Fraternité Matin n°16644 - Du lundi 15 juin 2020

-

Français
40 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16644 - Du lundi 15 juin 2020

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 juin 2020
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo
Signaler un problème
Fraternité Matin / Deuil
Jean-Baptiste
Béhi repose
Lundi 15 juin 2020 / N° 16 644 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orangeCi) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € à Bahé B P.23 PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES Fortes pluies sur Abidjan Le gouvernement gagne la bataille des grandes zones d’inondationPP.2-3 Rue ministre, Carrefour indénié
et Riviera Allabra : ces travaux
qui ont permis d’éviter la montée des eauxYopougon :Le mur d’une maison en construction s’écroule et fait 4blessés La rue ministre en chantier Un mort à Abobo-Bellevile Révision de la liste électorale L’ambianceRiviera Allabra après la pluie.(PHOTOS:JOSÉPHINE KOUADIO)dans les centres d’enrôlement P.7 Les nouveaux majeurs en première ligne Musique:Ismaël Isaac de retourP.18
2
N ation
Fortes pluies à Abidjan
Lundi 15 juin 2020
Le gouvernement a gagné la bataille des grandes zones d’inondation
De fortes pluies sont tombées sur Abidjan, samedi et dimanche. Même si on déplore un mort, les zones ‘’endémiques’’ ont été épargnées grâce aux travaux d’assainissement du gouvernement.
Les sites de drainage de la Riviéra - Plameraie qui étaient occupés par des bâtis ont été libérés L’Etat a énormément investi dans les ouvrages d’assainissement.(PHOTOS : PORO DAGNOGO) pour éviter toute inondation.(PHOTOS : JOSÉPHINE KOUADIO) en charge de la rechercheLes travaux de ce comité, quiture de notre maison a cédé es pleurs, des familles du sous-bassin versant de la ses services de dégager les de solutions avait été miscomprenait aussi les ministressous le poids des eaux de sans toit, il y en a eu Rue ministre et de la Rivierapassages d’eau. Dans la lutte en placede l’Intérieur, de la Construc-ruissellement. Nous avons ce week- end à Abi- Palmeraie ont réglé admira- contre les inondations dans Le Président de la Répu-tion, du Budget, de l’Environ-tout perdu. Ce que je porte djan. Particulièrement blement la montée des eauxle district d’Abidjan, d’autres ro,D sous quartier d’Abobo(Voir page suivante, le repor- Riviera Palmeraie ont béné-toujours le problème d’inon-de l’Office national de la pro-nue d’une amie. Ma voisine, blique qui voulait régler pournement ainsi que le directeuren ce moment, c’est la te-à Abobo quartier Gou- pluviales dans ces quartiers. zones aussi sensibles que la dation à Abidjan avait mistection civile, étaient conduitsquant à elle, a été dure-Belleville. En dehors de cetage de Serges N’Guessant). ficié d’importants investisse-en place un comité intermi-par la ministre Anne Oulotoment frappée. Elle a perdu quartier où on a enregistré Les inondations ont été jugu- ments. Notamment Yopou-nistériel en charge de la re-de l’Assainissement et de lasa fille », explique dame un mort, un tour dans les lées. gon, Bingerville, Anyama cherche de solutions. Prési-Salubrité. Ils ont permis deBiaka Joëlle Laeticia, une quartiers abonnés à l’inon-Les sites de drainage quiet Abobo. Dans ces com-dé par le Premier ministre,cerner les sites névralgiques.habitante retrouvée dans le dation a montré que les tra-étaient occupés par des bâ- munes, il y a eu à la fois des Amadou Gon Coulibaly, ceEt à l’État de conduire, entrequartier. Les autres ont tous vaux d’Hercule entrepris par tis ont été libérés. Mme le travaux de réhabilitation des comité a eu pour missionautres, le Projet d’aménage-quitté les lieux. Les maisons le gouvernement ont permis ministre Anne Ouloto, dans canaux existants et des tra-de trouver les moyens tech-ment du bassin versant de lan’étant plus habitables. d’éviter le pire. différentes opérations de dé-vaux d’extension de réseaux. niques pour faire face auxRiviera Palmeraie, avec desC’est le même sort que la Les travaux d’urgence de guerpissement, a permis àUn comité interministériel menaces d’inondation.travaux de forage, le barragecour habitée par Kokola Fir-drainage des eaux pluviales écrêteur de Bonoumin, le ca-min a subi. « Nous sommes nal de Marcory.aussi sans logis et sans le Chapeau, Maman Bulldozer ! D’autres travaux sont encoremoindre bien. L’eau ayant en cours.tout emporté chez nous.» De nombreux endroits de n l’a surnommée recherche de financement Une ïllette tuée à Abobocette commune ont connu Maman Bulldozer.ne constituant plus d’obsta-Bellevilleles affres de l’eau pluviale. Parce qu’elle n’hé-cle. La petite Kéi Elisse, enCependant, l’impact a été n’aO pas peur d’affronter les denié, (Fraternité Matin),vie au quartier Gouro d’Abo-nombreuses voies bitumées site pas à aller sur leC’est ce qui explique que classe de Cp1, a perdu la fortement réduit. Avec les terrain. Parce qu’elle les endroits comme l’In-bo Belleville. Elle était dansaujourd’hui dans la com-réticences, les oppositions Mossikro, quartier Maroc, la maison de ses parentsmune la plus peuplée d’Abi-àson travail. Ses collabora-Cocody Allabra, Palmeraie, lorsque les eaux de ruis-djan et les travaux d’assai-teurs ont fini aussi par adop-Rue ministre, Génie 2000, sellement ont envahi la de- nissement, les populations ter ce surnom parce qu’ellecarrefour Agban, Zoo, Forêt meure. Toute la cour a été ont peu senti les affres de est un «monstre» du travail.du banco (qui coupait Yo-Elle suit les projets jusqu’àpougon d’Abidjan), connus. inondée. « C’était samedi, l’inondationaux environs de 6h. La clô-terme. Mme le ministre depour être, chaque année, BLEDSON MATHIEU l’Assainissement et de lainondés, ne font plus parler Salubrité mérite qu’on luid’eux. Anne Ouloto est pas-tire le chapeau. C’est, ensée par là. Avec ses réali-réalité, toute l’équipe gou-sations d’infrastructures de vernementale, le Premiercollecte des eaux pluviales, ministre et le Présidentde prévention des inonda-Alassane Ouattara qu’il fauttions et d’élimination des féliciter.Anne Ouloto, ministre de l’Assainissement et de la Salubrité.eaux usées. Construction de A cette même période, il y acanaux et de dalots. Curage quelques années, c’étaientra pas à la compétence dudes caniveaux, construc-de développement des in- des morts, des déguerpis gouvernement comme onfrastructures d’assainisse-tion de bassins écrêteurs et en nombre. Les réseaux a tiré à boulets rouges surment d’Abidjan jusqu’aux bassins tampon. Déguerpis-sociaux, la presse nationalelui lorsqu’il y avait des dé-générations futures. Com- sement aussi des villas et et même les médias inter- sastres. mander populations qui entraventdes études, identi- nationaux relayaient abon-Pour en arriver aux résul-fier les travaux d’urgence. l’écoulement des eaux de damment les informationstats actuels, il a fallu d’abord Quand, en plus, on a l’avan-ruissellement. relatives aux dégâts causéstage d’avoir des patronsdisposer d’une détermina- Résultat, amélioration nette par les inondations.soucieux du bien-être destion à résoudre le problème du cadre de vie des Abi-Aujourd’hui, avec la mêmed’assainissement d’Abidjan. Ivoiriens comme Gon Cou-djanais en temps de pluie. . intensité de pluie, ces dé-Vouloir, c’est pouvoir, dit-on.libaly et Alassane Ouattara,Anne Ouloto a bossé gâts ne sont pas apparus.le résultat ne peut qu’êtreEt Anne Ouloto l’a voulu. Cette image de désolation a été prise hier à Abobo, là où une Naturellement, on ne crie-Ensuite, avoir une visionextraordinaire. L’étape deB. MATHIEU ïllette a été emportée par les eaux.
Lundi 15 juin 2020
N ation
3
Après la pluie, le beau temps à la Riviera-Allabra près les fortes pluiesl’évacuation des eaux. Au qui se sont abattuespoint que nous n’avons pas sur le district d’Abi-constaté de débordement et 14Ajuin, sur les sites à hautA la Rue ministre de la Ri-djan, nous nousd’écoulement d’eaux sur la sommes rendu, levoie publique. risque pour faire l’état desviera Palmeraie, les travaux lieux des grands travaux en-sont encore en cours, mais tamés par le gouvernementpoint d’inondation cette fois. depuis deux ans. Après lesAlors que des zones comme grandes inondations qui ontAngré-Château ou encore endeuillé les populations en9Palmeraie Programme juin 2018.croupissent sous les eaux. Habituellement considé-« Les travaux avancent bien. rés comme le théâtre desLes gros ouvrages sont pra-grandes inondations à Coco-tiquement bouclés, c’est dy et à Adjamé, les quartierspourquoi vous ne constatez Allabra de la Riviera 3, Pal-pas de débordement car les meraie Rue ministre, la zoneouvertures arrivent à conte-Contrairement aux années précédentes, les rues de la Riviera-A la rue ministre, pas d’inondation et les travaux sont en de l’ex-Carrefour Orca Déconir les eaux qui viennent de Allabra n’ont pas connu de remontée d’eau.cours.(PHOTOS : JOSÉPHINE KOUADIO) et le Carrefour de l’Indéniéla Zone d’Abobo », a confié affichent un air de sérénité,sur place un ouvrier à la d’inquiétude car la météoqui marque la commémora-mètre et nous avons été(1,5m) sont encore visibles malgré les pluies diluviennestâche, malgré la pluie. Nous avait annoncé de grandestion de l’inondation de 2018. durement éprouvés. Je mesur les murs de certaines qui tombent depuis deuxavons sillonné les alentours crues. Malgré les fortesC’est le lieu ici de témoigner souviens encore, c’est danshabitations de ce quartier qui jours sur Abidjan.de la Rue ministre, zone ja-pluies d’hier et aujourd’huitoute notre gratitude au gou-la nuit du 18 juin 2018 queont été inondées lors de ce Ce n’est pas à toutes lesdis inondée, sans grande (samedi et dimanche, Ndlr),vernement », a confié Anoh la montée des eaux a été drame. Nous avons pu péné-saisons que les habitants dedifficulté. A notre passage rien n’a débordé. Les grandsKouao Germain, un autre constatée dans nos mai-trer à l’intérieur de quelques-ces zones se sentent hors deà Adjamé, nous avons dé-caniveauxhabitant d’Allabra.de drainage d’eau sons. C’est Dieu qui nousunes. danger. En effet, on a en mé-couvert que le carrefour de tracés par le gouvernement Du côté de l’ex-carrefour a sauvés. Même si nous Aujourd’hui, tout cela n’a plus moire la grande inondationl’Indénié n’était pas inon-contiennent bien les eaux et,Orca Déco, c’est le même avons tout perdu en bienscours. Après deux jours de des 18 et 19 juin 2018 quidé, comme on aurait pu le pour l’heure, tout se passeconstat. La destruction de matériels, Dieu a épargnépluies diluviennes, le quartier a détruit des maisons et faitcraindre et comme c’était bien. Nous avons espoirce bâtiment commercial nos vies », se souvient Syllan’enregistre aucune montée des victimes dans ces quar-le cas les années précé-que les choses iront pour le(Orca Déco), l’ouverture et mieux dans trois jours, c’est- l’agrandissement des cani-. Adama, habitant de la Rivie-d’eau, au grand soulage-tiers.dentes ra Allabra. ment des populations. « Au « A cette époque, les eaux à-dire le 18 juin, une dateveaux facilitent aujourd’hui Les traces du niveau de l’eau début, nous avions un peu sont montées à plus d’unSERGES N’GUESSANT
Sylla Adama (résident d’Allabra) « Les choses semblent
aller pour le mieux » En 2018, les eaux sont mon-tées à plus d’un mètre et nous avons été durement éprouvés. Je me souviens encore que c’est dans la nuit du 18 juin 2018, que la mon-tée des eaux a été consta-tée dans nos maisons. C’est Dieu qui nous a sauvés. Même si nous avons tout perdu en biens matériels, Dieu a épargné nos vies. Cette année, les choses semblent aller pour le mieux car depuis le début des pluies, nous ne constatons pas de montée des eaux. Et cela est dû aux grands tra-vaux initiés par l’État.
Mancé ZamBoré (résident d’Allabra)
Des habitants seprononcent mettre à l’actif des autorités que nous saluons pour leur engagement à nos côtés.
« Tout va bien et nous prions Dieu pour que ça continue » « Il y a deux ans, nous avons été inondés à cette même période de l’année. Pour l’heure, on constate que les travaux entamés par l’État pour éviter cette situation sont efficaces. Il n’y a pas d’inondation au quartier. Tout va bien et nous prions Dieu pour que cela continue. Merci aussi au gouverne-ment qui a pensé à nous en initiant ces travaux. Grâce à lui, nos biens sont en sécu-rité.
Tuyna Aménan Amélie(résidente d’Allabra)
«Nous sommes un peu rassurés par les travaux» Ce 18 juin, cela fera deux ans que notre quartier a
été complètement inondé avec de lourdes pertes en biens matériels. Et cette an-née, la météo a annoncé de fortes pluies du coup, nous sommes un peu sur le qui-vive. Mais il faut l’avouer, de-puis les pluies qui ont com-mencé fortement, en début de semaine dernière, nous sommes un peu rassurés sur l’efficacité des travaux qui ont été entrepris par l’État. Vous constatez vous-mêmes, depuis hier, que c’est une pluie diluvienne qui s’abat sur Abidjan mais là, nous ne constatons aucune montée d’eau.
Yao Yao Jean(résident Carrefour ex-Orca Deco)
« Pour l’heure, les travaux en amont donnent de bons résultats »
Je vis dans ce quartier de-puis 1992; donc cela fait pratiquement 30 ans que nous vivons ici. Il y a deux ans, nous avons été du-rement éprouvés par des inondations. Beaucoup de pertes matériels mais nous saluons encore l’assistan-ce des bonnes volontés qui nous ont soutenus, en par-ticulier, l’honorable Yasmina Ouégnin. L’État, par le biais du ministère de la Solidarité, avait promis de nous venir en aide mais jusque-là, nous attendons toujours. N’em-pêche, ce que j’observe cette année, c’est que les grands travaux d’ouverture de voies en amont et d’élargissement des caniveaux dans notre zone permettent de contenir le ux d’eau qui arrive dans notre quartier. Pour l’heure, malgré les pluies, il n’y a pas d’inondation et cela est à
AtoHoun Valentine(résidente rue ministre)
« Vivement la fin des travaux » Dans notre zone derrière l’École de danse Ma-rie-Rose Guiraud, nous avons un peu d’inquiétude parce que nous constatons une petite remontée, mais, sans grand danger. On nous a expliqué que cela est dû aux travaux en cours à la rue ministre. Nous sommes donc rassurés que dès que les travaux seront finis, nous n’aurons plus d’inondation. Pour l’heure, on peut donc dire que tout va bien contrai-rement aux autres années. Cependant, nous attirons l’attention des autorités sur
les caniveaux qui sont très bouchés dans nos rues.
Krass Kouamé RoBert(habitant de la rue ministre)
« Nous avons tout de même des appréhensions » Nous sommes situés sur la rue opposée à la fameuse rue ministre, donc, au cœur même du cyclone. Cette an-née, nous avons quelques appréhensions car aux alentours de notre zone, on note quelques inondations. De grands ouvrages ont été faits et sont même encore en cours à la rue ministre. En attendant les grandes crues qui vont mettre ces travaux à l’épreuve, nous restons pru-dents car la grande saison des pluies ne fait que com-. mencer POPOS RECUEILLIS PAR
S. N’GUESSANT
Nation 4 Lundi 15 juin 2020 PasdegâtsmajeursàYopougon et Attécoubé
PHOTOS : HONORÉ BOSSON
Contrairement aux années précédentes, on n’a déploré que des inondations de rues. A Yopougon, le mur mitoyen d’un domicile a cédé sous la pression des eaux. Bilan, des blessés légers mais pas de perte en vie humaine.
es fortes pluies qui se sont abattues sur Abi-djan, dimanche, ont certes fait sortir de leur leLment, obstrué certaines lit des eaux de ruissel-voies et inondé quelques points critiques à Yopou-gon et Attécoubé, mais elles n’ont pas causé de dégâts majeurs dans ces deux communes. De Niangon à Gesco en passant par Side-ci, Toits-Rouges, Abobodou-mé, Locodjoro, Mossikro, Andokoi et Port-Bouët 2, il n’y a pas eu grand-chose à déplorer même s’il pleu-vait des cordes sur la ca-pitale économique dès les premières heures du jour jusque dans l’après-midi. A Niangon Sainte Rita, la
circulation a été rendue difficile par la stagnation des eaux de ruissellement sur le chantier du pont en construction. Idem pour Mossikro où, au niveau du terrain de ‘‘Loukoukro 2’’, les eaux dévalant la pente ont endommagé l’aire de jeu et occupé une partie de la chaussée. Un véhicule de transport, communément appelé ‘‘Badjan’’, a d’ail-leurs fait une légère sortie de route en voulant certai-nement éviter la flaque. Toujours à Mossikro, le tron-çon de l’ancienne route de Dabou qui, par le passé, se retrouvait sous des cou-lées de boue après chaque grande pluie, était dégagé. Les travaux exécutés en
amont par les équipes de l’Office national de l’assai-nissement et du drainage (Onad) ont certainement jugulé l’écoulement de la boue. Même constat heureux sous le pont Gesco au rond-point de la fourrière. Cet endroit jadis inondé dès les pre-mières pluies était quasi-ment sec ce dimanche. Les eaux ont normalement ruis-selé, la voie est restée prati-cable. Le risque de passage dans ce tunnel, dont les eaux de crue pouvaient en-gloutir une automobile, n’est plus qu’un triste souvenir.
Contrairement au tunnel de Gesco, le passage était plu-
 Un décès à Abobo-Belleville a pluie diluvienne qui le sous-quartier « Gouro » sions et de nombreuses fa-s’est abattue sur la ville précisément que l’eau a sur-milles, une adolescente a dans la nuit vendredi àpris des habitants d’un sitetrouvé la mort dans les eaux. L samedi 13 juin 2020,qui s’apparente à un bas-La police et les sapeurs-pom-a fait un mort, à Abo-sin d’orage sur lequel despiers militaires se sont dé-bo Belleville dans la com- constructions ont été érigées.ployés dans la zonemune d’Abobo. C’est dansPrenant en otage des conces-SALIF D. CHEICKNA
tôt difficile, hier, au niveau du marché ‘‘Djédjé Bagnon’’. Dans cette zone de Yopou-gon ‘‘Lièvre-Rouge’’, éga-lement appelée ‘‘Abattoir’’, sur la voie de Dabou, l’eau a stagné sur une cinquantaine de mètres rendant la circu-lation chaotique. ‘‘La piscine artificielle’’ a contraint les automobilistes venant des deux sens à se rabattre sur un seul côté. Dans le même secteur, au
‘‘Charbon’’ ou au ‘‘Trou’’, un sous-quartier aux confins du village de Niangon-Adjamé, le mur de la clôture d’une maison en construction s’est effondré sur une habi-tation basse. Du témoi-gnage d’une voisine, il res-sort que les blessés, un couple et ses deux filles de neuf et quatre ans, ont été évacués par les sa-peurs-pompiers. Le sinistre, toujours selon elle, s’est
produit autour de 7 heures sous la pluie battante. Les quatre habitants de la mai-son d’une pièce étaient en-core couchés quand un pan du mur de la construction mitoyenne, plus haute, s’est écrasé sur leur toit. Le bloc de ciment a déchiré la toi-ture avant d’atteindre, sous forme de débris, les occu-pants
GERMAIN GABO
Covid-19 er 42 % des cas enregistrés depuis le 1 juin a forte augmentation des cas de Covid-19 enregistrée depuis le L 1er juin est au cœur des préoccupations du gouvernement. La question a été évoquée hier lors du point d’information quotidien sur la pandémie au ministère de la Sécurité et de la Pro-tection civile. Ce sont 42 % des cas confirmés en Côte d’Ivoire qui ont été enregis-trés depuis cette date, soit 2049, selon Dr Édith Kouas-sy, conseiller technique du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. Cela est perceptible à travers la mul-Dr Aka Aouélé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. tiplication par 3 au moins du nombre de cas enregistrés technique du ministre de la vement à la mesure de port quotidiennement. Ce chiffreSanté et de l’Hygiène pu-des masques et le respect est passé de 50 à 184 en blique a aussi fait savoir quede la distanciation physique. moyenne. Dr Édith Kouas-concernant le diagnostic, 134 véhicules, dont 130 de sy, a également indiqué que d’autres laboratoires vien-transport public et 4 de parti-les 164 cas enregistrés le 13 dront renforcer – notamment culiers, ont été mis en four-juin ont été détectés à l’issue à l’intérieur du pays - lesrière selon Charlemagne de l’analyse de 756 échan- cinq existants et qu’aucunBleu. En outre, le porte-pa-tillons prélevés. Elle a aussilaboratoire privé n’a encorerole de la police nationale a rappelé qu’à ce jour, seulsfait savoir que 874 masquesété autorisé à réaliser le test trois centres de santé privés sérologique. ont été distribués sur 11 486 ont été autorisés – sous la Concernant le point sécuri- disponibles, par les forces supervision du Service des taire, Bleu Charlemagne, de sécurité, soit un taux de maladies infectieuses et tro- porte-parole de la police na- respect des mesures sani-picales (Smit) – à prendretionale, a indiqué que 11 102 taires de 98 % en charge des patients : lavéhicules ont fait l’objet de clinique Farhat, la Pisam contrôle dans le District deABOUBAKAR BAMBA et Hôtel Dieu. Le conseiller préfecture d’Abidjan, relati-