32 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fraternité Matin n°16521 - Mercredi 15 Janvier 2020 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
32 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le savais-tu ? Tu peux t'abonner à ce journal en cliquant sur la petite cloche. Tu recevras alors une alerte par mail à chaque nouvelle parution !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 janvier 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Extrait

Mercredi 15 janvier 2020 / N° 16 521 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orangeCi) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
Compte unique du Trésor Les avantages P.8 de la réforme
Enquête /Après leur retour au pays Ce que deviennent les ex-migrantP.10s-11
Infrastructures à Oumé et Gagnoa P.4 Ce que Ouattara a fait dans le Gôh
Prix du Citoyen émérite de Grand-Bassam Claude Isaac Dé explique P.6 les objectifs
PHOTO : JOSÉPHINE KOUADIO Grève des taxis et gbakas de Yopougon Des milliers d’usagers contraints à la marche P.6 Le mouvement de protestation se poursuit aujourd’hui À l’intérieur, notre pageSpécial Burkina Faso P.23
2
L’air du temps Ça suffit !
PAR AMÉDÉE ASSI
ans son éditorial sous le titre « Nyamsi, ça suf-t !» paru dans Fraternité Matin du jeudi 9 jan-vier, Venance Konan a crié son ras-le-bol, son exaspération devant les excès et les dérives poDrte-parole, plutôt répondeur automatique de Soro langagières du sieur Nyamsi Wa Kamerun, Guillaume. Si, comme d’habitude, j’ai lu et relu avec délectation cet autre écrit du Directeur général de Fraternité Ma-tin , docteur en droit, intellectuel diplômé et intellectuel cultivé pour reprendre une expression chère à Kinimo Kangah Man Jusu , j’ai très vite perdu le sourire. En effet, une profonde colère intérieure s’est emparée de moi. Et pour cause : comment depuis de longs mois avons-nous accepté, sans broncher, qu’un homme de petite vertu qui, parce qu’il a perdu le traitement men-suel de 5 millions de francs Cfa, soit environ 7.700 Euros, qu’il recevait, indûment, de l’ancien président de l’Assemblée nationale, s’en prenne impunémentet sans raison au Président de la République de Côte d’Ivoire, notre Président ? Oui. C’est sous nos yeux et avec notre complicité pas-sive que cet ancien enseignant dans une école privée d’Abobo comme l’a révélé Venance Konan, quotidien-nement, se permettait et se permet toujours d’insulter le Président Ouattara en déversant sur lui ses puan-teurs et autres entes exécrables. Si nous, les adeptes et autres admirateurs du Président de la République,avons brillé par un silence assourdissant bien incom-préhensible, comment comprendre et expliquer que nos autorités judiciaires ne se soient pas intéressées aux injures et aux offenses proférées, urbi et orbi, par le sieur Nyamsi ? Car les dispositions du Code pénal, dans le cas d’espèce, sont bien claires et elles auraient dû, depuis, frapper vigoureusement ce nouveau pour-fendeur du Président de la République. Si la perte d’un revenu substantiel, même s’il n’est pas justié, peut expliquer quelques cris de faim de bébé sevré, elle ne saurait autoriser des outrages à l’en-droit de celui qui incarne la Nation ivoirienne et qui est le symbole le plus emblématique de la République. D’accord, ce n’est pas son président à lui. Et le sieur Nyamsi Wa Kamerun qui a bien expressément ajouté Kamerun sur son nom, veut que nous le sachions… Accepterait-il qu’on s’en prenne en des termes aussi injurieux au président de son pays, le Cameroun ? Si vulgaire soit-il ? Il est permis d’en douter. Sinon, n’est-ce pas par ce Cameroun où il a fait ses classes de lycéen que notre cher professeur devrait commencer par faire ses classes de philosophe ? D’ailleurs, tous ces pseudos démocrates ivoiriens et africains qui se réjouissent et s’abreuvent, sur les ré-seaux sociaux, des écrits de cet enseignant de philo-sophie dans un lycée français, accepteraient-ils qu’on s’attaque ainsi aux leaders dont ils se réclament ? NON. Nyamsi, il faut arrêter la chienlit ! Car, comme l’a si bien dit le Président Alassane Ouattara lors de son message à la Nation le 31 décembre 2019, «la confron-tation des idées et des projets, inéluctable au proces-sus électoral, devra se faire dans la non-violence et le respect des lois, sans mettre en péril la stabilité du pays.» OUI donc à la confrontation des idées, non à l’affronte-ment. OUI à la confrontation des idées dans le respect des uns et des autres, dans la courtoisie et dans le bon ton. Car, en réalité, personne n’a l’exclusivité de la mau-vaise parole ou des mots qui offensent ou qui blessent. Dans tous les cas, nous n’accepterons plus que n’im-porte qui, n’importe comment, bafoue nos autorités et notre pays. Vraiment, ça suft !
Politique
Coopération bilatérale
Mercredi 15 janvier 2020
Le Vietnam se félicite de l’excellence de ses relations avec la Côte d’Ivoire
Le Président de la République, Alassane Ouattara, a reçu, hier, en au-dience, l’ambassadeur de la République du Vietnam, Tran Quoc Thuy. es liens de coopération entre le Vietnam et l’État ivoirien sont au beau xe. Tran Quoc Thuy, vaLste pays de l’Asie du Sud, ambassadeur de ce hier au sortir d’une audience avec le Chef de l’État au pa-lais présidentiel au Plateau, s’est félicité de l’excellence des relations de son pays avec la Côte d’Ivoire. Il a coné qu’au cours de son entretien avec le Président de la République, Alassane Ouattara, il a été question de booster davantage cette coopération.« Ces dernières années, il est certain que les relations d’amitié et de coo-pération entre les deux pays Le Chef de l’État et l’ambassadeur vietnamien se sont engagés à renforcer davantage leur partena-se sont bien développées sur riat.(PHOTO: PORO DAGNOGO) le plan politique, notamment étrangères de la Côte d’Ivoire site du vice-Premier ministre développer davantage les avec les visites d’échange au Vietnam. Il y a aussi, dans du Vietnam en Côte d’Ivoirerelations bilatérales entre les entre les personnalités et le même mois de juin, la vi- au mois d’octobre. Tout celadeux pays », a-t-il expliqué. hauts fonctionnaires des site d’un membre du Bureau reflète la détermination po-deux pays. Par exemple, KANATÉ MAMADOU politique du Vietnam en Côte litique des dirigeants des en juin, nous avons eu la vi-d’Ivoire. Il y a également la vi- deux pays à approfondir et site du ministre des Affaires Cei
Coulibaly-Kuibiert engage les 511 agents techniques d’appui à faire preuve de bonne moralité
Le président de la Cei, Coulibaly-Kuibiert, encadré des membres du bureau de cette institution, a donné les consignes d’usage aux agents techniques d’appui.(PHOTO : D.R) es 511 Agents tech- ses proches collaborateurs, techniques de la Cei d’être niques d’appui (Ata) de les a engagés à faire preuve ponctuels et assidus à leurs la Cei - 460 anciens re- de bonne moralité et à refu- postes. Il a précisé que son conduits et 51 nouvellesinsistance sur ces qualitésser catégoriquement de se hiLer, à l’amphithéâtre de lasion est tellement importantese plaignent toujours du re-recrues - rassemblés, faire soudoyer.mis-« Votre vient du fait que les électeurs Conférence épiscopale régio-que la moindre erreur peuttard accusé par les agents le nale de l’Afrique de l’Ouestêtre fatale. Référez-vous àjour du vote.« Il faut corriger francophone (Cerao) sise àvotre conscience. Faites encela. Même si vous êtes seul Cocody-Angré, ont eu droit àdans votre bureau, soyez àsorte que vous ne soyez pas un véritable cours magistraldécriés dans votre travail. Lal’heure », a-t-il rappelé. Avant sur la bonne conduite et lesCôte d’Ivoire vous sera re-de les inviter à être correcte-comportements à observerconnaissante », a conseillé ment habillés. dans le cadre de leur mission le premier responsable de Le secrétaire général de la sur le terrain. Le président la Cei. Coulibaly-Kuibiert a Cei, Brahima Fofana, a ras-de la Commission électoralesuré Coulibaly-Kuibiert surégalement demandé à ses indépendante, Coulibaly-Kui- collaborateurs des démem- la qualité de la formation biert Ibrahime, entouré de brements administratifs et dispensée aux 511 Ata. Il
l’a informé également des préoccupations soulevées par ces derniers lors des séances de renforcement de leurs capacités. Celles-ci portaient, entre autres, sur la mise d’un forfait internet à leur disposition pour envoyer les chiers, une assurance pour couvrir les risques liés à leur activité et une prime pour gérer les éventuelles petites dépenses. Le président de la Cei s’est dit favorable à toutes ces doléances en vue de permettre à ces agents d’accomplir sereinement leur tâche. En revanche, il leur a formellement interdit de se répandre dans les journaux. Si ceux-ci, a-t-il poursuivi, ont des revendications à po-ser, qu’ils se réfèrent à leur hiérarchie. Il a fait savoir que tous ceux qui, en dépit des instructions données ce jour, feront des sorties dans les médias seront non seulement radiés, mais pourront aussi faire l’objet de poursuite de-vant les juridictions. La cérémonie d’hier a princi-palement été marquée par la remise de la feuille de route aux Ata.
K. MAMADOU
Mercredi 15 janvier 2020
Politique
3
Infrastructures dans les départements de Gagnoa et Oumé Ce que Ouattara a fait pour la région du Gôh
‘’La tempête’’ d’infrastructures qui s’abat sur la Côte d’Ivoire, depuis 2011, est bien vécue à Gagnoa et Oumé.
n prend quelle route pour y aller ? Non, de ce côté, la voie O n’est pas bonne. Je l’ai empruntée la der-nière fois, c’était un véritable calvaire. Cherchons un autre trajet pour rallier la ville. » Oumé et Gagnoa n’ont plus ce problème. Les routes qui rallient ces deux importants départements ont été réha-bilitées. Fini donc le calvaire sans nom des habitants de la région de Gôh. Une région qui connaît depuis 2011 d’im-portants investissements.
Tempêtes de voirie
La région du Gôh a gagné énormément en infrastruc-tures routières. Dans le département d’Ou-mé, des actes forts ont été posés en faveur du déve-loppement du département et de l’épanouissement des populations. D’importants tra-vaux de renforcement sont en cours, notamment les axes : -Oumé-Gagnoa long de 66 km, pour un coût de 11 mil-liards de FCfa; -Oumé-Toumodi, long de 50 km, pour un coût de 14 mil-liards de FCfa; -PK 109 – N’Douci-Gagnoa, pour un coût de 66 milliards de FCfa. « L’ensemble des investisse-ments réalisés dans la région, en matière d’infrastructures routières, se chiffre à plus de 92 milliards de FCfa», a ex-pliqué samedi dernier le Pre-mier ministre Amadou Gon Coulibaly.
Plus de 48 milliards de FCfa investis dans l’adduction en eau à Oumé
L’arrivée du Président Ouat-tara va être aussi pour Oumé un soulagement au niveau du robinet. D’im-portants investissements vont être consacrés à un programme accéléré d’ad-duction en eau potable en faveur des populations. Comme l’a expliqué le Pre-mier ministre. «L’ensemble des investissements proje-tés dans la région se chiffre à plus de 48 milliards de FCfa.» Ces investisse-ments ont porté sur : -la réalisation entre 2012 et 2014, de travaux d’adduc-tion en eau potable de la ville, pour un coût de 4 mil-liards de FCfa, -l’alimentation en eau po-table de la localité de Dondi,
Depuis 2011, le Président Ouattara veille à ce que, quelque part, tous les jours, il y ait un chan-tier qui s’achève pendant qu’un autre démarre.(PHOTO: DR)
pour un coût de 315 millions de FCfa, -la réalisation de plusieurs forages équipés de Pompes à motricité humaine (Pmh) dans plusieurs localités.
Lumière pour tous
«En matière d’accès à l’élec-tricité, les investissements engagés dans la région du Gôh sont estimés à 4,9 mil-liards de FCfa, dont 1 milliard
de FCfa pour l’électrification de 7 localités rurales et 3,9 milliards de FCfa pour 10 tra-vaux d’extension et de renfor-cement de réseau électrique. Par ailleurs, d’importants pro-jets d’investissement dans
Le calvaire des usagers de la route Abidjan-Gagnoa est terminé.(PHOTO: JOSÉPHINE KOUADIO)
le réseau de transport et de distribution de l’électricité, à hauteur de 7,4 milliards, sont en cours dans la région du Gôhrévèle Amadou Gon », Coulibaly. Spéciquement pour le dé-partement d’Oumé, ces in-vestissements devraient permettre d’atteindre à n 2020, un taux de couverture de 100%, contre 95,74% à n 2011, soit la totalité des 47 villages du département,
clôture à Booda / Oumé ; - la construction du bâtiment du dispensaire et des toilettes extérieures du Centre de san-té rural de Tiégba ; -L’équipement de divers centres de santé en matériel roulant. Le gouvernement ne s’arrêtera pas là. «L’État poursuivra ses efforts, en mettant l’accent sur la réhabilitation des Centres de santé ruraux pour répondre, dès maintenant, aux besoins ur-
« L’ensemble des investisse-ments réalisés dans la région, en matière d’infrastructures routières, se chiffre à plus de 92 milliards de FCfa »
électriés. «Dans le domaine de la san-té, la région du Gôh a été au centre des priorités du gou-vernement.» Le département d’Oumé se porte bien. Lui qui a bénécié de : - la réhabilitation de la mater-nité, du bloc opératoire, et du laboratoire de l’hôpital géné-ral d’Oumé ; -la réhabilitation du laboratoire du Centre de santé urbain (Csu) de Diégonéa ; - la construction d’un centre de santé rural, de 2 logements, d’un bloc sanitaire et d’une
gents exprimés ; en attendant le traitement des autres doléances dans le domaine de la santé», promet le Premier ministre.
L’école pour tous
Oumé a bénécié de plu-sieurs établissements. « En matière d’éducation, sur la période 2011-2019, 314 classes dans le préscolaire et le primaire et 01 collège dans le secondaire, ont été réalisés dans le département.»
BLEDSON MATHIEU
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text