Fraternité Matin n°16642 - Du Samedi 13 au Dimanche 14 juin 2020

-

Français
24 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16642 - Du Samedi 13 au Dimanche 14 juin 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 juin 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo
Signaler un problème

Fraternité Matin / Deuil
Jean-Baptiste
Béhi inhumé
Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 €Samedi 13 - Dimanche 14 juin 2020 / N° 16 643 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange Ci) aujourd’hui
PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES P.24
Identifcation : La distribution des cartes
nationales d’identité a commencé
P.4
600 000
Cni déjà
établies
Pouponnière de Dabou
Dans l’univers des enfants
lourdement handicapés
Comment les spécialistes préparent
leur insertion professionnelle PP.2-3
Drame d’AngréLutte contre le coronavirus / Kandia Camara
P.7 Dernier hommage
‘‘Les dispositions sont au Pr Adonis-Koffy,
prises pour que l’école ne soit à son époux
et à son fls P.8pas un foyer de contamination’’R eportage2 Samedi 13 - Dimanche 14 juin 2020
Pouponnière de Dabou
Dans l’univers des enfants lourdement handicapés
Comment se fait le suivi de ces innocentes créatures rejetées par leurs parents ? Reportage
La pouponnière accueille des pensionnaires abandonnés souffrant de graves défciences psychiques. (PHOTOS: SÉBASTIEN KOUASSI)
ls souffrent d’une infrmité ne reçoit que des enfants troubles du comportement, ont mis au monde et sont ad- donc beaucoup d’amour, de chée dans son berceau du
motrice cérébrale lourde. abandonnés par leurs pa- microcéphalie, hydrocépha- mis au centre pour une prise temps et de patience », a-t- bâtiment Eden, souffre d’un
Ils ne peuvent ni marcher, rents du fait du mal dont ils lie, épilepsie). 70% d’entre en charge psycho-sociale, af- elle laissé entendre. Si l’en- retard psychomoteur, est
ni s’asseoir. Ils sont tout souffrent. Nous avons visité eux ne peuvent se déplacer fective et cognitive en vue de tretien d’un enfant normal est microcéphalie; en plus, elle Ile temps couchés dans les chambres où dorment pour avoir perdu l’usage de leur épanouissement. déjà une tâche diffcile, ima - a des membres non
foncle berceau… ». C’est ainsi ces pensionnaires dont l’âge leurs jambes. Marie Kouassi « Nous sommes là tous les ginez ce que peut être celui tionnels.
que Dr Kansaye Youssouf, varie de 9 à 35 ans. La pou- Gisèle nous apprend que ces jours aux services des en- d’un enfant handicapé, fait Á en croire celle qui
reprémédecin généraliste de la ponnière accueille actuelle- enfants ont été ‘’ramassés’’ fants, à leurs petits soins car remarquer cette brave dame. sente aujourd’hui ‘’sa mère»,
pouponnière de Dabou, ex- ment 97 pensionnaires (51 dans des marchés, des cani- ils sont dépendants. Ils ne C’est la raison principale de elle a été découverte, une
plique le grave handicap qui garçons et 46 flles), souffrant veaux, des poubelles. Ils sont peuvent pas se contrôler, ils l’abandon et du rejet récur- semaine après sa naissance,
frappe ces enfants. C’est tous de graves défciences tous abandonnés (après leur défèquent dans leurs vête- rent de ces enfants par leurs abandonnée au service
pél’un d’eux que berçait ce jour psychiques : (autisme, naissance) par celles qui les ments. Leur suivi demande génitrices. D. K, 3 ans, cou- diatrique à l’hôpital
méthodame Kouamé Marie Gisèle, diste de Dabou. Autour de
substitut maternelle au sein son cou, était attachée une
de cette pouponnière. Vêtue fcèle qui laissait pendre Quelle insertion professionnelle ?
d’une robe feurie, elle faisait sur sa poitrine un écriteau
ertes, la poupon-des allées et venues dans le sur lequel celle qui l’a portée
nière de Dabou est couloir du bâtiment Eden de pendant 9 mois, avait
exprichargée d’assurer l’établissement. Dans ses mé son ras-le-bol : « Je suis
la prise en charge bras, elle tenait un de ces en- fatiguée ! Je n’ai plus d’issue! Cpsycho-sociale, édu-fants ‘’mongoliens’ qui avait », Pour Marie Gisèle
Kouascative, rééducative des en-visiblement besoin de câlins. si N’Guessan, l’attitude des
fants abandonnés et han-La serviette posée sur son parents peut s’expliquer par
dicapés, mais au fnal, elle épaule épongeait la bave qui le manque de moyens ou la
prévoit des activités surtout s’épanchait continuellement crainte du regard des autres
pour les plus grands, ques-de la bouche de cet enfant (l’entourage) qui traitent
soution de les insérer dans la dont la tête peinait à tenir sur vent ces enfants de génies,
vie active. Notamment l’éle-le cou. Cette dame affectueu- de sorciers, de serpents,
vage de poulets, de lapins, sement appelée ‘’maman’’ a bref, de rejetons porteurs de
la culture du manioc, du de l’expérience à revendre malheur.
haricot. Toute chose qui va pour avoir totalisé une
vingleur permettre d’assurer leur taine d’années dans la prise Heureux, malgré tout
autonomie fnancière. en charge de ces enfants.
Ainsi, âgé de 13 ans et souf-Elle nous reçoit, le 21 avril Sans parents biologiques,
frant d’une infrmité motrice 2020, avec le sourire qu’elle ils sont heureux d’être dans
cérébrale, O. K. a déjà réa-affche au quotidien avec ces leur nouvel environnement,
lisé des prouesses dans ce êtres fragiles. dans une ambiance
convisens. Il a pu s’offrir un por-La pouponnière de Dabou, viale, un cadre familial,
entable, grâce à sa ferme de où elle exerce, se trouve tourés de substituts parentaux
L’élevage de poulets et de lapins, pour l’insertion professionnelle des plus grands.poulets qu’il commercialise. en pays Adjoukrou, à 50 (papa, maman), d’assistantes
« La sélection se fait au ser-km d’Abidjan. Le centre est sociales, de médecins, de
vice éducatif. Nous tenons sous la tutelle du ministère tionnés en tenant compte vice éducatif. Elle reconnaît Ils font des plants de ma- maîtres d’éducation
spécialicompte de certaines apti-de la Femme, de la Famille de l’âge. La sélection se fait que les résultats ne sont nioc, sous leur direction. sés, de kinésithérapeutes etc.
tudes. Pour des problèmes et de l’Enfant. Á l’entrée du depuis le service éducatif. pas toujours immédiats. Ils Sous la conduite des per- A l’ombre des arbres, au milieu
d’autisme ou de certaines centre, les visiteurs sont sou- Il y a des activités pour so- sont alors formés et suivis sonnes qu’il faut, ces en- de l’espace du centre, certains,
pathologies, des enfants ne mis, comme partout depuis cialiser les enfants. Si sur le sur le terrain par un techni- fants peuvent réaliser des notamment les plus grands,
peuvent pas faire d’activi-la survenue du coronavirus, plan psychomoteur, ils sont cien. « Le technicien forme choses qui surprennent le exécutent à cœur joie, des pas
tés ici. Tous les enfants que au respect strict des me- capables d’interagir avec les enfants ; il apprend les commun des mortels. Le de danse au rythme des
mornous avons sur le site sont sures-barrières contre la pan- leur milieu, nous les choi- noms du matériel à l’enfant handicap n’est pas une fata- ceaux des artistes-chanteurs
des Imc (Infrmité moteur démie : lavage des mains, sissons », a expliqué Mian et le geste à faire. Il en est lité », a-t-il tranché Serge Beynaud et Kedjevara
cérébrale). Ils sont sélec-port du masque. La structure Dimitri, sous-chef du ser- ainsi pour le spécialiste. EPA Dj. « Tous les matins, nous