Fraternité Matin n°16997 - du lundi 23 août 2021
40 pages
Français

Fraternité Matin n°16997 - du lundi 23 août 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
40 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°16997 - du lundi 23 août 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 août 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Exrait

Football /Asec Mimosas Un nouveau projet présentéP. 17 aux Actionnaires Lundi 23 août 2021 / N° 16 997 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange .ci) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES Affi Front populaire ivoirien /:
‘‘ L’aile radicale, extrémiste
et même xénophobe
s’est détachée de nous ’’ PHOTO : DR Pp. 2-3 ‘‘ Mes relations avec Henri Konan Bédié et Simone Gbagbo ’’ Lutte contre le coronavirus L’État commande des tests rapides P. 5 Sécurité routière /Nomination de Bouaké Fofana au gouvernement Avant la répression Le Worodougou rendP. 13 Une vaste campagne de sensibilisation lancéeP. 12hommage au Chef de l’État
2
P olitique
Lundi 23 août 2021
Front populaire ivoirien Affi :‘‘ L’aile radicale, extrémiste et même xénophobe, s’est détachée de nous ’’
Le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, dans cet entretien, décline sa vision pour le pays à la tête de son parti. Il charge son ex-mentor pour sa vision autocratique, dénonce ses hésitations aux moments cruciaux et laisse la porte entre-ouverte à l’éventualité d’un front uni avec l’ex-Première dame Simone Gbagbo. <div>Quelles sont,servir l’idolâtrie et lepouvoir à l’heure actuelle. aujourd’hui, lesculte de la personnalitéC’est pourquoi nous com-ambitions et la vision de ». Vous avez mêmebattons durement le pou-Pascal AfI N’Guessandit que lors de la crisevoir personnel car nous en à la tête du Fpi que post-électorale de 2010,avons fait la douloureuse Laurent Gbagbo lui a il s’est accroché auexpérience. laissé ? pouvoir. Ce sont des Notre ambition est de ra-Est-ce à dire que Laurentmots très durs pour mener le Fpi au pouvoir.celui qui aura été votreGbagbo avait perdu Et dans le contexte actuel,mentor.l’élection présidentielle nous pensons que la vi- Nous ne devons pas êtrede 2010 mais s’était sion, l’idéologie de notrecomplaisant vis-à-vis dequand même accroché parti, l’expérience de touscertaines façons de voirau pouvoir ? ses cadres peuvent êtrePas forcément. Mais enles choses, de certains utiles à la nation. Revenir principes qui ne sont pastoute chose, il faut savoir aux affaires pour reprendredémocratiques. C’est pour s’arrêter, savoir arbitrer le développement poli-cela que nous nous bat-entre les avantages et les tique, institutionnel, cultu-inconvénients d’une pos-tons. Ce sont les idées rel, éducatif, économiqueque nous attaquons et nonture. Quand vous avez tout et social du pays.tenté et que vous vous ren-pas l’individu. Quand nous constatons que ces idéesdez compte que la cause Y a-t-il des chances pourne vont pas dans le sensest perdue, continuer n’a que le Fpi que vouspas de sens, sinon c’estde l’intérêt de la nation, de présidez revienne auxla démocratie, de l’unitécauser des pertes inutiles, affaires, surtout qu’on lenationale, il faut les atta- conduire au suicide col-taxe d’enveloppe vide ?quer sans ménagement.lectif. Il faut savoir limiter L’affirmation selon la-Notre responsabilité en les dégâts. Le repli tac-quelle le Fpi avec Pascaltant que leader politique,tique fait partie des déci-Affi N’Guessan est unec’est de combattre juste-sions, en politique comme enveloppe vide n’engagement toutes les idées ré- à la guerre. Dans la crise que ceux qui le disent.trogrades. Or la posture post-électorale, nous Je considère même cetten’avons pas su limiter lesque l’ancien Chef d’État, affirmation comme unedégâts, préserver la pos-Laurent Gbagbo, a adop- insulte à tous ces mil-sibilité de rebondir rapide-tée, je dirais même depuis liers de militants, cesplusieurs années, est cellement, en acceptant, par dizaines de cadres quide l’autocratie, du culte de exemple, la résolution de sont autour de moi et qui,la personnalité. Et nous l’Union africaine qui nous PHOTO : DR malgré la dissidence de-savons ce qu’a été le bi- aurait évité la guerre, les puis 10 ans, sont restéslan de cette posture : c’est morts, l’exil et toutes les fidèles. A l’heure actuelle,toyens du pays et desouvrir à d’autres forcesDans vos propossouffrances endurées parla catastrophe du 11 avril nous avons une directionpolitiques, élargir notreélecteurs. Ce sont eux liminaires qui ont2011. S’il avait acceptéles militants et les popula-composée de plusieursqui vont aux urnes pourbase électorale, faireprécédé la conférenceque la gestion de la crisetions civiles. Pourtant, tous centaines de personnes.voter, qui choisissent unnos amis nous conseil-Sur le terrain, nous avonshomme avec une vision,laient le repli tactique. plus de 600 fédérations un programme de gou-avec plus de 7000 sec- vernement. Nous avonsA l’heure actuelle, nous avons uneLa sagesse a donc tions. J’ai vu que le camp l’expérience nécessaire,manqué à Laurent direction composée de plusieurs centaines Gbagbo revendique 180 les hommes qu’il faut,Gbagbo. fédérations. Vous avez un programme clair. Il nePeut-être une tendance à de personnes. Sur le terrain, nous avons suivi le comité centralfaut donc pas se laisserl’indécision, à compter sur qui a eu lieu la semainedistraire par cette affirma-le temps pour offrir une so-plus de 600 fédérations avec plus de 7000 dernière, je ne pense tion. Il faut être convainculution. pas que ces centaines que le Fpi avec Pascal de personnes qui étaient Affi N’Guessan a toutesA vous écouter, le point sections. J’ai vu que le camp Gbagbo réunies ce jour soient né- les chances de revenir aude non-retour est atteint gligeables. Pour nous etpouvoir en 2025.entre M. Gbagbo et les militants, c’est mêmeEt nous entendons jouerrevendique 180 fédérations.vous. Est-ce le cas ? un défi qui nous est lan-à fond notre carte, enPour le moment, entre cé de prouver que nous étant proche de nos com-nous, c’est la rupture. ne sommes pas unepatriotes, en développantappel à tous ceux quide presse ayantLaurent Gbagbo va fon-soit inclusive et démocra- enveloppe vide. Il faut,notre vision, celle de lapartagent notre visionsanctionné le comitéder un autre parti. Et noustique, permettant à tous par ailleurs, relever queCôte d’Ivoire de demain. et qui se distinguent ducentral organisé parles cadres du parti d’ap-restons au Fpi, à la tête de la conquête du pouvoirMaintenant que l’aile ra- camp de Gbagbo ou rienle Fpi, le 14 août,cette formation politique. Ilporter leur contribution à la n’est pas seulement une dicale, extrémiste, par- ( Gor) pour vendre notrevous avez déclaré queréflexion, à la définition deveut tenter une autre aven-affaire de militants, maisfois même xénophobe programme et notre rêveLaurent Gbagbo est bienstratégies de résolution deture à 76 ans. Nous, nous plutôt une question na-et tribaliste s’est déta- pour la Côte d’Ivoire.parti «pour créer un partila crise, je suis persuadécontinuons le combat que tionale, de tous les ci-chée, nous devons noustaillé à sa mesure pourque le Fpi serait encore au
Lundi 23 août 2021
nous avons toujours mené avec le Fpi.
Que répondez-vous aux militants qui disent que vous êtes au soir de votre carrière politique en osant vous attaquer à Laurent Gbagbo ? C’est une déclaration qui n’engage qu’eux. En Côte d’Ivoire, ce n’est pas la première fois qu’on dit d’un homme politique qu’il ne sera rien. Le Président Alassane Ouattara en est un exemple. Qu’est-ce qu’on n’a pas dit sur lui ? Laurent Gbagbo aussi. De nombreuses personnes n’imaginaient même pas le voir accéder à la ma-gistrature suprême. Il ne faut pas faire preuve de prétention. Personne n’a une boule de cristal pour lire l’avenir. Nous, nous avons un combat à mener. Nous avons des atouts, mais des handicaps aus-si. Nous allons jouer à fond notre carte. L’avenir nous situera. Les Ivoiriens ne sont pas la propriété privé d’un homme. Leur conscience, leur décision n’appartiennent pas à un individu. Le moment venu, ils sauront faire leur choix. Je voudrais même rappe-ler à ceux-là, que Laurent Gbagbo a soutenu pen-dant les élections législa-tives, plusieurs candidats qui se sont cassé la figure. C’est tout dire.
Que répondez-vous à ceux qui estiment qu’en créant un nouveau parti politique, Laurent Gbagbo se débarrasse de vous et de Simone Gbagbo, son épouse légale?</div><div> Ilne se débarrasse de per-sonne. C’est lui qui part. </div>C’est la démocra-tie que Laurent Gbag-bo contourne, enjambe, parce qu’il sait que le Fpi, tel que nous l’avons struc-turé, ne peut plus tolérer le culte de la personnalité, les dérives autocratiques. Vos relations avec l’ex-Première dame se-raient exécrables. Au point que celle-ci refuse d’entre-voir l’éventualité d’un front uni Affi-Simone au sein du Fpi pour remobiliser les militants en vue de recon-quérir le pouvoir d’État. Jusqu’à preuve du contraire, Simone Gba-gbo est encore militante du Fpi. Tant qu’elle reste militante, une possibili-té de travailler ensemble est toujours ouverte. Ce sont les nécessités de la vie politique qui créent les
P olitique
alliances. Aujourd’hui, la nécessité pour le Fpi de revenir au pouvoir, cette ambition que nous por-tons tous deux de ne pas laisser notre parti dans la décadence, peut nous amener à surpasser ce que l’on peut considérer comme des contradictions secondaires pour aller à l’essentiel. C’est-à-dire l’unité de toute la famille du Fpi.
Y a-t-il eu des démarches en direction de Simone Gbagbo dans ce sens ?  Nous avons des contacts par des militants, des per-sonnes interposées. Ce n’est pas une rupture ra-dicale, une inimitié fon-damentale entre nous, étant donné le nouveau contexte. Si elle décide de rester au Fpi, nous nous rejoindrons pour continuer le combat ensemble.
Lors de votre conférence de presse, vous avez dit que vous n’avez pas peur de marcher seul et que vous êtes même habitué à la solitude. Si tous les PHOTO : DR cadres qui vous sou-tiennent dans votre com-bat vous abandonnent,passés à la tête du Par-à l’image de Konaté Na-ti n’ont pas été vains. Ils vigué, Jean Kouadio Bo-ont consolidé l’ancrage nin, Michel N’Guessan,démocratique du parti et Agnès Monnet..., arrive-la maturité politique des rez-vous à atteindre vosmilitants. objectifs ?Des cadres partent, maisLe Fpi, aux dernières le Fpi reste debout et vit.législatives, n’a réussi 100 personnes qui vousà obtenir que deux
l’avons positionné dans le groupe parlementaire de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci). C’est ce que nous avions fait lors de la lé-gislature passée. Moi, à l’hémicycle, je suis sans affiliation pour être libre de m’exprimer au nom du Fpi.
Simone Gbagbo est encore militante du Fpi. Tant qu’elle reste militante, une possibilité de travailler ensemble est toujours ouverte. Ce sont les nécessités de la vie politique qui créent les alliances.
abandonnent dans une population de 20 millions d’habitants, c’est une goutte d’eau dans la mer. Il y a des départs, mais il y a aussi des arrivées. Il y a des départs qui créent des opportunités pour des arrivées. La décision de Laurent Gbagbo de créer un nouveau parti a ouvert des perspectives. Pour le moment, nous n’assistons pas au tsu-nami, à l’explosion que certains ont souhai-té. Ces défections au compte-gouttes signifient que les 20 ans que j’ai
postes de député : celui de M. Sia André et le vôtre. Mais il se raconte que relativement au duel fratricide qui vous oppose désormais à Laurent Gbagbo, ce dernier vous a lâché pour rejoindre le bloc dissident. Qu’en est-il réellement ? Ce sont juste des rumeurs. Je dirai même de l’intoxi-cation. Sia André fait partie des derniers qui quitteront le Fpi. Il est bien député de mon parti à l’Assemblée nationale. Mais pour des raisons tactiques, nous
Certains disent que Affi N’Guessan n’a eu que deux députés. Ces der-niers doivent savoir que quand je sortais de prison en 2013, le Fpi n’avait aucun député. Il ne faut pas faire l’impasse sur le drame de 2011 et faire comme si de 96 députés, on en est à 2 députés, non. De 96 députés, nous en étions à zéro député. Aujourd’hui, on en a 2, nous sommes dans une phase ascendante. La pente de cette phase est fondamentalement liée, d’une part, à l’héri-
tage sur le plan humain de nos dix ans de gestion du pouvoir d’État; d’autre part, aux séquelles de la crise post-électorale de 2010. Nous n’avons pas suffi-samment fait la promo-tion des cadres du parti. Aujourd’hui, ils sont sans moyens dans des compé-titions électorales de plus en plus capitalistiques. Nous n’avons pas su sortir de la crise post-électorale. Elle a fait exploser le parti. Aujourd’hui, nous payons au prix fort ces deux er-reurs politiques. C’est à partir de cet héritage que nous avons engagé la re-naissance du Parti.
Pourquoi avez-vous été éjecté de l’alliance Fpi -Pdci-Rda - Eds, alors que vous étiez le porte-parole du Conseil national de transition (Cnt) ? J’ai été exclu, et avec moi le Fpi, parce que Laurent Gbagbo et les dissidents ne voulaient pas de nous. Nous étions les hommes à abattre depuis 2014-2015. Il s’agissait de mettre tout en œuvre pour empêcher la victoire de nos candi-dats, ne pas nous per-mettre de bénéficier de l’alliance.
Quels sont aujourd’hui vos rapports avec le
3
président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié ? Sur le plan politique, nous n’avons aucun rap-port. Sur le plan person-nel, nous sommes de la même région. C’est notre doyen dans le N’Zi-Co-moé. J’essaie toujours de faire la part des choses. C’est-à-dire de ne pas mé-langer la politique et les relations fraternelles, ami-cales. Dernièrement, j’ai été le saluer quand j’étais dans la région avec mes enfants qui étaient venus en vacances. Mais je me suis gardé d’évoquer les questions politiques avec lui. Il nous a d’ailleurs bien reçus.
Quelles sont vos relations avec Charles Blé Goudé ? De temps en temps, on se parle. Nous avons mainte-nu le contact. On échange sur nos visions et nos ana-lyses de l’évolution de l’ac-tualité politique.
On vous a vu dans un avion ofIciel en train d’aller au Ghana avec des responsables du parti au pouvoir, le Rhdp.Cela a suscité des com-mentaires. Pourquoi avoir posé un tel acte ? Il y a eu beaucoup de ré-actions négatives de la part des Ivoiriens, d’autant qu’on sortait de la déso-béissance civile. J’ai com-pris leur réaction parce que psychologiquement, ils n’ont pas été préparés pour comprendre les mo-tivations de cette posture. Mais comme j’ai eu à l’ex-pliquer dans une interview par la suite, ma libération, le 30 décembre 2020, était un geste d’apaisement, après la rencontre entre les Présidents Ouattara et Bédié. Feu le Premier mi-nistre Hamed Bakayoko avait estimé que ce serait un acte fort de décrispation si le Fpi et la délégation gouvernementale faisaient ensemble le voyage à Ac-cra. Malheureusement, le temps n’a pas permis de communiquer et d’expli-quer. Il faut savoir dépasser les antagonismes et les frustrations personnelles. Accepter de poser des actes de rapprochement et d’ouverture pour sortir des crises et instaurer la paix et . la concorde
INTERVIEW RÉALISÉE PAR ÉTIENNE ABOUA ET KANATÉ MAMADOU
4
P olitique
Lundi 23 août 2021
Rhdp Les jeunes appelés à se former pour mieux représenter le parti
Un séminaire de formation à l’endroit de la jeunesse du parti a été organisé par le Cojel, le samedi 21 août, à la rue Lepic à Cocody. n militant bien for- lé les jeunes à continuer de gouvernement à la jeunesse mé défend mieux les renforcer leurs capacités en à travers le ministère de la idéaux et représentede la jeunesse,vue d’être plus outillés pour Promotion tiqUue et géographique.l’avenir du Rhdp », a-t-il lan-dirigé par Mamadou Touré. dignement le parti les challenges futurs.de l’Insertion profession-dans la sphère poli- « Vous constituez le socle et nelle et du service civique Coulibaly Mohamed a fait cé. Au nom de son mandant, Je souhaite que cette for-part de cette conviction au parrain de la manifestation, mation réveille le leader qui Collectif des jeunes leaders il a également invité ses in-sommeille en vous », a-t-il ( Cojel) du Rhdp. terlocuteurs à se mettre à espéré. Il a échangé avec cette jeu- niveau en ce qui concerne Coulibaly Mégué, le pré-nesse au cours d’un sémi-la formation en montage de sident du Cojel, pour sa part, naire de formation organiséprojets dans l’optique de sai-a traduit la gratitude de la par le Cojel, le samedi 21 sir les opportunités en entre- jeunesse ivoirienne, notam-août, à la rue Lepic à Co- preneuriat que leur offre le ment celle du Rhdp au Chef Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix en pleine préparation de cody. A cette occasion, il a gouvernement.de l’Etat pour les actions sa relève.(PHOTOS : DR) représenté Mamadou Tou- « Je vous exhorte à pour-qu’il initie pour une prise en ré, porte-parole adjoint dusuivre ce genre d’activitéscompte des aspirations des montage de projets, en lea-Côte d’Ivoire, grâce au Pré-corde une importance capi-Rhdp. qui, à coup sûr, apportera jeunes. dership surtout que l’Etat detale dans son programme desident de la République, ac- Coulibaly Mohamed a appe- un plus à notre jeunesse en Il a déclaré que le Cojel, conformément à sa mis-sion, demeurera la courroie Cohésion de transmission entre la di-rection des Houphouétistes Boga Sakoquitte Edspour la réconciliationcette formation politique. et les militants de base de pation prises par le Président du président Laurent Gbag-Parlant de la séance de tra-de la République, Alassane bo, le temps est donc venu vail du jour, Coulibaly Mégué Ouattara, pour favoriser lepour moi de me retirer d’Eds a fait savoir que la formation retour des fils et filles auet de rendre ma démission reste un des paradigmes bercail. C’est donc une per-de mes responsabilités de qui guident leurs actions en sonnalité avec une nouvelle 5e vice-président chargé des ce sens qu’un leader bien vision pour une Côte d’Ivoirequestions de démocratie et formé est une chance pour plus rassemblée qui était de-des droits de l’homme. Dé-le Rhdp. « C’est pourquoi vant la presse pour justifiersormais, je me consacrerai nous avons initié ce sémi-sa nouvelle position. « C’estdavantage à la réconcilia-naire pour non seulement nous membres du Groupe detion entre tous les Ivoiriens donner les rudiments aux ‘’ réflexion et d’actions pour la », a-t-il fait savoir.Le confé-leaders’’ pour relever leurs démocratie et les Droits derencier a, par ailleurs, invité compétences, mais surtout l’homme en Afrique (Graddh-les forces vives ivoiriennes à leur permettre d’avoir des Afrique) , que je préside, quise départir de toute considé-connaissances qui leur per-Boga Sako Gervais a promis de canaliser toutes ses forces dans ce processus pour une Côteavons initié cette coalitionration politique et à travailler mettront d’entreprendre et d’Ivoire plus unie et stable.dite Eds. Le contexte so-pour l’unité de la nation, à de mener à bien leurs pro-e président -fondateurtie et la souveraineté (Eds). Côte d’Ivoire plus unie et. cio-politique qui prévalait entravers le respect des valeurs jets », a-t-il justifié. 2015 nous y a emmenés (…)démocratiques de la Fondation ivoi-stable. En effet, Boga SokaC’était lors d’une conférence Nous avions initié la créa-KANATÉ MAMADOU K. MAMADOU rienne pour l’observa-de presse, le samedi 21 aoûtGervais a défendu les idéaux tion de cette coalition pour Ls’applique pas seulement au tion et la surveillance à Angré (Cocody). A cettede l’ancien régime, le Front demander que la justice ne des droits de l’hommeoccasion, le président de la populaire ivoirien (Fpi) dont il et de la vie politique (FID-Fidhop a affirmé vouloir seétait très proche. A la faveur seul président Laurent Gba-a annoncé son retrait de la conciliation nationale. Il a pro-2010, il s’est réfugié en Eu-Case des mots HOP), Gervais Boga Sako,de la crise postélectorale deconsacrer désormais à la ré- gbo dans le conflit de 2010-La 2011. Et la lutte entreprise plateforme de l’oppositionmis de jeter toutes ses forces rope. Il est rentré au pays ayant abouti à la libérationPar BENOIT HILI Ensemble pour la démocra-dans ce processus pour une suite aux mesures de décris-Union pour la Côte d’Ivoire Le catéchisme du dogmatisme ! ’antagonisme prospère dans le catéchisme du dog-Sidibé Yacouba remplace Dr Anicet Broumatisme. Le militantisme et le suivisme issus de ce mimétisme déchaînent le fractionnisme. Marxisme, ne réunion du direc- Le directoire politique a L toire de l’Union pour réaffirmé son apparte-libéralisme, socialisme, communisme, nationa-la Côte d’Ivoire (Upci)nance au Rassemblementlisme ou étatisme ne sont que dogmatismes. Ces deU son aux idéaux et aux valeursparti à Abidjan. Au les fanatismes. Le fractionnisme issu du dogmatisme s’est tenue, le same-des houphouetistes pourparticularismes hérités du mimétisme font le lit du sec-di 21 août, au siège la paix (Rhdp), égalementtarisme et du manichéisme. Le manichéisme allume terme de cette rencontre, leincarnés par le Présidentenfante le bellicisme, fille aînée du crétinisme. Nos directoire politique, après Alassane Ouattara.vandalismes et nos traumatismes doivent beaucoup à avoir acté la nomination« L’Upci demeure solide-nos dogmatismes. Un capitalisme sans socialisme, un de Dr Anicet Brou au poste ment ancré dans le Rhdp et libéralisme dénué de socialisme ou un communisme de diplomate ministre plé- jouera pleinement sa parti-exempt d’humanisme relèvent du même crétinisme. Le nipotentiaire, a désignétion aux côtés du Président conservatisme sans trace de modernisme ou le pro-Sidibé Yacouba, à l’una-Alassane Ouattara pour le gressisme dépouillé de traditionalisme nous ramène nimité, Président exécutifrayonnement de notre for-au même fanatisme. Un nationalisme poussé au né-de l’Upci. Par conséquent, mation », a affirmé le se-potisme génère un étatisme source de traumatismes.Dr Brou Anicet assumeracrétaire général de l’Upci, L’optimisme, sous ce prisme, viendra d’un pragmatisme désormais la présidence le général Fadiga Mama-qui unit le patriotisme, le civisme et l’humanisme dans ou. . d’honneur de cette forma-dle même catéchismetion politique.Sidibé Yacouba, président de l’Upci.PATRICK N’GUESSAN
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents