32 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fraternité Matin n°16509 - Mardi 31 Décembre 2019 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 décembre 2019
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Extrait

er Mardi 31 décembre 2019 - Mercredi 1 janvier 2020 / N° 16 509 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orangeCi)Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
L’éditorial deVenance Konan Soro, Eco ar où commencer? Commençons par souhaiter une bonne fête de fin d’année à tous les Ivoiriens et à tous les humains P qui vivent sur cette terre; et célébreront avec faste la fin de l’année 2019 ce soir. Bonne année 2020, particulièrement à mon ami Guillaume Soro, qui découvre les affres de l’exil en ce moment. Suite page 5
Vœux de nouvel an Le Président de la République parle ce soir P.2 PHOTO : PORO DAGNOGO • Il a pris part à la messedelpaaix,hier, à la Cathédrale Saint Paul du Plateau Tentative de déstabilisation Feux d’artiîces cette nuit Sidi Touré, porte-parole du gouvernement : Que la “ J’invite Soro à plus de cohérence ” P.2 Kobenan Adjoumani : lumière“ Tous les déstabilisateurs seront soit ! P.15mis hors d’état de nuire ” P.5
Politique er Mardi 31 décembre 2019 - Mercredi 1 janvier 2020 2 Vœux de nouvel an Le Président de la République s’adresse à la nation ce soir
LeChefdel’ÉtatAlassaneOuattaravalivrersontraditionnelmessagedansuncontexte où le pays amorce une année électorale.
e postulat de la stabilité sera, sans surprise, l’un des marqueurs du dis-rieLns ce soir. cours du chef de l’État qui s’adressera aux Ivoi-La répétition est pédago-gique. Mais en année électo-rale, elle devient un impératif catégorique. Il ne peut en être autrement. Surtout, après les mouvements d’humeur susci-tés par le retour dit avorté de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, le 23 décembre. Alassane Ouat-tara devrait donc souligner, en lettre de fermeté, ce pré-alable non négociable pour les Ivoiriens en général et pour chaque acteur politique en particulier, d’agir dans le sens de la loi et de l’apaise-ment, en bannissant les actes de déance ou de déstabili-sation de l’État. Et si l’on veut un indice de cette posture d’autorité qu’afchera le Pré-sident de la République, il se trouve dans sa mise en garde formelle du 28 décembre, lors du point de presse qu’il a eu avec son homologue équa-
Le message à la Nation d’aujourd’hui est très attendu par les Ivoiriens. (Photo : D.R)
to-guinéen, Teodoro Obiang. « Nul ne sera autorisé à dés-tabiliser la Côte d’Ivoire (…) Le droit sera appliqué à tous,
candidat ou pas. (…) nul n’est au-dessus de la loi, aussi bien les anciens présidents, les présidents d’institution, le
président de la République que tous les autres », a-t-il prévenu. Le respect de la loi, il est vrai,
est l’autre nom de la démo-cratie. Les politiques, on ne le dira jamais assez, doivent plutôt y contribuer par la for-mation de l’opinion, non pas en semant la confusion dans les esprits à des ns de propa-gande. L’immunité des élus, faut-il aussi en convenir, n’est pas une garantie d’impunité, un permis de commettre des troubles loin du champ normal du débat contradictoire. « Notre débat démocratique doit être à la mesure des at-tentes des Ivoiriens, conforme à nos idéaux de tolérance, de respect et de paix. Il y va de la consolidation de notre dé-mocratie et de la stabilité de notre nation », avait déjà plai-dé le président ivoirien lors de ses vœux à la nation en 2018. Dans ce cadre de la tolérance et la paix souhaitées, il avait, le 6 août, amnistié huit-cents personnes. Si le chef de l’État a pris l’ha-bitude d’insister sur le main-tien d’un environnement poli-tique paisible, c’est parce que cela conditionne les bonnes perspectives économiques
qu’enregistre la Côte d’Ivoire depuis 9 ans d’aflée. D’ail-leurs, Alassane Ouattara devrait rappeler son engage-ment soutenu et celui de tout son gouvernement, à faire descendre à la base les fruits de la croissance de 7.5%. A ce sujet, l’adresse de ce soir sera une occasion pour le pre-mier des Ivoiriens de faire un bilan du Programme social du gouvernement (PSGouv) de 1000 milliards mis en œuvre l’année écoulée. L’objectif afché du PSGouv ? C’était de fournir aux popula-tions des services de santé de proximité, d’améliorer la pro-tection sociale, de renforcer les conditions d’accès et de maintien à l’école des enfants de 6 à 16 ans, notamment les jeunes lles, de favoriser l’ac-cès des populations au loge-ment, à l’eau potable, à l’éner-gie, au transport, aux biens de grande consommation et de créer les conditions pour le bien-être des populations en milieu rural. Presqu’un plan Marshall ! BENOIT HILI
Sidi Touré, porte-parole du gouvernement « J’invite Soro à plus de cohérence avec sa conscience »
Monsieur le ministre, l’actualité est marquée par l’accusation de l’ex-pré-sident de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, par la justice ivoirienne, de tentative de déstabilisation du pays mais aussi de détournement de deniers publics. Cette affaire a pris un autre développe-ment avec les récentes révélations du concerné à propos du Président de la République. Quels com-mentaires faites-vous de la déclaration de Monsieur Soro Guillaume qui affirme que le Président Alassane Ouattara est le « père » de la rébellion ? -C’est le même Soro Guil-laume qui afrme noir sur blanc, en parlant du Pré-sident Ouattara, à la page 58 de son livre intitulé POUR-QUOI JE SUIS DEVENU UN REBELLE : « Je n’ai aucun doute sur sa capacité à assu-mer la conduite des affaires de l’État. Mais il n’est pas conséquent de prétendre que la rébellion ivoirienne est la branche armée du parti de M. Ouattara … Nous ne sommes
absolument pas la branche armée de M. Ouattara … ». Permettez-moi à ce titre d’in-viter Monsieur Soro à plus de cohérence avec sa propre conscience. Pour ma part, j’ai été chef de cabinet du Président de la République pendant plu-sieurs années avant qu’il accède à ses fonctions ac-tuelles, je tenais son agenda, je suis donc un témoin vivant, et je peux vous assurer que le chef de l’État travaillait essentiellement à la promo-tion des valeurs du vivre en-semble, à travers son parti d’alors, le RDR. Nous avions à cette époque plusieurs mo-des d’expression en notre qualité de première force de l’opposition, et les armes et la violence n’en faisaient pas partie. Nous assistons malheureu-sement aux élucubrations d’individus en déphasage avec la Côte d’Ivoire actuelle qui n’est plus celle d’hier. Le Gouvernement n’acceptera pas de faire revivre aux Ivoi-riens le douloureux passé des différentes crises. La Côte d’Ivoire ne sombrera plus dans la violence.
Ne craignez-vous pas le grand déballage annoncé par le camp de Soro ? -Il n’y a rien à craindre. On se connaît dans ce pays ! Cela fait plusieurs jours qu’on nous promet ce prétendu dé-ballage. Malheureusement,
ils n’ont rien d’autres que des accusations sans fondement pour essayer de noyer le pois-son. Tout cela ressemble à de la diversion ! La question de-meure, oui ou non, Guillaume Soro, à travers ses dires et les armes découvertes, avait-
il en projet de déstabiliser la Côte d’Ivoire ? Et pour cela, j’invite Madame Affoussy Bamba à se rendre à Abidjan avec son client pour se faire entendre. Ce n’est pas sur Facebook qu’ils parviendront à se défendre. Les faits sont sufsamment graves.
La visite du Président Obiang s’inscrit-elle dans le cadre d’une négociation en faveur de Monsieur Soro ? -Cette visite s’inscrit plutôt dans le cadre de la coopé-ration bilatérale entre la Côte d’Ivoire et la Guinée équato-riale. Des questions régio-nales et internationales ont également été abordées. À ce titre, les Chefs d’État ont évoqué la récente décision de l’UEMOA d’adopter l’ECO comme future monnaie. Vous avez constaté, comme nous, l’intérêt porté par le Président Obiang par cette réforme historique dont nous devons être ers.
Sur un tout autre sujet, Monsieur le ministre, nous sommes au terme
de l’année 2019, quel bilan faites-vous de l’action gou-vernementale et comment entrevoyez-vous l’année 2020 ? Nous terminons cette année avec plusieurs motifs de sa-tisfaction, notamment aux plans économique et social. Notre pays fonctionnera à partir de 2020 en mode bud-get-programmes. Un nou-veau système qui nous per-mettra d’intégrer de façon plus accrue la culture de la performance à notre gestion budgétaire. Il faut noter également le Pro-gramme social du gouverne-ment, développé sous le lea-dership du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui nous a permis de toucher du doigt et d’améliorer considé-rablement le vécu des popu-lations. À ce propos, je vous invite à suivre avec beaucoup d’at-tention l’adresse du chef de l’État, ce mardi 31 décembre, à 20h sur les antennes de la RTI, car d’importants mes-sages seront délivrés.
ENTRETIEN RÉALISÉ PARL’AIP
er Mardi 31 décembre 2019 - Mercredi 1 janvier 2020
Politique
Messe pour la paix
3
Le cardinal plaide pour la libération des personnes interpellées
L’archevêque métropolitain d’Abidjan a présidé, hier, la traditionnelle messe de la paix en présence du couple présidentiel
a messe de la paix a eu lieu, hier, à la cathé-drale Saint Paul au Pla-L teau, en présence du couple présidentiel, du Vice-Président Daniel kablan Duncan et son épouse, du Nonce Apostolique Mgr Pao-lo Borgia, du Premier ministre Amadou Gon, de membres du gouvernement et du fo-rum national des confessions religieuses. En cette période de tensions que traverse le pays, Son éminence Jean Pierre Cardinal Kutwa, qui présidait la cérémonie, a mis l’accent sur la force du par-don et la capacité de se ré-concilier entre frères, avant de demander humblement au Président de la République, Alassane Ouattara, déten-teur du pouvoir de la grâce présidentielle, de bien vouloir accepter de faire sortir du ca-chot tous ceux qui ont été ar-rêtés, suite aux derniers évé-nements que connaît le pays. Il a ensuite ajouté en citant le Pape François :« L’on obtient autant qu’on espère. Je prie Dieu qu’ensemble, nous as-pirions de toutes nos forces à la Paix et Dieu nous l’accor-dera! ». Pour le saint père, le chemin de la réconciliation
Son Eminence le cardinal Jean Pierre Kutwa a exhorté au pardon et à la paix en Côte d’Ivoire. (PH: PORO DAGNOGO)
appelle chacun à trouver dans le fond de son cœur la force du pardon et la capaci-té de se reconnaître frères et sœurs. « Apprendre à vivre le pardon fait grandir notre ca-pacité à devenir des femmes et des hommes de paix », a-t-il dit ; avant de lancer « un appel solennel à tous les va-t-en-guerre dans tous les partis politiques : désarmez
vos cœurs! Au nom de Dieu qui nous a tous créés, désar-mez vos cœurs pour l’habil-ler du manteau de l’humilité, du pardon et de la paix! Au nom de nos concitoyens, vos frères et sœurs, désarmez vos cœurs » ! Le cardinal Kutwa a par ail-leurs indiqué que désormais, en Côte d’Ivoire, il ne s’agit plus pour les habitants de ce
pays de s’asseoir pour discu-ter ;« mais bien de s’asseoir, de discuter pour écouter et comprendre l’autre et ce qu’il dit, en lui accordant le crédit de l’honnêteté et de la bonne foi ». Et d’ajouter :«Je rêve d’un moment où tous nos grands leaders pourront s’asseoir autour d’une même table pour s’écouter mutuel-lement afin de travailler à ce
que la recherche de la cohé-sion, de l’unité et de la paix président à toutes leurs pa-roles et actions politiques ». Faisant toujours référence au Pape, il a souligné que pour parvenir à un mieux- vivre en-semble, il faut ‘‘ouvrir et tracer un chemin de paix’’ tout en gardant en mémoire que‘‘la paix est un défi d’autant plus complexe que les intérêts qui sont en jeu dans les relations entre les personnes, les com-munautés et les nations, sont multiples et contradictoires. Il faut avant tout faire appel à la conscience morale et à la volonté personnelle et politique…’’.basant sur Se cette citation, Son éminence a encore dit à ses hôtes : « Si nous voulons que notre pays soit véritablement émergent, nous devons prendre davan-tage conscience que ‘‘la frac-ture entre les membres d’une société, l’accroissement des inégalités sociales et le refus d’utiliser les instruments en vue d’un développement hu-main intégral mettent en péril la poursuite du bien commun. Par contre, le travail patient basé sur la force de la parole et de la vérité peut réveiller chez les personnes la ca-
pacité de compassion et de solidarité créative’’ parce que la paix est aussi chemin de réconciliation dans la com-munion fraternelle. Faisant allusion à la crise post-électorale de 2010 et aux profondes blessures qu’elle a laissées dans la société ivoirienne, Jean Pierre Kutwa a déclaré :« Il nous faut prendre ensemble, l’engagement de lever les obstacles à la paix… Car la guerre commence souvent par l’intolérance à l’égard de la différence de l’autre, qui renforce le désir de posses-sion et la volonté de domina-tion. Elle naît, dans le cœur de l’homme, de l’égoïsme et de l’orgueil, de la haine qui pousse à détruire, à renfer-mer l’autre dans une vision négative, à l’exclure et à le faire disparaître. La guerre se nourrit de la perversion des relations, d’ambitions hégé-moniques, d’abus de pouvoir, de la peur de l’autre et de la différence perçue comme un obstacle et, en même temps, elle alimente tout cela»
MARIE-ADÈLE DJIDJÉ
Reconversion des militaires Les partenaires techniques et le ministère de la Défense finalisent le projet a réinsertion des mili-Président de la République,ce programme soit une bellesécuritaire a s’élève à 6,56 taires à la retraite de-Alassane Ouattara, a-t-il faitFCfa. Ce montantréussite. milliards vient une réalité. Hier 30savoir, a insisté pour queDès 2020, le projet de ré-permettra d’accompagner le L décembre, le ministreles militaires, ces hommesministère de la Défense dansinsertion des soldats sera d’État, ministre de la Dé-et ces femmes qui ont serviune réalité pour Aké Danho, la mise en œuvre de la loi de fense, Hamed Bakayoko, asous le drapeau, ont proté-lieutenant-colonel, chef du programmation militaire qui présidé à son cabinet la si-gé notre territoire, soient àinclut l’accroissement des ca-Bureau d’accompagnement à gnature du protocole d’accordleur tour protégés»pacités opérationnelles desreconversion des militaires tâche la . La entre le Bureau d’accompa-(Barm), structure qui comptede ces hommes est, recon- militaires et l’optimisation de gnement à la reconversionnait-il, pénible et très difficile.à ce jour 1550 volontaires ins- la gestion des ressources hu-des militaires (Barm), struc-C’est pourquoi, il considèremaines.crits au programme de recon- ture pilotant le programmeversion sur une cible d’envi-que c’est une responsabilité Au nom des partenaires tech-de reconversion des soldats nationale que de les accom- ron 5000 départs volontaires. niques, Hélène Diarra, Pca et plusieurs structures par- pagner à travers une bonne Et dès la deuxième semainedu Fidra, a rappelé que ce tenaires techniques et finan-de janvier, ces volontairesreconversion. « Un militaire projet qui s’inscrit dans la loi ciers. Notamment, l’Agencequi a pris des risques impor- de programmation militaireentameront les formations nationale pour la formation tants en maniant les armes entrepreneuriales et tech-2016-2020, et qui vise à une professionnelle (Agefop), le et qui se trouve à la retraiteniques afin que les premiersréforme ambitieuse du sec-Fonds international pour le sans être accompagné ou insérés soient présenter en teur de la sécurité telle que développement de la retraiteinséré, c’est anormal », avoulue par le Président demars 2020. active (Fidra), l’Agence natio- affirmé le ministre de la Dé-Selon Léa Diatti, coordonna- la République, ne pourra se nale d’appui au développe-fense. Il a donc souhaité, à trice du secrétariat techniqueconcrétiser qu’avec des par-ment rural (Anader), l’Institut l’image de nombreux paysdu Contrat désendettementtenaires techniques et finan-ivoirien d’entreprise (Inie).développés, que« la CôteLes documents afférents à la formation et l’encadrement pourciers, qui, en plus de la fibredéveloppement (C2d), c’est Hamed Bakayoko s’est félici-d’Ivoire enregistre des mo-la réinsertion des soldats retraités sont prêts .patriotique qui les anime, sontdans la cadre du second té de cette étape de ce pro-dèles de grandes réussitesC2d que le programme d’ac-également sensibles au bien-(PH:BOSSON HONORÉ) jet qui démontre la volontéde militaires reconvertis à lacompagnement à la recon- être des personnes garantes du gouvernement et de sestête de grandes entreprisesgagé les partenaires à aider à être endurant, le militaire de leur sécurité et de celle duversion des militaires a vu le partenaires à faire de cettevia ce programme ».jour. Dans les 1151,25 mil- pays.tant a  En le gouvernement en formant les aptitudes pour réussir. initiative une réalité.« Lequ’individu qui a passé sa vieHamed Bakayoko a donc en-bien les volontaires afin queliards FCfa du C2d, le voletHERVÉ ADOU
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text