Le tassement constaté la rentrée se confirme avec cette rentrée Le nombre d établissements où l arabe est enseigné baisse légèrement celui des enseignants sta gne Les effectifs d élèves ne seront eux connus que vers décembre Comme chaque année Midad les publiera dans son numéro de février
8 pages
Français

Le tassement constaté la rentrée se confirme avec cette rentrée Le nombre d'établissements où l'arabe est enseigné baisse légèrement celui des enseignants sta gne Les effectifs d'élèves ne seront eux connus que vers décembre Comme chaque année Midad les publiera dans son numéro de février

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
8 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Niveau: Secondaire, Collège, Cinquième

  • redaction

  • mémoire


Le tassement constaté à la rentrée 2003 se confirme avec cette rentrée. Le nombre d'établissements où l'arabe est enseigné baisse légèrement, celui des enseignants sta- gne. Les effectifs d'élèves ne seront, eux, connus que vers décembre. Comme chaque année, Midad les publiera dans son numéro de février. LES IMPLANTATIONS L'arabe est enseigné comme LV1, LV2, LV3 ou option, de la sixième aux classes post- baccalauréat, dans 242 éta- blissements (244 en 2003) : 96 collèges (contre 100), 136 lycées généraux et technolo- giques ou polyvalents (contre 131), et 10 lycées profession- nels (contre 13). Ces chif- fres semblent confirmer que l'arabe se porte plutôt mieux en lycée, en particulier en LV3 et en post-baccalauréat qu'ailleurs. On le répète : l'arabe n'est pas suffisamment présent en collège. La possibilité de commencer l'étude d'une deuxième langue vivante avant la classe de quatrième, sous diverses formes (sixième « bi-langue », LV2 débutée en cinquième, atelier…), varia- bles selon les académies voire les départements, a très peu été utilisée en arabe. Il faut noter également que l'ensei- gnement de l'arabe comme langue vivante à l'école primaire est fort peu déve- loppé : une seule ouverture est à signaler cette année, à Toulouse.

  • abandon des stratégies anciennes

  • mémorisation

  • ?????????????? ??????????????

  • langue

  • anciens numéros de midad en ligne sur le site

  • i‘râb

  • acquisition du système sans l'apprentissage

  • document d'accompagnement du programme de seconde


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 87
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Exrait

N° 25 décembre 2004 MAGAZINEMDʼINFORMiAʼLRUSTIAONdTEEBARSEaA DIDACTdIQUE T DE DOCUMENTATION
o veccen25,Midadsasnuetnerdnanaemèive.eén Commedhabitude,cenuméroderentréepropose Abilunudccbaaualatrédnaalesesnois(Bloc-notes)  ainsiquunrapidetableaudelasituationdelenseignement  delarabeencedébutdannéescolaire2004-2005t)ecird(nE. LarubriqueThèmeationdamémoriseldealetduôriartsn lapprentissagedelarabeetproposequelquespistesconcrètes  detravail,àdifférentsniveaux.eoiPdntvueerneivustalr question,déjàabordéeantérieurement,delavocalisation,  maisdupointdevuetrèsprécisdeli‘râbnEl,nes.Activités  decenuméro25sontconsacréesàlexploitationdedocuments  sousformededossierthématiquedanslecadredunouveau  programmedeseconde,envigueurdepuislarentrée2003. Léquipederédactionévolueetaccueilledenouveaux  membres,tandisquecertainsdeceuxquiparticipentdepuis  sesdébutsàlarevuedeviendrontsansdoutenoslecteurs  lesplusattentifs. Noussaluonslesnouveauxenseignantsetlesnouveaux  assistantsétrangersetleurrappelonsquilspeuvent  consulterlesanciensnumérosdeMidadelsusrngenileite  duCRDPdeParis(crdp.ac-paris.fr)etnousfairepartde  leursremarques.
La rédaction
endirect L’enseignement de l’arabe à la rentrée 2004
Letassementconstatéàla  rentrée2003seconfirme  aveccetterentrée.Lenombre  détablissementsoùlarabeest  enseignébaisselégèrement,  celuidesenseignantssta-gne.Leseffectifsdélèvesne  seront,eux,connusquevers  décembre.Commechaque  année, Midadreilaeslubp danssonnumérodefévrier.
LES IMPLANTATIONS Larabeestenseignécomme  LV1,LV2,LV3ouoption,de  lasixièmeauxclassespost-baccalauréat,dans242éta-blissements(244en2003):  96collèges(contre100),136  lycéesgénérauxettechnolo-giquesoupolyvalents(contre  131),et10lycéesprofession-nels(contre13).Ceschif-fressemblentconrmerque  larabeseporteplutôtmieux  enlycée,enparticulieren  LV3etenpost-baccalauréat  qu’ailleurs. Onlerépète:larabenest  passuffisammentprésent  encollège.Lapossibilitéde  commencerlétudedune  deuxièmelanguevivante  avantlaclassedequatrième,  
sousdiversesformes(sixième  «bi-langue»,LV2débutéeen  cinquième,atelier),varia-blesselonlesacadémiesvoire  lesdépartements,atrèspeu  étéutiliséeenarabe.Ilfaut  noterégalementquelensei-gnementdelarabecomme  languevivanteàlécole  primaireestfortpeudéve-loppé:uneseuleouverture  estàsignalercetteannée,à  Toulouse.
LES ENSEIGNANTS Lenombredenseignantsna  presquepaschangé.Ilssont  224àcetterentrée:53agré-gés,139certiés,11profes-seursdelycéeprofessionnel  (arabe-lettres),1adjoint  denseignement,8non-titu-laireset12stagiaires.Le  nombredecesderniersest  diminuédemoitiéparrap-portà2003.Ilsnesontplus  répartisquentre2IUFM:  Aix-MarseilleetParis.Le  nombredesnon-titulaires  nechangeguère. Beaucoupdenseignants,sur-toutparmiceuxquiintervien-nentencollège,ontunservice  suitepage8
Midad
1
2
L’i‘râb?: quelle stratégie pédagogique
La langue arabe, dans sa forme classique, est une langue à flexion, mais sa syntaxe n’est pas purement casuelle, elle est également positionnelle. L’arabe dit « moderne », langue de communication, avec l’appui puissant des médias modernes internationaux, se caractérise essentiellement par l’écart croissant avec la langue « classique », aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Les marques casuel-les sont résiduelles et ne jouent plus un rôle essentiel dans la syntaxe de la phrase, qui tend à être presque exclusivement positionnelle. On peut dire qu’en gros, les marques casuelles sont redondantes. De ce point de vue, l’évolution langue standard classique-langue standard moderne est parallèle à celle qui a produit les dialectes arabes y compris dans leur état ancien. Cette question, rarement reconnue dans le monde arabe, dépasse largement le cadre de l’enseignement, auquel nous nous limiterons ici.
enseignementdelarabedans  lesecondaireenFrancevise  L’ essentiellementlacquisitionde  compétencesenarabemoderne,registre  immédiatementaccessibleetfonctionnel  pournosélèves.Lenseignementdune  langueenconstanteévolutionexige  desméthodesdenseignementadaptées  etentraînenécessairementlabandon  desstratégiesanciennes,largement  pratiquéesencoredanslespaysarabesoù  lesenjeux,ilestvrai,sontdifférents. Lesprogrammesdenseignementde  larabeLV1énumèrentcequidoitêtre  vuenmatièredi‘râb. Enclassedesixième,«ladéclinaison  àtroisexionscasuelles:cassujet,cas  direct,casindirect»ainsique«ladécli-naisonde’abûet’akhûsedeif»rtpaton compétencesgrammaticalespassivesque  doiventacquérirlesélèves. Logiquementnousretrouvonsen  compétenceactivepourlecyclecentral  cesmêmesnotions,auxquellessajoute  ladéclinaisondesplurielsexternes;en  compétencepassive,onvoitladéclinai-sondesdiptotes,quenousretrouvonsen  compétenceactiveentroisième. EnLV2,ladéclinaisonàtroisexions  casuelles(cassujet,casdirect,casindi-rect),ladéclinaisonde’abûet’akhûte ladéclinaisondesplurielsexternesfont  partiedescompétencesgrammaticales  passivesenquatrième,etdeviennent  compétencesactivesentroisième.La  déclinaisondesnomsàdernièreradi-cale/w/ou/y/auxdeuxgenres,aux  troisnombres,indénisetdénis,etla  déclinaisondesdiptotesdevantêtrevus  encompétencepassiveuniquement. Onnetraiteraiciquedeli‘râbocmme  exiondesnoms(déclinaison),àlex-clusiondeli‘râbiopsuqesdbeerves dailleursdesproblèmesdemêmenature  
Mi
a
(réalisationdelavoyelled’i‘râbdevant  unpronomsufxe..). Lafrontièreentrelesdeuxétatsdela  langueclassiqueetmoderneest  oue,uctuanteetdenombreuxclassi-cismessurviventetpeuventsurgirdans  undiscours(écritouoral)contemporain.  Larabemodernesedistinguenotamment  parsatendanceànepasréaliseràloral  touteslesmarquesflexionnellesetà  conservercellesquisontlexicaliséeset  cellesquiontunemarqueécrite(pluriel  masculinexterne,duel,pourlenomet  pourleverbe). Trèsschématiquement,notreenseigne-mentactuelprendencompte:dunepart,  àlécrit,lerespectdesrèglesdedécli-naisonlorsquecelles-cidonnentlieuà  trace;dautrepart,àloral,laréalisation  desvoyellesbrèvescasuellesuniquement  danslescasincontournablesdeexion  (annexion+pronompersonnelsufxe,  verbe+pronompersonnelsufxe). Concrètement,voyonscommentdans  notreenseignementlesystèmedesdécli-naisonsnousinterpellerégulièrementet  dansquelscas,enayantenvuelespro-blèmesdexpressionquecelaentraîne. Àloral,lapratiquecourantedelaclasse  re dèsla1annéepermetderecenser,sans  prétendreàlexhaustivité,descasde  déclinaison«obligatoires»quisimpo-senttrèstôtparleurfréquenceetleur  caractèreincontournable: lesmotsgésaucasdirectcommeles  formulesdepolitesseetlesadverbes; ’akhû,aûb; lesduels,notammentenétatdan-nexion; touslesnomscommunsdéclina-bleslorsquilssontsuivisdunpronom  affixe; lesparticipesactifsderacinesdéfec-tueuses.
Danslapprentissagescolaire,ilest  impératifdedonnerdesrepèresstables  etdeproposerunsystèmecohérent.La  libertédeton,laisancequiconsisteà  joueraveclesdifférentsregistresdela  langue,sontlapanagedelocuteursqui  maîtrisentlesystèmedanssaglobalité,  cest-à-diremaîtrisentaussibienlarabe  standardquundialectederéférence,et  égalementlesvariétésintermédiaires  quonappellearabemoyen. Ilfautdistinguerdunepartlexpres-sionorale(échangesorauxspontanés,  débat,exposé)etlautrepartlalec-tureoralisée. Lalectureàhautevoixdetextesnon  vocalisésposedeuxsériesdeproblèmes  auxélèves:  labsencedesvoyellesbrèvesinternes  quipeutrendredifcilelalecturede  toutmotnouveauoupeuentendu(ce  quiestunproblèmedistinctdeceluide  l’i‘râb;)  lephénomènedesexions. Cettedoubledifcultépeutinhiberles  élèvesetleurfaireredouterlalecture  oralisée! Ilnestnullementquestionderevenir  surleschoixpédagogiquesquisontceux  desprogrammes.Ilnoussembleseule-mentque,pourrésoudreleproblèmede  lamaîtrisedeli‘râbionressle(oraepxne etécrite),ilfaudraituneouplusieurs  étapessupplémentaires. Onpourraitproposerlintroduction,  dèsledébutettoutaulongdelappren-tissage,delécoutedetexteslittérai-res(contes,poèmes,morceauxdadab, nouvelles,extraitsderomans)respec-tantaumaximumlesrèglesdeli‘râb, écoutesuiviedunelectureoraliséeet  éventuellementdunemémorisation  totaleoupartielle.Entendons-nous:la  prioritéresteàlarabemoderne,réalisé  oralementsansexionssystématiques.  Si,àtitredexemple,avecdesdébutants  nousproposonsdetravaillersurdesdia-loguesprogrammés,ilnestnullement  questiondefairedialoguerdesperson-nagescontemporainsavecdesexions!  Maisenattendantquelensembledudis-positifprévusemetteenplace,quelélève  soitpeuàpeuconfrontéauphénomène  desexions,ilnoussembleutileetfort  rentabledelimmergerrégulièrementet  asseztôtdansun«bainlinguistique»où  lesvoyellescasuellesseraientnaturel-lementréalisées.Ilsagitlàdacquérir  
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents