L’Essentiel du Cameroun N°380 du mardi 8 février 2022
24 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L’Essentiel du Cameroun N°380 du mardi 8 février 2022 , magazine presse

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
24 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’Essentiel du Cameroun N°380 du mardi 8 février 2022

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 février 2022
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

www.essentielcameroun.com -https://www.facebook.com/EssentielCameroun
Directeur de la publication: Antoine WONGO AHANDA Recépissé de déclaration N° 083/RDPOP/JO5/SAAJP
Bi hebdomadaire d’information et d’analyse
ORGANISATION DE LA CAN
STADE OLEMBE
STADE LIMBÉ
STADE JAPOMA
STADE AHMADOU AHIDJO
400Fcfa
DU CAMEROUN
N°380 du mardi 8 février 2022
STADE GAROUA
STADE BAFOUSSAM
e CAMEROUN 3 PLACE SÉNÉGAL CHAMPION D’AFRIQUE CONSÉCRATION Le Cameroun voulait, Paul Biya a pu Pp. 21-24 BIP 2022 SND30 Le coup de Les projets de pouce de la l’Extrême-NordPp.5-20FranceP. 3
INFOS DE LA SEMAINE POLITIQUE/ÉCONOMIE/MONDE/SOCIAL CAMEROUN-UNESCO La DG Audrey Azoulay reçue au Palais de l’Unité Au centre des entretiens entre les deux personnalités, les sujets de coopération, avec en prime, le droit à l’éducation pour tous.
Marc Mounga vant de participer à la finale de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des A Nations de football, la directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, en visite officielle au Cameroun, a été reçue en audience par le président de la République, Paul Biya, au Palais de l’Unité, le dimanche 6 février 2022. Pendant une trentaine de minutes, les deux per-sonnalités ont passé en revue, selon Mme Azoulay« les grands sujets de coopération historique et actuelle, entre le Cameroun et l’UNESCO ». Devant la presse, la directrice générale de l’UNESCO a relevé les deux principaux sujets de coopération qui intéressent actuellement le Cameroun. En effet, la grave crise sanitaire liée au coronavirus a affecté les secteurs de l’éduca-tion, de la culture et du sport, entre autres. La directrice générale a relevé que« le Cameroun est un des pays avec lequel l’UNESCO a mieux travaillé
pour assurer la continuité pédagogique à travers l’en-seignement à distance de diverses façons. »Elle a ajouté que« l’expérience du Cameroun est aujourd’hui utile pour toutes les zones où l’éducation est encore difficile car, nous sommes très attachés à défendre le droit à l’éducation pour toutes et pour tous. » L’entretien entre le chef de l’Etat et son hôte a porté sur le développement des radios commu-nautaires, fruit du partenariat entre l’UNESCO et le gouvernement camerounais. A ce sujet, Mme Audrey Azoulay a indiqué que les radios communautaires sont importantes pour avoir une présence dans la diversité des langues, des cultures et des territoires. En effet, il s’agit de marquer dans les faits, l’implication de la société civile, des jeunes, des journalistes, du monde cul-turel et du monde associatif dans le développe-ment socio-économique. Par ailleurs, la DG de l’UNESCO a apprécié à sa juste valeur, les efforts du gouvernement dans la préservation du droit à l’éducation des enfants dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-
Ouest, en proie aux exactions des groupes terro-ristes. Enfin, Mme Audrey Azoulay a souligné l’importance du droit de tout enfant à l’éducation. Elle a précisé que toute atteinte à ce droit est un crime contre la Nation. L’école étant un lieu d’apprentissage et de protection pour les
enfants. Il faut rappeler qu’au terme de l’audience avec Paul Biy, Mme Audrey Azoulay a reçu la dis-tinction d’officier de l’ordre national de la valeur, des mains du président de la République.
ESPRIT DE MÊLÉE Le pays des hommes impatients À l'heure du bilan de la CAN, personne ne peut oublier la ruée meurtrière du stade d'Olembé, qui a jeté une certaine ombre sur la com-pétition. Or, ce drame est probablement aussi le fait d’une « culture de la bousculade », solidement ancrée dans nos mentalités. Clément Essianelement la file, alliant donc le piétinement de lapagaille. Techniquement, il s’agit donc toujours bande frénétique vers le buffet lors d’une récep- tion dînatoire, pour aller se servir parmi les pre- d’une mauvaise décision collective, règle commune au fait d’être manifestement miers, en dépit du protocole, même s’ils sont préjudiciable à l’intérêt de tous. mal élevés. Ce qui est vraiment un comble ! es véritables circonstances de l'incident du arrivés en retard. Ils vont en plus se mettre des Un exemple du côté improductif du rejet de la On dira certainement que ces comportements stade d’Olembé vont probablement être Lreste des invités qu’ils ont débordés sans élé-portions gargantuesques, sans égards pour le file indienne et de l’alignement patient est d’ail- brutaux ne sont pas l’apanage des seuls établies, en dehors des « rapports » qui ne leurs celui de nos automobilistes. Au volant, Camerounais, et qu'ils sont caractéristiques de valent pas résultat d’enquête, sauf à vouloir gance. L’esprit est le même : une espèce c’est toujours à qui dépassera les autres, au la dynamique des groupes partout où des gens noyer le poisson par une entourloupe facile, d’instinct d’engouffrement. grand dam de la notion de priorité, et au mépris sont dans un mouvement d’ensemble et en comme d’habitude. Mais, on ne doit pas Tout comme cette tendance générale, sur les pla- des feux de signalisation et même parfois du foule. Cela est indéniable, puisqu’ en l’occur-craindre de dire que ce type de tragédie peut teaux télé, à voir les panelistes vociférer en policier qui tente désespérément de régler la cir- rence, des incidents aussi malheureux que celui encore survenir dans notre pays, à une autre même temps, sans attendre que le journaliste- culation. On sait pourtant que ce je m’en-fou- d’Olembé se sont déjà produits, en beaucoup occasion, pour une raison que l'on semble négli-modérateur donne la parole à chacun, à tour de tisme des conducteurs de véhicules est la cause plus meurtriers, ailleurs dans le monde. ger : cette particularité de notre modus vivendi, rôle, selon l’usage. On en est réduit à subir de de la plupart des embouteillages dans nos Notamment à l’occasion de grands événements ce trait de comportement bien camerounais, désagréables foires d’empoigne et des querelles grandes villes, et des hécatombes sur nos sportifs similaires. qui se caractérise par une indiscipline notoire de chiffonniers, venant parfois de gens routes. Mais le faire remarquer n’est pas trouver une dès qu’il est question de se mettre en rang ou de supposés « sommités intellectuelles », pour ce De manière semblable, dans ce registre de l’in- justification. Cela est juste pour dire, avec suivre une file d’attente. que cela veut même dire dans ce pays. En civisme routier, il n’est pas rare de voir un lucidité, que nous sommes définitivement trop On peut le constater à n’importe quel guichet, réalité, cette culture du déferlement sauvage chauffeur prendre à rebours une voie à sens irrespectueux des normes élémentaires, trop par exemple. En effet, partout où il y a un service fait, comme dans une horde, appelle unique. Même sur une autoroute, comme on le indisciplinés, prompts à l’échauffourée partout public à la clientèle, les usagers sont apparem-uniquement à la force et au brouhaha, là où la vit déjà sur le nouvel et magnifique axe qui et tout le temps. Ce n’est assurément pas une ment allergiques à la simple idée de se mettre à simple discipline, la politesse, le civisme et la mène à l’aéroport international de Nsimalen: marque de civilité ou de civisme. Ni même, la queue-leu-leu pour être servis quand le tour patience, dues à la bonne éducation individuelle juste parce qu’il est pressé, et ne veut pas perdre franchement, de civilisation. de chacun sera arrivé. Tout le monde veut régleraient sans difficulté l’accès au point d’arri- son temps en supportant d’aller jusqu’à la pro- La CAN est finie, certes, mais cet atavisme mal-passer en premier et en même temps, quitte à vée ou d’entrée. chaine passerelle ou au rond-point suivant. sain n’est plus anecdotique, désormais. Il fau-jouer des coudes et des épaules comme des gou-C'est d’ailleurs là le côté incongru du compor- Le plus désolant, avec les nombreux chauffards drait faire quelque chose. geâts. tement de meute : il est très facile de remarquer de cet acabit, est qu’ils sont souvent prompts à Mais quoi, et par qui, où, quand ? Etc. C’est même souvent une affaire de savoir-vivre: que la précipitation en groupe désordonné ne agonir d’injures les autres usagers qui, eux, Nous sommes mal. Encore. on voit souvent avec consternation des mes-crée généralement que du cafouillage et de la prennent la peine normale de respecter tranquil-sieurs-dames en habits de soirée, foncer en
2
CAMERS.A.R.LMEDIAS DirDeircteecutreudredlaelpaupbluicblaictiaotino:n : AnAtnoitnoeinWeoWnognogAohAahnadnada CoCorodoordnonnanteatuerudredlealRaéRdéadcaticotino:n : IMMEUBLE SOCIETE GENERALE CAMEROUNChrCihsrtiostpohpeheMvMovnodnodo Rédacteur en Chef Informations g nérales : Carrefour des carreauxRédacteur en Chef Informations générales : Abr ham Ndj na M do B.P : 1260 YaoundéAbraham NdjanaModo Rédacteur en Chef Enquêtes et dossiers : Contact : 655 76 80 94Rédacteur en Chef Enquêtes et dossiers : essentielducameroun@yahoo.comangBlaise N Blaise Nnang www.camermedias.comChroniq eurs : Chroniqueurs : Alphonse Ateba Ndoumou, Bartho Amugu Alphonse Ateba Ndoumou, Willy Ngbwa Esso, Rédaction: Charles Nwanochi, René Noël Atangana, Ar-Edgard Effoudou naud Joseph Eto ndi, Marc Moung , Aboubakar Yero, Rédaction:Dominique Beling Nkoumba, René Noël Atan-gana, Arnaud Joseph Etoundi, Marc Mounga, Aboubakar Yero, N°380 mardi 8 février 2022 - L’ESSENTIEL DU CAMEROUN
Ahmed Abdou-Aziz, Rodolph Tanga,MathieuNathanaël Ahmed Abdou-Aziz, Rodolph Tanga, i Njog, Nomo Modo, Francis Nguélé, Mercedes Beleheka, Ju-Njog, Nomo Modo, Francis Ngu lé, Nathalie Ahanda lien Efila, Arnaud Evina, Nathalie Ahanda, Alain Noah Awana, Relecture: Lionel Owona Julien Marcel Evina, Clément Essiane, Alfred Nyambelle Webmaster: Jea -Francis Ahanda Iyaoua Commercial et Marketing: Roger Ngonda Yusi Relecture: Ferdinand Brice Essiane Soutien technique: Thomas Aurélien Ndassibou Webmaster: Jean-Francis Ahanda et Boris Mand Nkodo Commercial et Marketing: Roger Ngonda Yusi Stagiaires: Mercedes Beleheka, Alice Thècle Balla, Désiré Soutien technique: Honoré Désiré Mbazoa O. Trésor Mbouné, Samiratou Hamadou, Rose Bertille StagiairesOlivia Ayissi: Camille Mbang CoCnocneceptpitioonnGGrraapphihiqquue:e: LaLauurreennttAABBAAHH©©CCRREEAATTIIVVEETTHHIINNKK((++333778630195253275)) MPicrhoedlucMtiboilnla:Eric Azegue PIromdpurectsisosnio:nE:riScOAPzEeCgAuMe ImTiprraegses:si4o0n0:0OevxerelamnpdlaiPreinst (237) 699 99 71 65 TiDriasgtrei:bu4t0io0n0:eExriecmApzlaeigreuseDihsttrpibs:u//tiwonw:wE.friaceAbzoeogku.ec,oJmos/EespsheNntkioelmCeadmoeroun https://www.facebook.com/EssentielCameroun
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents