils ont sonné la mobilisation autour du Président Ouattara qui fait, selon eux, de bonnes choses pour le développement de la Côte d’Ivoire. Avec des allégories, ils ont démontré à tous qu’ils restent attachés au Chef de l’État. C’est pourquoi, ils ont demandé d’engager une médiation pour faire comprendre à Henri Konan Bédié où se trouve le bonheurde la Côte d’Ivoire. Il se trouve avec Allah Gnissan qui est, selon eux, comme Félix Houphouët-Boigny, un travailleur infatigable. A mots presque voilés, ils ont parlé de sa candidature à la prochaine présidentielle. Ils lui ont dit: ‘’Nous sommes avec toi pour tout ce que tu décideras de faire’’. Hier, le peuple baoulé a réafrmé son attachement à celui qui, comme Félix Houphouët-Boigny, s’est engagé à travailler pour le bonheur des Ivoiriens. Ils ont dit merci à Allah Gnissan pour tout ce qu’il faitpour la Côte d’Ivoire
P olitique
Samedi 7 - Dimanche 8 décembre 2019
Rencontre entre le Chef de l’Etat, les rois et chefs Baoulé Ouattara :ceux qui sont‘‘ Tous houphouétistes doivent se retrouver ’’ nion. C’est le mot quiFélix Houphouët-Boigny de-résume bien toutemeure la meilleure voie’’. l’allocution du Chef C’est pourquoi, a-t-il dit, il duURassemblement des hou-C’est grâce aux ‘’enfants’’ de de l’État Alassane se bat pour maintenir le plus Ouattara, président grand nombre auprès de lui. phouétistes pour la démo-Félix Houphouët-Boigny, a-t-cratie et la paix (Rhdp) hier il dit, que la Côte d’Ivoire a à Yamoussoukro, face aux connu tous les bons résultats chefs traditionnels baoulé. actuels dans le domaine du Pour le Président Ouattara, développement. Le Chef de il est impérieux que ‘’tous l’État a fait savoir que toutes ceux qui sont houphoué-ces avancées seront conso-tistes se retrouvent’’. Il faut lidées. Il a aussi indiqué éviter surtout, selon le pré-que la paix retrouvée sera sident du Rhdp, de se re-pérenne non pas seulement trouver à pactiser avec ceux par sa volonté, mais par celle qui, hier, ont fait du tort à de tous les Ivoiriens qui sont Félix Houphouët-Boigny. aujourd’hui engagés à vivre Mais au-delà de tout cela, il dans un environnement pai-faut l’union de tous les Ivoi-sible. Selon lui, après avoir riens pour accompagner connu les affres de la crise l’action de développement post-électorale, les Ivoiriens entreprise depuis son acces-ne veulent plus connaître les sion à la tête de l’État. Il le confrontations sanglantes de dit, parce que le Président 2010. Le schéma de 2010 Félix Houphouët-Boigny n’a est différent de 2020, a-t-il cessé de prôné l’unité et fait savoir.‘’En 2010, il y avait surtout parce qu’il n’a pasdeux armées qui étaient fait de distinction entre lesprêtes à s’affronter. Elles se Ivoiriens. Le Chef de l’État asont affrontées. La suite on réafrmé sa volonté de toutla connaît. Il y a eu plus de faire pour maintenir l’unité2000 morts. Certains parlent ‘’des enfants’’ de Félix Hou-de 3000. Aujourd’hui la situation phouët-Boigny. Il veut ainsi est diférente. Il y a une respecter l’une des volontés seule armée. L’intégrationLe Président du Rhdp a échangé hier avec les chefs traditionnels baoulé. du premier Président de la a été parFaite’’ République de Côte d’Ivoire. Il a interpel-de voir, après lui, une équipelé les hommes politiques qui Les Ivoiriens voteront le 31Bédié.‘’Il n’y a pas de pa-nous sommes des frères.’’ capable de diriger la Côtecomptent sur l’armée pour octobre ’’, a-t-il dit. Il estlabre entre mon aîné et moi.Face aux chefs traditionnels d’Ivoire. Le Chef de l’État avoir une transition en Côte aussi revenu, dans son al-Nous avons créé ensemblebaoulé, le Président Ouat-rappelé que, certes,‘’l’uniond’Ivoire.‘’Ils perdent leur locution, sur les relationsle Rhdp. Même s’il y a destara a parlé du développe-fait la force, mais l’ententetemps. Il n’y aura pas de entre luidivergences, même si l’onment de la Côte d’Ivoire. entre tous les enfants detransition en Côte d’Ivoire. et son aîné, Henri Konann’a pas la même opinion,Tout en revenant sur les ac-quis, il a dévoilé un pan de sa nouvelle méthode d’ap-proche. Bientôt l’on aura une rencontre de tous les présidents de Conseil régio-naux, sans exception pour parler du développement des régions. Au cours de cette as-sise, chaque président de conseil régional pourra faire connaître les préoccupations de ses populations. Pour le Président Ouattara, il est important de régler les pro-blèmes quotidiens des Ivoi-riens avec diligence. Il s’est aussi prononcé sur le trans-fert de la capitale à Yamous-soukro. Devant les chefs traditionnels, ila fait une fois encore son mea-culpa. Il a promis de faire tout pour que la capitale soit transfé-rée à Yamoussoukro. Cette rencontre avec les chefs traditionnels baoulé était aussi celle des condences. On a appris que le Chef de l’État venait souvent faire des messes à la basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussoukro PHOTOS : PORO DAGNOGO Ouattara avait à ses côtés des présidents d’institution et plusieurs membres du gouvernement ETIENNE ABOUA
«Nous devons l’accompa-gner pour qu’il achève ce qu’il a commencé ». Je suis mille fois er de ce que vient de dire le Pré-
Côte d’Ivoire.«Il a réuni autour de lui des enfants de Yamoussoukro, Toumodi, Bouaké, Dimbokro... pour faire avancer le pays», a-t-il indiqué. Á l’appel du Président Ouattara qui a demandé à tous les ls et lles d’Houphouët-Boigny de se réunir dans un seul et
Le porte-parole des Rois et chefs lors de la rencontre avec le Président de la République.
MARCEL APPENA Envoyé spécial à Yamoussoukro
Nanan Tanoh Kouassi Gaston(Chef du village de Koliakro, sous-préfecture de Bocanda): «Je vais porter le mes-
« C’est l’union qui fait la force » Je suis très content des propos tenus par notre Président. Il a toujours prô-né l’union et la réconcilia-tion. Vous savez que c’est bien l’union qui fait la force. Quand il y a l’entente et la cohésion sociale, tout marche bien. Et c’est ce que le Chef de l’État demande aux Ivoiriens et aux enfants d’Houphouët-Boigny. Nous, rois et chefs, avons souhaité que les deux enfants d’Hou-phouët-Boigny que sont Ko-
(Chef du village de Dadiékro, sous-préfecture de Kodosso) :«Il n’est pas bon d’être divisé ». Les deux ls de Hou-phouët-Boigny étaient en-semble au départ. Nous les exhortons à se remettre en-semble, pour le grand bon-heur des Ivoiriens. Il n’est pas bon d’être divisé. Notre souhait, c’est que tous les enfants de notre vénéré feu Président Boigny se re-mettent au travail ensemble. Il faut que les enfants se donnent la main en guise d’exemple pour les Ivoiriens. S’ils s’entendent, si, à leur niveau, il règne l’union et l’entente, tous les Ivoiriens leur emboiteront le pas. Et c’est donc l’ensemble des Ivoiriens et tout le pays qui se porteront mieux.
Nanan Yao Kouadio René (Chef de village dans le dé-partement de Sassandra) : «Nous avons besoin de la paix ». Depuis que Allah N’Guessan III a été élu président, il a énormément travaillé. Même si on ne se rend pas sur les lieux pour voir, il reste que la télévision nous le montre tous les jours. C’est un grand bosseur. Nous avons
besoin de la paix pour que la Côte d’Ivoire avance et pour que chaque village de la Côte d’Ivoire bénécie des retombées du développe-ment. Il faut souhaiter que le cacao, l’hévéa et l’anacarde soient bien payés pour per-mettre aux Ivoiriens de vivre heureux. Mais nous n’y arri-verons que si la paix règne dans toute la Côte d’Ivoire. Cultivons donc la paix entre nous.
sage de paix et d’union aux populations ». J’étais présent à Yamous-soukro. Ici, nous avons en-tendu des appels à l’union, à la paix, à la tolérance, à l’en-tente entre Ivoiriens. C’est cet important message que j’irai transmettre aux popula-tions de mon village. En tant que chef, nous avons tou-jours œuvré pour l’entente et l’union entre nos populations et nos voisins. Nous ferons en sorte que les élections à venir se déroulent bien. C’est-à-dire dans la plus grande quiétude
Les chefs se prononcent…
sident Alassane Ouattara. Je voudrais le remercier pour avoir tenu de si sages propos. Pour le travail abat-tu qui n’est pas encore ter-miné, nous devons avoir la sagesse de l’accompagner pour qu’il achève ce qu’il a commencé. Nous devons lui octroyer davantage de temps. Mais, je voudrais qu’il se penche sur une sé-rie de problèmes que les populations d’une de nos nouvelles sous-préfectures rencontrent : il s’agit de l’adduction en eau potable, de route et de la construc-tion des bureaux de notre sous-préfecture.
nan Bédié et Alassane Ouat-tara se parlent. Car, c’est en dialoguant qu’on nit par s’entendre. Je suis convain-cu qu’en 2020, les élections vont bien se dérouler. Parce que je suis pour que l’union et l’entente règnent au sein des Ivoiriens.
Nanan Kouakou Yao
même creuset que constitue le Rassemblement pour la démocratie et la paix (Rhdp), le haut dignitaire traditionnel de N’Gokro a plaidé pour que« ne soient pas détruites les buttes déjà faites»par l’ensemble des enfants du père de la nation ivoirienne.«Dans la vie, il
Alassane Ouattara, s’est entouré de tous les ls des différentes régions de la Côte d’Ivoire, bien entendu, en commençant par les enfants issus du V baoulé. Il ac’est le signeajouté que de la symbiose qui règne au plus haut sommet de l’État entre les ls et lles de la
Nanan N’Guessan Kofî (Chef de tribu du Molonou) :
u moins trois mille têtes couronnées du V Baoulé ont effectué, A hier, le déplacement de Yamoussoukro, pour réafrmer l’union sacrée tissée depuis des lustres avec le Président Alassane Ouattara. Initialement, ce sont deux mille qui étaient attendues dans la ville natale du Père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, dont le Rhdp commémore aujourd’hui les 26 ans de sa disparition. Finalement, «ce sont trois mille qui ont répondu présent »,ont fait savoir les services de Kouadio-Ahoussou Jeannot, président du Sénat et «chef d’orchestre» de cette forte mobilisation. Dans deux allocutions prononcées au nom des têtes couronnées, les auteurs n’ont pas cessé de dire que jamais le pacte, pour ainsi dire, signé entre le Président de la République (qui rencontre pour la troisième fois les chefs baoulé), n’a été interrompu.«Allah N’Guessan reste Allah N’Guessan», a indiqué en substance Nanan N’Goran Kof II, qui a pris la parole en sa qualité de dignitaire de N’Gokro, village ancêtre de Yamoussoukro, aujourd’hui, un des principaux quartiers de la ville. Il s’est réjoui du fait que le Chef de l’État,
ne faut pas faire machine arrière, surtout lorsque tout marche bien, comme sur des rails», a-t-il exhorté. Il a donc appelé les Houphouétistes à renouer le l du dialogue, dans le but de faire avancer la Côte d’Ivoire, dans son élan de développement harmonieux.«Soyons unis. Nous avons le devoir d’aller de l’avant comme hier. Nous avons aussi le devoir de nous mettre ensemble aujourd’hui, demain et pour toujours pour mieux avancer», a recommandé la tête couronnée. Lui aussi s’appelle Nanan N’Goran Kof. Il a pris la parole au nom de la Reine des Baoulé. Ce dignitaire de la Cour Royale de Sakassou a, pour sa part, afché son ambition de voir tous les enfants d’Houphouët-Boigny réunis autour du Président Ouattara.«Il ne sert à rien de couper le ïl d’Ariane des choses qui avancent bien. PHOTOS : PORO DAGNOGO Ce qui a bien commencé, avance mieux quand on conjugue ensemble les efforts», a-t-il déclaré. Il a surtout plaidé auprès du Chef de l’État pour qu’une autorisation leur soit donnée dans l’ultime objectif d’aller rencontrer Henri Konan Bédié, jadis principal allié du Chef de l’État, au sein du Rhdp. «Nous voudrions vous remercier, monsieur
le Président. On voudrait avoir votre permission pour aller voir votre frère aîné Henri Konan Bédié », a-t-il souhaité. Il s’est aussi prononcé sur « le lien sacré » qui existe entre les populations du V Baoulé et le Chef de l’État. «Allah N’GuessanIII reste et demeure notre ïls. Nous saluons le travail énorme qu’il abat pour l’ensemble des Ivoiriens », a-t-il souligné. Pour matérialiser «ces liens sacrés » avec le Président Ouattara, les trois mille têtes couronnées réunies à Yamoussoukro, à la faveur des deux jours d’hommage que le Rhdp rend à Félix Houphouët-Boigny, ont offert sept bœufs, sept pagnes baoulé (hommes), sept pagnes baoulé (femmes), ainsi que bien d’autres présents, dont un porte-canne.«Il s’agit d’approfondir les liens qui existent entre le peuple et le Chef de l’État », a expliqué le ministre de la Culture, Maurice Bandaman, qui a porté à la connaissance du public, l’ensemble des dons.«Sept parce que c’est le symbole de la paix, de la conïance et de l’unité parfaite, en pays Baoulé », a expliqué l’homme de culture
MARCEL APPENA
P olitique 3 Samedi 7 - Dimanche 8 décembre 2019 • 3000 têtes couronnées en symbiose avec le Président Ouattara
Nanan Kouakou N’Gota (Chef du village de Ko-dossou, département de M’Bahiakro) :
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text