Fraternité Matin n°17027 - du lundi 27 septembre 2021
40 pages
Français

Fraternité Matin n°17027 - du lundi 27 septembre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
40 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin n°17027 - du lundi 27 septembre 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 septembre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 10 Mo

Exrait

Lundi 27 septembre 2021 / N° 17 027 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orange.ci) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES
L’éditorial/parAmédée Assi
La souveraineté au peuple ! ue penser du débat qui anime actuellement le microcosme politique ivoirien relativement à la réinstauration d’une limite d’âge à 75 ans pour le poliQtiques et quelques béotiens se sont succédé pour candidat à la Présidence de la République ? Des juristes, des praticiens du droit, des hommes donner leurs opinions, leurs points de vue. Il serait donc prétentieux de ma part de vouloir clore le débat, de trancher définitivement à travers ces lignes. Suite page 2
Patrick Achi a rencontré la chefferie traditionnelle de Gbêkê La Reine des Baoulé reconnaissante au Président de la RépubliqueP. 2
Alain Lobognon à Guillaume Soro:
‘‘ Je mets
in à notre
collaboration
e 76 session des Assemblées
générales des Nations Unies
Kandia Camara à la tribune de l’Onu, aujourd’huiP. 5
Innovation de l’agriculture politiquePp.8-9PHOTKO :oDRbenan Adjoumani Mariam Dao Gabala, présidente du Cn-Fifobtient le soutien ‘‘ Nous ne travaillons pas des États-UnisP. 3 à proroger la durée de notre missionP. 18
2
L’ÉDITORIAL ParAmédée Assi
La souveraineté au peuple !
e m’attacherai donc tout au plus à marquer mon étonnement devant la vacuité des propos de cer-tains intervenants, qui ont choisi de faire de la su-renchère ou de tromper la religion des Ivoiriens. En Il eJst en effet bon de savoir que la modification pour la ré-déformant sciemment la vérité. instauration d’une limite d’âge pour briguer la magistra-ture suprême, si elle doit intervenir, ne sera pas le fait du prince. Elle ne proviendra pas non plus des travaux d’un comité ad hoc que le gouvernement aura mis en place. La Constitution ivoirienne, en son article 177, est très claire sur la question : si l’initiative de la révision de la Constitution appartient concurremment au Président de la République et aux membres du Parlement, pour être pris en considération, le projet ou la proposition de ré-vision doit d’abord être voté à la majorité absolue des membres du Congrès (Assemblée nationale et Sénat). Et ce même article va encore plus loin et dispose ensuite que si ledit texte voté n’est pas soumis aux Ivoiriens par référendum par le Président de la République, il ne peut être adopté que s’il réunit la majorité des deux tiers des membres du Congrès effectivement en fonction. Affirmer donc que ce n’est pas à la loi d’exclure des per-sonnalités qui ont eu, tour à tour, les suffrages des Ivoi-riens n’est que verbiage livresque et littéraire. Puisqu’en effet, il reviendra au peuple souverain, à lui seul, direc-tement par voie référendaire ou à travers une majorité qualifiée de ses élus (députés et sénateurs) d’accepter ou non cette modification. Et c’est justement ce que disent les articles 5O et 51 de la Constitution selon lesquels la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce par la voie du référendum et par ses représentants élus.  Lors de la prochaine rentrée parlementaire, en avril 2022, des députés seront donc fondés à soumettre au vote de leurs collègues une proposition de loi relative à la modification des conditions d’éligibilité à la Présidence de la République avec limitation de l’âge à 75ans. Et le texte final portant révision constitutionnelle, approuvé par référendum ou par voie parlementaire, ne sera pro-mulgué par le Président de la République et publié au journal officiel que s’il a obéi aux conditions rigoureuses prévues par la Constitution. C’est cela le charme de la démocratie où la souveraineté populaire repose sur le peuple. Et dans le cas d’espèce, ce sont les Ivoiriennes et les Ivoiriens qui auront décidé. Pour l’heure, en attendant cette échéance, tous nous devons nous consacrer à l’essentiel : le développement du pays dans la cohésion et la paix. C’est à cela que s’attache le Président Alassane Ouattara depuis que le peuple, dans sa grande majorité, lui a confié la magistra-ture suprême en octobre dernier, pour un premier man-dat dans la troisième République. Après avoir pris des actes forts de décrispation et de réconciliation tous azimuts, le Chef de l’État s’emploie à poursuivre la construction harmonieuse de la Côte d’Ivoire. Il faut parcourir les communiqués des conseils des ministres et les nombreuses actions que posent le gouvernement pour s’en convaincre. Ces dernières semaines par exemple, après avoir pro-cédé au lancement des travaux de réhabilitation de la Côtière, le Premier ministre Patrick Achi a échangé, à San Pedro, avec les opérateurs locaux sur la vision du gouvernement et les modalités de collaboration avec le secteur privé, pour que la Côte d’Ivoire maintienne sa dynamique de croissance économique. San Pedro, on le sait, est le deuxième poumon économique de notre pays. Vendredi, à Bouaké, le chef du gouvernement a présidé la cérémonie de mise en circulation de 60 autobus de la Sotra qui vont desservir la capitale de la région de Gbê-ké, en attendant d’en faire de même, dans les prochains mois, pour plusieurs villes de l’intérieur du pays. En ma-tière de transport urbain, c’est bien une petite révolution qui a cours conformément à la vision du Président de la République à travers le slogan « Une Côte d’Ivoire solidaire». Oui! Une Côte d’Ivoire où le développement est inclusif et où les fruits de la croissance sont partagés à tous.
Nation
Lundi 27 septembre 2021
Rencontre du Premier ministre avec la chefferie traditionnelle de Gbêkê La reconnaissance de la reine des BaouléauPrésidentdelaRépublique
Fait chef traditionnel baoulé par la reine, Sa majesté Nanan Akoua Boni II, le Premier ministre a invité les uns et les autres à faire de la paix leur cheval de bataille. n marge de sa visite de travail à Bouaké, le ven-dredi 24 septembre, à daEns la capitale de la région l’occasion de la mise en service des lignes Sotra de Gbêkê, le Premier ministre Patrick Achi a échangé à la résidence du préfet de région avec une importante déléga-tion de la chefferie tradition-nelle de la région de Gbêkê mandatée par sa majesté, Nanan Akoua Boni II, reine du royaume baoulé et conduite à cette occasion par Nanan N’Goran Koffi II, président ré-gional de la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire. Le Premier ministre exhorte les têtes couronnées baoulé à renforcer la cohésion. A cette occasion, à l’initiative de la reine du royaume baou-ont pris ensemble lors devillages qui ont connu deset le rôle de la chefferie tra-lé, le Premier ministre Patrick la dernière rencontre à Ya-retards dans leur développe-ditionnelle »,a-t-il fait leur Achi a été baptisé chef baou-moussoukro. Si l’on en croit ment sont justement ceux qui savoir. lé avec tous les attributs que Patrick Achi, un engagement n’étaient pas en paix.« AlorsBien avant, Louis Kouakou lui confère ce rang. Le chef tiré lui-même d’un enseigne-que les villages en paix ontHabonouan, porte-parole de du gouvernement qui fait par-ment de feu le Président Félixvu le retour de leurs enfantsla chefferie traditionnelle, qui tie dorénavant de la chefferie Houphouët-Boigny qui a di-qui sont venus apporter leurss’est exprimé au nom de la traditionnelle baoulé porte rigé la Côte d’Ivoire pendantpetites pierres à la construc-reine des Baoulé, a tenu à le nom très évocateur de « des dizaines d’années et quition de ce que leurs parentsremercier le Premier ministre Nanan Koua Gbêkê II » qui a laissé comme héritage laont pu faire », a souligné lequi a bien voulu échanger est le fondateur de Bouaké. paix qu’il a érigée presque en Premier ministre qui a affir- avec la délégation qu’elle a Séance tenante, il a été paré religion.« Si feu le Présidentmandatée pour le rencontrer.mé que seules les actions de tous ses attributs. Félix Houphouët-Boigny a pude développement qu’on Aussi, a-t-elle saisi cette heu-réaliser en si peu de temps cepose restent pour la posté-reuse occasion pour le félici-La paix, source de tout qu’il a pu réaliser, c’est parcerité.« Justement, vous vouster chaleureusement pour sa développement qu’il a réussi à maintenir un êtes engagés vis-à-vis de luibrillante nomination à la tête C’est fort de ce pouvoir tra-climat de paix durant plus deà faire en sorte que dans cedu gouvernement qui lui per-ditionnel que le chef du gou-40 ans », s’est souvenu ledistrict, la paix, l’entente et lamet de continuer l’œuvre en-vernement s’est adressé à Premier ministre.cohésion règnent. Et chaquetamée par ses prédécesseurs ses « pairs » de la chefferie Et d’affirmer qu’au-delà defois qu’il y a des troubles, quetrop tôt disparus. traditionnelle de Gbêkê. Se-l’Afrique, tous les pays quile chef apaise la situation », lon lui, parmi tant de villes à avancent sur le plan du dé- a-t-il exhorté.« D’ailleurs, ilLa reine salue le déploie-l’intérieur de la Côte d’Ivoire, veloppement sont ceux oùm’a chargé de vous remer-ment de la Sotra c’est Bouaké qui a été re-règne la paix, l’entente et lacier et de vous demander deLe porte-parole des chefs tenue après Abidjan par le fraternité qui sont sources decontinuer à mener le combata tenu à traduire les remer-Président de la République, stabilité.« Un pays, quand onde la paix.ciements de la reine au Pré-Alassane Ouattara, pour le construit, on ne le bâtit pas Et que s’il a pris la décisionsident de la République, Alas-vivre l’expérience d’un trans-seul. En plus de ce que nous dans la dernière Constitutionsane Ouattara, pour tous les port interurbain moderne à faisons, d’autres personnes d’y inscrire la charte des roisactes de développement qu’il travers les bus de la Sotra. viennent avec leurs moyens et chefs traditionnels de Côtene cesse de poser dans le V La raison, a-t-il dit, est que le pour vous aider à poursuivre d’Ivoire qui vous donne unBaoulé. C’est en cela qu’elle Président de la République l’œuvre de développement rôle beaucoup plus importantsalue le déploiement des ac-tient à respecter les enga-»,dit. Non sans infor- a-t-il dans la société, c’est parcetivités de la Sotra à Bouaké gements réciproques qu’ils mer que dans sa région, lesqu’il a compris l’importancequi, a-t-elle espéré, va impac-ter positivement les activités économiques. En revanche, elle regrette tous les actes de vandalisme qui ont été commis lors des dernières élections législa-tives.« Au nom des fils et filles du V baoulé, elle assure que de telles ignominies ne se reproduiront plus jamais »,affirmé. Non sans a-t-elle confier tous les enfants qui ont bénéficié de la confiance du Président de la Répu-blique, qui les a nommés à de hauts postes de respon-sabilités, à ses bons soins pour qu’ils soient leur avocat auprès du chef de l’État. Le chef du gouvernement Patrick Achi a été fait chef coutumier en pays baoulé. CHARLES KAZONY
Lundi 27 septembre 2021
Nation
Industrie textile
Patrick Achi annonce la relance de l’usine Gonfreville
3
Le Premier ministre a visité les installations de la plus ancienne unité de production de textile de Bouaké.
e gouvernement, sous rapidement possible, et cela la houlette du Premierdans le cadre du programme ministre Patrick Achi, a des « Champions natio-L l’ambition de relancer naux », un plan de relance les activités de l’usine pour qu’à nouveau l’usine Gonfreville de Bouaké, l’un Gonfreville retrouve son des eurons de l’industrie lustre d’antan.Justement, textile de la Côte d’Ivoire. Patrick Achi voit en cette re-En effet, en route pour lan- lance des activités de l’usine cer les lignes de la Sotra Gonfreville, une belle op-à Bouaké, le vendredi 24 portunité d’offres d’emplois septembre, le chef du gou- pour les jeunes de la capi-vernement a marqué une tale de la région de Gbêkê. escale dans cette usine sise Qui auront l’opportunité, au quartier Gonfreville pour a-t-il dit, de bénéficier du sa-visiter ce qui reste encore voir-faire et de l’expérience de ses installations. En plus des employés plus aguer-des unités de production, ris qui exercent toujours à le chef du gouvernement a l’usine. En faisant tourner à profité pour aller au contact nouveau à plein régime les de la centaine d’employés machines de cette usine, le qui continuent de faire tour- chef du gouvernement voit ner les vieilles machines qui également, l’occasion pour résistent, tant bien que mal, la Côte d’Ivoire de redevenir au temps. A leur plus grande dans les 5 ou 10 ans à venir, satisfaction. l’un des plus grands pays Au terme de cette visite de producteurs et exportateurs travail au pas de course, de la filière coton. Patrick Achi s’est dit heu- Rappelons que c’est en reux de savoir que l’usine 1921 que l’usine Gonfreville Gonfreville continue, tant a été créée. Cette année, Certains produits sortis des unités de l’usine Gonfreville ont été présentés au Premier ministre Patrick Achi. bien que mal, de faire de elle fête un siècle d’exis-la production. Il a même tence avec seulement une dépit des difficultés », s’est- relancer les activités de son. A leur suite, une autre Président de la République pu apprécier quelques pro- centaine d’employés. Un il réjoui. Et de dire toute la cette usine. Surtout que, a-t- génération aidera à ce que en personne qui a instruit duits sortis de cette usine. chiffre qui tranche avec celui détermination du gouver- il dit, il a vu l’entrain, la cha- l’usine Gonfreville revive », le gouvernement à l’effet de A savoir, les tissus pagnes, des années 1980 à 1990 où nement, sous l’égide du leur, l’espoir dans les yeux a donné l’assurance le chef voir la situation de l’usine les nappes de table, etc. « ce euron comptait près de Président de la République de ces quelques employés du gouvernement. Gonfreville et en rapport L’usine Gonfreville fait par- 6000 employés. Alassane Ouattara, dequi continuent d’y croire. « D’ailleurs, si l’on en croit le avec les ministères concer-tie de ces rares industries mettre tout en œuvre pournés, de lui proposer le plusPremier ministre, c’est le Je pense qu’ils ont eu rai- CHARLES KAZONY qui ont pu garder le cap, en Secteur agricole Les États-Unis invitent la Côte d’Ivoire à rejoindre deux initiatives
obenan Kouassi Ad-joumani, ministre d’État, ministre de K l’Agriculture et du Dé-veloppement rural, a été reçu en audience, le vendredi 24 septembre, par le sous-secrétaire adjoint au Département de l’Agri-culture des USA, l’Hono-rable Jason Hafemeister. La rencontre a eu lieu à Washington DC, en marge de la 76e session des Na-tions Unies. A l’occasion, le ministre ivoirien a aussi présenté les performances agricoles de la Côte d’Ivoire, notamment dans les secteurs du cacao et de l’anacarde. Il a aussi fait un exposé relatif aux différentes mesures prises par le gouvernement ivoi-rien pour réduire l’impact du réchauffement climatique sur les performances du secteur agricole. Notam-ment le lancement du projet de plantation de 10 millions d’arbres, en raison d’un mil-
Cette rencontre a permis au ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani et son hôte de renforcer davantage les relations entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis. (DR) lion d’arbres par an, y com- de cacao et d’anacarde teurs illégalement installés pris dans les exploitations ; l’expulsion des produc- dans les forêts classées et
leur recasement à travers des projets de productions vivrières ; et le vaste pro-jet de reboisement, entre-pris par le ministère ivoi-rien des Eaux et Forêts, qui concerne également la réhabilitation des forêts classées.Tout en saluant les progrès accomplis par le gouvernement ivoirien, le sous-secrétaire à l’agricul-ture a invité la Côte d’Ivoire à rejoindre deux initiatives lancées par les USA. La première initiative, c’est la mission pour l’innovation de l’agriculture, dont le but est de promouvoir le par-tage d’expériences réus-sies à travers une coalition internationale de pays par-tenaires. Elle rassemble au-tour d’une plateforme plu-sieurs pays, afin de discuter des méthodes innovantes pour réduire les effets du réchauffement climatique, issus de l’agriculture. La seconde a pour objectif de mener la réexion, afin
de trouver et promouvoir des méthodes qui favo-risent un accroissement des productions agricoles, en utilisant le moins d’in-trants possibles, y compris le capital terre.Selon lui, les USA reconnaissent certes la nécessité d’accroître la productivité agricole, afin de faire face à une de-mande de plus en plus croissante. Toutefois, note-t-il, au regard des défis en-registrés, notamment le ré-chauffement climatique, les problèmes de santé liés à l’alimentation, il apparaît ur-gent de définir de nouvelles méthodes garantissant une productivité agricole du-rable.A cette invitation, le ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani a ré-pondu favorablement. Tout en plaidant pour un accrois-sement de la coopération agricole entre les USA et la Côte d’Ivoire. CASIMIR DJEZOU Infos : Sercom
4
N ation
Promotion du secteur privé
Lundi 27 septembre 2021
Le gouvernement promet l’éclosion d’un entrepreneuriat dynamique dans le Sud-Comoé
Le ministre de la Promotion des Pme, de l’Artisanat et de la Transformation du secteur informel, e Félix Anoblé a présidé, samedi, la cérémonie de clôture de la 4 édition des Jnce. es lampions se sont crivent pleinement dans laprésident du Conseil régional éteints, le 25 septembre,politique du gouvernementdu Sud-Comoé, Eugène Aka sur la quatrième éditionpour la promotion de l’éco-Aouélé, pour leur implication des Journées natio- nomie nationale et sa visiondans la réussite de ce forum Lexhorté les entreprises à faire nales des Chefs d’en- stratégique Côte d’Ivoireéconomique. Nadine Bla a treprise, dans le Sud-Co-2030. Dans la foulée, il a fé-moé. Placée sous le thèmelicité le commissaire généralpreuve de résilience.« Nous « Secteur privé en région : deet le comité d’organisationavons vécu une crise sanitaire la résilience à la croissance pour la réussite de cet évè-sans précédent et nombreux globale », cette rencontre a nement des opérateurs éco-sont les chefs d’entreprise qui permis, pendant trois jours, nomiques qui a tenu toutesont craint l’hécatombe pour le aux participants de mettreses promesses.secteur privé. Certes, il n’y a en lumière les potentialités« Au regard de la mobilisa-pas eu d’hécatombe, Dieu économiques de ladite ré-tion et de la participationmerci, mais le virus est là. gion. Présidant la cérémo-massive des chefs d’entre-Nous aussi. Si nous sommes nie de clôture, Félix Anoblé,prise, élus, chefferies et deslà, c’est parce que nos en-ministre de la Promotion descollectivités locales du Dis-treprises ont fait preuve de Pme, de l’Artisanat et de latrict, je pus affirmer que la 4erésilience. Alors, consolidons Transformation du secteurédition a été une réussite to-cette résilience pour gravir les informel, a assuré du sou-tale. Les panels et autres ré-marches de la croissance », tien du gouvernement à fa-flexions organisés au coursa-t-elle soutenu. voriser l’éclosion d’un entre-de ces Journées ont permisFélix Anoblé a félicité le commissaire général et le comité d’organisation local pourLe ministre A noter que cette édition a été preneuriat dynamique avecd’exposer les immenses po-la réussite de cette édition.(PHOTOS : VÉRONIQUE DADIÉ)distinction demarquée par la des instruments d’accompa-tentialités du pays et de laquatre champions nationaux . Puis d’ajouter que ces assisesNadine Bla, commissaire gé-mesures dras- cessitent des gnement et de financementrégion qui a accueilli les ex-locauxont permis de prendre la tiques dont le renforcement nérale des Jnce, a remercié le du secteur privé ivoirien.perts surtout les possibilités pleine mesure des difficultéschef du gouvernement Patrickde leurs capacités managé- Pour le ministre Félix Ano-d’investissement des entre-ÉMELINE P. AMANGOUA, des Pme locales ; difficultésriales et techniques mais aus- Achi ; le ministre Félix Anoblé, blé, les Journées nationalesprises dans ladite région »,ENVOYÉE SPÉCIALE qui, pour les endiguer, né-si en termes de financement.les partenaires, ainsi que le des chefs d’entreprise s’ins- a-t-il soutenu.DANS LE SUD-COMOÉ
 L’hôtellerie, un secteur toujours porteur Toutefois, il est très résilient. « Nous avons eu d’énormes difficultés depuis l’attentat de Grand-Bassam qui a plombé le secteur touris-tique et après la Covid-19 ; sans oublier les inondations que la ville a vécues. Mais le secteur reprend vie. Nous sommes résilients et savons rebondir », a rassuré Ollo Germain. Non sans confier que les chiffres d’affaires ont bais-sé de 20%, en 2018.« En2018, nous sommes pas-sés à 20% à cause de la Covid-19. Nous allons sû-rement rebondir car nous sommes la première desti-nation de la Côte d’Ivoire »,Germain Ollo, Président directeur général du Groupe Sitho. a-t-il insisté. Pour le Directeur général de e vice-président duil faut une bonne qualité l’Agence Côte d’Ivoire Pme, Sénat, Germain Ollo,ne peut sed’accueil. Cela Salimou Bamba, sur 795 par ailleurs,présidentfaire que par des personnes entreprises impactées par la Ll’hôtellerie, le tourisme et la directeur général ducompétentes. Le Sud-Co-Covid19, 95 exerçant dansGroupe Sitho, a ex-moé est une zone extraordi-horté les opérateurs éco-naire et propice à l’investis-restauration ont bénéficié nomiques à investir dans lesement dans ce secteur », du Fonds Covid-19. « Seu-secteur de l’hôtellerie. Ger- a-t-il conseillé. lement 10% de ressources main Ollo, qui s’exprimaitPour le vice-président du sont alloués aux entreprises dans le cadre du panel « A Sénat, la formation des d’hôtellerie pourtant tou-la découverte du potentiel jeunes est capitale pour un chées fortement par la crise touristique et des projets deregain d’intérêt dans le sec-», a-t-il déploré. développement durable duteur. C’est pourquoi, affirme-Selon ses statistiques surSud-Comoé », fonde sonra-t-il, une école d’hôtellerie 28 milliards alloués aux argumentaire sur les atouts a été créée à son initiative à Pme , le District d’Abidjan économiques de la région.Grand-Bassam pour ame-a bénéficié de 88% de ces Notamment un fort potentielner la jeunesse à s’intéres-fonds. Il a alors exhorté les touristique, l’Autoroute Abi- ser à ce secteur. entreprises à produire des djan-Grand-Bassam et une Ollo Germain a, cependant, dossiers de qualité pour importante densité routière.déploré que le secteur de bénéficier du Fonds Co-« L’hôtellerie, c’est de bienl’hôtellerie a été fortement accueillir les clients et lesimpacté par plusieurs évè-. vid-19loger en toute sécurité. Pournements dont la Covid-19 É. P. AMANGOUA qu’un client soit heureux,et les inondations côtières.
Les porteurs de projets instruits sur les mécanismes de financement i un panel a suscité l’engouement et l’inté-rêt des participants à S la 4e édition des Jour-nées nationales des chefs d’entreprise, c’est bien celui des mécanismes de fi-nancement pour les projets. Il a été animé le 25 sep-tembre à la Mairie d’Abois-so par Narcisse Polneau, représentant le ministre de la Promotion de l’investisse-ment et du Développement du secteur privé; ManigaLes panélistes ont expliqué les mécanismes de ïnancement Gba Jean Jacques, secré-des Pme. taire général de l’Union des a invitées à se rapprocher deCôte d’Ivoire est engagée villes et communes de Côte l’Organisation des Nationssur le sentier d’une crois-d’Ivoire et Marcellin Zinsou, unies pour le développe-sance forte et soutenue président du Comité de ges-ment industriel (Onudi) pourgrâce à un secteur privé dy-tion du Fonds de garantie bénéficier du financementnamique et compétitif. Les des crédits aux Pme. pour la création de zones in-départements d’Aboisso, de Ce panel s’est tenu en dustrielles dans leurs locali-Grand-Bassam, d’Adiaké présence du président du tés. Il a aussi fait mention dudemeurent attractifs avec Conseil économique, social, Programme d’infrastructuresun volume d’investissement environnemental et cultu-de développement urbain etagréés de plus de 200 mil-rel (Cesec), président du la compétitivité des agglo-liards de F Cfa sur la période Conseil régional du Sud-Co-mérations secondaires, mis2012-2020. Le Sud-Comoé moé, Dr Eugène Aka Aouélé. en place par l’État de Côteregorge de nombreuses Marcellin Zinsou a indiqué d’Ivoire et la Banque mon-potentialités économiques que des accords ont été diale pour un coût estimé àainsi que des opportunités signés par l’État de Côte 78 milliards de F Cfa pourd’investissements », a-t-il d’Ivoire avec le secteur ban-accompagner le dévelop-Ma-souligné. De son côté caire dont 350 milliards pour pement des infrastructureses-niga Gba Jean Jacques financer les Pme. dans les villes secondaire.time que les Jnce sont en Ce n’est pas tout car, à l’en Narcisse Polneau a indi-phase avec le développe-croire, le Fonds de garantie qué que le processus dement local. Parce qu’elles (Fpme) facilite l’accès des dématérialisation du Centrepermettent de créer des en-Pme aux crédits bancaires de promotion des investis-treprises locales. La section en partageant le risque sements en Côte d’Ivoires’est achevée par une pré-de financement avec les (Cepici) est en cours poursentation des projets priori-banques et établissements permettre aux Pme detaires des municipalités du financiers par des garanties. S’adressant aux collectivitéscréer leurs entreprises où. Sud-Comoéqu’elles se trouvent.« La É. P. A. locales, Marcellin Zinsou les
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents