Fraternité Matin N° 17037 - du vendredi 08 octobre 2021
40 pages
Français

Fraternité Matin N° 17037 - du vendredi 08 octobre 2021 , magazine presse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
40 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraternité Matin N° 17037 - du vendredi 08 octobre 2021

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 octobre 2021
Langue Français
Poids de l'ouvrage 7 Mo

Exrait

Ressources ïscales 743,6 milliards de F Cfa collectés au P. 13 e 3 trimestre 2021 Vendredi 8 octobre 2021 / N° 17 037 www.fratmat.info / FratMat Mobile #129# (orangeCi) Prix: 300 Fcfa • Cedeao : 450 Fcfa • France: 1,70 € PREMIER QUOTIDIEN IVOIRIEN D’INFORMATIONS GÉNÉRALES Hommage à Charles Konan Banny La Nation salue la mémoire d’un grand serviteur de l’État Le Président Ouattara a pris part, hier, à la cérémonie d’hommage à l’illustre disparu PP. 2 - 5 Interview Réconciliation nationale PHOTO : PORO DAGNOGO Albert Mabri Toikeusse, président de l’Udpci : Accélération de la production PP. 6 - 7des logements sociaux Il faut BrunoKonéveutdesréhabilitersolutions durables P. 13 Développement local le Général Ces réalisations quichangent le visage du Moronou P. 17 Robert Guéi
pr sit
2
N ation
Vendredi 8 octobre 2021
Hommage à Charles Konan Banny La République s’incline devant la mémoire d’un grand serviteur de l’État
Le Chef de l’État, Alassane Ouattara, a présidé, hier, à la Primature au Plateau, la cérémonie de recueillement de l’illustre disparu.
a Côte d’Ivoire, les yeux embués de larmes, a pleuré encore, hier, ritiLon de ce grand homme Charles Konan Banny. Secouée par la dispa-d’État, la République, avec à sa tête son premier respon-sable, Alassane Ouattara, stoïquement dans la douleur, a salué, à la Primature au Pla-teau, la mémoire de l’illustre disparu qui a servi le pays en qualité de Premier ministre. Au regard donc de la stature du défunt, le Président de la République a tenu à présideren personne la cérémonie so-lennelle d’hommage. De nombreuses personna-lités ont effectué le dépla-cement pour honorer l’éco-nomiste chevronné qu’était Charles Konan Banny. Ainsi, sous les bâches dressées,l’on a pu noter la présence du Nonce Apostolique Paolo Borgia, des ambassadeurs, des présidents d’institution, des membres du gouverne-ment, des chefs tradition-nels et coutumiers, la famille éplorée, ainsi que des amis, proches et anciens collabo-rateurs de l’ancien chef du gouvernement. Les hommes en armes déployés pour le cérémonial militaire étaient également en place avec le drapeau national. C’est sous le coup de 10h que le Chef suprême des armées, Alassane Ouattara, a fait son entrée sur l’espla-
Le Président de la République, Alassane Ouattara, le Premier ministre Patrick Achi et des présidents d’institution à la cérémonie.(PHOTOS : PORO DAGNOGO)
nade. A pas cadencés, sous la musique de la garde ré-publicaine, il a marché sur le tapis rouge déroulé pour lui jusqu’au niveau du drapeau national. Là, il s’est incliné devant le pavillon tricolore, orange-blanc-vert, l’emblème national de la République. Les honneurs militaires lui
ont été rendus. Bien avant lui, le Premier ministre Pa-trick Achi, le ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara et le géné-ral de corps d’armée, Lassina Doumbia, chef d’état-major général des armées avaient aussi salué, à leur arrivée, le drapeau national.
Le Chef de l’État s’inclinant devant le portrait de Charles Konan Banny.
Le Président de la Répu-blique, une fois installé, la cérémonie de recueillement a véritablement débuté. Deux ofciers de la 33e promotion de l’École des forces armées (Efa) de Bouaké, dont il était le parrain, ont ainsi porté le portrait de Charles Konan Banny jusqu’au pupitre au
milieu de l’espace délimité pour la manifestation. Cette grande photographie enca-drée du défunt, pour la cir-constance, représentait la dépouille. Le Président Ouat-tara a ensuite été invité à s’incliner devant ledit portrait. Bien avant, il avait déposé une gerbe de fleurs à côté
Les ofïciers de l’Efa portant le portrait du défunt.
du portrait del’ancien gou-verneur de la Banque cen-trale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao). Le geste du premier des Ivoiriens sera successivement imi-té par le Premier ministre, Patrick Achi, les présidents d’institution comme Adama Toungara, le Médiateur de la République ; Eugène Aka Aouélé, président du Conseil économique, social, culturel et environnemental (Cesec) ; du président de la Commis-sion électorale indépendante (Cei), Ibrahime Coulibaly Kui-biert, de l’Inspecteur général d’État, Ahoua N’Doli Théo-phile ; du président du Sénat, Jeannot Ahoussou Kouadio. A leur suite, le magistrat hors hiérarchie, François Koumoin, est venu au pupitre pour faire un témoignage sur le disparu dont il a été un très proche collaborateur à la Primature. Ahoua N’Doli Théophile, qui a prononcé l’oraison funèbre, a magnié le parcours pro-fessionnel, le sens du devoir et l’amour que le défunt avait pour la Côte d’Ivoire. La son-nerie aux morts a, par la suite,retenti pour marquer la n du cérémonial militaire. Et le re-trait du portrait de l’espace marquera dénitivement le clou de cette manifestation de recueillement à Charles Konan Banny, décédé le 10 septembre en France
KANATÉ MAMADOU
Vendredi 8 octobre 2021
N ation
3
Ahoua N’Doli Théophile :‘‘ Il a servi son pays avec abnégation et un sens des responsabilités ’’ ’Inspecteur général Dès lors, votre famille bio-avec l’illustre défunt, com-d’État, Ahoua N’Doli logique, votre épouse Mas-plicité qui a immanquable-Théophile, est reve-ment renforcé l’harmonie desandjé Banny, vos enfants, naLn Banny. tique, vos amis, nombreux en nu, hier, sur les valeurs Charles-Auguste, Anna et la communauté ivoirienne à qu’incarnait Charles Ko-Alexandre, votre famille poli-Dakar, au Sénégal », a-t-il témoigné. Puis de rappeler Dans son oraison funèbre, il a ce jour, vous pleurent », s’est- : « Ainsi, quand le Président dépeint le disparu comme un il lamenté. Félix Houphouët-Boigny vous grand homme d’État pénétré L’Inspecteur général d’État a, a fait appel au chevet de la d’un profond amour pour son par ailleurs, invité le Président Côte d’Ivoire, en qualité de pays qu’il a servi au prix de Ouattara à être stoïque de-Président du comité Inter-sa vie. « Celui à qui nous ren-ministériel, puis de Premiervant la perte de cet ancien de dons hommage à l’occasion la Bceao. « Si la Côte d’Ivoire, ministre, c’est lui, Charles de son départ dénitif, irré-digne dans la douleur, pleure Konan Banny que vous avez vocable et sans retour vers un de ses illustres ls, vous, proposé pour vous succéder le Père Céleste, a servi son Excellence, vous pleurez un en qualité de Gouverneur de pays avec abnégation et un de vos compagnons, compa-la Bceao. sens des responsabilités », gnon avec lequel vous avez De même, dès votre acces-a-t-il fait savoir. parcouru une bonne partie sion à la magistrature su-Pour lui, l’ancien Premier de votre vie professionnelle, prême en 2011, c’est à lui que ministre était un homme de pour ne pas dire, de votre vie. vous avez bien voulu coner conviction qui, en toute res-En effet, économistes vous la gestion du volet « Récon-(PHOTOS : PORO DAGNOGNO) ponsabilité, a conduit jusqu’à deux, vous avez ensemble ciliation nationale » dans une l’Inspecteur général d’État, Ahoua N’Doli Théophile, a prononcé l’oraison funèbre. leur terme les travaux de la écrit des pages glorieuses de Côte d’Ivoire secouée par des Commission dialogue, vérité la vie de la Bceao. Nous qui, à contradictions internes et une né ». on ne revient plus, sans crier et réconciliation ( Cdvr). « S’il devoir et d’engagement », vos côtés, avons eu la chance profonde division » Si Ahoua N’Doli Théophile a gare. Vous nous avez quitté fallait ne retenir que quelques a-t-il ajouté. de vivre ce pan de l’histoire, KANATÉ MAMADOU dit s’incliner devant la volonté sans un mot, nous laissant mots pour qualier le Premier Avant de préciser que « der-avons vécu votre complicité divine avec la disparition du dans la tristesse et l’émoi ! ministre Charles Konan Ban-rière l’économiste rigoureux concerné, il regrette son dé-Aucun signe ne laissait en ef-ny, je dirais : loyauté, rigueur et travailleur qu’il était, se ca-et sens des responsabilités. Il chait l’homme affable et sur-part brusque, arraché ainsi à fet présager un tel drame, vuBanny, la passion de réconcilier les Ivoiriens l’affection des siens. « Vous votre détermination et votre était en effet un grand servi-tout dèle en amitié, l’époux teur de l’État, un homme de affe ctueux, le père attention-courage à toute épreuve.avez décidé de partir de là où
François Koumoin,magistrat hors hiérarchie :« C’était un homme de courage, de principe, de devoir, de rassemblement » accompli toutes les missions qui lui ont été conées. « (…) Ces maîtres mots étaient, ponctualité, diligence, ri-gueur et efcacité », a-t-il mentionné. Il ne s’est pas arrêté là. Il a dépeint Charles Konan Ban-ny comme une personnalité de rassemblement, qui fé-dère les énergies en vue de la réalisation d’un idéal com-mun. Cette valeur que por-tait l’homme, selon lui, s’est traduite par sa volonté et la prouesse d’avoir réussi à faire asseoir à la même table de discussion, le Chef de l’Etat d’alors et le président du Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire ( Mpci), la conception et la tenue de ré-unions de concertation avec le Chef de l’Etat d’alors, le Le magistrat hors hiérarchie a énuméré les valeurs que défendait Charles Konan Banny. président du Rassemble-ment des républicains ( Rdr), rançois Koumoin a été cipe, de rassemblement. « de ce genre. Il faisait partie le Parti démocratique de l’un des proches colla-Il fallait du courage pour ac-des hommes de ce type », Côte d’Ivoire ( Pdci-Rda), le borateurs de Charles cepter la fonction de Premier a-t-il fait savoir. Mpci en vue d’explorer et de F Konan Banny. Il a afr-François Koumoin a préciséministre en 2005. Et il fallait trouver les voies et moyens mé avoir connu le défunt encore plus de courage pour que c’est justement au nom d’une sortie de crise rapide alors qu’il était jeune magis-l’exercer dans une atmos-de ces valeurs que Charles et apaisée. Le magistrat hors trat, à la faveur d’un match phère extrêmement tendue et Konan Banny a mis n à ses hiérarchie, à la n de son té-de football. Quelques années de méance de façon géné-fonctions de Premier ministre moignage, a dit avoir entendu plus tard, en 2005, ce dernier ralisée. en 2006, avec l’affaire des Charles Konan Banny lui faire lui fait appel pour travailler Un homme de principe est un déchets toxiques. « Il a es-des condences : « François, à ses côtés à la Primature. homme dont la vie est gou-timé avoir failli à l’un de ses dis à mes frères ivoiriens qui Cette fréquentation, à l’en vernée par des convictions devoirs, celui de protéger la me rendent hommage ce ma-croire, lui a permis de cerner d’ordre moral. Il est dit aus-santé des Ivoiriens », a-t-il tin que j’ai essayé de servir l’homme et de découvrir les si qu’un homme de principe spécié. loyalement la Côte d’Ivoire. qualités qu’il incarnait. est un homme de caractère.Le magistrat hors hiérarchie, Dis leur de prier pour moi. Ainsi, dans son témoignage C’est-à-dire celui qui a detoujours mettant en exergue Je prierai aussi pour eux car en l’endroit du disparu, Fran-fortes convictions qui s’ef-les attributs et traits distinc-la Côte d’Ivoire est belle. çois Koumoin, aujourd’hui forcent avec fermeté et per-tifs du défunt, a déclaré que Et vivre pour elle, travailler magistrat hors hiérarchie, dira sévérance d’y conformer sac’était un homme de devoir. pour elle, est l’un des plus que l’ancien chef du gouver-conduite quel que soit ce quePour lui, c’est au regard de agréables devoirs » nement était un homme de cela peut lui coûter. Charlesl’esprit qui guidait ses actions devoir, courageux, de prin-Konan Banny était un homme que Charles Konan Banny aK. MAMADOU
L’ancien Premier ministre Charles Konan Banny a dirigé la commission vérité et réconciliation.
a Côte d’Ivoire en-tière ne les oubliera pas. Eux, ce sont ses anciens Premiers mi-quLitté le navire en pleine nistres. Certains ont traversée, les commandes à la main. L’on pense à Amadou Gon Coulibaly, dé-cédé le 8 juillet 2020 à 61 ans et Hamed Bakayoko qui s’est éteint le 10 mars 2021 à 56 ans. D’autres ont tiré leur révérence bien après leurs missions. C’est le cas de Charles Konan Banny qui a succombé du Covid-19, le 10 septembre 2021 à 78 ans. Et avant lui, Seydou Elimane Diarra s’était éclipsé à 86 ans, le 19 juillet 2020, à Abidjan. La mission de Banny fut dé-licate. Issu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Charles Konan Banny se verra coner la mission éléphantesque de réconci-liation nationale, sous le ré-gime du président Alassane Ouattara. Nommé par ce dernier à la tête de la Com-
mission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), Banny eut besoin de toute son agilité politique pour conduire sa mission. Son dé tenait en trois mots : unir les contraires. Ce banquier qui succéda à Alassane Ouattara à la tête de la Bceao aura investi de sa personne sans calcul, dans cette œuvre difcile de rapprocher des Ivoiriens déchirés par la crise pos-télectorale de 2010-2011. Nourri à la sève de l’hou-phouëtisme, il avait l’entê-tement de ceux qui osent rechercher l’harmonie au milieu des partis-pris. Ce n’est pas qu’il n’avait pas de parti. C’est seulement qu’il n’avait pas l’esprit de parti et préférait prendre le parti de la paix. Tout à la fois indépendant d’esprit et conciliant de cœur. Le grand serviteur de l’Etat est parti, mais la partie continue. La partie de gagner la paix
BENOIT HILI
4
Nation
Vendredi 8 octobre 2021
Ginette-Ursule Yoman, ancienne ministre en charge de la Bonne gouvernance : “ Un éminent patriote ” ’on doit au Premier Mi-plus anciens que moi dans lastructuration sufsante ! était un bon connaisseur des nistre Charles KONAN Il était de loin, l’un des plus acteurs de la scène politique fonction. BANNY l’intégration à patriotes. ivoirienne. Premier ministre L l’architecture gouverne-Autre trait de personnalité.et condisciple de Laurent mentale de notre pays La qualité et la diversité de GBAGBO, il n’en était pas Loin de ces laudateurs du d’un département ministériel son équipe gouvernementale, moins resté ami de longue jour, critiques acerbes la nuit spéciquement dédié à la puis celle de la Commission date d’Alassane OUATTARA, et qui rechignaient à assu-problématique de la gouver-Dialogue Vérité et Réconcilia-mer leur duplicité, la posturemilitant du PDCI RDA proche nance publique, sous la man-de Charles KONAN BANNYde Henri Konan BEDIE, et tion, son engagement tenace dature du Président Laurent à apaiser les tensions entre contemporain d’autres per-était sue. Homme de consen-GBAGBO. les différentes parties au sonnalités politiques im-sus, profondément attaché à « C’est vous, Madame YO-cours de sa mission à la tête portantes, notamment ses l’image du Père fondateur et MAN ? », me demanda- t-il du gouvernement conjugué à prédécesseurs les Premiers de sa philosophie politique ce 15 septembre 2006 alors l’ardeur observée dans l’ac-de paix, il ne pouvait s’imagiministres Daniel Kablan -que le secrétaire général du complissement des tâches à DUNCAN et feu Seydou Eli-ner être à droite et à gauche gouvernement, le doyen Fé-concommitamment ou pis, àlui conées, témoignent de mane DIARRA. lix TYEOULOU-DYELA, me ce patriotisme ainsi que de C’était en conséquence un gauche puis à droite ou inver-faisait entrer dans ses bu-sement.sachant de la première heure, sa ferme résolution à faire se reaux la veille de l’annonce retrouver les ivoiriens pour qui s’interdisait cependant de Le Premier Ministre BANNY de la formation d’un nouveau tracer ensemble les sillons porter en privé sur chacun était en effet persuadé qu’as-gouvernement. Le Président d’un pays ressoudé, qu’il ché-de ces acteurs, le moindre sumer son ancrage politique GBAGBO l’avait en effet re-rissait par-dessus-tout. était un engagement citoyenjugement, commentaire ou conduit après sa démission observation à caractère per-noble. Il ne pouvait donc de consécutive au honteux scan-ce fait ostraciser ceux quiLe Premier ministre BANNY sonnel. Il ne jugeait pas les dale des déchets toxiques était soucieux de la promotion personnes se contentant de n’étaient pas de son bord. déversés dans les quartiers des talents. Il s’entourait dans donner sur chacune des si-Bien au contraire, il trouvait d’ABIDJAN. l’exercice de ses différentes bien loin de l’image austère à avoir avec lui en avril 2012 tuations précises évoquées, là occasions d’échanges et « Je ne vous connais pas, missions, de prols divers et qu’il afchait et qui pouvait à Lagos au Nigéria, sur le une appréciation circons-d’enrichissement mutuel, mais je vous connais de ré-entretenant avec tous despecte qui résumait tout. variés, tant jeunes que plus sujet préoccupant de de la laisser croire à une froideur putation », me dit-t-il. « J’ai âgés, féminins et masculins. de sa part, voire une indiffé-parité xe du FCFA par rap-Malgré les vicissitudes et les rapports de fraternité. La proposé au Président de la Il demeurait attentif à la mise rence aux autres. Dénué de port à l’euro, alors qu’il re-Côte d’Ivoire était si préconjonctures particulières -république votre entrée au en commun des savoirs pour tout opportunisme, Il offrait cevait à dîner la délégation vécues, le Premier Ministre cieuse à ses yeux qu’il ne gouvernement en qualité de trouver les solutions les plus aux uns son attachement in-ivoirienne invitée au colloque BANNY gardait en toutes cir-pouvait y avoir dans sa vi-secrétaire d’Etat auprès du adéquates aux probléma-constances, une forme de puque la banque africaine de conditionnel à la Côte d’Ivoire -sion des choses politiques, Premier ministre chargé de la tiques qu’il avait à résoudre, et à l’Afrique, et aux autres, développement co-organisait deur respectueuse. Au plus de différends si grands, de bonne gouvernance. Ce qu’il et restait sans cesse préoccu-fort des contrariétés, transavec la fondation New Faces son intelligence, son attrait -frustrations si recevables, de a accepté. Avec rang de mi-pé par la détection de talents pour la rencontre d’esprits di-divergences si profondes quiNew Voices de Mme Graça paraissait chez lui un respect nistre ». pour ouvrir des champs nova-pour autrui doublé d’une afMACHEL, veuve de Nelson vers venant d’horizons variés -légitimeraient le recours à laLe Premier ministre m’an-d’échanges intellecteurs. autour -violence armée.voire d’une fraternité MANDELA. fection nonçait cette nouvelle alors Le nombre de ses compa-tuels féconds, dont il a sou-sincère envers tous. Ce trait Cet aboutissement étant ceLe Premier Ministre avait en -même qu’il me voyait pour la triotes et d’africains qu’il a tenu de son vivant l’éclosion effet marqué son accord pour de personnalité du Premier pendant survenu dans notre toute première fois et que ja-au travers de cercles de répromus ou soutenus au cours -co-présider ces assises avec Ministre Charles KONAN pays, l’essentiel à ses yeux mais auparavant, je ne l’avais de leurs parcours profession-le gouverneur de l’époque de BANNY m’a profondément demeurait en conséquenceflexions spéciques. rencontré de quelque façon nels tant au sein d’instances Le Premier Ministre était doté la banque centrale du Nigé-marquée d’autant qu’il se dis-pour l’avenir, l’impérieuse re-que ce soit ! Bien sûr, en sa nationales, régionales qu’in-d’une vaste culture, d’un inté-ria, Lamido SANUSI, et ac-tinguait par cette attitude, du construction de l’ensemble qualité d’ancien gouverneur ternationales en témoignent rêt vivace pour les questions cepté d’y délivrer sa vision de climat ambiant de délation et sur des forteresses qui nous de la Banque Centrale des éloquemment. Il ne bridait de développement sous tous l’autonomisation nancière de méchanceté gratuite en-éloignent à jamais de tout re-Etats de l’Afrique de l’Ouest jamais les siens à l’internatio-tretenu souvent par presse tour en arrière.les angles et d’une véritable des femmes africaines. Ces et Premier ministre depuis nal, s’interdisant de jeter l’op-interposée. Il demeurait d’uneassises qui avaient réuni des curiosité intellectuelle. déjà quelques mois, il ne probre sur qui que ce soit ou Charles KONAN BANNY femmes leaders de la zone discrétion absolue, la parole Aux obsèques de mon re-m’était pas inconnu ! tirer la couverture uniquement n’était en effet ni l’intellectuel francophone, adressaient toujours mesurée, en parfait gretté père, il avait honoré et à lui… Bien au contraire, il obtus arcbouté sur quelques avec les plus hautes compé-banquier central préservant apporté réconfort à la famille Charles KONAN BANNY apportait discrètement l’appui connaissances éparses, ni tences africaines de l’heure le secret avec une dextérité par sa présence à toutes avait de la Gouvernance pu-requis pour la matérialisa-le politique bourru hermé-en la matière, l’urgente ques-remarquable … On ne se re-les étapes des funérailles, blique une compréhension tion de tel ou tel autre projet, tique aux arguments de ses tion de l’inclusion nancière fait pas ! jusqu’à mon village de Pa-tout à la fois holistique et l’amorce de telle autre ini-spécique des femmes. Elles adversaires. Convaincu qu’il kouabo dans le département pragmatique, donc juste. De tiative d’intérêt, utilisant son était de la solidité de l’argu-furent d’une grande utilité. de Bouaflé. A celles de maJe me souviens qu’il m’avait son point de vue en effet, la réseau pour promouvoir les mentaire qui structurait sa Au cours de ce dîner donc, certaines fois aimablement mère et alors même qu’il solidité des institutions, la uns, apportant son soutien posture lors de ses échanges l’ex-gouverneur de la rappelée à l’ordre, au cours traversait une période parti-probité ainsi que le parcours aux autres indifféremment, avec autrui, il acceptait la BCEAO, – celui-là même qui de cette courte période gou-culièrement difcile après le professionnel de ceux qui an que tous participent au diversité des points de vue était resté le plus longtemps vernementale à ses côtés. décès de son ls Dominique, animent la sphère publique - rayonnement de son pays et quel que soit l’interlocuteur en poste et avait accompa-Ainsi, à la suite de deux in-son épouse que j’appelle af-celle de l’exécutif notamment à celui du continent. qu’il avait en face. Au cours gné avec succès l’unique dé-terventions en Conseil qui fectueusement Grande sœur, -, constituent l’armature cré-Ce patriotisme débordant, de ces conversations de haut valuation à ce jour de notre avaient quelque peu déplu à avait trouvé la force d’être à dible de toute gouvernance prolongement à mon sens de vol, Il prenait le soin de vous monnaie commune, et super-des collègues du gouverne-nos côtés. publique efcace. Le reste l’amour qu’il vouait à son pro-écouter développer votre opi-visé sous l’autorité des chefs ment et entraîné de leur part C’était un homme bon. n’est qu’identication et hié-chain, cette candeur en poli-nion, de façon calme sans ja-quelques bouderies à mon d’Etat, la transformation de Merci Monsieur le Premier rarchisation pertinente des tique que d’aucuns assimilait mais vous interrompre. Puis, l’Union Monétaire Ouest Afri-endroit, le Premier ministre Ministre pour la relation liale réformes pour y parvenir, éla-à de la naïveté voire de la fai-caine (UMOA) en Union Ecoil lançait sa répartie souvent -m’avait interpellée sur la né-dont vous m’avez gratiée. boration de procédures ap-Sans discontinuer.blesse, était de fait une forme implacable, à partir d’un point nomique et Monétaire Ouest cessité de mieux arrondir propriées dans les domaines de sagesse ô combien utile de votre exposé qu’il avait Africaine (UEMOA) le 16 jan-Dieu vous fait grâce d’unles angles à l’avenir, lors de d’intérêt et bien sûr, respect en ces temps troublés pour soigneusement noté et au-repos paisible et apportevier 1994 -, avait accepté de mes prises de parole. Autant minutieux des textes édictés notre pays. Cela l’aura mal-consolation à mon aînée,dire, une vraie quadrature du se plier à nos interrogations, tour duquel il rebondissait pour faire fonctionner conve-cercle dans la mesure où les écoutant des points de vue à votre grand étonnement. heureusement desservi dans votre épouse ainsi qu’à vos nablement lesdites institu-C’était enrichissant et …rare, différents du sien, nous laisle microcosme impitoyable et -attributions qu’il m’avait assi-proches. tions. Rien à voir donc avec ultra partisan de la politique ! cette ouverture d’esprit au re-sant exposer nos observa-gnées m’inclinaient à parta-GINETTE-URSULE YOMAN les raccourcis souvent pro-gard des responsabilités qu’il tions. Puis, en parfait expert ger avec les autres collègues mus, parcellaires et partiaux Passé la période probatoire assumait et de son parcours de la question, il y répondit toutes réflexions et proposi-ANCIENNE MINISTRE qui confondent les consé-concision : le ton posé tions jugées efcientes surd’observation, le Premier professionnel ! avec EN CHARGE DE LA BONNE quences avec les causes et ministre BANNY faisait don et l’argumentaire construit de les communications présen-GOUVERNANCE. FONDATRICE-ASSOCIÉE se résument si malheureu-à ses proches d’une ami-Je me souviens d’un échange l’excellent banquier central et tées… Ce que je réussis mal-CABINET DE CONSEIL sement parfois, à des actions tié vraie sans calcul aucun, empreint de respect et assez économiste qu’il était ! gré tout, tant bien que mal, d’éclat, éphémères et sans d’une chaleureuse fraternité animé qu’il m’avait autorisé Le Premier ministre BANNY avec les conseils d’aînés bien GY ADVISORY
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents